Le patriarcat : ce sont des hommes qui détruisent des vies pour pouvoir détruire d’autres vies

Behigorri, revue écoféministe - Imaginaire, féminisme et écologie

mercredi 27 janvier 2021, par Auteurs divers.

Behigorri, revue écoféministe

BEHIGORRI, REVUE ÉCOFÉMINISTE

Le second numéro de Behigorri, une revue écoféministe éditée par Minski Ana
vient de sortir. Entre critique sociale, poésie et roman, on y retrouve, outre plusieurs contributions d’Ana, Ursula Le Guin, Julia Butterfly Hill, Gail Dines (un extrait du livre Pornland, que j’ai traduit et qui a été publié aux éditions Libre), et d’autres plumes à découvrir, comme Laura Outan, par exemple, qui écrit, dans un texte intitulé « #JeSuisPangoline » :

« […] Pour Françoise d’Eaubonne, le capitalisme a certes poussé ce système de destruction récréative à son paroxysme, mais « la dominance, l’appropriation, l’agressivité compétitive, l’absolutisme et l’illimitisme sont antérieures aux structures capitalistes ». Le capitalisme est un patriarcat. La colonisation est un patriarcat. Le spécisme écocidaire est un patriarcat. Il n’est pas question de verser dans un essentialisme angéliste niant que les femmes puissent être racistes, classistes, spécistes ou exercer n’importe quelle autre forme de violence, mais de comprendre que ces oppressions en tant que systèmes ont non seulement été historiquement instaurées par et pour des hommes – pas tous les hommes, mais exclusivement par des hommes, puisque les femmes à l’époque n’étaient légalement rien d’autre que leurs propriétés –, mais qu’ils sont également sous-¬tendus par le même rapport au monde que celui que les hommes entretiennent aux femmes depuis des millénaires.

Et donc, quel rapport avec le coronavirus ? Et bien, la propagation du coronavirus chez l’espèce humaine ainsi que la gestion politique de la crise qui en découle sont des révélateurs de ce paradigme du pouvoir¬sur et de ses conséquences mortifères. Le covid¬19 en tant que tel existe depuis longtemps. Il s’agit d’un organisme vivant, comme il en existe des milliards sur cette planète. S’il a acquis un tel pouvoir de nuisance sur l’espèce humaine, c’est à cause de décisions de certains d’entre nous. Si l’hypothèse du pangolin est avérée, étant donné que l’une des principales « vertus » qui sont prêtées aux écailles de ce pauvre animal est d’être aphrodisiaques, le patient zéro du coronavirus est très certainement un homme qui a sacrifié l’un des derniers représentants de cette espèce pour... bander. Et je doute fort qu’un homme considérant qu’une hypothétique érection a plus de valeur que la vie bien réelle d’une créature sentiente ait employé ladite érection à autre chose qu’à faire du mal à autrui. D’une manière générale, en patriarcat, les hommes emploient leurs érections, a fortiori celles qu’ils ont artificiellement provoquées de la sorte, plus souvent à détruire qu’à construire. Si l’on remonte vraiment à la source de cette pandémie mondiale, l’on y trouve donc des hommes qui traquent, séquestrent et massacrent des animaux en voie d’extinction pour pouvoir en ingérer des parties supposées leur procurer des érections, qu’ils utilisent ensuite comme arme de guerre pour violer des femmes et des enfant∙e∙s. Ce sont des hommes qui détruisent des vies pour pouvoir détruire des vies qui sont à l’origine de cette hécatombe planétaire… dont le plus lourd tribut est payé par les femmes et les enfant∙e∙s. […] »

- A lire/télécharger ici

(post de N. Casaux)

Le patriarcat : ce sont des hommes qui détruisent des vies pour pouvoir détruire d’autres vies
Behigorri, revue écoféministe - Imaginaire, féminisme et écologie

P.-S.

Note : il semble qu’il y ait à présent pas mal de présomptions envers les élevages industriels de fourrure concernant la transmission aux humains du Covid-19, et que les pangolins soient écartés de la chaîne de transmission. Mais on reste dans les mêmes problématiques, l’élévage industriel est lié à la civilisation industrielle, et il est lié également aux ancestrales dominations patriarcales.


1 Message

  • Le patriarcat : ce sont des hommes qui détruisent des vies pour pouvoir détruire d’autres vies Le 28 janvier à 08:38, par simon 1

    ouais... Invoquer les « patriarcat » ( concept complexe et variable selon les analyses de différentes penseuses féministes - voir Wikipédia-), devrait légitimer ipso-facto le discours qui va suivre...
    Ça y es,t on a enfin découvert le mal absolu et son origine, et maintenant , ceci étant ( mal) posé , qu’en fait-on ?
    Patriarcat , destruction des pangolins, capitalisme, extension de Covid sont liés ! La démonstration , l’amalgame sont étalés sans complexes ni prudence intellectuelle.
    D’autant plus dérisoirement que l’auteur, en fin de texte est bien obligé de revoir une partie de ses propos (élevages de visons) dans une pitoyable pirouette pour affirmer que sa démonstration reste valable.
    Pour ce qui est de l’affirmation que « les femmes et les enfants en paient le plus lourd tribut » , c’est une contre-vérité puisque les femmes et les enfants se révèlent être les plus résistants à l’épidémie.
    La médecine chinoise- qui semble attirer tant de sciento sceptiques ( et en majorité des femmes) prétend que que boire du sang de pendu guérit de la tuberculose..entr’autre billevesées pangolinesques et corne de rhinocerosesque.
    Enfin, c’est dit et sous entendu = le MAL c’est l’homme, toutes les contorsions dialectiques sont permises pour le démontrer.
    Voyagez , en dehors de l’occident et lisez les ouvrages et des témoignages anthropologiques, vous vous apercevrez peut-être que la réalité est , comme toujours diverse et complexe.
    Ceci dit , il est vrai que l’origine idéalisée de notre civilisation - la démocratie athénienne était très dure aux femmes et aux esclaves. Le monde a évolué depuis malgré cette tâche originelle...Ciao

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft