Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin possible !

Il faut savoir ne pas arrêter une grève dure et une révolte générale historique

samedi 18 mars 2023, par Auteurs divers.

Retirer cette réforme de merde ne suffira pas à éteindre le feu. On veut la chute du régime pour commencer, en guise d’apéritif.
Les ordures de ministres et de députés du régime macroniste se terrent et fuient la « guillotine » du 49-.3 populaire, qu’ils s’enterrent définitivement avec les autres déchets et ne réapparaissent plus !

Cette fois, la grève dure se conjugue enfin à la giletjaunisation générale et les jeunes s’y mettent, le gouvernement est mort, il est foutu malgré ses hordes de flics brutaux, profitons-en pour aller le plus loin possible.
Le retrait probable de la réforme retraites ne doit surtout pas nous arrêter.
Le départ de Borne et de son gouvernement de zombies non plus.
Voici enfin une vraie occasion historique de renverser une bonne fois la vapeur, de sortir de la défensive et de la loose, à l’attaque, à l’attaque, partout. Il y a tant de choses/lois à défaire et d’autres à faire.
Malgré les manoeuvres gouvernementales et les tiédeurs de la gauche qui nous promettront des élections et une nouvelle assemblée ou gouvernement, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin, quand on a l’avantage il faut absolument attaquer encore, enfoncer l’ennemi, aller le plus loin possible, pas de quartier.

Il faut savoir NE PAS arrêter une grève dure et une révolte sauvage même si le gouvernement retire sa réforme de merde et se sépare du fusible Thatcher/Borne.

Débordons pour de bon l’intersyndicale et les partis de gauche, incapables de viser plus loin que la reconduction du même système assassin, avec éventuellement des chaînes à un peu moins courtes.
On s’en fout de l’apéro et des petits fusibles intercheangables de merde, fussent-ils premiers ministres ou président, on veut bien sûr que Macron et tout sa clique dégagent, mais on veut surtout la démocratie (donc directe), maintenant, et puis La Sociale, et puis qu’on arrête l’Economie pour tout remettre en plat, sans capitalisme, et que l’Etat et ses flics d’ultra-droite rentrent à la niche et aillent s’enterrer avec les ministres qui fuient comme les rats morts qu’ils sont.

On s’en fout d’avoir des chaînes plus longues (un meilleur salaire, un autre gouvernement, une retraite à 60 ans) dans un Titanic sinistre qui ravage tout sur son passage, on veut les briser pour de bon.

Et Vive la Commune !

Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin possible !

MACRON NE COMPREND QUE L’EMEUTE

« Tenez-moi informé de tous les points chauds. Je veux savoir ce qu’il se passe partout où il y a des débordements », réclame Macron à ses conseillers, selon Le Parisien qui titre « Le gouvernement hanté par un retour des Gilets Jaunes ». Le journal rapporte la parole d’un proche de Macron : « On surveille de près la situation, on est très attentif » et ajoute que « le scénario que plusieurs redoutaient » se réalise depuis jeudi.

Une seule nuit d’émeute aura davantage fait réagir Macron que deux mois de mobilisation syndicale. Il y a eu les pétitions massives, les grands discours et les camions sono : Macron ricanait. Il y a eu les « journées » de grève séparées d’une semaine, et les marées humaines réunissant des millions de personnes bien sages : Macron méprisait. Nous avons fait des barrages filtrants, des actions symboliques et convaincu « l’opinion » : Macron s’en moquait.

Une nuit de feu dans quelques villes de France, et d’un seul coup, il s’inquiète. Cet homme est un forcené qui ne comprend QUE l’émeute. Ça et seulement ça. C’est le président lui même qui incite à l’insurrection.

Nous avons perdu 2 mois et beaucoup d’énergie. Maintenant, à nous de jouer.

(post de Contre Attaque)

Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin possible ! {JPEG}

PARIS 17 MARS. AU 12e JOUR DE GREVE ET 10 000 TONNES D’ORDURES NON COLLECTEES, LES EBOUEURS ANNONCENT QUILS VONT AMPLIFIER LEUR MOUVEMENT DU FAIT DE LA REPRESSION POLICIERE DE CE JOUR

CE QUI PUE, C’EST CEGIME QUI SE DECOMPOSE
Ce 17 mars à 9h00, les forces de l’ordre ont agressé les conducteurs grévistes du garage Victor Hugo de la Ville de Paris (Ivry). Les agents étaient en grève à 100% et aucun ordre de réquisition n’a été présenté (il n’y en a pas). Tabassage et gazage en règle + 3 arrestations (1 conducteur, 1 agent territorial d’Ivry et une étudiante).

Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin possible

TRUIRE LE POUVOIR DANS NOSTES


Le pouvoir doit d’abord son existence à une représentation symbolique qui nous conduit à la servitude volontaire : il trône sur son piédestal, sacralisé dans le faste d’un décorum, d’un ensemble de traditions régaliennes.

Au fil de la construction des sociétés sédentaires, puis des premiers empires, nous avons été domestiqués au sein de sa civilisation pyramidale, soumis à sa volonté royale ou présidentielle, reliés à son identité prestigieuse et respectée, dressés à tolérer ses caprices autoritaires et le train de vie fastueux de sa noblesse ou de ses notables.
Le pouvoir se présente comme une évidence depuis la nuit des temps, dans la petite musique des médias à son service, jusqu’au plus profond de notre imaginaire social, avec ses variantes et son folklore selon l’époque et le lieu.

Voilà pourquoi destituer le pouvoir politiquement commence par le destituer symboliquement, par le désacraliser, par le détruire dans nos têtes.

Les grands changements historiques n’ont pas seulement été causés par des crises très dures qui ont poussé les opprimés à se remettre en question et en mouvement. Ce n’est pas seulement le temps critique qui conduit au temps de la critique.
C’est aussi l’imaginaire social qui se travaille, jour après jour, en particulier dans notre rapport au pouvoir, dans notre relation de soumission à des individus qui décident encore à notre place de nos vies.

Contrairement à ce que prétendent les classifications historiques, nous sommes encore dans la préhistoire politique de l’humanité. En sortir nécessite le courage de faire ce pas décisif, franchir ce rubicon, couper cet ombilic, sortir de la cage ou de l’enclos qui limitait jusqu’à nos pensées.

Il est temps de réaliser l’émancipation sociale, la révolution primordiale, la liberté rendue au vivant : pour une société horizontale, libertaire et solidaire.

(par Yannis Youlountas)

Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin possible !

La liberté ne consiste pas à se faire broyer par le marché ni régir par l’État

Puisque à l’époque moderne l’État et la politique se confondent avec le système coercitif du travail, ils doivent disparaître avec lui. Tout le verbiage à propos d’une renaissance de la politique n’est que la tentative désespérée de ramener la critique de l’horreur économique à une action étatique positive. Mais l’auto-organisation et l’autodétermination sont le contraire même de l’État et de la politique. La conquête de libres espaces socio-économiques et culturels ne s’effectue pas par les voies détournées de la politique, voies hiérarchiques ou fausses, mais par la constitution d’une contre-société.

La liberté ne consiste pas à se faire broyer par le marché ni régir par l’État, mais à organiser le lien social soi-même – sans l’entremise d’appareils aliénés. Par conséquent, les ennemis du travail ont à trouver de nouvelles formes de mouvement social et à créer des têtes de pont pour reproduire la vie au-delà du travail. Il s’agit de lier les formes d’une pratique de contre-société au refus offensif du travail.
Les puissances dominantes peuvent bien nous considérer comme des fous parce que nous voulons rompre avec leur système coercitif irrationnel ! Nous n’avons à y perdre que la perspective d’une catastrophe vers laquelle ils nous conduisent. Au-delà du travail, nous avons un monde à gagner.
Prolétaires de tous les pays, finissez-en !

(Manifeste contre le travail)

La monarchie présidentielle doit tomber

- La monarchie présidentielle doit tomber - Ce 49.3 est l’apothéose d’un quinquennat de mensonges, de violences et de mépris, l’emblème d’un système présidentiel qui doit tomber, défend Clément Sénéchal dans cette chronique.

BREVES

A Valence, fait notoire car trop rare, une manif spontanée de 100-200 personnes est partie après la fin du parcours originel dans les rues piétonnes du centre ville, puis à bifurqué vers le Pont Mistral, complètement bloqué à l’aide de la flicaille, qui a envoyé quelques lacrymos, dont la moitié lui est revenue dans la gueule du fait du vent.
Ouf, Valence n’est pas totalement ridicule par rapport aux autres villes dans le grand challenge du Zbeul général !

Lyon se met à parler le langage du gouvernement. Et c’est brutal aussi.
Qui aura la palmé de la révolte ce samedi 18 mars ? Les favoris : Rennes, Lyon, Nantes et Paris ! Mais de nombreux outsiders pourraient créer la surprise...
- Vidéo : https://fb.watch/jljjwhyonB/

« Ils ont jeté un baril d’alcool à brûler sur le barbecue, c’est formidable ! La fureur populaire a passé un cap. On entre dans une phase inédite du mouvement, ça déborde bien comme il faut » Frédéric Lordon, philosophe et membre du Réseau grève générale à la place de la Concorde suite à l’utilisation du 49.3 par le gouvernement sur la reforme des retraites

Panique bourgeoise : LA VICTOIRE EST PROCHE
👉 Le 49.3 est un aveu d’impuissance. L’exécutif a peur d’un retour des Gilets Jaunes. « Emmanuel Macron a demandé à être tenu informé de « tout ce qu’il se passe partout où il y a des débordements », rapporte Le Parisien. Le cassage de grèves par l’armée (!) est un aveu d’impuissance. L’interdiction des rassemblements à Concorde est un aveu d’impuissance. Aurore Bergé exigeant la protection policière est un aveu d’impuissance. L’État qui fait pression sur les députés est un aveu d’impuissance. Le directeur de cabinet de Borne qui démissionne est un aveu d’impuissance.
👉 Le périphérique parisien et la plus grande raffinerie de France sont à l’arrêt.
Des grèves reconductibles massives dans de nombreux secteurs. L’engagement des femmes et des paysans. Le soutien de la population. Une motion de censure transpartisane. Intersyndicale unie. Des jeunes qui bloquent des dizaines d’université…
Le mouvement social se durcit !
💣 Le pouvoir est logistique, le conflit est asymétrique : seul le blocage est efficace
https://antitechresistance.org/frapper-la-ou-ca-fait-mal-theodore-kaczynski/

Aubenas n 102 bloqué 🔥🔥
N 102 fermé par la DIR action réussie
Plus de 30km de bouchon en amont et 30 km après Toute les communes l’entoure complètement praralisés
#OnBloqueTout #OnLacheRien

CONTRE LE 49.3, LES EBOUEURS D’ORLEANS ONTCIDÉ D’ENTRER EN GREVE A PARTIR DE LUNDI 20 MARS
ILS PROMETTENT DE METTRE LE FEU AU PAYS !

« LE GOUVERNEMENT VACILLE... RECONDUISONS LA GREVE ET NOUS LE FERONS TOMBER... »
Assemblée Générale ce 17 mars des cheminots à Paris gare de Lyon. La grève est reconduite
https://www.facebook.com/sudrail.pse.3/videos/659442959281287

« MACRON, AUCHER »
Un air de révolution encore ce soir à Paris sur la place de la Concorde.
- https://fb.watch/jkx-M2AE9P/

CHARTRES 18 MARS. LES MANIFESTANTS BLOQUENT LES VOIES FERREES A LA GARE

18 MARS. DES MANIFESTANTS - DONT BEAUCOUP DE JEUNES - ENVAHISSENT LE CENTRE COMMERCIAL CHATELET/LES HALLES A PARIS
https://www.facebook.com/100076095889547/videos/605838054768057

LA MANIFESTATION SYNDICALE DU 18 MARS A QUIMPERLE EST ENSUITE PARTIE EN SAUVAGE POUR BLOQUER LA ROUTE QUIMPERLE-LORIENT

« Macron au bûcher ! »
Place de la Concorde à Paris la foule s’échauffe. Une effigie du président est envoyée dans les flammes.
https://www.facebook.com/santiago.amigo.14/videos/613119393508104

NOUS SOMMES ENTRES DANS UNE NOUVELLE ETAPE DE LA MOBILISATION
LE MOUVEMENT DE LA JEUNESSE QUI DESCEND DANS LA RUE LE SOIR DEPUIS HIER A PRIS SON AUTONOMIE ET PEUT TOUT CHANGER
VIDEO DE LA MANIFESTATION CE SOIR 17 MARS A LILLE
https://www.facebook.com/santiago.amigo.14/videos/218888657323508

« NOUS AUSSI, ON VA PASSER EN FORCE »
Manifestation de la jeunesse ce 17 mars au soir à Strasbourg
https://www.facebook.com/santiago.amigo.14/videos/237579202023042

La CGT Énergie a coupé le courant de la préfecture des Alpes-Maritimes.

« A BAS L’ETAT DES FLICS ET DES PATRONS »
A Lyon aussi, la jeunesse est descendue une nouvelle fois dans al rue ce 17 mars au soir
Avec ce mouvement de la jeunesse le soir depuis le 49.3, nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la mobilisation
https://www.facebook.com/paysrevolte2/videos/174909245319055

l’aéroport de Blagnac, Air France et 8000 clients dans la zone industrielle de Blagnac coupés en électricité par CGT énergie (31)✊

Après le 16 mars au soir, la jeunesse est à nouveau descendue dans les rues le 17 à Paris, Bordeaux, Lyon, Lille, Rennes, Strasbourg, Marseille, Toulouse...

Tous les députés #Renaissance sont placés sous protection policière par peur de représailles. Ne parlons pas des ministres invités à réduire leurs déplacements au strict nécessaire et sous haute protection. Combien coûte une telle mesure ?
#ReformeDesRetraites

Conseil au gouvernement : ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fait baisser la température ! Et aujourd’hui, le peuple est sur bouillant...

Des centaines de personnes occupent le rond-point d’Armor, noeud névralgique de l’économie nantaise. Périphérique, Voie rapide, zone commerciale et industrielle... La colère est grande contre les politiques anti-sociales du gouvernement et les patrons. Les flux sont bloqués.
Le pouvoir est logistique, bloquons tout et rejoignez nous !

18 MARS : MANIFESTATION SPONTANEE A GRENOBLE
https://www.facebook.com/watch/?ref=search&v=931522267979378&external_log_id=44a07a34-c3a1-4ec7-a313-3349a20d6d7d&q=manifestation%20marseille%2018%20mars%20gare

VERS L’ARRET TOTAL DES RAFFINERIES
Lundi, les 3 plus grosses raffineries française seront à l’arrêt total de la production et pas seulement des expéditions avec donc de gros délais pour redémarrer. La raffinerie Total La Mède est déjà à l’arrêt. À Donges, la raffinerie TotalEnergies, à l’arrêt depuis le 6 mars. A la raffinerie/plateforme pétrochimique de Lavera, l’arrêt devrait se faire lundi. A la raffinerie de Normandie l’arrêt total vient d’être voté après le 49.3. La raffinerie de Gravenchon, suite à la grève du dépôt pétrolier de la CIM, sera bientôt en arrêt total, avec seulement 96h de brut avant arrêt complet.
À Montoir-de-Bretagne, le grand terminal méthanier Elengy du port de Nantes – Saint-Nazaire, ainsi que la centrale thermique, sont aussi en grève. Le dépôt de carburant SFDM appartenant à l’Etat, situé sur une partie du port, a aussi été bloqué par des barricades.
Par ailleurs d’autres sites méthaniers, comme celui d’Elengy à Fos-sur-Mer, ou plusieurs gigantesques dépôts pétroliers, sont également en grève ou bloqués. Au Havre, la Compagnie industrielle maritime (CIM), qui alimente en pétrole brut la raffinerie de Normandie (Total), celle de Gravenchon (Exxon) ainsi que les aéroports parisiens en kérosène, est également en grève.
Les industries pétrolière, pétrochimiques étant liées entre elles, l’action des travailleurs du pétrole a un impact sur le secteur pétrochimique et réciproquement. La paralysie peut être rapide, et totale. A cela s’ajoute les grèves dans les transports ferroviaires et les ports et docks qui ralentissent qui bloquent également les flux.
La paralysie totale est proche

18 MARS. A PEINE 17 H ET DEJA DES BARRICADES EN FEU A BORDEAUX
https://www.facebook.com/100076095889547/videos/1683927348692245

18 MARS. LES MANIFESTANTS ENVAHISSENT LA GARE A MONTPELLIER
https://www.facebook.com/watch/?ref=search&v=132244689605322&external_log_id=26cbd69c-0f14-48f2-a998-f78d24e00556&q=MONTPELLIER%2018%20MARS%20GARE%20ST%20ROCH%20ENVAHIE

LA BARRE DES 10 000 TONNES D’ORDURES NON COLLECTEES EST FRANCHIE A PARIS ET LA GREVE DES EBOUEURS CONTINUE A PARIS MALGRE LES VIOLENCES POLICIERES COMME DANS 9 AUTRES VILLES
Point de situation grève/blocages dans la collecte et le traitement des déchets Vendredi 17 mars/samedi 18 mars
- Centre de traitement des déchets de Cissé (86) bloqué samedi matin
- TIRU d’Ivry (94) toujours occupée par les grévistes de la Ville de Paris et de l’Energie
- Usine d’incinération des déchets d’Issy-les-Moulineaux : barrage filtrant mis en place pour le week-end
- TIRU St-Ouen (93) toujours à l’arrêt
- Incinérateur de Fos (13) en grève
- Collecte en grève au Havre (76) depuis le 7 mars
- Collecte en grève à Vannes (56) vendredi
- Collecte en grève intercommunalité Côte des îles (50) depuis le 15 mars
- Collecte en grève intercommunalité de l’Ardomarois (62)
- Orléans métropole (45) : grève à partir de lundi 20
- St Brieuc (22) : grève reconduite pour une semaine
- Nantes métropole (44) : grève reconduite
- Auch (32) : grève reconduite

Des poubelles déversées devant la permanence du député macroniste Bastien Marchive à Niort.

« ...OUI, ON VA TOUT BLOQUER, RIEN NE POURRA NOUS ARRÊTER »
Rassemblement d’étudiants en cours ce 18 mars devant le commissariat du 1er arrondissement pour exiger la libération des camarades retenus en garde à vue depuis la manifestation étudiante d’hier pour rejoindre les éboueurs en grève
https://www.facebook.com/UNEFTACLE/videos/701230695077664

Opération réussie en cours.
On vient d’ouvrir le grand péage de Bandol.(var)
Rejoignez nous

PARIS. NUIT 3
Ca commence à sérieusement péter. Et la police est complètement débordée
https://fb.watch/jlPFnNW_Nl/

🔥 LYON : LA RAGE MONTE D’UN CRAN
À Lyon, après la nuit de feu du jeudi 16 mars, pas question de laisser retomber la pression. Les irréductibles ont tenu la rue une deuxième nuit d’affilée.
La manifestation spontanée et autonome, lancée depuis les réseaux sociaux sans soutien syndical, a réuni des milliers de personnes ! Une ambiance explosive jusqu’à minuit, contre le 49-3 et son monde.
L’Hôtel de Ville avait été pris pour cible le premier soir. Le deuxième, c’est une des mairies de la métropole, celle du 4e arrondissement, qui a vu son entrée défoncée et incendiée. Pendant des heures, le cortège a su se rendre insaisissable et solidaire.
La police a dû battre en retraite à plusieurs reprises, malgré un déluge de lacrymogènes et de munitions diverses. Malheureusement, 36 personnes ont été arrêtées en fin de soirée, mais la résistance lyonnaise compte bien poursuivre les prochains jours...

Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin possible !

GREVE SAUVAGE DES CHEMINOTS ET APPEL A GENERALISER LA GREVE SAUVAGE
"NOUS AUSSI ON VA PASSER EN FORCE" !
"Grève suivie à 100% au technicentre de Châtillon depuis 22h le 17 mars a l’appel de Sud-Rail... Plus rien ne rentre et plus rien ne sort ! 🤚❌
On décrète la fin des DII ! (déclaration d’intention de grève)
Notre phrase du soir : "Le gouvernement veut passer en force avec son 49.3, nous notre 49.3 c’est la grève sauvage !"
On appelle l’ensemble des cheminots à nous rejoindre dans la grève sauvage !
Généralisons la grève !
L’intersyndicale n’est pas a la hauteur des enjeux avec seulement un appel a une journée carrée le 23 ! Multiplions les actions !
Le gouvernement a une jambe cassée, cassons leur la deuxième et faisons les tomber une bonne fois pour toute !

Non aux 64 ans ! Non a leur monde pourri ! 👊🔥
60 ans pour tous et 55 pour les métiers pénibles !"
« On a bloqué, il n’y a pas de train qui sortiront ce soir. Ça devrait suivre demain matin. On est prêt à faire comme en 2019 et à aller jusqu’à que plus un train ne circule sur l’axe atlantique »
SUD-Rail PRG

Reconduction du blocage du dépôt pétrolier de Port la Nouvelle.
Venez nombreux !🔥🔥🔥

IMPRESSIONNANTE MANIFESTATION DES MOTARDS A STRASBOURG CE 18 MARS
Comme à Metz ou Epinal ce 18 mars, les motards à Srasbourg dénoncent le contrôle technique pour les 2 roues. Tous les combats s’additionnent

Des centaines de personnes envahissent et bloquent la voie rapide à Chambéry. Des barricades sont érigées.

- Le Service d’Ordre de la CGT protège le MEDEF a coups de bâtons
Ce 16 mars, matraquage, tabassage au sol, voilà ce que la direction de la CGT marseillaise a à dire à celles et ceux qui entendent veritablement porter des coups aux responsables du desastre anthropologique qu’est le capitalisme.

etc. etc. etc.

L’ALLIANCE DU FASCISME, DU CAPITAL ET DE LA VIOLENCE D’ÉTAT

Sur cette photo, on pourrait croire qu’une bande de copains prend la pause, heureux d’être ensemble. Sauf qu’il s’agit de communication politique : des gendarmes mobiles, en tenue de maintien de l’ordre, qui entourent un député et lui mettent même gentiment la main sur l’épaule. L’élu est Antoine Villedieu, député du Rassemblement National. Le contexte, c’est Paris, le soir du 16 mars : après le 49-3 de Macron, les forces de l’ordre venaient de réprimer la colère légitime en arrêtant des centaines de personnes.

« Cette nuit je me suis rendu à la rencontre des Gendarmes et Policiers rue des Capucines. 240 interpellations d’individus d’ultra gauche qui brûlaient et cassaient tout sur leur passage. Bravo aux CI [compagnies d’intervention, très violentes] et gendarmes » a tweeté le député d’extrême droite avec cette photo. L’extrême droite sera toujours du côté de l’ordre et de la répression, et contre les mobilisations populaires. Le fascisme a toujours été le bras armé du pouvoir capitaliste, et le démontre ici encore.

Antoine Villedieu était un ancien champion de MMA – arts martiaux mixtes –, avant de devenir policier en Seine-Saint-Denis. Dans les brigades du 93, réputées pour leur brutalité envers les habitant-es des quartiers, il devient porte-parole d’un petit syndicat policier : la FPIP. La Fédération Professionnelle Indépendante de Police, un syndicat à droite de l’extrême droite, encore plus radical qu’Alliance, et jadis proche du néo-nazisme.
Dans les années 1980, plusieurs cadres du FPIP ont commis des attentats à Nice et Paris, d’autres ont profané des tombes juives à Carpentras en 1990, avant que le syndicat ne se rapproche du Front National dans les années 1990.
Villedieu est muté comme policier à Besançon et va fréquenter les identitaires de Franche-Comté. Il lance sa carrière politique comme conseiller municipal de Vesoul sur la liste de droite du maire sortant Alain Chrétien. Proche de l’extrême droite, il est propulsé par le RN lors des législatives de 2022, et élu député de Haute-Saône, face à une macroniste.

Un élu RN et des agents qui ricanent sur les arrestations massives, le soir même du coup de force de Macron. Voilà, l’alliance incarnée entre le fascisme, le capital et la violence d’État.

(post de Contre Attaque)

Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin possible !

🔴 RDV À CONCORDE 18h00

Rien ne l’a arrêté. Ni les manifestations de masse parmi les plus impressionnantes de l’histoire récente, ni l’opposition constante et opiniâtre de l’opinion publique. Ni les remords de la droite face à un peuple à bout, ni l’absence d’une quelconque majorité à l’Assemblée nationale. Macron se sait minoritaire. Mais ça lui est égal.

Car en réalité, Macron est ce soldat sacrificiel du capital qui est prêt à faire passer les intérêts financiers devant ses propres intérêts politiques et ceux de son camp. « On ne peut pas prendre le risque », déclarait Élisabeth Borne jeudi devant l’Assemblée. Voilà qui a le mérite de la transparence : ces gens-là n’autorisent des élections que lorsqu’ils sont sûrs de les gagner. À la moindre incertitude, le formalisme démocratique vole en éclats. Reste le commandement pur, au service du marché, quoiqu’il en coûte.

On ne compte plus les recours à l’article 49.3 depuis la nomination d’Elisabeth Borne il n’y a même pas un an. Et pour cause, la macronie n’a plus les moyens de prétendre représenter une majorité. Élu par un peu moins de 20% des français en 2017, Macron a perdu sa majorité absolue en 2022. S’il recourt comme un forcené à tous les outils antidémocratiques que la Ve république, née pour régler l’insurrection algérienne, a prévu dans but d’assurer le pouvoir des Césars, c’est qu’il n’a pas les moyens politiques de faire autrement.

Le 49.3 est une victoire. La mobilisation massive a suffisamment ébranlé l’Assemblée pour empêcher Macron de donner même l’illusion d’une majorité.
Le 49.3 est une défaite : on vient d’arracher deux ans de nos vies pour satisfaire les calculs glacés de marchés égoïstes. Pour qu’une minorité de riches continue de s’enrichir inlassablement, on condamne, purement et simplement, à deux ans de travaux celles et ceux qui produisent la richesse captée par d’autres.

À mi-mouvement un bilan s’impose : la stratégie intersyndicale est impuissante. Elle n’est ni à la hauteur de ses propres objectifs – le retrait de la loi – ni à celle de la situation – une inflation délirante dans un contexte de précarisation généralisée et de spirale autoritaire.

Les manifestations, les grèves et les blocages repartent de plus belle depuis jeudi. Et c’est de leur intensification et de leur combinaison quotidienne que dépend en grande partie l’issue de ce mouvement. Mais que nous manque-t-il ? Sans doute des lieux pour se rencontrer, éprouver une force collective, se sentir nombreux dans la durée.
Nous avons besoins de camps. Où être rejoignables. D’où se projeter ensemble, à l’assaut des quartiers bourgeois et des ports industriels, d’une Assemblée défaite et d’un sinistre Sénat, de locaux Renaissance comme des lycées ou des facs où la police empêche les blocus. Rejoindre les piquets de grève, envahir les gares et le périphérique, revenir discuter en assemblée.

À Paris, la Concorde est une évidence. Au cœur du Paris ennemi, en face de l’Assemblée, non loin du palais de l’Élysée, une place portait autrefois le nom de Révolution. Les têtes de rois y tombaient et on y inventait une autre vie. Et il y a dans chaque ville, d’autres places, d’autres lieux, qui peuvent servir de bases arrière au mouvement, occupées chaque jour et chaque nuit, non comme un endroit de repli, mais comme autant de places fortes, arrachées à l’ordre policier, d’où déferle sur la ville un peuple qui rêve encore d’une vie meilleure.
Prenons la Concorde, partons à l’assaut du monde.

(post de CND)

NOTE : tout ce cirque c’est pas juste pour qu’une minorité de riches puissent continuer à se gaver, c’est pour que le capitalisme, toujours avide de nouvelles ressources à piller pour satifstaire la croissance du tas d’argent, puisse continuer à exister.
Le système social anonyme du capitalisme se fout tout autant des riches que des pauvres, ce qui compte c’est que la machine à cash tourne.

Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin possible !

POLICE À NANTES : AGRESSIONS SEXUELLES ET ULTRA-VIOLENCE

- « Je vais te fouiller dans la chatte » -

Cette semaine la police nantaise, déjà réputée pour sa sauvagerie, a franchi de nouvelles limites dans l’horreur. Quatre étudiantes ont déposé plainte pour agression sexuelle, après une nasse extrêmement brutale et des fouilles au corps illégales, mardi 14 mars. Médiapart vient de publier une enquête sur les pratiques de la police de Nantes.

Ce jour là, un blocage du périphérique est organisé par le mouvement contre la réforme des retraites. Tout se passe bien, le groupe se disperse. Mais la police organise un guet-apens plus loin, au bord de l’Erdre, sur un sentier isolé où passent les étudiant-es pour rentrer à la fac. Les agents débarquent cagoulés et lourdement armés.
« Ils nous ont rattrapés. On s’est retrouvés coincés, à l’avant et à l’arrière, avec l’Erdre à côté » raconte un étudiant à Médiapart. « Des camarades se sont fait tirer les cheveux sur plusieurs mètres. On a eu des coups dans le ventre, sur les parties génitales, des placages. Ils ont tiré une quinzaine de personnes comme ça, puis ça a été mon tour. Je n’étais pas serein, donc je me suis débattu. Je me suis pris des coups de pied sur la tête, et les policiers m’ont fait une clé de bras. » Il est interpellé, placé en garde à vue, et déferré en comparution immédiate le lendemain. En attendant son procès, il sera interdit de manifestation.

Plus grave encore : les agressions sexuelles. Les victimes décrivent à Médiapart « des palpations avec les mains à l’intérieur des sous-vêtements » par une policière. Leur avocate parle de faits « hallucinants » accompagnés « de propos inadaptés, insultants, humiliants, dans un contexte de grande tension. » Par exemple : « Faut que je fouille dans ta culotte, t’es sale, ça me dégoûte, tu sens mauvais », « Je vais te fouiller dans la chatte ».

Cette opération destinée à terroriser et humilier la jeunesse contestataire est illégale. La fouille au corps est strictement encadrée par des articles du Code de la sécurité publique, rappelle l’avocate. Elle ne peut en aucun cas se justifier, ni être pratiquée dans ces conditions

C’est une nouvelle étape dans la culture de l’ultra-violence policière locale. Auprès de Médiapart, la responsable de l’Union Locale CGT énumère ce que le mouvement subit ces derniers jours : « quatre jeunes paysans de la ZAD qui vendaient de la soupe sur la manif ont été interpellés, et lorsqu’on a demandé pourquoi à la police, on s’est fait immédiatement gazer [les jeunes ont été placés en garde à vue, puis libérés sans aucune poursuite – ndlr]. Le 11 mars, la manif s’est terminée sous des tonnes de lacrymos et de grenades de désencerclement… Le 14, on s’est retrouvés devant le commissariat après l’interpellation du jeune militant de Solidaires. Et c’est là que l’on a appris que des jeunes filles nassées par la police avaient subi des fouilles au corps. Le 15 mars, la manif n’a pas pu aller à son terme. Il y a eu 36 interpellés, des camarades qu’on a conduits au CHU. On a déambulé pour aller au commissariat. On s’est fait stopper au bord de l’Erdre, il n’y avait aucun problème. Les gens ont levé les bras en l’air et là, ça a été un déferlement de gaz. On ne voyait rien. Les gens ont paniqué. On est retournés vers le parc, où on s’est fait charger. On est dans l’ultra-violence ». Elle ajoute : « j’ai 55 ans, je n’ai jamais vu ça », pourtant la syndicaliste est une habituée des manifs nantaise et de la répression.

Un nouveau préfet, encore pire que les précédents, est arrivé à Nantes le 30 janvier 2023 : Fabrice Rigoulet-Roze. Retenez bien son nom. Les autorités nantaises devront rendre des comptes.

(post de Contre Attaque)

LA GREVE S’ETEND DANS LES LYCEES LUNDI 20 MARS,

premier jour des épreuves de spécialité du Bac qui vont du 20 au 22 mars ! N’hésitez pas à ajouter vôtre lycée en lutte en commentaire dans cette première liste de grèves loin d’être exhaustive !
ACADEMIE DE BORDEAUX
*Lycée Brémontier, Bordeaux (33)
*Lycée Montesquieu, Bordeaux (33) avec rassemblement devant le lycée à 13h
*Lycée Magendie, Bordeaux (33)
*Lycée des Graves, Gradignan (33) avec pique-nique solidaire devant le lycée à partir de 12h
*Lycée Elie Faure, Lormont (33) avec rassemblement devant le lycée à partir de 13h
*Lycée Odilon Redon, Pauillac (33)
*Lycée René Cassin, Bayonne (64) avec pique-nique à 12h30
*Lycée Jules Supervielle, Oloron Ste-Marie (64) avec pique-nique de 12h30 à14h
ACADEMIE DE CRETEIL :
*Lycée Balzac, Mitry-Mory (77), rassemblement "ni bac Blanquer, ni retraite de misère" à 13h
*Lycée Jehan, Chelles (77)
*Lycée Gaston Bachelard, Chelles (77)
*Lycée Le Corbusier, Aubervilliers (93), avec piquet de grève devant le lycée
*Lycée Utrillo, Stains (93), piquet public à 13h30
*Lycée Mozart, Blanc-Mesnil (93), les grévistes rejoindront le piquet du lycée Utrillo de Stains
*Lycée Louise Michel, Bobigny (93)
*Lycée Jacques Brel, La Courneuve (93), les grévistes rejoindront le piquet du lycée Utrillo de Stains
*Lycée Berthelot, Pantin (93), rassemblement et pique-nique militant à 12h
*Lycée Jean Renoir, Bondy (93), piquet à 13h
*Lycée Blaise Cendrars, Sevran (93), piquet de grève
*Lycée Jean Rostand, Villepinte (93), piquet de grève
*Lycée Condorcet, Montreuil (93)
*Lycée Léonard de Vinci, Tremblay-en-France (93)
*Lycée Paul Eluard, Saint-Denis (93)
*Lycée Louise Michel, Champigny (94)
*Lycée Léon Blum, Créteil (94), avec pique-nique à 12h
*Lycée Jean Macé, Vitry-sur-Seine (94), piquet de grève lundi midi
*Lycée Schuman, Charenton (94)
ACADEMIE DE DIJON
*Lycée Léon Blum, Le Creusot (71)
*Lycée Pontus de Tyard, Chalon sur Saône (71)
ACADEMIE DE GRENOBLE
*Lycée du Dauphiné, Romans-sur-Isère (26), rendez-vous 13h devant le lycée
ACADEMIE DE LILLE :
*Lycée des Flandres, Hazebrouck (59)
*Lycée Faidherbe, Lille (59), rassemblement avec les collègues grévistes de l’académie
*Lycée Pasteur, Lille (59), rassemblement devant le lycée puis avec les collègues grévistes de l’académie
*Lycée Pierre Forest, Maubeuge (59)
*Lycée Van der Meersch, Roubaix (59), mobilisation devant le lycée
*Lycée Queneau, Villeneuve d’Ascq (59)
*Lycée Mariette, Boulogne-sur-mer (62), piquet de grève devant le lycée à 13h
*Lycée Condorcet, Lens (62), manifestation à 18h
*Lycée Coubertin, Calais (62), piquet à 13h devant le lycée
ACADEMIE DE LYON
*Lycée Robert Doisneau, Vaulx-en-Velin (69), rassemblement devant le lycée à 13h
ACADEMIE DE NANTES
*Lycée Aristide Briand, Saint-Nazaire (44)
ACADEMIE DE PARIS
*Lycée Turgot, Paris 3e
*Lycée Charlemagne, Paris 4e
*Lycée Jacques Decour, Paris 9e, piquet et partage de déjeuner devant le lycée à 13h
*Lycée Claude Monet, Paris 13e, piquet de grève lundi 13h, ouvert aux collègues grévistes du coin
*Lycée Balzac, Paris 17e
*Lycée Henri Bergson, Paris 19e, piquet de grève toute la journée
*Lycée Ravel, Paris 20e
ACADEMIE DE POITIERS
*Lycée Jean Hippolyte, Jonzac (17), piquet de grève lundi 13h30
*Lycée Mandela, Poitiers (86)
ACADEMIE DE RENNES
*Lycée Kerichen, Brest (29), 7h30 devant le lycée, puis 14h devant l’annexe de la direction académique, rue Yves Collet
ACADEMIE DE TOULOUSE
*Lycée Bellevue, Albi (81)
ACADEMIE DE TOURS
*Lycée Grandmont, Tours (37), piquet de grève
ACADEMIE DE VERSAILLES
*Lycée Truffaut, Bondoufle (91)
*Lycée Parc des Loges, Evry (91), 14h30 rassemblement des grévistes du coin devant le lycée
*Lycée Georges Brassens, Evry-sur-Courcouronnes (91), rassemblement devant le Parc de Loges
*Lycée Laurencin, Mennecy (91), rdv 14h devant le lycée pour ensuite rejoindre le rassemblement au Parc des Loges
*Lycée Rosa Parks, Montgeron (91), rassemblement devant le lycée avec les collègues mobilisés d’un collège voisin
*Lycée Jean-Baptiste Corot, Savigny-sur-Orge (91)
*Lycée Rabelais, Meudon (92)
*Lycée Michelet, Vanves (92), piquet 13h
*Lycée Evariste Galois, Beaumont sur Oise (95)
*Lycée Camille Saint-Saëns, Deuil-la-Barre (95), piquet de grève à 12h
*Lycée Van Gogh, Ermont (95), piquet de grève
*Lycée Jean Monnet, Franconville (95)
*Lycée Fragonnard, L’Isle Adam (95)

🔥 LA JEUNESSE SONNE LE RAPPEL A L’ORDRE SUR UN AIR DE GILETS JAUNES 📢

Une manifestation appelée par l’intersyndicale à place d’Italie a été investie par des milliers de manifestants, jeunes pour la plus part, pour certains venus du rassemblement de Concorde interdit par la préfecture.
Ils et elles étaient déterminées à faire entendre la voix d’un peuple qui sonne la fin de partie pour un gouvernement, son président et ses élus.
Les "violences" de ces 3 derniers soirs, comme il convient de les appeler sur les plateaux télé de la bourgeoisie, ont un rôle bien précis : anéantir la violence du système. Du 49.3, de cette réforme et de ce mépris cynique pour la démocratie.
La manifestation du jeudi 23 s’annonce explosive...

(post de CND)

P.-S.

NOTE Annexe :

Le droites macronistes et LR se sont entendus pour le 49.3, avec promesse que LR ne soutienne pas de motion de censure.
Comme ça les macronistes ont pu faire passer leur texte de merde, et les députés LR n’ont pas eu à se mouiller en votant pour le texte et en risquant de déplaire à une part de leur électorat.
Ces petits calclus achèveront de causer leur perte à tous.

Portfolio

Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin (...) Retraites etc. : le gouvernement est déjà mort, poursuivons le plus loin (...)

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft