Grève générale presque partout, sauf en métropole ? Guadeloupe, Martinique, Polynésie en grève générale

Blocages en Guyane - Appel aux travailleurs de France

jeudi 25 novembre 2021, par Auteurs divers.

La grève et la contestation s’étendent face aux brutalités et impasses entretenues par le gouvernement, qui ne parle que d’ordre et de sécurité.

  • Après la Guadeloupe, la Martinique en grève générale : « nous lançons un appel aux travailleurs français » - Les habitants de Martinique, dans la foulée de la Guadeloupe, lancent une grève générale. La Polynésie française pourrait en entamer une aussi, dès ce mercredi 24 novembre. Sur ces trois territoires, l’obligation vaccinale a été le point d’achoppement à l’origine du mouvement. Mais les revendications dépassent ce seul conflit, et remettent sur la table des enjeux de pauvreté, d’état des services publics et de scandales sanitaires. (...) Le dialogue avec les autorités semble, dans tous les cas, rompu. « Dans un courrier daté du 29 septembre 2021, le préfet rejetait l’ensemble des propositions et mettait fin à toutes négociations », rappellent, dans un communiqué du 19 novembre, les Organisations en lutte contre l’obligation vaccinale et le passe sanitaire en Guadeloupe. « La seule réponse des services de l’Etat et des patrons du privé : arrestations arbitraires, harcèlement des travailleurs, violences policières, condamnations, suspension des contrats de travail ». (...) « Lorsque vous envoyez les unités d’élite, ce n’est pas pour calmer les choses, mais les envenimer », observe Gabriel Jean-Marie. Ce dernier dénonce un « gouvernement d’incendiaires, qui jette de l’huile sur le feu ».
  • Echec des négociations, grève générale effective - Tahiti, le 23 novembre 2021 – Des positions tranchées de part et d’autre : les discussions poursuivies mardi soir, entre le gouvernement et l’intersyndicale à l’origine des préavis de grève, se sont achevées à 0 h 30 sans accord. La grève générale est effective.

« Nous lançons un appel aux travailleurs de France », répète Gabriel Jean-Marie, qui espère cette fois transformer l’essai. « Le combat que nous menons, c’est celui que mènent de nombreux travailleurs sur leurs conditions de travail précaires ou le prix des carburants ». Mais la jonction avec l’Hexagone n’est pas évidente. En 2019, les Gilets Jaunes avaient repris des revendications et des modes d’action (comme l’occupation de ronds-points) expérimentés aux Antilles en 2009. Avec dix ans d’écart. « Les Gilets Jaunes, c’était une déflagration, mais en différé », observe le leader syndical.

Qu’en sera-t-il aujourd’hui ? Gabriel Jean-Marie ne désespère pas de faire front commun. « Nous disons aux travailleurs français : le gouvernement qui nous opprime, c’est le même. Plutôt que de s’observer et de lancer des mouvements séparés, unissons nos forces ».

Grève générale presque partout, sauf en métropole ? Guadeloupe, Martinique, Polynésie en grève générale
Grèves, blocages, barricades, manifestations, émeutes...

Grève générale en Martinique aussi

Si l’attention médiatique se porte sur la Guadeloupe, la Martinique connaît également une très forte mobilisation de sa population contre le pass sanitaire mais aussi contre les mauvaises conditions de (sur)vie. Une grève générale est en cours depuis deux jours, accompagnée de blocages, barrages et affrontements avec les forces de l’ordre.

(post de Cerveaux non disponibles)

Leur obsession, c’est l’ordre et la sécurité

- Le gouvernement et Macron s’inquiètent, et ils ne parlent que de répression et de la peur d’une volonté de "séparation" des territoires d’outre-mer, ils veulent comme d’habitude discréditer le mouvement en mettant en avant les dégradations et les barrages, alors que tout le monde sait bien que quand rien n’est cassé ni bloqué les gouvernements enfument et détournent le regard. Leur obsession, c’est l’ordre et la sécurité, comme la droite et les extrêmes droites, voir :

  • Crise en Guadeloupe : pourquoi l’exécutif surveille la situation comme le lait sur le feu - A quelques mois de l’élection présidentielle, la crise aux Antilles, si elle venait à s’enliser, pourrait devenir un vrai danger pour le chef de l’Etat et sa majorité. (...) Derrière la crise en Guadeloupe, il y a le spectre – encore et toujours – des ’gilets jaunes’. De quoi inquiéter dans les couloirs du pouvoir ?
    "Tout est un danger à cinq mois des élections, c’est une évidence." (Sereine Mauborgne, députée LREM)
    "On va rester dans une période très politique où tout va être utilisé contre Macron", relativise une source proche du pouvoir. "On est concentrés sur la gestion de crise, il faut essayer de décapsuler en amont ces potentiels sujets de crise." En réalité, la dangerosité de la situation guadeloupéenne pour l’exécutif tient en un mot : sa durée. "Si c’est quelques jours, ce sera vite oublié. Si c’est plusieurs semaines, c’est plus emmerdant", résume-t-on dans les allées du pouvoir. (...)

- Le système anti-démocratique et autoritaire en place ne laisse pas d’autres choix aux peuples pour améliorer leur sort que de protester énergiquement, y compris souvent par des moyens dits illégaux. Ensuite le pouvoir réprime par la force armée, et repproche à chaque fois les moyens de lutte qu’il a lui même obligé à adopter par la violence sociale structuelle, sa propre intransigeance et ses premières répressions policières.
Ainsi, dans tous les cas, les responsables des violences insurrectionnelles en vue de l’émancipation sont l’Etat et les gouvernements (et bien sûr aussi le techno-monde, le capitalisme...).
Pour rétablir la paix sociale relative, il faudrait alors que l’Etat et les gouvernements cèdent, laisse un espace aux contestataires pour mettre en place leurs revendications.
Mais les pouvoirs ne le veulent pas, ils veulent durer et faire durer le système en place, alors ils envoient les troupes, ce qui discrédite définitivement leur système, car ça montre qu’il n’est pas là au service des peuples.
A chaque constestation sociale ce mécanisme se répète, et on a du mal à en sortir car beaucoup croit encore à la fable de la démocratie-advenue-mais-imparfaite. Et les partis et syndicats de gauche marchent dans la combine, ce qui légitime la répression.

Malheureusement, dans une tyrannie, la seule non-violence, la persuation morale, l’exemplarité et l’utilisation des seuls moyens autorisés par les tyrans ne suffisent pas à générer des changements positifs conséquents.

LES ANTILLES S’EMBRASENT, LA MARTINIQUE RENTRE DANS LA DANSE

En Martinique et à l’appel de l’intersyndicale, une grève générale a commencé depuis le lundi 22 novembre sur la base d’une plateforme de 13 revendications : certaines relatives au pass sanitaire mais aussi des revendications sociales avec des demandes de hausse des salaires et des minima sociaux, ainsi que la fin du développement des emplois précaires.

Comme en Guadeloupe, l’île est à l’arrêt. Les axes stratégiques sont barricadés. La raffinerie SARA est bloquée et une pénurie d’essence pourrait débuter.

À Fort-de-France, les manifestations rassemblent plusieurs milliers de personnes. Des barrages sont érigés dans le centre-ville. Les nuits sont rythmées par des affrontements, notamment dans le quartier de Sainte-Therèse ou la jeunesse résiste aux forces de l’ordre qui tirent de nombreuses grenades lacrymogène tandis que l’hélicoptère de la gendarmerie survolent les habitations. Un homme a été pris en charge par les pompiers, sérieusement blessé suite à l’envoi d’une grenade de désencerclement - la GENL produite par l’usine alsetex dans la Sarthe.

Après seulement 3 jours de contestation, et ce contre l’avis des grévistes, les syndicats ont annoncé la levée des barrages pour que "la situation ne dégénère pas". Une annonce qui reste pour le moment sans effet puisque les blocages continuaient ce mercredi.

En Guadeloupe et Martinique la colère est grande. Les inégalités territoriales entre les îles et la métropole, le scandale environnemental et sanitaire du chlordécone et la gestion coloniale des départements des Antilles ont fini par allumé la mèche d’un climat social déjà explosif. À suivre...

(post de Nantes Révoltée)

LES FREE DOM APRES LA GUADELOUPE ET LA MARTINIQUE, LA POLYNÉSIE ENTRE EN GREVE GÉNÉRALE ILLIMITEE A PARTIR D’AUJOURDHUI 24/11

Grève générale illimitée en Polynésie a partir du 24 novembre.
"L’intersyndicale fait le nécessaire sur le terrain depuis plusieurs jours pour mobiliser ses troupes dans “des secteurs qui risquent de paralyser un peu le Pays” : Stock et manutention des hydrocarbures, pompiers de la plateforme aéroportuaire internationale, agents de sécurité chargés de l’inspection et du filtrage des voyageurs à Tahiti-Faa’a. Au port de Papeete, les dockers des sociétés d’aconage menacent une cessation d’activité, au moins dans les sociétés Sat Nui et Cotada, majoritairement encartées CSTP-FO. Le service des remorqueurs, dont les marins sont affiliés Otahi, est également prêt à débrayer, avec à la clé impossibilité pour les navires de plus de 100 mètres de pénétrer en rade."

(post de Jacques Chastaing)


1 Message

  • Grève générale presque partout, sauf en métropole ? Guadeloupe, Martinique, Polynésie en grève générale Le 28 novembre à 18:46, par El. CM

    La liste des revendications a été transmise le 2 septembre aux autorités locales. Depuis ce n’est que jeu du pourrissement et répression.

    Le communiqué du vendredi 19 novembre 2021 des Organisations en lutte contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire souligne : « La détérioration du climat social n’est que le résultat du pourrissement volontairement orchestré par l’Etat, avec la complicité des élus et des médias aux ordres.[…] …dans un courrier daté du 29 septembre 2021, le préfet rejetait l’ensemble des propositions et mettait fin à toutes négociations. La seule réponse des services de l’État et des patrons du privé : arrestations arbitraires, harcèlement des travailleurs, violences policières, condamnations, suspension des contrats de travail et des rémunérations, fermeture des cabinets et suspension des professionnels libéraux. »

    Le minimum de la solidarité, c’est de dire pour quoi se battent ces jeunes et ces travailleurs. Nous reproduisons ci-dessous cette plateforme.

    Revendications sociales :

    La résolution de tous les conflits en cours ;
    Le respect de tous les accords signés, y compris celui du SDIS-971, toujours pas appliqué ;
    L’augmentation généralisée des salaires, des minima sociaux, des allocations chômage et des pensions de retraite en même temps que l’augmentation des prix ;
    Le remplacement de tous les départs à la retraite ;
    L’arrêt des licenciements, dans le privé et des suppressions de postes, dans le public ;
    L’embauche massive de titulaires, dans toutes les fonctions publiques, à la poste, dans les écoles, à l’université… ;
    L’arrêt de la répression judiciaire et patronale, contre les militants, les travailleurs et les organisations syndicales ;
    L’abrogation des règles d’indemnisation du chômage ;
    Le maintien de toutes les primes de vie chère ;
    L’ouverture de négociations collectives, dans toutes les branches professionnelles, sur les salaires, l’emploi, la formation, la durée du travail, la protection sociale, la priorité d’emploi des jeunes, des chômeurs et des salariés de Guadeloupe, le fait syndical guadeloupéen.
    La résorption de tous les emplois précaires et des embauches massives, dans le privé ;

    Gestion de la crise Covid et la situation sanitaire locale :

    L’abrogation de la loi du 5 août 2021, relative à la gestion de la crise sanitaire ;
    La suppression de l’obligation vaccinale ;
    La suppression du pass sanitaire ;
    Le maintien de la gratuité des tests ;
    Des protocoles sanitaires stricts, adaptés aux établissements publics et privés ;
    Des recrutements de soignants et de personnel, dans les hôpitaux et cliniques privées, ainsi que dans le secteur social et médico-social ;
    La mise en place d’un plan d’urgence pour l’embauche et la formation des jeunes ;
    Des moyens matériels pour la santé, le secteur social et médico-social ;
    La mise en place d’un système de santé de qualité pour accueillir et soigner les usagers, dignement et efficacement ;
    Des mesures immédiates pour approvisionner les établissements en oxygène ;

    Revendications des pompiers :

    Le recrutement de 15 sapeurs-pompiers volontaires (SPV), sur dossier, dans l’immédiat ;
    Le recrutement de personnel administratif technique et spécialisé (PATS), pour la filière administrative et technique ;
    La réparation, l’entretien et le renouvellement des engins véhicules de secours et d’assistance aux victimes (VSAV) et fourgon pompe tonne (FPT) ;
    L’organisation de concours pour les sapeurs-pompiers professionnels, au grade de caporal ;
    La mise en place d’une nouvelle organisation : 12h00 de travail jour et 24h00 de repos, 12h00 de travail nuit et 72h00 de repos, pour le sapeur-pompier ;

    Revendications sociétales et pour le secteur de l’éducation :

    Des moyens supplémentaires et des recrutements de personnels techniques et encadrant, pour le dédoublement des classes et le respect des mesures sanitaires dans les écoles ;
    Un bâti scolaire et des équipements sportifs et culturels, rénové au plus vite, conforme aux normes parasismiques et débarrassé des rats ;
    Un plan d’urgence pour l’eau, pour un accès permanent de tous à une eau potable, buvable, sans pesticide, sans chlordécone, à un prix bas et unique, dans le cadre d’un véritable service public ;
    Le nettoyage de toutes les citernes dans tous les établissements publics ;
    La condamnation des empoisonneurs au chlordécone et la dépollution des sols ;
    La mise en place d’un véritable service public de transport permettant aux usagers de se déplacer à toute heure sur l’ensemble du territoire.

    https://aplutsoc.org/2021/11/21/guadeloupe-ce-pour-quoi-se-battent-manifestants-et-grevistes/

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft