Macronisme et agriculture : un désastre criminel pour la santé, le climat, la biodiversité, les sols, la paysannerie, l’avenir...

Marchandisation, élevage industriel, concentration des terres, agri-tech, agro-industrie intensive, pesticides, répression... Un bilan criminel pour LREM

lundi 28 février 2022, par Antitech 26.

LREM fait son auto-promo au salon de l’agriculture 2022 pour tenter de redorer son image avant les élections et racler des électeurs FNSEA, mais le bilan du macronisme pour l’agriculture est criminel, catastrophique, et ils promettent de continuer à fond sur cette voie en intensifiant les technologies, l’industriel et les convergences NBIC.
Il est temps de mettre le macronisme, ses complices et avatars à la décharge, section non recyclable, direct pour l’incinération, et les résidus 6 pieds sous terre dans les jardins des milliardaires.

Le bilan désastreux du macronisme

- Agriculture : le bilan désastreux du quinquennat de M. Macron - Financement des mégabassines, reniement sur les pesticides, instauration de la cellule de gendarmerie Déméter… Tout au long du quinquennat d’Emmanuel Macron, les arbitrages du gouvernement ont favorisé l’agriculture intensive aux dépens des fermes biologiques. L’agriculture subit une crise humaine sans précédent.
Des occasions manquées, des solutions erronées et des reculs répétés. Le bilan de la politique agricole d’Emmanuel Macron est très négatif. Le quinquennat était pourtant riche de temps forts consacrés à l’agriculture : États généraux de l’alimentation, Varenne de l’eau, Convention citoyenne pour le climat, plans de relance successifs… « Autant d’occasions manquées pour enclencher la transition agroécologique dont le secteur avait besoin », regrette Cyrielle Denhartigh, responsable agriculture et alimentation au Réseau Action Climat (RAC). Au contraire, ces cinq années aux manettes ont favorisé les tenants d’une agriculture industrielle et prédatrice des biens communs comme l’eau et le foncier agricole.
(...)
« Plutôt que de réfléchir à l’adaptation au changement climatique, on choisit une solution technologique qui va aggraver les causes et les effets », dénonce Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne. Pour l’agriculteur, la soutenabilité de la production agricole ne peut passer que par la sobriété : « Si on veut produire plus longtemps, il va falloir accepter de produire moins, et de réduire le gaspillage entre production, transformation et consommation. »
(...)
Déclinaison française de la Politique agricole commune (PAC) européenne, le Plan stratégique national (PSN) flèche les neuf milliards injectés chaque année par Bruxelles dans l’agriculture française. Son dernier arbitrage budgétaire daté de décembre 2021 a surtout profité à l’agriculture conventionnelle, et « ne tient pas compte des recommandations scientifiques et des attentes sociales en matière d’environnement et de climat »
(...)
le gouvernement a choisi la fuite en avant technologique, fondée sur trois piliers : « Le numérique, la robotique et la génétique », a expliqué le ministre de l’Agriculture. Pour la mener à bien, l’État finance via la Banque publique d’investissement (BPI) les levées de fonds des start-ups du secteur, et soutient les recherches agronomiques pour faire entrer le numérique dans les fermes. Les associations doutent que les solutions techniques soient suffisantes pour pallier l’insécurité alimentaire, et qu’elles ne bénéficient au contraire qu’aux acteurs industriels de l’agriculture.
(...)
« J’ai l’impression de retrouver les années Chirac, où le ministère de l’Agriculture faisait ce que la FNSEA lui soufflait, dit François Veillerette. On a une politique au service de la production industrielle, avec pour objectif de leur envoyer des signaux très forts à la veille des élections. »

Macronisme et agriculture : un désastre criminel pour la santé, le climat, la biodiversité, les sols, la paysannerie, l’avenir...
Avec LREM, avec l’Etat et le capitalisme : à fond dans l’agro-industrie hightech, la robotique, le numérique et la robotique

Le PIB, l’argent et le marché de l’emploi OU la vie bonne pour toustes et la santé

LREM, la FNSEA, les lobbys financiers et techno-agri-productivistes méprisent totalement la réalité, les désastres en cours, leurs causes, les menaces à venir et les conseils/pratiques avisés des paysans, écologistes et autres scientifiques. Seule compte pour eux la religion du profit, de l’ultra-capitalisme, de la puissance, de la poursuite et de l’aggravation du modèle techno-industriel capitaliste qui cause les désastres passés, présents et futurs.

Ils s’assoient cyniquement sur la santé humaine, le climat, la biodiversité, les sols, la paysannerie... Ils ne font rien contre l’élevage industrielle et les usines d’animaux à fourrure qui flinguent le climat et préparent d’autres pandémies.
Ils créent et perpétuent les désastres, et après ils nous disent de nous adapter, d’être résilient dans un monde dévasté, d’accepter sans broncher leur administration autoritaire (pass, vaccin obligatoire, flicage sécuritaire, verticalité, secret, gestion des pénuries) et leur planification techno-industrielle capitaliste qui pourrait soi-disant tout sauver via l’innovation disruptive !
Ils nous gavent de chimie et de pesticides, mais rassurez-vous, l’industrie aura les solutions, elle fournira aux malades empoisonnés (en premier lieu des agriculteurs), contre argent bien gras, des vaccins OGM, des molécules chimiques contre le cancer, des traitements anti-obésité, et des robots autonomes d’assistance en EPHAD pour les victimes des pollutions.

Et puis si les sols et les insectes sont morts, pas grave, l’industrie fabriquera hors sol les aliments végétaux pour le bétail humain dans des usines bien éclairées à l’élec, des mini-drones iront polliniser via assistance GPS et numérique IA dopé au big data, et l’énergie des centrales nucléaires fabriquera en série des protéines de synthèse à partir de l’azote de l’air.
Et puis les malades, les handicapés, les destructions du vivant, ça fait du PIB, de la croissance, de l’emploi, de quoi vous plaignez-vous ?!
De même qu’on vend avec joie et profits des armes de destructions massives à des dictatures sanglantes (Egypte, Arabie saoudite...), pourquoi se priver des nouveaux marchés (et emplois !) permis par les profonds carnages causés par le techno-monde sur la biosphère ?

Dans ce système techno-capitaliste et étatiste, les rouages de l’économie favorisent fatalement les plus gros propriétaires terriens, les systèmes agro-industriels productivistes. Pour maintenir la croissance et les cycle de valorisation de la valeur, il faut produire toujours plus, exporter, robotiser, uniformiser, afin que l’argent produise plus d’argent et que l’Etat augmente sa puissance.

Les lois et normes technocratiques achèvent les petits paysans qui auraient survécu à la concurrence, aux diktats de la grande distribution commerciale, aux grandes cooopératives marchandisées et à la concentration des terres agricoles vers les gros agro-industriels, avec des fonds d’investissements qui font des achats spéculatifs ou misent sur la rentabilité des monocutures pour les agro-carburants et autres productions agro-industrielles.

Foutre LREM et sa bande dehors ne suffira pas, c’est bien la civilisation industrielle et toutes ses déclinaisons qu’il faut démolir et abandonner définitivement aux ordures.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft