Gagner la lutte

Un exemple remarquable

samedi 22 mai 2021, par Heska.

L’Industral Workers of the World est une organisation syndicaliste révolutionnaire née en 1905 aux Etats-Unis. Elle était dès ses origines radicalement anti-raciste et compta jusqu’à 100.000 adhérents surnommés les wobblies. Les deux citations suivantes sont tirées d’un article de la revue Ballast, lui-même étant un extrait de l’ouvrage "Solidarité forever" des historiens Peter Cole, David Struthers et Kenyon Zimmer.

Citation :
Les statuts adossés à la Charte du syndicat stipulent, dans leur article 1, paragraphe 1 : « Aucun ouvrier ne sera exclu, ni aucune ouvrière exclue, de l’effectif des sections locales pour des motifs de croyance ou de couleur de peau. »

Gagner la lutte - Un exemple remarquable

En 1909, l’IWW mena l’action suivante :

Citation :
Les « combats pour la liberté de parole » lancés par l’IWW constituent l’un des chapitres les plus marquants de l’histoire du syndicat aux États-Unis. Les premiers affrontements éclatèrent en 1909 à Spokane (Washington), important centre d’embauche de main‑d’œuvre immigrée pour les régions du Nord-Ouest Pacifique, dans les secteurs de l’exploitation forestière, de l’agriculture et du bâtiment. De nombreux ouvriers passaient l’hiver à Spokane, dans l’attente d’une reprise des embauches au printemps, mais ils subissaient le harcèlement des « requins » du recrutement qui, de mèche avec les employeurs, leur proposaient des postes en échange de « commissions ». En réaction, des Wobblies prirent la parole dans les rues de Spokane pour dénoncer cette situation, exhortant les ouvriers à boycotter ces requins et à contraindre les employeurs à procéder aux embauches sans intermédiaires ni commissions. Quand ces bureaux de placement parvinrent à faire interdire les harangues de rue par le conseil municipal, l’IWW riposta en déclenchant son premier « combat pour la liberté de parole ». « ON RECHERCHE : des hommes pour emplir les prisons de Spokane », titra l’Industrial Worker. Aussitôt, des Wobblies sans attaches répondirent à l’appel et convergèrent à Spokane pour y enfreindre délibérément l’interdiction légale de s’exprimer en public, et la ville procéda à des arrestations massives (au cours du seul premier mois, on en dénombra cinq cents). Au terme de quatre mois de bastonnades et d’arrestations, alors que les prisons étaient pleines à craquer, l’IWW triompha : tous ses adhérents détenus furent libérés, l’arrêté d’interdiction des harangues de rue fut annulé et les « requins » se virent retirer leur licence.

Fort, non ? Et je pense que ce type d’action "de saturation" peut s’exercer dans d’autres champs que celui du système carcéral...

Voir en ligne : Une histoire du syndicat Industrial Workers of the World


1 Message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft