Notre soumission n’est pas inéluctable

Solidarité, révolte, entraide, action en commun

par Camille Pierrette.
Mis à jour le mercredi 29 mai 2019

Depuis trop longtemps on a abandonné le pouvoir de décider à l’Etat, aux politiciens, aux experts et aux gros capitalistes. De ce fait, les orientations des sociétés humaines nous échappent totalement.
La plupart des humains en france se réfugient dans les familles, les clans, les classes culturelles. On y consomme de tout, du loisir et des objets, on flatte son Moi, on se fait plaisir, mais comme on a un besoin grégaire malgré tout, on forme alors toutes sortes de clubs et associations, de la pétanque à l’astronomie, en passant par les clubs de réflexions sociales. On a même des clubs d’activistes, mais qui la plupart du temps échouent hélas face aux murs armés de l’Etat et du silence des moutons. Il y a aussi les causes humanitaires et sociales en tous genres pour rassurer sa conscience.
Ces clubs remplacent les assemblées populaires politiques, les productions autogérées et les coopératives d’habitation.
La plupart des gens ont alors intériorisé la doctrine du libéralisme, et restent atomisés, incapables de résister collectivement, impuissants et résignés.
Et ainsi plus grand monde ne songe à des visions et transformations globales, radicales. On reste sagement dans le cadre imposé et on s’en réjouit, surtout si on est riche.

il n’est pas question de remettre en cause l’existence de l’enclos

Comme des vaches dans un enclos on ne songe qu’à réclamer une meilleure herbe, plus de paille pour l’hiver, davantage d’heures de sorties et de friandises, mais il n’est pas question de remettre en cause l’existence de l’enclos, ni le fait qu’on se fait traire, ni de s’inquiéter outre mesure du fait qu’on risque fort de finir assez vite à l’abattoir.

Nous avons laissé le système que nous avons créé nous transformer en animaux domestiques soumis, et ravis de pouvoir au printemps gambader dans les prés verts entourés de barbelés gardés par des chiens policiers.

Ce régime d’enclos, de différentes tailles et conforts car il en faut pour tous les goûts et toutes les classes, n’est pas une démocratie ni même une véritable société, et donc il n’y a pas de citoyens, juste des boeufs le plus souvent empressés d’être asservis, floués, endormis et abrutis de distractions diverses fabriquées industriellement et personnalisées par les merdias et les travailleurs et travailleuses asiatiques.

A l’occasion, notre enclos se transforme en zone de guerre, en camps d’extermination, c’est alors moins fun, mais on s’y accroche quand même car il n’y a rien d’autre. A présent, si on laisse faire, cet enclos plus ou moins doré, plus ou moins brutal et concentrationnaire suivant les classes et suivant les pays, risque de se transformer en apocalypse planétaire ! A nous d’agir collectivement et vigoureusement pour stopper/limiter les catastrophes climatiques et écologiques qui détruisent le monde vivant en arrêtant au plus vite le capitalisme et la civilisation industrielle dont la france est un des sinistres fleurons. Et aussi en construisant des sociétés soutenables.

De plus, ce système criminel génère un stress et une précarité tels pour la plupart des gens, et en particulier les plus pauvres, qu’on est très préoccupé par notre survie au jour le jour et par nos soucis, et donc on a beaucoup de mal à envisager de passer du temps et de l’énergie à des activités subversives (entre autres raisons et explications).

reprise en main populaire des affaires politiques et économiques

C’est pourquoi ce sont souvent les réfractaires à l’esclavage du Travail et de la marchandise qui se retrouvent aux premières lignes de la contestation active. Ils sont alors décriés par les esclaves qui les traitent de feignant.e.s et de parasites.
Pour parfaire notre domination, le système a érigé en valeurs positives la soumission et l’obéissance, et a dévalorisé la colère, l’insurrection et l’insubordination.
Heureusement, les gilets jaunes nous démontrent que rien n’est inéluctable !

Par la solidarité, la révolte, l’entraide, l’action en commun, la reprise en main populaire des affaires politiques et économiques est possible. Brisons nos fers, activons nos mains !

Camille Pierrette, mars 2019
(paru dans le journal papier n°10 de Ricochets)


3 Messages

  • Notre soumission n’est pas inéluctable Le 1er juin à 00:38, par Collectif d’animation de Ricochets

    Bonjour,
    RICOCHETS soutien les gilets jaunes, mais Ricochets est un média participatif. Il n’y pas d’équipe rédactionnelle, ce sont divers auteurs qui publient.
    Les contenus sont publiés librement par les gens de la région ou de passage par ici.
    Donc si vous ou quelqu’un d’autre publiez des appels à manifester sur Ricochets pour le RIC-ETM dans la région ils seront validés par nos modérateurs.

    pour l’équipe de Ricochets

    Répondre à ce message

  • Notre soumission n’est pas inéluctable Le 31 mai à 09:49, par BACHAUD

    RICOCHETS reconnait il que le référendum d’initiative citoyenne en toutes matières,(RIC-ETM) mettrait fin définitivement à notre impuissance politique ?
    RICOCHETS connait il « la règle des 3,5% » ? Une étude américaine sur 106 ans de manifestations aux USA a amené deux chercheuses(Erica Chenoweth et Maria J. Stephan), à constater que toute revendication soutenue durablement par des manifestations pacifiques de 3,5% de la population était satisfaite.( https://lareleveetlapeste.fr/il-suf... )
    En France cela ferait 1.800.000 manifestants répartis sur l’ensemble des communes choisies, par eux, pour manifester.
    Le CLIC (comité de liaison pour l’initiative citoyenne) a mis en ligne depuis longtemps un formulaire de promesses de manifestation avec unique revendication le RIC-ETM.
    Dès que le nombre de promesses enregistrées garantira sa pérennité (indispensable pour son succès) nous lancerons une manifestation nationale tous les vendredis soirs.
    Tous les collectifs, mouvements, associations, partis, qui appelleront leurs militants et sympathisants à s’inscrire sur ce formulaire auront bien précisé qu’aucun signe distinctif (pancarte, drapeau, banderole, T-shirt… ) ne devra évoquer une éventuelle appartenance à un groupe spécifique.
    Question simple :
    RICOCHETS s’engage t il à appeler - à intervalle raisonnable - ses lecteurs à aller se joindre à ces promesses de manifestations déclarées, hebdomadaires, statiques,et pacifiques ?

    Répondre à ce message

    • Notre soumission n’est pas inéluctable Le 1er juin à 00:45, par Camille Pierrette

      Juste une remarque concernant l’étude de Erica Chenoweth et Maria J. Stephan que vous citez concernant les 3.5 % de manifestant.e.s pacifiques.
      Des auteurs ont montré que cette étude n’était pas valable, et encore moins concernant des remises en cause profonde du système en place.
      Voir notamment cet article :
      Non, il ne suffit pas que 3,5 % d’une population se mobilise pour que la non-violence triomphe (par Nicolas Casaux)

      En conséquence, je suis au regret de vous informer que votre action aura du mal hélas à porter des fruits vu qu’elle s’appuie sur des informations erronées ou tronquées, désolé.

      Extrait de l’article :

      Parmi les grands succès de la non-violence, Erica Chenoweth et Maria Stephan font souvent référence au renversement de Milosevic. Une aberration pour au moins deux raisons. La première, c’est que le mouvement qui a détrôné Milosevic, entre autres via l’organisation Otpor  !, a en partie été financé et organisé par les USA, par la CIA[1], et par diverses fondations privées[2]. Ainsi, comme pour nombre des soi-disant « mouvements populaires » cités par nos deux propagandistes de la non-violence, l’aspect « populaire » est ici plus que discutable.

      La deuxième raison pour laquelle cet exemple est une aberration, c’est que le renversement de Milosevic ne constitue en rien un succès. Les pays de l’ex-Yougoslavie sont autant de fausses démocraties capitalistes, au même titre que la France et les USA. Là-bas, comme ailleurs, on vit sous le joug de l’idéologie du « développement », du mythe du progrès et de l’industrialisme. Si ce que Chenoweth et Stephan veulent dire c’est que les mouvements non violents peuvent favoriser l’expansion du néolibéralisme (dans le cas du renversement de Milosevic comme dans celui du changement de régime aux Philippines en 1986, un autre exemple qu’elles citent beaucoup) et l’avènement des fausses démocraties™, alors nous sommes d’accord.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft