France : la police politique n’aime pas la course à pied, ni la danse, ni la musique, ni les slogans

Oui au raisin, non au LBD !

jeudi 1er octobre 2020, par Camille Z.

Après l’attaque de danseurs par la police à Nantes se soldant par un mort noyé, Steve, après les interdictions de danser dans l’espace public, les interdictions de passer de la musique audible dans la rue après 22h, après des banderoles critiques censurées, après le slogan sur une pancarte "oui au muguet, non au LBD" criminalisé, après les amendes à 135 € pour défaut d’attestation de sortie ou balade dans la nature, après les délires sur les tenues vestimentaires des filles à l’école, , la police politique française invente un nouveau délit, celui de courir :

🔴 AMINE, 25 ANS, LYNCHE GRATUITEMENT PAR LA BAC SAINT-DENIS (93) 🔴

Via Sihame Assbague (Twitter)
Alors qu’il rentrait chez lui en courant, Amine, 25 ans, porteur d’un handicap mental, a été violemment interpellé par la BAC de St-Denis. Ils lui ont tout fait : LBD dans les jambes, 4 ou 5 décharges de Taser sur le corps (dont une au cou), coups, etc.
Amine rentrait donc chez lui en courant. Comme à son habitude. Mais pour les policiers, un arabe c’est déjà suspect, alors un arabe qui court hein. Ils l’ont suspecté de transporter de la drogue. Et l’ont tabassé. Pour eux, c’est juste une « erreur » mais lui, ça l’a « bousillé »

post de Cerveaux non disponibles
source : Franc-Moisin
/ Amine, déficient mental, violenté par la police

Oui aux grenades (le fruit), non au LBD !

Nul besoin d’aller à l’étranger pour essayer la dictature, on a tout made in france.

Le système policier est bien à l’image du monde qu’il défend : liberticide, stupide, violent, extrémiste.

France : la police politique n’aime pas la course, ni la danse, ni la musique, ni les slogans

2 Messages

  • France : la police politique n’aime pas la course à pied, ni la danse, ni la musique, ni les slogans Le 5 octobre à 12:02, par Camille Z

    1984 Battu !

    🎻MORBIHAN : LE PRÉFET INTERDIT LE TRANSPORT D’INSTRUMENTS DE MUSIQUE

    - Kafka et la pandémie -
    Jusqu’où ira le royaume de l’absurde ? Chez nos voisins du Morbihan, le préfet a commis un nouvel arrêté préfectoral, paru le 29 septembre, qui interdit le transport de « matériel musical » en voiture. Le tout au nom de la lutte contre le COVID.
    Dans la presse, de nombreux musiciens sont choqués : « J’ai d’abord vu l’arrêté sur les réseaux sociaux. J’ai cru que c’était une blague. Je suis allé vérifier sur le site de la préfecture. Et ça n’en était pas une. C’est complètement fou ! »
    Cet arrêté stipule que « sont interdits, à compter du 29 septembre, et jusqu’au 13 octobre, la tenue de rassemblements festifs à caractère musical et la circulation des véhicules transportant du matériel, susceptible d’être utilisé pour une manifestation festive à caractère musical ». Une définition aussi vague et floue qu’autoritaire et stupide.
    Cela implique, notamment, que tous les groupes de musique sont interdits de répéter. « Ça veut dire qu’on ne peut plus transporter nos instruments de musique ? C’est incompréhensible. Comment dès lors répéter ? » Un accordéoniste se demande : « On se trimballe toujours avec nos instruments. Ce lundi, je dois aller répéter. Je vais circuler avec mon accordéon. Je peux être verbalisé » ? Les copains qui vont venir répéter, on va prendre leur matériel ? On va leur donner une amende ? C’est complètement fou. On touche à des libertés fondamentales. C’est complètement liberticide ». Et absurde alors que les écoles et les transports sont remplies. A croire que seules les activités festives et amusantes sont touchées par la surenchère sanitaire.
    Au delà du caractère délirant de cet arrêté, il s’agit pour le préfet d’avoir les coudées franches pour réprimer le mouvement des free party et saisir le matériel musical à volonté. De la même manière, le préfet de Nantes avait interdit, au moment de la fête de la musique 2020, tout transport de matériel musical « au nom de la lutte contre le COVID », pour pouvoir réprimer les manifestations et concerts en hommage à Steve prévus ce jour là. La pandémie est décidément un excellent argument pour écraser toute manifestation ou culture dissidente.
    Rappelons que les préfets ont vu leurs pouvoirs extraordinaires reconduits de 6 mois, avec le vote, par un infime minorité de députés, de la « prolongation » de l’Etat d’urgence sanitaire … Tout va bien.

    (post de Nantes Révoltée)

    Répondre à ce message

  • France : la police politique n’aime pas la course à pied, ni la danse, ni la musique, ni les slogans Le 4 octobre à 20:25, par Camille Z

    La police politique n’aime pas non plus les écolos non-violents : « Ils m’ont enfoncé un tonfa dans le cul » : un militant raconte les violences policières subies lors de son arrestation - Ce 20 septembre, Alexandre militant qui se revendique de la non-violence raconte sur les réseaux sociaux comment, la veille, il a subi les violences terribles de la police : « Je me suis fait éclater. Et ils m’ont enfoncé un tonfa dans le cul. »

    Dorénavant, les sévices et brutalités exercées par des flics en banlieues s’étendent à d’autres catégories sociales. Peut-être qu’alors davantage de gens vont dénoncer le système policier et le régime autoritaire en place ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft