Placements abusifs et inversés d’enfants par les tribunaux de Nîmes, Alès et Mendes

et manifestation déclarée le 1er Mars 2021 devant le Tribunal d’Alès

lundi 1er mars 2021, par Gladys Riffard.

Voici les témoignages de plusieurs mamans qui dénoncent les placements abusifs dans le Gard.

Alors que le sujet de la maltraitance des enfants et notamment du crime d’inceste émerge dans l’espace public, l’omerta sur la maltraitance d’état reste intacte.

Personne pour s’emparer du fléau des placements abusifs qui privent des enfants d’une enfance heureuse, qui plongent les parents aimants dans un abîme de souffrance, qui créé un sentiment de désenfantement chez les mères condamnées à ne voir leur enfant que quelques heures dans l’année.

Il est temps que ce piétinement du droit fondamental de l’enfant de vivre avec ses parents, tant que ces derniers ne sont pas maltraitants, soit respecté par la justice.

C’est le constat de notre fédération au travers les dossiers judiciaires qu’elle consulte pour aider les enfants et parents en détresse.

En effet, l’Arche des enfants oubliés soutient pleinement plusieurs mamans courageuses qui ont reçu une ordonnance de placement pour des raisons qui sont systématiquement évoquées dans les cas de placements abusifs : des raisons psychologisantes et fumeuses identifiées comme un danger par les services sociaux.

- Petits extraits des témoignages :

Laetitia Guerlet

« Il y a 5 mois de ma propre initiative et pour défendre mes intérêts je suis allez voir un psychiatre qui a attesté par certificat écrit de mon bon état de sante mental. Me Teyssier du CPEAGL D Ales s’est vanté au téléphone de ne pas être inscrite au répertoire Adeli comme l’ensemble des professionnels de son établissement alors que leur inscription y est obligatoire. J’ai porté plainte contre Me Chabrol Fabienne par LRAR directement entre les mains du procureur de la république Mr Maurel et je sais que d’autres mamans en ont fait de même.

J’ai constaté que le juge RECOLIN se contredit lui-même puisque dans cette décision il indique que mes parents vieillissant ne sont plus en état de s’occuper de mon enfant.

Pour terminer ce témoignage je précise avec tristesse que je n’ai pas revue ma fille Manali malgré moi depuis le 21 mai 2015. »

Il me semble judicieux de préciser que Mme CHABROL est d’ERFM (Espace Rencontre Famille et Médiation), car je cite ERFM dans mon témoignage : les gens pourront donc faire le rapprochement

Elisabeth Martin

"Mes 3 enfants sont confié à l’aide sociale à l’enfance du Gard, ils sont placé à mon domicile sous modalité SAPMN.

Mon mari et moi vivons dans la crainte d’être séparés de nos enfants Jérémy, Laurys et Yohann.
Il m’a été reproché par le chef d’équipe et une éducatrice de la MECS de vouloir un témoin à chacune de leurs interventions comme le prévoit l’article L223-1 du Code de l’Action sociale et des Familles. Je précise que ce jugement n’est pas le reflet de la réalité sur le dossier de mes enfants, en effet il y est fait état de plusieurs mensonges que je conteste. Je trouve que le placement de mes 3 enfants à l’aide sociale à l’enfance du Gard est abusif surtout que si j’ai besoin d’aide pour assurer le quotidien de mes enfants je peux demander à mon entourage.

De plus je suis mariée et ne vis pas seule avec 3 enfants qui sont nés en mai 2016, mars 2018 et septembre 2020. A cela se rajoute des pressions faite par la pédopsychiatre du camp qui m’a menacée de faire une information préoccupante si mon second enfant ne va pas en même temps en crèche et chez une nounou alors que j’étais dans mon 8 mois de grossesse. Et étant sans voiture ni permis cela était compliqué pour moi. Cette pédopsychiatre a fait son information préoccupante Cette même personne a voulu que je mette mon bébé qui avait entre 2 et 3 mois en crèche ou chez une nounou alors que je ne travaille pas et que j’ai fait le choix pour son bien-être et sa santé de l’allaiter exclusivement »

Frédéric et Florence Langlade

"En créant une mesure juridique théâtrale basée sur des faux en écriture le juge a pu, grâce à la force publique composée de six gardiens de la paix, kidnapper nos enfants dans un climat de terreur et de violence, qui a poussé une de nos filles à hurler à pleins poumons : " AU SECOURS MAMAN !!!!! " durant une 1/2 heure ! Les dits policiers, au vu de l’appartement, des chambres et de nos enfants croyaient à une erreur, puis nous ont supplié de leur pardonner ???

D’avoir été complices et consciemment de la destruction de nos enfants et de nos vies ???

L’intérêt supérieur de l’enfant n’a pas été respecté de sorte qu’après une seule visite, tous les droits de la maman ( toujours nommée "la mère" de manière particulièrement méprisante ) ont été supprimés sans raison sur un coin de papier au moyen de stylos, procédé illicite s’il en est."

Laura Villot

Mme Villot a porté des accusations contre le grand-père paternel et le père de son fils, des investigations sont en cours ou certaines de ces affaires sont classées.

Elle témoigne :
« La gendarmerie me déconseille de rendre mon fils. Le lendemain, il est auditionné et filmé par les gendarmes. Une plainte sera aussi déposée par mon avocate, ainsi qu’une requête aux juges des enfants (dont nous avons par ailleurs aucune nouvelle). Néo ne voulait pas retourner chez son père, il avait peur, et très mal au ventre. (...)

Quelques jours plus tard, je suis placée en garde à vue pendant presque 24h pour non-représentation d’enfant et je suis sanctionnée d’un rappel à loi. Pourtant, selon l’article 122-7 du code pénal « N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.  »

Mme Villot déclare aussi :
« (...) J’ai déposé 8 plaintes (contre le père de mon fils) (...) mais pour lui aucune condamnation ! »

Karine Trapp

Témoignage en pièce jointe

Aurélie Teissier

« On me les a arrachées abusivement à l’école Jean Macé à Uzès dans le Gard par la force publique (gendarmerie et police d’Uzès) sur des mensonges dont j’ai toutes les preuves et qui sont notamment diffusées sur un très grand réseau social et en tout public. Ce jour-là mes filles ont crié à mon Père :"Papi aide nous on veut rester avec maman" , elles sont arrivées à sortir de la voiture où on les avait mises de force pour donner la main à mon père et la force publique a accroché les mains de mon père de plus de 70 ans à un poteau pour lui arracher mes filles de force et contre leur gré.

Mes filles ont été placées pendant plus d’un an abusivement au foyer par le TGI de Nîmes celui -ci malgré le fait que je demandais encore à récupérer mes enfants chez moi sans mesures éducatives les a placées abusivement chez leur père violent en connaissance de cause (j’avais au préalable déposé preuves à l’appui des plaintes pour violences contre mon ex-mari ( le père de mes filles )à ce TGI dont violences sur nos filles :cet homme a essayé de me tuer notamment à plusieurs reprises ).Le TGI de Nîmes m’a fait 2 écrits abusifs de classements sans suite indiquant que les violences ne sont pas "punies par le Code Pénal" (cela est faux est illégal car ces faits sont bien punis par la loi avec des circonstances aggravantes) .A l’heure actuelle le juge des enfants RECOLIN Samuel de ce TGI de Nîmes me fait du chantage à l’expertise psychiatrique qui m’empêche malgré moi de revoir mes filles depuis plusieurs semaines et je précise que j’ai des preuves indiquant que je suis saine d’esprit, je n’ai droit à cause de ce juge de téléphoner à mes filles que 15 mn par mois chacune sous surveillance abusive d’une éducatrice qui a déjà menti dans le dossier de mes filles  »

Il est important de préciser que :
- ces mamans sont jugées par les mêmes personnes au niveau du tribunal et de la Protection de l’enfance
- Fabienne CHABROL est d’ERFM, citée dans les témoignages de Karine, Aurélie et Julie.

"J’ai porté plainte contre Me Chabrol Fabienne par LRAR directement entre les mains du procureur de la république Mr Maurel et je sais que d’autres mamans en ont fait de même" (Aurélie Tessier)

En contribuant à une meilleure information des citoyens, la fédération vous informe avoir contacté le juge des enfants du TGI de Nîmes, les députés et défenseurs des droits ainsi que le conseil général du Gard afin d’implorer leur intervention concernant des dysfonctionnements du tribunal de Nîmes avec le juge des enfants, et avec la protection de l’enfance.

Personne ne pourra nier être au courant des scandales judiciaires et tragédies qui se passent au sein de la protection de l’enfance du Gard.

Pour finir un message du collectif Poussins Rebelles du 64 et 65 :

LE BUSINESS DU SOCIAL OU L’ENFANT MARCHANDISE

Mais où va l’argent de nos Impôts ? Les 12 Milliards annuels versés par l’ETAT à LA PROTECTION DE L’ENFANCE ??

Ni aux éducateurs, ni aux familles d’accueil et encore moins aux enfants ! Qui va se mettre dans la poche les 4 Milliards d’euros supplémentaires alloués aux Départements par Monsieur TAQUET ?

Où va l’argent de la CAF versé aux conseils départementaux ? A qui ? Dans les poches de Qui ? Comment se fait-il que les enfants placés soient sous la CMU, alors qu’ils ont des parents ?

Tous ensemble dénonçons ce système qui a fait vivre et qui fait vivre l’enfer aux enfants, à leurs familles et aux professionnels qui sont eux-mêmes victimes de Leur Management de la part des CADRES des Conseils Départementaux. »

Gladys Riffard
Présidente de la Fédération l’Arche des enfants oubliés

P.-S.

MANIFESTATION PREVUE

Lundi 1er Mars 2021 devant le Tribunal d’Alès 24H/24
Laura, Dr Jean-Philippe LABREZE et Karine à temps plein aussi,
Aurélie viendra le plus souvent possible,
Florence et Frédéric viendront de tps en tps,
Et une mamie de Nîmes ponctuellement aussi.

GREVE DE LA FAIM

Pour Laura
3e pour Karine et au bout de 15 jours elle sera en grève de la soif

Merci d’avance de partager et de ceux qui veulent les soutenir.

Portfolio


3 Messages

  • Placements abusifs et inversés d’enfants par les tribunaux de Nîmes, Alès et Mendes Le 12 avril à 09:16, par MamanDésenfantée

    Rassemblement devant le TGI d’Alès
    à partir du lundi 12/04/2021 à 10h
    en soutien aux enfants victimes d’un placement abusif à l’ASE

    Répondre à ce message

  • Placements abusifs et inversés d’enfants par les tribunaux de Nîmes, Alès et Mendes Le 9 mars à 21:53, par Eric

    Bonsoir à tous et à toutes.
    J’apporte tout mon soutien à ces femmes qui souffrent de ne pas vivre, tout simplement, aux côtés de leur s) enfant (s).
    Je sais combien la détresse et la tristesse vous entraînent dans des profondeurs abyssales et des tourments dont on pense pouvoir ne jamais revenir.
    Je suis un Papa dans une situation assez équivoque et je comprends leur souffrance, je ne peux même pas vous exprimer à quel point, ce serait beaucoup trop long.
    Je suis solidaire de leur action et malheureusement je déplore à la lecture de cet article et de bien d’autres, que je ne suis pas un cas isolé...même si je le suis en fait, et cela participe à notre faiblesse à tous et toutes.
    Certains enfants dans certaines situations doivent être protégés et mis à l"abri, c’est une certitude.
    En fonction de cela on ne peut, surtout au prétexte « indiscutable » de l’intérêt supérieur de l’enfant, appliquer en masse, des méthodes qui vont à l’encontre non seulement de tous bon sens mais surtout de la notion de bonheur et de bien-être... surtout quand il s’agit d’enfants, d’une période de notre vie qui devrait être épargnée, du mieux possible, des turpitudes des adultes.
    Il y a un réel problème de société qu’il convient de soulever sans attendre.
    En effet le monde de la protection de l’enfance dispose d’un budget colossal, soit disant le 2e en France après celui de l’éducation nationale.
    Je ne vais pas commenter ce que certainement beaucoup de personnes, en se renseignant, ont déjà pu constater, à savoir que les méthodes et les moyens mis en oeuvre ne sont pas à la hauteur non seulement de ce budget mais encore moins de la prétention affichée d’agir pour l’intérêt et la protection des enfants.
    Pour ma part je fais le constat d’une justice à la chaîne, de décisions arbitraires, corrompues et partisanes.
    Nulle empathie dans les mécanismes odieux et froids qui régissent les actions du monde de la protection de l’enfance et particulièrement de ce qu’on appelle l’ASE ( Aide Sociale à l’Enfance ).
    En l’état des lieux qui me concerne et aux vues de nombreuses tragiques séparations de parents et enfants, j’en arrive objectivement à privilégier l’unique interprétation logique qui puisse donner sens à ces aberrations, à ces injustices innommables : le contrôle social par l’instauration de la peur dans ce qui nous touche au plus profond de nos chairs et de nos coeurs, le kidnapping « légal » de nos enfants au prétexte culpabilisant, pour nous parents, de les protéger de nos irresponsabilités, et pour l’Etat, au prétexte valorisant de prendre soin de notre progéniture...puisque nous ne sommes décidément pas encore assez évolués, très certainement, nous les gueux.
    Cela relève d’un scénario machiavélique, pervers et pourtant bien réel.
    Au regard de ce que l’information de ces derniers temps nous délivre concernant les abus sexuels subis par les enfants de tous milieux et des témoignages de personnes ayant été confiés à l’ASE qui abondent eux aussi dans ce sens, il n’est pas permis de croire que nos enfants sont protégés par cette institution.
    Je pourrai aborder des témoignages que l’on m’a personnellement livrés, qui font froid dans le dos, qui relèvent des scénarios les plus noirs, concernant la fourniture d’enfants placés, pour assouvir les pulsions sexuelles de personnes hauts placés et se considérant tellement hors d’atteinte qu’ils se permettent de commettre des horreurs sur des enfants pris au piège, loin d’être protégés, au contraire livrés en pâture, et dont tout le monde est censé finalement ne pas se préoccuper, selon leurs parcours de vie chaotiques...des proies faciles.
    Des crimes qui méritent des sentences à la hauteur des exactions commises...si sentences il y a un jour ( ou peut-être une nuit...).
    Je ne fabule pas et d’ailleurs cela peut paraître tellement incroyable que les témoignages se font rares en place publique.
    C’est d’ailleurs sur cela que repose la toute puissance de ces criminels, c’est qu’il n’y a déjà pas de justice pour des histoires « communes » alors pensez donc, quand il s’agit de scénarios aussi abjectes...qui porterait la voix d’enfants abusés, de manière organisée d’autant plus, haut et fort devant la...« justice » ?
    La boucle est bouclée, pour l’instant.
    Il ne tient qu’à nous de protester et de revendiquer, en unissant nos voix, car seul c’est un combat presque perdu d’avance, que nos enfants n’appartiennent pas à l’Etat, qu’ils sont notre chair et que quand nous sommes dignes de les voir vivre à nos côtés et de les faire grandir, il n’y a absolument aucune raison de nous les soustraire arbitrairement.
    Nombreux sont les intervenants, éducateurs ou autres qui font le constat désolant de leur impuissance face à ces injustices et à la toute puissance de la magistrature en ce domaine.
    Oui la protection de l’Enfance, c’est un business, et beaucoup de gens en vivent...pour quels résultats ?
    Il existe pourtant dans l’article 2 de la déclaration des droits de l’Homme, un droit imprescriptible, fondamental, que nous sommes plus qu’en droit d’exercer dans ces circonstances, c’est celui de la résistance à l"oppression.
    Dans la solitude du combat que je mène actuellement et la nausée que me procure l’étalage évident de l’injustice assumée de nos institutions, de l’arbitraire, de l’abus de pouvoir, je me plais à imaginer que bientôt, avec ou sans Covid, les protestations collectives vont faire taire ce silence assourdissant, chasser ces peines infligées et raviver les sourires des enfants et de parents qui ne méritent absolument pas de vivre ces situations « d’éloignement », de soustraction à leur famille.
    Je le redis, je suis de tout coeur avec ces femmes, et avec toutes les nombreuses personnes qui endurent ces situations, et je pense que j’irai à leur rencontre très bientôt pour leur faire savoir qu’elles ne sont malheureusement pas seules mais surtout que leur démarche est forte et légitime.
    Il est peut-être temps de motiver un élan d’ampleur nationale avant que leur action ne se « résolve » dans l’ombre et dans l’isolement...pour le plus grand bonheur des tyrans et des hommes et femmes d’affaire de l’ASE.
    Il y a des réformes à mener en terme de justice et des droits à se réapproprier, cela ne se fera pas sans bousculer l’ordre établie et la routine instituée de l’ASE et de cette prétendue « justice ».
    Bonne soirée à tous et toutes, bon courage pour ceux qui sont aussi concernés et peut-être, qui sait, à bientôt sur les marches du plais de justice d’Alès.

    Répondre à ce message

  • Placements abusifs et inversés d’enfants par les tribunaux de Nîmes, Alès et Mendes Le 4 mars à 18:00, par Hachin

    Bjr je témoigne aujourd’hui car cela fait déjà 20 ans je suis suivie pare lasse 20 ans denfere juge une première fois pour mes 2 premier fille âge aujourd’hui de 23 et 18 ans qui mon était placé à l’âge de 3 ans et 18 moi j’ai du faire pour avoir un jugement en cours de casaction de Paris car rien logique dans mon jugement et la ya 5 ans sa m’a refait la même pour mes deux dernier âge de 9 ans Malick .... 7 ans Léa ... A se jour plut de comprenction avec la mds plut possible de discuter entre eux et moi car je vais pas dans leur sence a eux je demande juste con me rendre mes enfants et pouvoir continue votre vie a se jour ma fille de 7 ans fait des acte irelle a sont age qui c’est jamais passe chez moi mon fils de 9 ans se renferme sur lui parle très peut nous somme tous en demande de revivre ensemble mes non on veux pas nous écouter ..... Tjr la mds qui fait comme bon leur semble mes nous maman .. papa .. enfants. Quand va ton pouvoir retrouvé notre vie familiale Normal a ma téllelent accusé de choses irelle que je c’est même plut comment faire comprendre depuis 21 décembre 2020 je n’ais pas revue mes enfants 😔😔😔

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft