Rencontres de la Désertion, près de Roanne - Pour bien commencer la-rentrée

Les 23, 24, 25 Septembre 2022

mardi 6 septembre 2022, par Echo des luttes écolo-sociales.

Une info pour bien commencer « la-rentrée » :

Les Désert’heureuses organisent les Rencontres de la Désertion, à Ambierle, près de Roanne, les 23, 24, 25 Septembre !

Les Désert’heureuses, c’est un collectif de personnes qui se sont rencontrées dans les milieux militants, plutôt écologistes et zadistes, en se rendant compte qu’iels avaient un point commun : avoir décidé de déserter et de rejoindre les luttes après avoir suivi des études d’ingénieur.e.s ou plus largement des cursus universitaires, parfois bossé dans les industries ou la recherche.

Alors depuis un an on se retrouve, on essaye de s’organiser entre déserteur.euse.s et de soutenir celles et ceux qui cherchent à s’extraire également car iels se rendent compte de la place que leur confèrent leurs études et les métiers qui en découlent dans une société de classes, coloniale, capitaliste, raciste et patriarcale. Ensemble nous cherchons à la fois à faire exister des désertions radicales, collectives et politiques, reliées aux luttes, et à nous situer dans la complexité du monde actuel en restant en lien avec celles et ceux qui restent dans le système, souvent par nécessité.

La désertion a, ces derniers mois, fait pas mal de bruit dans les médias avec les discours des jeunes diplômé.e.s d’abord d’Agro ParisTech et de quelques autres grandes écoles ensuite. On s’est relié avec les Agros qui bifurquent dont le discours rejoint le constat plus général que nous faisons dans notre manifeste, et on a donc filé des coups de mains cet été aux camarades agronomes pour suivre avec elleux les réactions qui ont fait suite à leur vidéo.

Ce qui nous traverse particulièrement en ce moment c’est qu’au delà de l’écho médiatique qu’a suscité le refus de parvenir d’une certaine frange de la population issue des écoles d’ingénieur, la période des deux dernières années à également vu le nombre de démissions dans tout un tas de secteurs et de franges sociales se multiplier. Bien que nos désertions concernent pour l’instant les métiers d’ingénieur.e.s et de chercheur.euse.s, on a conscience que le mouvement des abandons de poste est beaucoup plus large et on a envie de réfléchir à des formes de solidarités plus transversales entre démissionnaires du système.
(...)
- SUITE

- Infos détaillées sur le site des Désert’heureuses

Les Rencontres de la Désertion - 23-24-25 septembre 2022

Voir en ligne : Infos détaillées : site des Désert’heureuses

P.-S.

Sur ce sujet, voir aussi mon article :
- La désertion du marché du travail standard grandit, pourquoi, comment, vers quoi ? - Déserter, un premier pas salvateur, et ensuite ?


Forum de l’article

  • Rencontres de la Désertion, près de Roanne - Pour bien commencer la-rentrée Le 6 septembre à 13:40, par simon

    Juste un rappel, un souvenir : après Mai 68, il y a eu un mouvement un peu comparable : des « militants » voulant mettre en accord leurs actes, leurs vies, et leurs principes ont amorcé une sorte de ce que vous appelez désertion, une branche de ceux là a opté pour un retour à la nature qui a connu des succès divers ( ++ en ce qui concerne le Diois) et d’autre part , ceux qu’on a appelé les ’ établis« , des vaillants qui sont allés se faire embaucher en usine, pour vivre honnêtement, réellement la condition de »prolo« et surement en même temps pour avoir une influence politique, voire » conscientiser" - comme on disait alors- les masses. Çà a atteint son point culminant avec le mort de Pierre Overnay tué par un sbire d’un syndicat maison ( abattu lui aussi quelque temps plus tard).
    Quelle a été l’efficacité de ces mouvements ? difficile à dire, collectivement peu de chose sans doute, individuellement des réussites autant que d’échecs.
    Ça a quand même représenté , a coté d’un bon courage, finalement beaucoup de sacrifices. D’autant que finalement les différences de classes n’ont pas vraiment été gommées : les fils de bourgeois s’en tirant plutôt mieux que les prolos d’origine.
    Article sans aucune intention polémique , juste un petit rappel d’anecdote historique

    Répondre à ce message

    • Rencontres de la Désertion, près de Roanne - Pour bien commencer la-rentrée Le 6 septembre à 18:02, par Echo des luttes écolo-sociales

      Oui merci pour ces rappels.
      L’histoire se ressemble.

      Dans mon autre article sur ces désertions, j’avais noté : "La désertion du marché du travail ou de certains emplois peut être un pas utile ou un premier pas, mais en faire une fin est une impasse. Il faudra aussi viser à démolir et remplacer par d’autres moyens le système en place, la civilisation industrielle,

      Si ces désertions restent limitées et non reliées à un mouvement de subversion plus vaste elles resteront vite limitées par la propriété, les lois du marché de la rentabilité et l’Etat.
      La plupart du temps, seuls les déserteurs avec bon capital social ou pécunier pourront prendre le temps de chemins parallèles ou acquérir bâtiments et terres.

      Si ça prend de l’ampleur dans une révolte générale sur fond de chômage croissant, alors occupations, expropriations, soutiens de communes sympathisantes... sont possibles, avec alors davantage de possibilités de rejoindre pour prolos et employés de base. On n’en est pas là...

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft