Laissons couler les compagnies aériennes, et utilisons l’argent du renflouement à reconvertir les travailleurs du secteur

Permaculture, restauration de zones humides, logements dignes, isolation des bâtiments, désimperméabilisation, des activités nettement plus utiles que le secteur du transport aérien

mercredi 25 mars 2020, par Camille Pierrette.

Reporterre nous apprend que les compagnies aériennes réclament aux Etats 200 milliards d’aide pour éviter leur faillite et les pertes d’emploi liées : Les compagnies aériennes demandent 200 milliards de dollars d’aide

La seule solution sage, écologique et sociale est de les laisser couler pour de bon, qu’elles disparaissent !
En effet, ces industries du transport industriel par avion détruisent le climat via les émissions de C02 et la pollution de l’air, détruisent des sols pour leurs aéroports toujours plus grands, absorbent des tas de matières premières qui détruisent le vivant via l’extractivisme, accentue le tourisme de masse qui va marchandiser et détruire des régions éloignées, etc. Les compagnies aériennes et les activités liées font partie des saloperies nuisibles à éradiquer au plus vite. Profitons de leur faiblesse pour leur porter le coup de grâce au lieu de « voler » de l’argent public pour les renflouer.

Utilisons plutôt l’argent pour former et engager les travailleurs à des taches plus utiles, comme par exemple restaurer des milieux naturels, des zones humides, des forêts, désimperméabiliser des sols artificialisés, faire croître la permaculture partout et autres paysanneries, isoler les bâtiments, fournir des logement dignes aux pauvres... Les taches utiles, bénéfiques socialement et écologiquement, ne manquent pas.
Ca ferait même davantage d’emplois au final, pour moins cher que le renflouement des activités néfastes des compagnies aériennes.

Hélas, les sociopathes et les tyrans froids sans scrupules qui prétendent gouverner préfèreront certainement mettre notre argent public dans ses entreprises de mort que sont les compagnies aériennes, des entreprises qui ont contribué à la transmission du coronavirus à l’homme et à son expansion mondiale.
Il faut dire que ce sont leurs complices, qu’elles ont sans doute financé leurs campagnes électorales, et que les fous furieux criminels au pouvoir veulent à tout prix continuer la civilisation capitaliste qui montre chaque jour à quel point elle est une impasse mortelle et nocive !

Alors, il faudra nous battre, pour, dans ce secteur comme dans d’autres, forcer à la mise à l’arrêt des activités nuisibles de ce type, et plus généralement pour la fin de la civilisation capitaliste.
Il faudra nous battre, tout simplement parce qu’on n’a pas le choix que ça nous plaise ou pas, pour notre survie et celle du vivant.

Laissons couler les compagnies aériennes, et utilisons l’argent du renflouement à reconvertir les travailleurs du secteur

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft