Sécheresse : les animaux et les plantes sont et seront totalement oubliés ?

Déjà que les humains passent à la trappe...

jeudi 11 août 2022, par Antitech 26.

Dans cette période de canicules et de sécheresse historique, médias et gouvernement parlent beaucoup de l’eau potable, des problèmes du tourisme et de l’agriculture.
En revanche, les animaux, les arbres, les oiseaux passent largement à la trappe :

PAUVRE BIODIVERSITÉ, PAUVRES OISEAUX, PAUVRES DE NOUS

LE SUREAU NOIR est une des espèces les plus précieuses pour la biodiversité, puisqu’elle offre dès l’automne les antioxydants et les vitamines indispensables aux oiseaux pour assurer leur migration et affronter la rigueur de l’hiver.
Aujourd’hui, en plein milieu du bois, ces arbustes SONT TOUS SECS... et il en est de même pour les mûriers, les sorbiers, les fusains, les houx et toutes les autres baies que j’observe autour de moi ce matin...
La biodiversité ne connaît ni frigo, ni agriculture intensive, ni grande surface. Elle dépend totalement de la richesse et de la générosité du milieu, qui se trouve directement et en premier lieu impacté par les conséquences du dérèglement climatique que notre gloutonnerie et notre inconscience causent.

Les oiseaux, bien innocents, NE SAVENT PAS ENCORE que tout comme cet été les a fait souffrir en les privant d’eau et de nourriture, l’hiver, saison redoutable et particulièrement meurtrière pour eux, leur réserve les plus grandes souffrances, les plus grandes difficultés, puisqu’aucune baie ne leur permettra de remplir si modestement, de manière naturelle, leur petit estomac vide, qui ne saurait le rester, s’ils veulent survivre au froid et aux intempéries.

QUANT À L’HUMANITÉ ? Ne vous faites aucun soucis pour elle, en tout cas dans l’immédiat et en apparence.
Elle aura oublié depuis longtemps l’été sec qu’elle vient pourtant à peine de connaître et le danger qui a été le sien d’être privée d’eau potable sera un lointain souvenir.
Les robinets, douches, baignoires et chasses d’eau retrouveront leur plein régime alors que les nappes phréatiques auront toujours les plus grandes difficultés à se recharger.
Pendant que les oiseaux seront affamés, recroquevillés sur eux mêmes puisque saisis par ce froid sévèrement accentué par la faim, l’humanité DÉPENSERA sans compter.
Elle dépensera sans compter parce que décembre approche et que la tradition l’emporte toujours sur la raison.

CEMBRE, où elle sera confortablement atablée au chaud, en famille ou entre amis, pour festoyer de longues heures durant, à l’aide de saumon fumé, escargots, dinde farcie et cadavres en tout genre, pour fêter pour les uns, la venue d’un père Noël imaginaire, et pour les autres la naissance d’un Dieu tout autant imaginaire.

ALORS NON, IL N’Y AURA PAS DE BUDGET, dans la grande majeure partie des foyers, pour acheter une mangeoire, des graines et des pains de graisse végétale pour soutenir les oiseaux, parce que cette cause n’est pas une priorité pour chacun, parce que cette cause n’est pas imaginaire et parce que l’humanité, dans sa très grande majorité, n’a désormais plus aucune compassion pour les autres espèces.

AINSI... se résume l’histoire de l’humanité, similaire à un compte de fée aussi ridicule que tous les autres, sans objectivité ni rationalité aucune, mais dans lequel, chacun se conforte et veille à ne pas déroger à la règle, en vivant heureux, pour beaucoup en apparence et en ayant beaucoup d’enfants.

PAUVRE BIODIVERSITÉ, PAUVRES OISEAUX, PAUVRES DE NOUS 🤦

(post de Raphael Guenot)

Sécheresse : les animaux et les plantes sont et seront totalement oubliés ?
Les effets de la séchresse ne s’arrêtent pas à la fin de l’été et au retour de pluies

« Le photovoltaïque n’est pas inoffensif. Si le fossile et le nucléaire ne suffisent pas à combler la demande énergétique croissante du système technologique, des panneaux solaires seront installés partout où la lumière du soleil pourra être collectée.
Le développement de l’énergie solaire s’étendra jusqu’à ce qu’il ne reste plus d’habitats pour les organismes vivants (à l’exception des monocultures nécessaires au système technologique).
Il n’y aura dès lors plus aucune limite à la contamination de l’environnement par les déchets nucléaires, les éléments toxiques comme le plomb, l’arsenic, le mercure, le cadmium, et d’autres variétés de composés chimiques nocifs.
Si le développement du système-monde technologique est autorisé à se poursuivre jusqu’à sa conclusion logique, il laissera derrière lui une Terre inhabitable pour toutes les formes de vie complexes connues. »

(citation du livre de Kaczyinski)

Le techno-monde remplace les mondes vivants

Pour la civilisation industrielle et ses agents, les animaux et les plantes ne sont que de la décoration ou des matières premières utiles à la croissance de la mégamachine.
Pour la civilisation industrielle et ses agents, peu importe en réalité la destruction des animaux et des écosystèmes, les machines et les technologies remplaceront le tissu du vivant. Des images électroniques et des produits issus d’usine remplacent la vie et la nourriture.
La plupart des humains sur la planète sont déjà largement sacrifiés, alors pour les autres animaux et les plantes c’est encore pire.
Les effets de la séchresse ne s’arrêtent pas à la fin de l’été et au retour de pluies.

P.-S.

Le fleuve, LA LOIRE désormais À SEC à Ancenis...

AVEC L’EAU, ont disparu :
👉 Les insectes
👉 Les poissons
👉 Les batraciens
👉 Les amphibiens
👉 Les crustacés
👉 Les mollusques
👉 Certains reptiles
👉 Certains mammifères
👉 Certaines plantes
👉 Certaines algues
👉 Des micro organismes

L’ASSÈCHEMENT D’UN COURS D’EAU MET AUSSI CERTAINES ESPÈCES EN GRANDE DIFFICULTÉ :
👉 Certains oiseaux piscivores (le héron, le martin pêcheur...)
👉 Certains oiseaux dépendants de l’eau (les canards, les oies, les cygnes, les poules d’eau...)

PUIS MET EN DANGER TOUTE LA BIODIVERSITÉ QUI NE TROUVE PLUS DE QUOI S’ABREUVER LOCALEMENT !

⚠️ NON, NE TROUVONS JAMAIS NORMAL L’ASSÈCHEMENT D’UN COURS D’EAU, quel qu’il soit, car la disparition de l’eau de surface MENACE LA VIE.

(post de Bassines Nonmerci)

Canyon du Léoncel le 11 août 2022

Suite a cette période de sécheresse majeure, le constat est alarmant.
La rivière disparaît dans sa partie basse. Les derniers obstacles intéressants sont à sec.


Le constat est alarmant !! la faune aquatique souffre : les poissons meurent . Ils sont piégés.

C’est pourquoi nous avons pris la décision de ne plus aller dans cette rivière pour pratiquer notre activité canyon.
D’autres rivières sont moins en souffrance en ce moment : le Ecouges , le Versoud , la Comane. Nous reportons nos sorties sur ces rivières jusqu’à nouvel ordre.
Au plaisir de vous voir pour nos activités sèches également. Escalade initiation et perfectionnement , Via Ferrata, Via Corda, Escalade de grandes voies …

Vivement la pluie 🌧 pluie ☔️ !!

(post de Rêve de Cimes)

- Les mairies et la préfecture de la Drôme ne veulent toujours pas interdire les activités aquatiques dans les rivières. Achevons donc les rivières pour que les touristes zombies s’éclatent dans l’eau remplie de cadavres.


Forum de l’article

  • Sécheresse : les animaux et les plantes sont et seront totalement oubliés ? Le 12 août à 17:58, par Cendrillon

    Merci de ce coup de gueule, j’écoute les uns et les autres parler des incendies, des maisons et des gens, et moi je pense à tout ceux dont on ne parle pas et qui crèvent en silence... je garde une maison de riche au milieu de la forêt, et je vois. .la moindre goutte d’eau est un trésor pour un insecte, et nous on chie dans l’eau potable, cherchez l’erreur.. Alors pour ne pas tomber dans la dépression, je m’active, le soir, tel Sisyphe et son rocher, à distribuer ça et là des assiettes d’eau pour oiseaux et insectes, arrose quelques sureaux noirs &co, avec l’eau que j’ai utilisé ou celle que j’aurai utilisé en douches, chasse d’eau, et lessives (que j’ai supprimé), surveille la petite mare rescapée du ruisseau asséché, et l’arrose si besoin. Si un soupçon de culpabilité me gagne (en « bonne citoyenne » je respecte les restrictions), je pense aux golfs, aux voisins (certains ont 2 piscines), et me dis que ces vies valent bien les leurs, même si c’est du sursis, on est d’accord. Non je n’adhère pas à la fable du colibri (qui finit mal du reste), et je rêve au génocide des milliardaires de la planète pour commencer, mais là, tout de suite, je me sens un peu responsable de cette forêt, vivant au plus près d’elle, même si mes actions sont minuscules.
    D’autre part, la réglementation impose de débroussailler 200m autour des maisons, et de balayer les tapis de feuilles sèches(combustibles), certes pour protéger les maisons du feu, ce qui évite aux pompiers de perdre leur temps à sauver la maison et laisser cramer la forêt. Les proprios n’ont pas fait le boulot, la forêt est à 2m. En même temps, enlever tout ce couvert végétal contribuerait à réchauffer le sol et à tuer des tas de vies.. Dilemne. Reste à croiser les doigts pour qu’un connard ne balance pas son mégot dans tout ça...
    Vivre hors sol nous a transformé en monstres ignares dont les sens ne sont plus émoustillés que par des machines. Alors le vivant en dehors de nous...
    On ne peut assister à un tel dépérissement du vivant sans être fortement impliqués émotionnellement, sinon, on est des brutes. Sommes nous devenus des brutes ?

    Répondre à ce message

  • Sécheresse : les animaux et les plantes sont et seront totalement oubliés ? Le 12 août à 09:11, par rutabaga

    Ce qui est pénible ce sont les personnes qui veulent démontrer quelque chose à tout prix et qui finissent par donner des arguments que, même les plus idiots ne peuvent pas croire.

    Un panneau solaire, cela fait de l’ombre.

    Répondre à ce message

    • Sécheresse : les animaux et les plantes sont et seront totalement oubliés ? Le 12 août à 10:26, par Antitech 26

      Ca fait peut-être de l’ombre, mais y aurait mieux à faire, surtout pour l’eau :

      "Non ! Couvrir les vignes ou d’autres cultures de panneaux solaires n’est pas la solution…
      L’élévation de la température de l’air dans les premiers mètres au dessus du sol, ne provient pas d’en haut (le soleil est le même et son intensité aussi), mais d’en bas et de la réduction de la quantité de vapeur d’#eau à la surface de la #terre...
      Mettre les vignes à l’ombre est une image !

      Ce qui perturbe le #climat désormais, c’est le manque de vapeur d’eau en surface :
      • présence d’arbres et de végétaux multiples, capables de refroidir l’atmosphère ou nous vivons et où nos cultures se développent.
      • arbres capables d’infiltrer la pluie, d’enrichir le sol d’une humidité bienveillante et de faire remonter l’eau en été par capillarité.
      • arbres capables de produire de la vapeur d’eau qui retombera en pluie et pas en glaçons…

      Ce qui amplifie le phénomène, c’est l’accumulation de chaleur au niveau du sol :
      • sol couvert de végétaux ou de paillage qui réduira l’accumulation de température du sol
      • sol couvert de végétaux ou de paillage qui réduira l’évaporation de l’eau du sol...

      Ce qui fait défaut, c’est une bonne gestion les flux hydriques :
      • canaliser le ruissellement, le répartir et l’infiltrer
      • gérer les excédents pour créer des écosystèmes plus humides pour ne pas perdre cette ressource précieuse...

      Quand le sage montre la lune... l’imbécile regarde le doigt !" Alain Malard

      (post de Thomas Hémery)

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft