L’école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du Capital et de l’Etat

Il faut soit occuper les classes et résister, soit les déserter et résister quand même, soit les deux

jeudi 15 septembre 2022, par Auteurs divers.

L’école qui émancipe reste un des totems de la gauche et des républicains en général, elle reste néanmoins toujours à démolir.
Les éventuelles velléités de mai 68 sont loin.
Si l’école nationale ou privée peut apporter des choses à certains jeunes dans l’état de misère sociale et culturelle où nous nous trouvons noyés, il ne s’agit pas pour autant d’aduler cette machine technocratique à discipliner, domestiquer et conformer. L’école prépare l’intégration totale et mentale des civilisés en tant que rouages et acteurs de la mégamachine.

En lieu de faire la rentrée, il vaudrait bien mieux déserter et auto-organiser nos propres savoirs, cultures et actions hors de cette "école institutionnalisée du crime".
Pas seulement créer d’autres moyens éducatifs, mais aussi d’autres finalités.

- Rejeter l’école -Un lycéen décrypte le quotidien de la génération Parcoursup
Cette semaine, c’est la rentrée des classes ! A rebours de l’éternel marronnier médiatique qui consiste à montrer des enfants ravis de ne plus être en vacances, un lycéen lecteur de lundimatin nous a transmis cette excellente analyse de son expérience d’élève. Depuis l’intérieur, il évoque avec précision et érudition les nouvelles modalités d’isolement, de contrôle, de punition et d’auto-discipline qui trament le quotidien de cette nouvelle génération Parcoursup.
(...)
On ne peut que difficilement attendre l’apparition d’une jeunesse qui sera prête à renverser les autres structures oppressives, si on la laisse germer bien tranquillement dans ces structures disciplinaires. Désormais, il faut soit occuper les classes et résister, soit les déserter et résister quand même, soit les deux. En tous cas avant de faire cela il faut permettre à tous, élèves comme autres individus, de se rendre compte de la nature politique de ce qu’ils subissent au quotidien, pour balayer le fatalisme et permettre d’ouvrir le champ des possibles de l’imagination et de la création d’alternatives, pour réinventer des manières d’apprendre et de transmettre.
(...)
« L’entreprise scolaire n’a-t-elle pas obéi jusqu’à ce jour à une préoccupation dominante : améliorer les techniques de dressage afin que l’animal soit rentable ? »

  • Raoul Vaneigem – Avertissement aux écoliers et lycéens

- Ivan Illich : « L’école enseigne à l’enfant qu’il doit être inévitablement classé par un bureaucrate » - L’école obligatoire, la scolarité prolongée, la course aux diplômes, autant de faux progrès qui consistent à produire des élèves dociles, prêts à consommer des programmes préparés par les "autorités" et à obéir aux institutions. Alors, comment la changer cette école ? Réponse d’Ivan Illich en 1972.
(...)
A l’école, l’enfant apprend avant tout qu’apprendre est le résultat d’un processus d’une institution officielle. Il apprend que, d’année en année, on acquiert de la valeur, parce qu’on accumule plus de bien non tangible. On apprend que ce qui est valable à apprendre, ce qui servira plus tard à la société, c’est ce qui est transmis par quelqu’un qui est "professionnel". On apprend qu’enseigner, si on n’est pas professionnellement instituteur, est en quelque sorte moins valable. L’école inévitablement introjecte le capitalisme, la capitalisation du savoir. Parce qu’il est le capitaliste en savoir, qui peut démontrer avec les certificats ce qu’il a accumulé intérieurement et auquel la société reconnait une valeur sociale supérieure. Ivan Illich
(...)

Portfolio

L'école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du (...)

Forum de l’article

  • L’école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du Capital et de l’Etat Le 16 septembre à 01:15, par simon

    Pour faire court ;
    « ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons » V. Hugo

    Répondre à ce message

    • L’école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du Capital et de l’Etat Le 16 septembre à 10:15, par Sandrine

      Une fois de plus, les sauvageons anarcho-libertariens affirment des proximités douteuses : le monde serait tellement plus beau sans école ! Mais n’est-ce pas ce que souhaitent les néo-libéraux derrière Trump ? Pas d’Etat, que des écoles privées. Ils sont du coup d’accord avec les hyper-cathos et les salafistes qui rêvent de n’autoriser que des écoles confessionnelles. Aucun espoir de construire quoi que soit d’alternatif, de possible, d’actif, de salvateur, tant qu’on se vautrera dans des analyses caricaturales.

      Répondre à ce message

      • L’école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du Capital et de l’Etat Le 16 septembre à 18:02, par Heska

        Ce sont vos argumentaires Sandrine que je trouve de plus en plus douteux. D’abord ma malgré ma demande dans un précédent message vous n’avez pas défini « anarcho-libéraux », un terme dont vous nous donnez ici une variante avec« anarcho-libertariens ». Je réitère donc ma demande de définition. Pour vous aider, je vous rappelle ceci :

        - les libertariens sont opposés à l’Etat mais pour la propriété privée des moyens de production, un aspect économique fondamental en quoi ils ne se distinguent pas des indépendantistes américains du XVIIIe et des bourgeois libéraux révolutionnaires français à qui on doit le concept moderne de « république »
        - les anarchistes sont opposés et à l’Etat et à la propriété privée des moyens de production, ce en quoi ils se distinguent à la fois des « démocrates », des communistes étatiques et des libertariens.

        Donc c’est quoi un « anarcho-libertairen » ?

        Ensuite votre courte, dans tous les sens du terme, intervention c’est un festival de raccourcis, d’homme de paille et de généralisations abusives.

        Le texte ne dit pas que le monde serait plus beau sans école, comme vous essayer de lui faire dire, mais que l’école sous l’emprise de l’Etat ne vise pas à l’épanouissement des enfants et au bien commun. Je vous invite à lire les débats parlementaires qui ont précédé son institution et à vous rappeler le terme de « hussards noirs de la République », un terme guerrier qui traduit bien l’état d’esprit des législateurs de l’époque.

        Les néo-libéraux, zélateurs d’un état régalien qui assure la protection du capital tout en asservissant/délaissant ceux dépourvus de propriété, ne visent pas l’école en tant que telle mais bien son accès gratuit et son approche non lucrative (ce qui était au moins vrai avant que les GAFAM soient invités à y mettre leur nez à coups de tablettes, de tableaux numériques et de programmes scolaires made in Siliicon Valley) comme ils visent tout service public, quels que soient ses objectifs affichés ou sa construction historique. Ils ont par contre bien l’intention, comme les socio-démocrates, de former avant tout une main d’oeuvre au service du capital. Cela les programmes et méthodes des écoles supérieures privées le démontrent : l’informatique et le management foisonnent mais jamais l’histoire ou la sociologie.

        Les personnes qui font la promotion de méthodes d’enseignement qui ne s’appuient pas sur le formatage des enfants et la recherche d’adéquation avec les besoins des entreprises ne réclament pas pour autant des enseignements confessionnels. Où avez-vous été pêcher un truc pareil ??? C’est très élégant (ironie !) de mettre dans le même panier les pratiques scolaires alternatives comme Montessori, Ferrer ou Freinet avec les intégristes religieux mais c’est surtout parfaitement grotesque. Vous devriez donc vous inspirer de votre dernière phrase (« Aucun espoir de construire quoi que soit d’alternatif, de possible, d’actif, de salvateur, tant qu’on se vautrera dans des analyses caricaturales. ») et nous épargner vos outrances peu constructives.

        Répondre à ce message

        • L’école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du Capital et de l’Etat Le 16 septembre à 19:13, par Sandrine

          Simon, merci de votre approbation.

          Sandrine

          Répondre à ce message

          • L’école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du Capital et de l’Etat Le 16 septembre à 20:07, par Heska

            Marrant ! l’approbation de Simon à 01h15 le 16 septembre que vous revendiquez en cet endroit, vient AVANT votre commentaire du 16 septembre à 10h15... Vous êtes plus que gonflée de répondre à mon texte avec ça ! Hahaha ! Et aujourd’hui cette phrase n’a plus aucun sens : l’école est obligatoire jusqu’à 18 ans (ce brave Hugo en tomberait de sa chaise Empire) et les prisons sont pleines...

            Et sinon, pour la définition d’« anarcho-libertarien », un élément d’éclairage ou vous vous en tenez à votre approche confusionniste du mouvement anarchiste ?

            Répondre à ce message

            • L’école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du Capital et de l’Etat Le 16 septembre à 22:59, par simon

              Victor Hugo dessinait lui-même ses meubles, (et le résultat est plutôt moche), espérons qu’il ne s’est pas blessé en tombant de sa chaise !
              Pour y avoir travaillé, je peux vous affirmer que les prisons sont encore pleines de prévenus, migrants souvent illettrés/analphabètes.
              Sinon la maitrise de l’écrit et de l’oral confère à celui qui les manipule un vrai pouvoir face aux sentiments de déférence et d’infériorité de la part de celui qui ne la possède pas et la subit.
              De l’école j’ai surtout souvenir de la méchanceté de mes camarades face aux plus faibles qu’ils ne se privaient pas de harceler. Et MON école n’a pas du être une entreprise de formatage si efficace, puisque nous nous sommes révoltés (contre elle entre autres) en 68.

              Répondre à ce message

  • L’école, une efficace machine à domestiquer les humains au profit du Capital et de l’Etat Le 15 septembre à 14:37, par rutabaga

    C’est très étrange de voir que les« révolutionnaires » utilisent les mêmes méthodes que les « conservateurs ». Je m’explique. Je parle de la méthode qui consiste à « faire référence à ». C’est à dire qu’on met une personne sur un piédestal, ici « Ivan Illitch » et on le cite. Comme si il était le premier et le dernier à avoir eu cette pensée.
    Les conservateurs se référent à pascal racine descartes etc..
    Si on veut arriver à un autre résultat il faut déconstruire ce formatage.
    On me dit dans l’oreillette que ce n’est pas possible. C’est vrai, Margareth Tatcher disait tout pareil « il n’y a pas d’alternative ».

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft