Attaque d’extrême droite contre le café l’HYDRE : France Bleu et le Daubé répètent la version tendancieuse des gendarmes

Le parallèle avec Espenel et le terme de « Vendetta » : une stratégie policière pour dénigrer et diviser

samedi 23 mai 2020, par Camille Z.

Le Daubé et France Bleu ont écrit sur l’attaque d’extrême droite qu’a subie le café associatif l’HYDRE à Crest le 14 mai 2020.

France Bleu, qui à ma connaissance n’a pas contacté l’HYDRE pour se renseigner, a publié des photos de la gendarmerie nationale.
Et dans leur article le rapprochement avec les tags à Espenel sur des murs du monument célébrant les morts de la résistance semble venir directement de la gendarmerie également.
D’ailleurs on retrouve le même procédé dans le Daubé. Ces médias seraient-ils « des médias de préfecture » ?

Parler de « vendetta » (France Bleu) ou de « réponse de l’extrême droite » (Daubé) semble quand même assez délirant étant donné que la résistance en 39-45 était beaucoup le fait de communistes, de juifs, d’anarchistes, et qu’ils s’opposaient tous à des régimes fascistes (Vichy et les nazis). Bref, l’extrême droite et les groupuscules fascisants ne peuvent qu’être hostiles à la résistance française et aux résistants, et donc on ne voit pas bien pourquoi ils voudraient se « venger » d’une supposée atteinte par tags à leurs ennemis jurés !

Ou alors l’extrême droite tenterait de récupérer la résistance française à son profit, comme elle le fait dans d’autres domaines pour tenter de se rehausser et de noyer tout dans le confusionnisme ?

La « thèse » des flics reprise servilement par les journaleux de préfecture ne repose que sur la similitude dans l’utilisation de peinture.

La liberté c’est l’esclavage, la sécurité c’est la liberté
L’état d’urgence dit sanitaire, l’état d’urgence anti-terroriste, climatique ou économique, permet à l’Etat et au système capitaliste d’avoir tout pouvoir pour accentuer la domination sur les masses, lesquelles sont prêtes à accepter tout totalitarisme pour pouvoir survivre sans rien changer dans une grande prison.

Une stratégie policière pour dénigrer toute forme de gauche contestataire

- En voyant cette insistance à mettre en rapport avec l’Hydre l’affaire des tags à Espenel, je penche donc plutôt pour une stratégie policière venant des autorités hiérarchiques pour essayer :

  • de rendre responsables les groupes de gauche ou assimilés des attaques de l’extrême droite qui les visent (la victime devient alors coupable)
  • de réduire l’HYDRE à un lieu d’extrême gauche, afin de faire peur et de l’isoler du reste des habitant.e.s (diviser pour mieux régner)
  • de réduire ces attaques à des vendettas entre groupes politiques décris comme extrémistes
  • de justifier par avance davantage de surveillance des courants contestataires de gauche (pour empêcher la supposée « vendetta » créée de toute pièce)
  • d’endoctriner les masses par la répétition que « l’extrême gauche est comme l’extrême droite, que les extrêmes se rejoignent, etc. » Un discours vicieux que l’on voit sans cesse dans les merdias du Pouvoir et des milliardaires
  • de faire oublier le contexte de plus en plus policier et autoritaire imposé par le gouvernement et les lobbys capitalistes qui favorise et encourage l’extrême droite à agir et à se montrer davantage

Comme l’extrême droite, l’Etat et ses polices jouent sur la confusion pour égarer les possibles rebellions.
- Rappelons aussi que les idées et votes d’extrême droite sont très présents dans les rangs des policiers et gendarmes (voir aussi sur le Figaro, pour faire bonne mesure).
Ce qui pourrait peut-être aussi expliquer en partie cette propension des flics souvent observée à taper plus facilement sur les gauches contestataires que sur l’extrême droite.

L’extrême droite étant avec raison consensuellement vue dans de larges couches de la population comme un courant raciste, néfaste, pro-dictatures, autoritaire, viriliste, prompt aux ratonnades de simples militants, personnes de couleur et homos, les merdias et les flics rabâchent une supposée équivalence avec les gauches contestataires pour faire peur, pour ramener les gens vers les courants plus réformistes, pour dénigrer toute perspective révolutionnaire émancipatrice.
Les pouvoirs veulent garder les troupeaux sous leur coupe en rabâchant sans cesse que : « extrême droite et extrême gauche se rejoignent dans la violence, ce sont des frères ennemis qui s’affrontent de manière rituelle, comme deux bandes », « Ne sombrez pas dans les extrêmes, ne militez par avec eux, votez pour la droite ou la gauche de gouvernement, ou mieux, le centre, soyez raisonnables et pragmatiques, restez de bons citoyens bien sages qui ne remettent en cause ni l’Etat ni le capitalisme ».

Pour l’Etat et le système capitaliste, l’idéal de société humaine est la fourmillière bien réglée

Bien sûr, ce sont surtout les gauches contestataires (radicales, révolutionnaires, libertaires...) qui sont visées, car l’extrême droite gêne bien moins les pouvoirs.
Celle-ci fourni même un repoussoir très utile, un monstre bien noir qui permet de blanchir par contraste les horreurs quotidiennes et le plus souvent légales produites par les gouvernements et la civilisation capitaliste. Durant les élections, une extrême droite au second tour est un atout génial, c’est l’assurance de l’emporter (2017 Macron, élection de Chirac en 2002).
Et puis, si la contestation sociale de gauche ou anarchiste augmente de trop, alors les Pouvoirs n’hésitent pas à avoir recours à l’extrême droite, pour aider à la répression, et aussi pour prendre le pouvoir et assurer l’Ordre au service des oligarchies. Car même si l’extrême droite peut présenter quelques inconvénients pour les Pouvoirs, elle est nettement plus proche de leurs idées (on le voit particulièrement bien avec Macron, voir liens en PS, et cet article : pour le gouvernement et les fascistes, le réel n’existe pas), et elle ne remettra pas beaucoup en cause le capitalisme et ses fondements. Avec l’extrême droite au pouvoir les riches pourront continuer à s’enrichir, le business pourra continuer, voir s’amplifier grâce à une poigne de fer encore plus féroce contre les contestations de gauche qui arrivent encore parfois à perturber un peu les affaires.

Ainsi, l’extrême droite n’est que le petit arbre pourri qui cache la grande forêt vénéneuse des pratiques policières standards, d’autoritarisme totalitaire de l’Etat et du monde capitaliste.
Sans les jeux politiciens, sans les inégalités et détresses sociales produites en série par le capitalisme, sans la destruction de l’autonomie par l’Etat et le monde marchand, l’extrême droite resterait à l’état de scorie, de poussières sans effets ni importance.

- Pour compléter le tableau, on remarque qu’une certaine « gauche », des personnes qui anciennement étaient de gauche ou se donnent des airs, n’hésitent pas à taper très fort sur les gauches contestataires, faisant le jeu des flics, des courants les plus conservateurs et des extrêmes droites.
Plutôt que de soutenir les contestations émancipatrices, ces personnes préfèrent s’allier avec les mouvements autoritaires, tout en traitant les gauches radicales/anarchistes/révolutionnaires de courants « fascisants » (voir un exemple récent avec Claude Veyret au bas de cet article paru sur Médias Citoyens Diois - Claude Veyret s’était déjà illustré en ce sens lors de l’occupation de la mairie de Die en soutien à la ZAD de Notre Dames Les Landes)

D’un fait divers on arrive à des considérations sur les stratégies des merdias, des notables et de leurs polices. Tout se tient.

P.-S.

- En complément :

- Source concernant l’article de France Bleu :
Le titre de France Bleu est déjà tendancieux : « Crest : vendetta par tags interposés ? »
Voici un extrait de l’article :
Réponse aux tags d’Espenel ?
Compte tenu de la nature des messages tagués la nuit dernière et de la cible : un café citoyen très ancré à gauche, ces nouveaux tags peuvent être compris comme une sorte de réponse aux tags anarcho libertaires inscrits sur le mémorial de la résistance d’Espenel la semaine dernière. Ces dégradations sur ce monument hautement symbolique, à la veille du 8 mai avaient fortement choqué les habitants du secteur.

NOTE : Mr Mariton en profite pour dénigrer l’HYDRE
Dans l’article du Daubé en question le futur ex-maire de Crest condamne l’attaque d’extrême droite qu’a subit l’HYDRE, ...après avoir dénigré l’HYDRE en rappelant une affaire de peinture provocatrice sur une façade du café en février. Mr Mariton dit que cette peinture avait été réalisée par l’HYDRE, alors qu’il est notoire que c’est faux.


10 Messages

  • Attaque d’extrême droite contre le café l’HYDRE : France Bleu et le Daubé répètent la version tendancieuse des gendarmes Le 1er juin à 12:35, par Paul Breynat

    Informées et crédibles ???? Laissez moi sourir !
    Interviewer l’intéressé...plutôt que colporter des rumeurs.
    Cordialement
    Paul Breynat
    La Chapelle en Vercors

    Répondre à ce message

  • Attaque d’extrême droite contre le café l’HYDRE : France Bleu et le Daubé répètent la version tendancieuse des gendarmes Le 29 mai à 13:47, par Gicé

    L’attaque dont a été victime le café de l’Hydre est une parfaite illustration du fameux « ruissellement »… sous sa forme idéologique

    Répondre à ce message

  • Attaque d’extrême droite contre le café l’HYDRE : France Bleu et le Daubé répètent la version tendancieuse des gendarmes Le 27 mai à 08:44, par Fatigué

    Je n’ai pas connu le fascisme, pas vécu l’occupation en France ou en Drôme, ni sous Franco ou Mussolini, les témoignages de cette époque n’ont pourtant rien à voir avec l’état actuel de notre triste société. Utiliser perpétuellement ce terme est une technique autoritaire pour fuir le dialogue, comme tenter de récupérer le maquis du Vercors par les uns où les autres pour se donner raison.

    Votre récupération des résistants morts est tout bonnement ridicule et scandaleuse. Vos propos (merci pour le lien wikipédia lol !) sont vraiment ras les pâquerettes et dénaturent tout le reste.

    Le maquis a fédéré au delà des anar et des cocos, il a surtout fédéré autour d’une forme de patriotisme, et d’un drapeau dont on a oublié l’histoire et la symbolique sur certains articles de ce site, et sur lequel on pisse allégrement à coup d’arguments haineux et peu constructifs. LA CNR n’était pas une alliance d’extrême Gauche, c’était une alliance de camps très disparates qui ont réussis à s’entendre pour le bien de tous.

    Pasqua était résistant.

    Cette capacité à fédérer n’existe plus dans ces milieux qui s’auto-définissent « d’extrême gauche », « anar », « plus à gauche que toi ! », « t’es un mouton ! » ... qui sont surtout dans un entre eux méprisants et ne représenteront toujours qu’une infime partie de la population, ceux qui développent des thèses violentes pour certains et méprisent la majorité des Français.

    Ils vont rester bien seuls...

    Lisez le livre de Gilles Vergnon (Vercors, histoire et mémoire d’un maquis), dont on aura surement à redire, lui même a dû changer dans sa vie je ne le connait pas, mais qui retrace bien mieux que vous l’histoire du maquis du Vercors. Cela permettra peut être de sortir des images d’Épinal que vous portez de manière outrageuse pour amener vos argument binaires.

    L’attaque de l’hydre est pitoyable et ridicule, les arguments de la police sont des hypothèses non prouvées mais crédibles malheureusement, le vandalisme sur le monument d’Espenel est juste synonyme d’une vision très étriquée de notre histoire et un mépris honteux pour une grande majorité des habitants de la vallée

    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Attaque d’extrême droite contre le café l’HYDRE : France Bleu et le Daubé répètent la version tendancieuse des gendarmes Le 27 mai à 14:04, par simon

      Tiens ! Un esprit libre s’exprime sur ricochet ... Quelqu’un qui n’a pas besoin de se parer de la geste « révolutionnaire » pour se trouver une épaisseur politique.
      En mai 68 de doctes épigones de Lénine/Trosky nous expliquaient comment « conscientiser les masses » (sic) tandis qu’une voisine de l’ A G, entendant le discours d’un travailleur ( authentique) venu témoigner, s’exclamait : c’est drôle , quand il parlent, les prolos c’est toujours bizarre.

      Répondre à ce message

    • Attaque d’extrême droite contre le café l’HYDRE : France Bleu et le Daubé répètent la version tendancieuse des gendarmes Le 31 mai à 17:59, par Camille Z

      en réponse à "Fatigué" (27 mai)

      Effectivement la violence d’Etat n’était pas la même à l’époque, elle était plus forte, nettement plus meurtrière. Pour autant, je persiste à penser qu’on peut voir des similitudes dans l’esprit et les objectifs qui animent les gouvernements actuels et leurs appendices.
      Et ce n’est pas pour fuir le dialogue ou "récupérer les maquis.

      Effectivement, les maquis étaient très divers. Je n’ai pas dit que la CNR était une coalition d’extrême gauche, mais que beaucoup de résistants étaient juifs, communistes et anars. Il y avait aussi diverses personnes et courants de droite bien entendu.

      Sur les possibilités de se fédérer plus large que chacun rester dans son courant d’origine, ça c’est toujours compliqué, car souvent les objectifs divergent assez vite. On voit bien que certaines droites, des extrêmes droites et le système macroniste peuvent se rejoindre dans le camps du statut quo capitaliste et de la répression, et d’ailleurs la gauche réformiste (socialistes and co) est tout aussi critiquable.

      Le drapeau bleu-blanc-rouge a servi souvent au pire comme aussi au meilleur. Difficile de le réhabiliter. Anecdote au passage : j’ai manifesté de nombreuses fois avec des GJ qui arboraient le drapeau et chantaient la marseillaise, je me suis un peu bouché les oreilles mais je suis resté malgré mon côté provoc et intransigeant, alors vos leçons sur "la capacité à fédérer et à s’entendre" tombent à plat.
      Vous parlez de "thèses violentes" de manière floue, mais en tout cas n’oublions pas que les brutalités viennent essentiellement des Etats (quelle que soit la "couleur" du gouvernement), de leurs polices, du système capitaliste.

      En tout cas le soulèvement des gilets jaunes auquel j’ai participé a montré des belles possibilités et évolutions vers des débuts de fédération. De nombreuses personnes d’origines diverses ont "évolué" politiquement, ont mis de l’eau dans leur vin, se sont ouvertes au contact avec les autres dans l’action, ont pu mieux se comprendre.
      Donc quand vous dites que la capacité à fédérer "n’existe plus dans ces milieux qui s’auto-définissent « d’extrême gauche », « anar », c’est un peu exagéré.
      Après, on voit toujours des sortes de chapelles trop fermées, que ce soit à gauche à droite, de tous les côtés, c’est propre à l’humain, pas à de courants politiques en particulier.

      Répondre à ce message

      • Attaque d’extrême droite contre le café l’HYDRE : France Bleu et le Daubé répètent la version tendancieuse des gendarmes Le 2 juin à 20:44, par Fatigué

        "Bref, l’extrême droite et les groupuscules fascisants ne peuvent qu’être hostiles à la résistance française et aux résistants, et donc on ne voit pas bien pourquoi ils voudraient se « venger » d’une supposée atteinte par tags à leurs ennemis jurés !"

        Voici vos propos qui je trouve sont faux et vous permettent de discréditer la thèse des gendarmes. Ce biais, que je trouve grossier, ne convaincra que les personnes convaincues, mais ne permettra pas de faire passer les messages qui suivent dans votre article, à savoir la position de Mariton concernant l’Hydre, les liens fréquents qui associent extrême droite et extrême gauche avec facilité, les dynamiques "droitières" dans la police et leur propension à taper du gauchiasse...

        C’est dommage.

        Concernant le drapeau Français, il devrait être un symbole du peuple et des personnes défendant la république, les services publics (école, hopitaux et j’en passe dont on peut voir actuellement l’utilité), droits sociaux et statuts avantageux, dont beaucoup sont issus de la CNR. La France c’est ça avant la colonisation pour beaucoup. Je ne pense pas qu’il y ait besoin de le "réhabiliter" en fait, il n’y en a pas d’autre au fronton de nos bâtiments publics. Le système aussi merdique soit-il tient debout et se gausse du reste. Il s’appuie sur des gens qui ne voient pas d’autre alternative crédible et ne souhaitent pas entendre des mensonges que ce soit de l’état ou de merdias (comme vous dites ou comme disait les électeur FN il y a 30 ans) petits ou grands.

        Les gens qui ont tagué le monument d’Espenel tirent une balle dans le pied à toutes les démarches contestataires, discrédite le mouvement de contestation ou les volontés de changement et isole encore plus les milieux un peu combatifs, c’est de mon point de vue très dommage et c’est ce que je vous signifie.

        Je vous rejoins quand vous dites "On voit bien que certaines droites, des extrêmes droites et le système macroniste peuvent se rejoindre dans le camps du statut quo capitaliste et de la répression, et d’ailleurs la gauche réformiste (socialistes and co) est tout aussi critiquable.". C’est clair, la révolution libérale est finie depuis belle lurette, elle ne fait que continuer à avancer pas à pas, et face à ça, il faut faire front, et montrer un exemple d’honnêteté et de rigueur, de la pédagogie et de la justesse. C’est ce qui a manqué à votre introduction.

        Bonsoir

        Répondre à ce message

  • Attaque d’extrême droite contre le café l’HYDRE : France Bleue et le Daubé répètent la version tendancieuse des gendarmes Le 25 mai à 09:28, par Paul Breynat

    Si le texte est assez juste pour une part...Je crois que vous faites une erreur sur Mr Claude Veyret, militant antifasciste, antiautoritaire, antimilitariste, antihérarchie, antiraciste, antinucléaire, antitotalitaire, etc... Et connu depuis 40 ans pour ces engagements libertaires et écologistes sans faille.
    Paul Breynat

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft