Votons pour les listes municipales les plus engagées pour l’écologie et le social

...et surtout faisons grandir une forte culture de résistance hors des institutions

mardi 10 mars 2020, par Les Indiens du Futur.

Alors que dans les domaines sociaux, politiques, écologiques... la nécessité de bifurcations radicales émerge davantage, les communes ont de moins en moins de pouvoir, elles sont privées de moyens par l’Etat.

- Voir cet article qui parle du problème des intercommunalités : Pour des communes écologiques qui coopèrent librement :
Caractérisées par leur technocratisation, les intercommunalités effacent les clivages partisans et idéologiques en leur sein. Elles dépolitisent et standardisent l’action publique locale. En multipliant les lieux d’exercice du pouvoir, elles professionnalisent les élu·e·s et renforcent la sélectivité sociale pour accéder aux postes de pouvoir. Elles invisibilisent les femmes, notamment au sein de l’exécutif. Les EPCI mettent par ailleurs en retrait les plus petites communes au profit de la ville-centre et de ses édiles. Enfin, la complexité de la prise de décision en leur sein empêche le contrôle citoyen sur les actes intercommunaux.

On constate que les institutions en place, le capitalisme conquérant, l’individualisme, le poids de la survie quotidienne, le replis dans la sphère privée, les classes sociales, l’emprise des gros médias porteurs de l’idéologie libérale ne favorisent pas du tout le pouvoir d’agir sur nos vies. Ainsi, les choix politiques, les choix de production et de sociétés sont dramatiquement accaparés par les notables, les bourgeois et les lobbies capitalistes.

Dans ce contexte, parler de démocratie concernant la France, de dialogue égalitaire et de « vivre ensemble » apaisé est une mystification, un mensonge, ou pire, une manière d’étouffer et invisibiliser les conflits et les problèmes.

Une culture de résistance {JPEG}Néanmoins, vu l’océan abyssal de notre impuissance dans les domaines politiques et économiques, il est bon d’utiliser toutes les occasions pour faire avancer la cause de l’autonomie et de l’émancipation. On propose donc de voter pour les listes municipales les plus engagées sur les questions écologiques, sociales, d’autonomie locale, pour celles qui entraveront le moins les projets collectifs de libération et de partage (A Crest il s’agit visiblement de la liste "Ensemble pour Crest"). Pour enrayer vraiment les causes des catastrophes écologiques, climatiques et sociales en cours au lieu de corriger à la marge leurs effets, il faudra bien sûr surtout amplifier les actions situées en dehors des institutions, attaquer le capitalisme et la civilisation industrielle. S’organiser, lutter, coopérer, construire, multiplier assemblées et groupes de discussion, pour quoi qu’il se passe faire vivre et grandir dans chaque territoire une nécessaire culture de résistance, forte, tenace et multiforme.
Il faudrait donc que rapidement les minorités rebelles augmentent en nombre et en intensité/portée d’actions.

D’autant que la plupart des projets municipaux (ou ceux des partis) s’abîment dans les illusions suicidaires du "développement durable", du capitalisme "vert", d’une transition écologique tronquée et superficielle sur fond de "développement économique" "créateur d’emplois et de richesses". La voie institutionnelle ne peut pas suffire, elle est bien trop lente, voire poursuit le désastre en le repeignant, elle pourrait même s’avérer souvent dangereuse en gaspillant des forces vives engluées dans des voies illusoires.

Malgré tout, on peut se réjouir des projets municipaux qui parfois émergent concernant l’autonomie locale et la résilience, notamment alimentaire.

- Voir cet article qui pose ce problème de fond : Sauver la civilisation ou endiguer la destruction du monde ? De l’importance de savoir ce que nous voulons - « Leur écologie et la nôtre » ou Quand l’écologie change de sens : Biocentrisme vs. Technocentrisme

Et les panneaux solaires et les éoliennes, c’est juste un exemple. La transition écologique n’existe pas. Les promesses et/ou les rêves d’une civilisation industrielle verte (et démocratique) sont des chimères pathétiques. Et pendant que les écolos sont tout fiers de leur Convention-citoyenne-qu’elle-va changer-le-monde (rendre la civilisation écodurable), c’est-à-dire de leur promotion desdites chimères, des cons organisent, par plaisir d’être des cons, des « courses automobiles dans des écosystèmes fragiles » (Extreme E), dans une sorte de provocation diabolique, de pied de nez à l’écologie, à la vie.

- Voir aussi notre article Municipales 2020 : climat et écologie, on est loin du compte ! - Les communes sont coincées par la domination du modèle capitaliste et de Croissance : lutter pour briser ses carcans

Comme le capitalisme et ses structures, ses propriétés et ses capitaux, sont protégés par la loi, sacralisés par les merdias et les partis de gouvernements, défendus par les polices-milices du Capital, ces luttes (écologistes et sociales) pour notre survie seront forcément en opposition aux institutions, aux oligarques et notables, et devront nécessairement passer assez souvent par les chemins de l’illégalité collective et de la désobéissance civile généralisée.

Face au conservatisme des institutions, face au système anti-démocratique en place, face à la folie du capitalisme totalitaire et à ses destructions, face aux brutalités de l’Etat et de ses organes de répression au service de la civilisation industrielle..., une diversité des tactiques coordonnée vers des objectifs communs grandira sans doute.
Entre autre, des coordinations de rébellion multiplieront peut-être les ZADs, occupations, squats, grèves insurrectionnelles, blocages économiques, voire des sabotages ciblées d’infrastructures cruciales du monde capitaliste.

- Retrouvez nos brochures et articles sur Ricochets.cc
Collectif Les Indiens du futur

P.-S.

Désintoxiquons-nous pour de bon des mythes criminels et suicidaires de la croissance verte et du développement durable, quelques articles


1 Message

  • Votons pour les listes municipales les plus engagées pour l’écologie et le social Le 10 mars à 21:52, par Etienne Maillet

    C’est une bonne chose d’établir le parallèle entre communauté de communes, dont le lien avec la démocratie est on ne peut plus distant, et la montée parallèle des néo technocraties locales communautaires. Conséquence inévitable : la communauté de communes rend illusoire la démocratie locale en en distendant les fils.
    Bonne chose également d’appeler à voter la liste ayant le mieux compris l’esprit du temps et les aspirations citoyennes, à savoir Ensemble pour Crest.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft