La désertion du marché du travail standard grandit, pourquoi, comment, vers quoi ?

Déserter, un premier pas salvateur, et ensuite ?

mardi 23 août 2022, par Echo des luttes écolo-sociales.

Les désertions d’emplois et fonction indésirées semblent se multiplier.
Du refus individuel au mouvement collectif ?

Suites de l’appel à déserter, avec cette série en 4 volets sur Reporterre :

La désertion du marché du travail standard grandit, pourquoi, comment, vers quoi ?
Sortir collectivement du piège du marché du travail, du travail (re)défini par le rapport social capitaliste

- Enquête : La grande démission : comment la désertion gagne la France - Dans le monde occidental, des millions de personnes quittent leur travail. L’offensive néolibérale, la catastrophe écologique et la pandémie ont attisé cette fugue massive.

- Et mon article déjà à ce sujet : La désertion du marché du travail grandie, jusqu’où ?

Déserter, et ensuite ?

Dans ces récits, on voit des interrogations et initiatives pour que la désertion salutaire se généralise, devienne une préoccupation collective plutôt qu’une simple afffaire privée.
Plus difficile : la question de rendre la désertion possible pour des classes sociales non privilégiées, qui n’ont pas de capital ni de diplômes, qui ont grandit dans le culte de la « valeur travail ».

Malgré la désertion, le capitalisme et la technocratie sont partout. Un travailleur indépendant ne sera pas moins pris dans les filets du capitalisme et de l’Etat qu’un salarié.
A moins de viser des activités résolument hors marché et hors influences/aides étatiques (réseau d’activités de subsistance, coopérative intégrale...?), toute activité se retrouve à un moment dans les contraintes de la concurrence, de la valorisation de la valeur, dans le viseur des réglementations, dans le filet étroit des règles édictées par le système anti-démocratique en vigueur.
La désertion du marché du travail ou de certains emplois peut être un pas utile ou un premier pas, mais en faire une fin est une impasse. Il faudra aussi viser à démolir et remplacer par d’autres moyens le système en place, la civilisation industrielle, qui sinon tôt ou tard se rappellera à nous et nous dévorera d’une manière ou d’une autre.

Pour aller plus loin, obligé aussi de remettre en cause le couple infernal travail/capital, de sortir du cercle infernal de la valorisation de la Valeur, de sortir du concept de travail rendu « abstrait » (et équivalent par la monétisation du temps passé au turbin) par le système social capitaliste.
Ces désertions en série pourraient être le moment opportun pour remettre en cause les fondements même du capitalisme, pour ne pas s’en tenir au rejet des emplois et activités les plus absurdes, vides et néfastes.
C’est une tâche vitale si on veut s’extraire de l’impasse dans laquelle on bute, pour ne plus conserver des tas de secteurs d’activités nuisibles (socialement et/ou écologiquement) juste parce que des emplois et des salaires en dépendent, pour être capable de cracher sans retenue sur la « main » qui nous « nourrit » (par le salaire, les subventions ou le statut de fonctionnaire).
Cette « main » étant une des mains innombrables de la civilisation industrielle, une culture, des activités et des infrastructures qui mènent à la ruine totale de la biosphère.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft