L’écologisme grand public et ses promesses absurdes et suicidaires

Maintenant que les problèmes sont établis, il s’agit de ne pas s’illusionner sur les voies à prendre

vendredi 2 octobre 2020, par Les Indiens du Futur.

A présent que les climatosceptiques sont renvoyés aux poubelles par la force des faits, et l’observation que la réalité mesurée est pire que les pires des modèles établis auparavant, l’enjeu change de nature.

Avant, on pouvait encore différer, éluder, minimiser les catastrophes climatiques/écologiques/sociales en cours, et croire aux promesses vagues des gouvernements et COP.

A présent, il est devenu impossible de nier ou d’occulter les désastres et leur accélération, alors l’enjeu devient « QUE FAIRE ? »
A présent, les causes des désastres sont encore plus évidentes, alors va-t-on se contenter d’atténuer certaines conséquences ?

Pour les tenants du pouvoir économique et politique, les « solutions » sont dans une simple adaptation de la civilisation industrielle, de nouvelles technologies pourraient palier les problèmes créés par les technologies précédentes, maintenir la Croissance économique permettrait de résoudre les problèmes créés par la Croissance...
Nombre « d’écologistes » grand public rivalisent d’inventions lexicales et de prospectives afin de garder la civilisation industrielle et son capitalisme tout en préservant la planète et le vivant.
Le seul petit problème, c’est que c’est IMPOSSIBLE.

Cet article présente bien ce problème crucial :
- Sauver la civilisation, sauver le monde, régler tous nos problèmes, etc.

Et donc, QUE FAIRE ?
En fait, nous le savons, mais allons-nous l’accepter, le mettre en oeuvre ?

L’écologisme grand public et ses promesses absurdes et suicidaires

6 Messages

  • L’écologisme grand public et ses promesses absurdes et suicidaires Le 4 octobre à 21:54, par rutabaga

    Bonjour Simon

    Dans votre délire contre serge combes vous dites : « Informez vous auprès de ses anciens camarades de classe ».
    Je suis allé plus loin que vous et j’ai interviewé le gynécologue. D’après lui, serge pinçait le ventre de sa mère de l’intérieur. ..
    De plus il pétait pendant que sa mère dormait et cela sentait tellement mauvais que cela la réveillait et elle était obligée d’ouvrir la fenêtre pour aérer...
    Vous dites « Faites un travail de journaliste vrai » alors qu’on vous a dit 100 fois qu’il n’y avait pas de journaliste à Ricochets.
    Vous avez vraiment le cerveau ramolli.

    Répondre à ce message

    • L’écologisme grand public et ses promesses absurdes et suicidaires Le 15 octobre à 12:17, par simon

      Salut rutabaga
      mon ! ma critique de Serge Combe , n’est pas du délire, le délire est plutôt de dans les argumentaires de celui qui se camoufle derrière le pseudo Sergentieri.. ( Qualifié d’homme zebre (sic) par ses adulateurs).
      Il est toujours très difficile de porter la contradiction à un gourou et ses zélotes ; Votre argument n’est qu’une pirouette...
      Même s’il n’y a pas de journaliste a Ricochets, rien n’empêche d’être prudent quant à certaines annonces.
      Je persiste = l’examen du passé (notamment politique du gourou du bourg) ne plaide pas en la faveur d’un passé et d’une personnalité.honorables.
      Par ailleurs, vous ne semblez pas exempt d’esprit critique, pourquoi ne pas l’exercer à l’encontre de Next-up Organisation ....

      Répondre à ce message

  • L’écologisme grand public et ses promesses absurdes et suicidaires Le 4 octobre à 16:42, par simon

    Dans un récent mea culpa , Camille Pierette , avouait avoir été un peu imprudent dans le soutien au docteur RaouT ; de même il est nécessaire et légitime de dénoncer comme vous le préconisez, les charlatans verdoyants. Vous avez ,ici, à Crest , la possibilité de mettre cette prudence en pratique , tout en faisant un travail informatif lucide.
    Je vous ai déjà alerté sur la toute relative honnêteté du véritable dirigeant de Next up organisation = Serge Combe qui est connu comme le loup blanc des vieux crestois.
    Informez vous auprès de ses anciens camarades de classe , ou encore des organisateurs du festival de « Crest , jazz vocal » dont il a été un éphémère président et non pas le créateur. ( toujours la même méthode , tirer la couverture à soi).
    La facilité avec laquelle il a été libéré de garde à vue après (de son propre aveu) un coup de fil au procureur - rare par les temps qui courent , et les courbettes des flics à cette occasion auraient du vous alerter.
    Serge Combe a été militant RPR en son temps, et en a réclamé l’investiture lors des élections municipales- celles précédant la venue de Mariton-
    Il n’a jamais eu la fibre écolo ni antinucléaire et c’est par pure opportunité qu’il s’en réclame.
    En tout cas les combats anti linky , anti 5 g, anti bure , etc... semblent engraisser Next up. Serge Combe vient de s’offrir un nouveau grand local comme siège social ainsi qu’une voiture flambant neuf et sérigraphiée.
    Faite un travail de journaliste vrai , connectez vous à l’effarant site internet de next up , et tentez de rencontrer Combe.
    A vous de voir , moi je vous aurais prévenus....

    Répondre à ce message

  • L’écologisme grand public et ses promesses absurdes et suicidaires Le 3 octobre à 01:14, par Indiens du Futur

    - L’appel des éco-charlatans et la promotion du capitalisme « vert » (à propos des Colibris)

    Plus nous nous rapprochons de la catastrophe, plus les choses empirent, et plus le langage des rassurances mensongères diffusées par les médias de masse est excentrique. Ils promettent désormais un nouvel âge de « l’abondance », tandis que notre situation collective empire chaque jour qui passe. « Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle haïra ceux qui disent la vérité », comme l’a écrit George Orwell.
    Terminons en revenant sur un malentendu important. Il n’y a pas de « guerres de chapelles », ainsi que le laissait entendre un article récemment publié sur Reporterre. Il y a des partisans du capitalisme vert qui se font passer pour des « écologistes », et il y a l’écologie, celle qui consiste à défendre le monde naturel, les humains et les non-humains, les forêts, les rivières, les fleuves, les prairies, les collines, les montagnes et les îles. Cette écologie ne fait certainement pas partie de l’Église du capitalisme vert. Les nouveaux apôtres de la religion du développement durable participent, en disant cela, à semer la confusion. Clarifions. Un véritable mouvement de défense du vivant doit être anticapitaliste et décroissant. Pour la simple raison que le capitalisme et le principe de croissance sont antiécologiques. Il doit fondamentalement s’opposer à toutes les formes d’exploitations et de coercitions, et par conséquent militer en faveur des low-tech (des basses technologies). Il ne doit pas les ignorer et feindre une union totalement irréelle et contre-productive de toutes et de tous. La pensée magique et la complaisance envers l’ennemi n’ont pas leur place dans un mouvement de résistance sérieux. Le capitalisme vert n’est pas de l’écologie.
    (post FB)

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft