Acculé, Macron se défend par le mensonge de l’existence d’une vraie démocratie en France, enfonçons le clou !

Le gouvernement est en train de perdre toute légitimité, continuons à dénoncer la démocrature En Marche

vendredi 24 janvier 2020, par Camille Pierrette.

En revenant d’Israël le 23 janvier, Macron a tenté de faire croire que la France est une véritable démocratie et donc que les rebelles à sa politique anti-sociale auraient tord de déborder du cadre et de parler de non-démocratie.

C’est le signe qu’il est aux aboies, à court d’arguments et de grenades il sort les grands mots pour enfumer et tenter de garder un petit peu de légitimité.
C’est donc le moment d’enfoncer le clou et de dénoncer partout l’absence de démocratie réelle en France, de dénoncer la tyrannie des riches, des investisseurs et du capitalisme, de dénoncer la domination du politique par le Capital, de rappeler qu’un système entièrement représentatif où les élus ont tout pouvoir n’est pas une démocratie, de dénoncer de plus belle la répression policière barbare et généralisée érigée en système, en terrorisme d’Etat, des brutalités policières ordonnées et couvertes par le gouvernement.

Par ailleurs, les pitoyables tentatives de diversions du régime sur l’antisémitisme ou le communautarisme ne pourront enrayer les contestations et la remise en cause radicale de « l’aristocratie élective » qui se masque derrière le fameux vocable de « la-démocratie ».

Voici des extraits des déclarations de Macron :

« Essayez la dictature et vous verrez ». E. Macron

Emmanuel Macron a dénoncé avec véhémence, dans l’avion le ramenant d’Israël jeudi 23 janvier soir, « les discours politiques extraordinairement coupables » affirmant que la France est devenue une dictature, et justifiant de ce fait la violence politique et sociale.
« Aujourd’hui s’est installée dans notre société - et de manière séditieuse, par des discours politiques extraordinairement coupables -, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie, qu’une forme de dictature se serait installée », accuse le président dans un entretien que doit diffuser Radio J vendredi matin.

Et de lancer : « Mais allez en dictature ! Une dictature, c’est un régime ou une personne ou un clan décident des lois. Une dictature, c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. Si la France c’est cela, essayez la dictature et vous verrez ! La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir. Mais il y a en démocratie un principe fondamental : le respect de l’autre, l’interdiction de la violence, la haine à combattre ». Selon Emmanuel Macron, « tous ceux qui aujourd’hui dans notre démocratie, se taisent sur ce sujet, sont les complices, aujourd’hui et pour demain, de l’affaiblissement de notre démocratie et de notre République. »

Questionné sur la violence, le chef de l’Etat a jugé que « celles et ceux qui portent cette violence, celles et ceux qui, avec cynisme quelquefois, l’encouragent, celles et ceux qui taisent tout reproche qu’il faut avoir oublient une chose très simple : nous sommes une démocratie ».
« Une démocratie », explique-t-il, « c’est un système politique où l’on choisit nos dirigeants. C’est un système politique où l’on choisit des représentants qui auront à voter librement les lois qui régissent la société. Cela a beaucoup d’exigence, cela veut dire que la liberté du peuple et sa souveraineté sont reconnues. Mais cela a une contrepartie, c’est que dans une démocratie, on a un devoir de respect à l’égard de ceux qui représentent et votent cette loi, parce que précisément, on a le pouvoir de les révoquer. On a l’interdiction de la haine, parce qu’on a le pouvoir de les changer ! »

Avec AFP - 24/01/2020

- Voir aussi l’article du Monde qui reprend ses propos : Emmanuel Macron dénonce les discours justifiant la violence en France et « l’affaiblissement de notre démocratie » - Au cours du vol le ramenant de Tel-Aviv vers Paris, jeudi soir, le président de la République a répondu aux questions de trois médias, dont « Le Monde ».

Assemblée du peuple, pour le peuple, par le peuple, démocratie directe

Non manu, la France n’est pas une démocratie, et ne l’a jamais été

Puisque je fais peut-être partie des affreux qui, selon Macron, tiennent « des discours politiques extraordinairement coupables », voici ma réponse :

Le culot des oligarques est sans limites, eux qui détruisent sans vergogne les éventuels restes de démocratie, qui méprisent leurs propres députés, qui ordonnent une répression barbare sans précédent, qui font pourchasser et éborgner des lycéens par des bandes armées de flics, qui détruisent les restes de services publics et de biens communs au profit des riches et gros capitalistes, sapant les bases de toute possibilité de démocratie, qui accentuent l’impuissance politique et économique des peuples, qui vendent des armes de morts aux dictateurs, qui pondent des lois ultra-sécuritaires dignes du fascisme, qui traquent les exilés en appliquant les idées d’extrême droite, se permettent à présent de faire des leçons de démocratie et de tempérance ! On croit rêver.
Décidément, la novlangue du régime n’a plus de limites !

Macron serait-il partant pour un vrai débat non truqué et non faussé avec des anarchistes, militants politiques de l’émancipation, militants des comités justice et vérité des banlieues, historiens, gilets jaunes... sur la question de la démocratie ?
S’il est si "démocrate" que ça, LOL, il ne manquera pas d’en organiser un, je suis volontaire pour participer...
Macron, remballe ta pédagogie à deux balles sur "la-démocratie", et retourne à l’école, la vraie, pas l’éducation nationale, tu y apprendras peut-être deux-trois trucs.

- Quelques articles parmi d’autres sur cette question fondamentale, qui atomisent la propagande du régime et de ses fidèles serviteurs politiciens et journalistes :

Nous ne vivons pas en démocratie. Cela doit apparaître de plus en plus clairement à de plus en plus de gens. Les manifestations actuelles des gilets jaunes semblent le suggérer. Le mot démocratie n’aurait jamais dû désigner autre chose que la démocratie directe. Le fameux pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Le régime politique dans lequel nous vivons, le régime électoral républicain et libéral, que les institutions culturelles dominantes, les gouvernants et les médias qualifient de démocratie représentative (un oxymore), est « une aristocratie élective dans les faits », ainsi que l’écrit Francis Dupuis-Déri dans son livre La peur du peuple – Agoraphobie et agoraphilie politiques. Il ajoute d’ailleurs qu’il « est aussi possible d’y voir une monarchie, puisque l’aristocratie élue est dirigée par un monarque élu, le président — ou un premier ministre tout puissant face à une reine impuissante, comme au Canada ou en Grande-Bretagne. D’un point de vue étymologique, le mot monarchie désigne bien le pouvoir ou le commandement (arkhè) d’un seul individu (mono). Mais pourquoi donc faut-il qu’il y ait un chef dans un régime libéral ou républicain, en plus du corps de l’aristocratie élue  ? Mystère. Avoir un chef d’État semble pourtant normal et naturel, et personne ne s’étonne que le roi ait simplement été remplacé par un président ou un premier ministre. »

En conclusion, par charité, j’invite Macron et toute sa clique de mercenaires à éviter de continuer à parler de démocratie, une idée qu’ils ne connaissent ni en théorie ni en pratique. Ca leur évitera un surcroît de ridicule.

- D’autres voies sont possibles que la tyrannie, la dictature ou la démocrature à la sauce macronienne :

P.-S.

- Dans l’article du Monde, Macron parle aussi de la « transformation climatique » ! On n’est pas au rugby, et le climat ne se « transforme » pas tout seul, il est détruit par le système capitaliste que Macron défend et encourage ! Les mutations climatiques sont tellement fortes et rapides qu’on subit plutôt des catastrophes climatiques, des cataclysmes, des apocalypses, et c’est loin d’être fini. Comme la plupart des merdias, Macron euphémise les catastrophes afin d’éviter de reconnaître le problème et de faire l’impasse sur son origine, la civilisation industrielle, que Macron et sa clique veulent continuer à tout prix, même au prix d’une Terre brûlée et inhabitable.
Mais Macron s’en tape, il espère s’évader dans une capsule spatiale en direction de Mars ? Alors évadons-le avant, bien serré dans une camisole de force, pour qu’il ne revienne pas.


1 Message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft