Les méga-bassines agro-industrielles, ni ailleurs ni ici - Nouvelle action contestataire réussie au Marais Poitevin

3000 personnes et 20 tracteurs à Mauzé-sur-le-Mignon pour stopper les chantiers de méga-bassines

dimanche 7 novembre 2021, par Canard des rivières.

Quand des alliances se font où les diverses composantes du mouvement acceptent de mener ou soutenir des actions déterminées, ça marche.
Une nouvelle action au marais Poitevin a été une réussite, qui faisait suite à d’autres actions victorieuses.
Un exemple à suivre en Drôme ? Car ici comme ailleurs les projets destructeurs du vivant, émetteurs de CO2 et anti-sociaux ne manquent pas (d’ailleurs une bassine géante est en projet à Divajeu près de Crest).
Remplaçons une culture de la défaite par une culture de résistance menant à des victoires conséquentes.

- Reportage de Reporterre : Contre l’agro-industrie, écolos et paysans bloquent une mégabassine - Dans une ambiance chaleureuse, près de 3 000 personnes ont montré, samedi 6 novembre, leur détermination à s’opposer aux projets de retenues d’eau géantes destinées à un petit nombre d’agriculteurs intensifs. Reportage en images.
- Marais poitevin : La guerre de l’eau est déclarée ! - Prise de la Bassine et bataille du Mignon, récit d’une journée épique
Samedi 6 novembre 2021, des centaines d’habitants, de paysans et d’activistes s’étaient donnés rendez-vous à Mauzé-sur-le-Mignon pour s’opposer à la construction de méga-bassines, c’est-à-dire à la privatisation de l’eau par l’agro-industrie. Le 22 septembre déjà, un chantier avait été désarmé par un troupeau de moutons, 20 tracteurs et 600 personnes. Entre temps, c’est une méga-bassine illégale qui avait été démantelée de nuit. Ce samedi, malgré une forte présence policière, un nouveau rassemblement est parvenu à neutraliser une réserve d’eau et à emporter avec lui sa méga-pompe. Récit d’une journée épique et raisons d’une colère.
(...)Ce qui s’est passé ce 6 novembre est également très important bien au delà de la lutte contre les bassines. Plus personne n’attend rien de la COP 26 et des gouvernants qui ont précipité le désastre. Et pourtant plus personne ne peut ignorer son ampleur catastrophique. Tout le monde sait que les marches climats ne suffisent plus. Et pourtant personne ne semble savoir quoi faire. Alors que tout s’accélère, il convient de franchir un seuil. Il ne s’agit plus de marcher pour réclamer au gouvernement telle ou telle mesure écologique. Il s’agit de reprendre en main le destin du monde vivant, de s’organiser pour passer à l’action. De s’organiser pour démonter, désarmer, neutraliser toutes les machines de morts qui ravagent le monde ; pour bloquer la course folle de l’agro-industrie qui empoisonne la terre ; pour reprendre la terre aux machines et remettre la terre aux mondes. C’est la vocation des Soulèvements de la Terre.(...)

https://www.youtube.com/watch?v=ovFITgN9H_M

Communiqué : La prise de la bassine

3000 anti-bassines se retrouvent à Mauzé-sur-le-Mignon et démontent une « bassine de la honte » et sa pompe

Ce samedi 6 novembre, plus de 3000 personnes et 20 tracteurs se sont retrouvés à Mauzé-sur-le-Mignon pour donner un coup d’arrêt immédiat aux chantiers de méga-bassines dans le Marais Poitevin.

Les méga-bassines agro-industrielles, ni ailleurs ni ici - Nouvelle action contestataire réussie au Marais Poitevin
Quand des alliances se font et acceptent ensemble des actions déterminées, ça marche

Le rassemblement avait lieu à l’appel de Bassines Non Merci, de la LPO, de la Confédération Paysanne et des Soulèvements de la Terre, et a réussi son pari malgré les intimidations de la préfecture qui a voulu interdire l’événement et de la FNSEA qui organisait une contre-manifestation pour nous empêcher d’agir.

Paysan.nes protecteurs de leurs terres, amoureux de la faune et de la flore, habitant.es de territoires qui s’assèchent ont ainsi investi la place de la mairie puis ont marché ensemble dans les rues de Mauzé à plus de 3000. Les manifestant.e.s et organisations de protection de l’environnement ont pu constater sur leur passage l’assèchement de la rivière du Mignon, une situation qui deviendrait permanente si les projets de bassines voient le jour.

Les manifestant.e.s ont ensuite collectivement investi le site d’une méga-bassine illégale de 5 hectares (180 000 m3), et ce malgré un fort dispositif policier. Les anti-bassines ont dû couper à travers champs, échapper aux gazs lacrymogènes et aux coups de matraque, traverser à pied un cours d’eau et passer plusieurs barrages de police mais ont finalement pu entrer sur le site de la « bassine de la honte », une bassine qui avait déjà fait l’objet de 5 condamnations par la justice.

La pompe qui alimente la bassine et puise directement dans la nappe phréatique a été démontée par des paysan.ne.s et emmenée. Une fois la foule montée sur le talus de la bassine, un débâchage a été effectué pour la mettre hors d’état de nuire. La bassine a ainsi été vidée et l’eau rendue à la nappe !

Les méga-bassines agro-industrielles, ni ailleurs ni ici - Nouvelle action contestataire réussie au Marais Poitevin
Une bassine a été désarmée en douceur

De leur côté, quelques centaines de personnes uniquement se sont retrouvées à l’appel de la FNSEA, des JA et de la Coordination rurale pour... protéger une bassine vide ailleurs, sèche et morte comme leur vision de l’agriculture qui détruit les territoires et nos paysan.ne.s.

Pour Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, c’est « une pleine et éclatante victoire, une démonstration de force que nous sommes un mouvement populaire, nombreux à nous battre pour un territoire dynamique et un projet de société juste socialement et écologiquement »

Nous prévenons les porteurs de ces projets de bassines : notre détermination à nous battre pour un partage juste de la ressource en eau reste sans faille et il est temps pour vous d’abandonner vos projets, sans quoi nous reviendrons ! A Mauzé comme ailleurs, nous continuerons à faire valoir que l’eau est un commun et que les sols ne doivent plus être empoisonnés.
NO BASSARAN !


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft