Propagande d’Etat pour la dévastation industrielle qui tue tout avenir vivable, en Drôme et ailleurs

10e édition de la Semaine de l’industrie : Inventer un avenir durable (sic)

mercredi 8 décembre 2021, par Antitech 26.

En tombant sur ce visuel, on pense d’abord à une blague ironique ou à une parodie énorme, mais en fait non c’est un événement de communication tout à fait sérieux promu par la Direction générale des entreprises (DGE)

Propagande d’Etat pour la dévastation industrielle qui tue tout avenir vivable, en Drôme et ailleurs
Non ce visuel n’est pas une blague, c’est sérieusement produit par le ministère !

On voit sur cette affiche hallucinante une jeune femme aux yeux masqués par un casque virtuel, elle regarde en l’air vers un monde synthétique, vers l’avenir joyeux de rires et de chants programmé par l’industrie 6.0.

Le sous-titre "inventer un avenir durable" suscite la perplexité, puis le rire jaune, puis l’agacement profond.
Il nous est asséné que l’industrie pourrait "inventer un avenir", ce qui est déjà assez absurde. L’avenir est inconnu et n’est pas comparable à la sortie planifiée d’un produit industriel.
Ensuite, le ministère au service de l’industrie prétendent que cet avenir inventé par l’industrie pourrait être durable, fun, cool (imaginaire moderne du casque virtuel et du jeu vidéo), ce qui est carrément grotesque, mensonger et manipulateur.

- Il en était question sur le FB de la préfecture de la Drôme :
#sedi2021 | À l’occasion du lancement de la 10e édition de la Semaine de l’industrie en Drôme, sur le thème « inventer un avenir durable », la préfète de la Drôme, Élodie DEGIOVANNI, s’est rendue à l’Espace Culturel de Saulce-sur-Rhône suite à l’action « Job dating mets tes baskets et trouve ton job » consistant à rapprocher offres et demandes d’emploi.
(...)
10e édition de la Semaine de l’industrie en Drôme, sur le thème « inventer un avenir durable »
(...)
du 22 au 28 novembre 2021, partout en France, ce rendez-vous permet aux collégiens, aux lycéens, aux apprentis et au demandeurs d’emploi de découvrir l’industrie avec des acteurs engagés dans les transitions écologiques et numériques.

Cette semaine de l’industrie, c’est l’art d’inverser les réalités et d’embrouiller les gens.
En effet, si l’industrie et son monde productiviste technologique perdure, il n’y a aucune chance pour que l’humanité connaisse un avenir durable, et encore moins un avenir vivable.

Jeunes, moins jeunes, défendez un avenir vivable, quittez l’industrie et rejoignez les fronts anti-industriels et anti-technologies.

Découvrez les éléments de langage mis au goût du jour éco-bio-durable-moderne de la techno-industrie - Emboucaner les jeunes avec le sourire

- La propagande mensongère pro-industrie se décline aussi en vidéos promotionnelles ciblant les jeunes

https://www.youtube.com/watch?v=dLDA2RmRVEw&list=PLA48ksChTBSQNvHZZQyPRC5600-V-J2qZ&index=3

- 10e édition de la Semaine de l’industrie : Inventer un avenir durable
Extraits :
Une campagne pour casser les clichés sur l’industrie et montrer l’adaptation aux grands enjeux sociétaux
Le thème de cette 10e édition, « Inventer un avenir durable », concrétise l’engagement des acteurs industriels et des partenaires de l’événement dans les transitions écologique, énergétique et numérique, la mixité des métiers, l’économie circulaire et le « Fabriqué en France ». Cette campagne met en valeur ces thèmes portés par l’écosystème industriel et que les jeunes doivent entendre.

La Semaine de l’industrie, c’est l’occasion de susciter des vocations en montrant que l’industrie propose des métiers d’avenir, des carrières passionnantes, formatrices, bien rémunérées, des opportunités d’explorer l’international et les nouvelles technologies.
Un coup de projecteur sur la richesse et la diversité du tissu industriel français

Chaque année, ce rendez-vous permet aux collégiens, lycéens, apprentis et demandeurs d’emploi de découvrir ce qu’est réellement l’industrie : un secteur dynamique, engagé dans les transitions écologique et numérique
(...)

La techno-industrie et son monde capitaliste, un crime contre tout avenir vivable

En réalité, l’industrie c’est :

  • S’inféoder au monde capitaliste, à sa concurrence, sa valorisation du capital qui prime sur tout, sa croissance infinie dans un monde fini, sa marchandisation de tout, son violent marché du travail, son culte mortifère du travail et du sacrifice...
  • Continuer à dévaster la planète du fait du productivisme, de l’urbanisation, de la construction d’univers virtuels et de centres de données géants, des matières premières extraites, des émissions de CO2, de l’obsolescence programmée, des risques industriels non maîtrisables...
  • Continuer la croissance des technologies qui nous dépossèdent de tout pouvoir et rendent impossibles toute forme de démocratie. La complexité et la mondialisation des chaînes de fabrication implique des systèmes politiques et économiques centralisés et autoritaires
  • Participer à la spécialisation dangereuses des taches et des productions, à la transformation de la planète en monde artificiel voué à l’échange de marchandises et de pièces détachés via des chaines logistiques mondialisées
  • Accroître la robotisation et l’informatisation qui dépossèdent de tout contrôle, qui transforment les humains en flux, en robots, en machines à produire et à consommer
  • Continuer le remplacement de l’humain par les machines mécaniques et/ou à algorithmes liées à des rationnalités cybernétiques (IA)
  • Des travailleurs obligés de soutenir et défendre un système qui les exploitent et qui au final détruit l’habitabilité de la Terre
  • etc.
Propagande d’Etat pour la dévastation industrielle qui tue tout avenir vivable, en Drôme et ailleurs
L’industrie « propre », c’est des humains soumis aux robots, pour fabriquer et distribuer des produits industriels via des chaines logistiques gérées par des flux numériques

Pour s’attapter aux contraintes et capter de nouveaux marchés, l’industrie veut dynamiquement muer, muter, changer de vocabulaire, parler de bio, de transition, d’éthique, de durable, de recyclable, de propre, d’économie circulaire, de relocalisation, de métiers valorisants, mais ça ne change strictement rien à sa nature fondamentalement destructrice et antisociale.

Une techno-industrie démocratique, conviviale non destructrice des mondes vivants est impossible, la contradiction est insoluble.
La neutralité carbone d’une économie productiviste est impossible, et pas à temps en tout cas, et elle n’est pas une solution car les dévastations continueraient de plus belle partout ailleurs, notamment dans les mines servant à alimenter l’Economie et ses énergies alternatives aux énergies fossiles.
Le capitalisme et les Etats ont besoin de produire toujours plus du fait des mécanismes incontournables capitalistes, du besoin de puissance et de contrôle, donc ce qui est économisé d’un côté permet son utilisation de l’autre. Au final, l’Economie utilise toutes les ressources disponibles, et va au-délà.

Rendre la techno-industrie durable serait un cauchemar
car les dévastations et alliénations pourraient durer plus longtemps et se faire mieux accepter via divers enfumages.
Il faudrait donc en finir avec l’industrie durable pour préserver un avenir vivable.

L’industrie c’est fabriquer en série des objets pour le système marchand, c’est fabriquer des machines pour fabriquer d’autres machines, c’est accroître le chaos insoluble créé par l’industrie et le techno-capitalisme.
L’industrie c’est un certain type de confort matériel, aliénant et destructeur de convivialité, pour une partie de la population, un confort matériel acquis au prix de la dévastation du vivant et de l’exploitation brutale des humains, au prix du retour de bâton en cours du dérèglement climatique globale et de la destruction des écosystèmes et des êtres qui y vivent.
L’industrie capitaliste c’est fabriquer toujours plus d’argent pour que les puissants s’enrichissent et polluent à donf en surconsommant.
L’industrie c’est rendre la planète inhabitable, c’est l’offrir aux produits chimiques, aux régimes autoritaires, aux ruines et aux robots.

Jeunes, moins jeunes, défendez un avenir vivable, quittez l’industrie et rejoignez les fronts anti-industriels et anti-technologies.

- Articles complémentaires trouvés sur Ricochets, pour des développements sur ces thèmes :


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft