France : enfin la fin de l’illusion de démocratie et du dérivatif de la liberté d’expression !

La France n’a hélas jamais été une démocratie, et elle le prouve

mardi 17 novembre 2020, par Camille Pierrette.

A l’heure de l’état d’urgence permanent, des assignations à résidences et des lois sécuritaires (« Sécurité globale » en ce moment) dignes du totalitarisme chinois dictées par les flics et un régime autoritaire, il est grand temps d’abandonner pour de bon nos anciennes illusions entretenues et martelés par l’Etat et par pratiquement tous les partis politiques, tous les médias et tous les oligarques.

Depuis toujours, les bourgeois, le système capitaliste, l’Etat, la civilisation industrielle sont incompatibles avec la démocratie, et y sont opposés.

Depuis quelques années, cette vérité historique, philosophique et politique devient de plus en plus évidente, merci le macronisme.
Ce mensonge bien ancré dans toutes les têtes à coup de propagande s’écroule à présent sous la répression brutale de tout le monde partout, sous les lois liberticides en série, sous les reniements envers l’écologie et la convention climat, sous les mensonges et le mépris des oligarques, etc.
A présent, le voile d’illusion se déchire, c’est douloureux pour certains, c’est pénible, on préfère toujours se raccrocher à quelques espoirs, à une élection, à un candidat, à un « grand débat », mais le voile se déchire, la réalité nue nous brûle les yeux et le cerveau.
Ca fait mal, mais ça fait le ménage, on se sent encore plus mal, mais au moins on peut partir sur de bonnes bases.

Un système représentatif ne peut absolument pas être une démocratie.
Une démocratie ne peut pas exister à une échelle trop grande, elle doit être locale et directe en premier lieu.
Une démocratie n’est pas possible dans un système technicien complexe et centralisé, dans une méga-Machine.
Une démocratie n’est pas possible dans un cadre capitaliste qui pousse, structurellement et idéologiquement, aux tendances inverses, à l’intérêt privé égoïste.
Une démocratie n’est pas possible dans un cadre étatiste (en tout cas dans un cadre étatiste trop fort) qui pousse à l’inverse, à la bureaucratie, à la rigidité et au pouvoir des non politiciens.

Ces évidences criantes sont pourtant encore refusées dramatiquement par une très grande part de la gauche, qui continue à répéter mécaniquement avec les momies gouvernementales « notre-démocratie », « l’état-de-droit », « la-démocratie ».
Elle ne se rend pas compte qu’elle renforce ainsi le mensonge et la propagande portés par les gouvernements et les merdias, qu’elle ajoute sa voix à celle des tyrans, oligarques et capitalistes.
En participant à ce mensonge caractérisé, la gauche se tire une balle dans le pied, et approuve la légitimité du gouvernement, et son supposé droit à réprimer sans fin les contestations, notamment celles qui, comme les gilets jaunes, luttent pour créer une véritable démocratie. Le régime macroniste ne se prive pas alors de pérorer en disant que « ce n’est pas la rue qui gouverne », qu’il a été élu démocratiquement (sic), qu’il est légitime, etc.

Et après ça, les partis politiques classiques de gauche viennent pleurer qu’on ne les croit plus, qu’on ne vote plus pour eux, qu’ils sont impuissants et minoritaires.
Ces partis de gauche (PS (sic ?), PC, EELV et autres), ces intellectuels et artistes en tous genres sont ici les fossoyeurs de toute possibilité de changement radical, ils sont de fait complices de l’oligarchie élective, de la tyrannie, de la démocrature en vigueur, ils ne rêvent en réalité que d’être calife à la place du calife.
Ils sont également complices de la transformation, logique et facile dans les crises systémiques, de ce système non-démocratique vers une forme de néo-fascisme.

On pourrait faire le même raisonnement concernant leur forte tiédeur à critiquer et rejeter fondamentalement le capitalisme et ses dogmes.

De toute façon, au temps de l’ultra-capitalisme totalitaire, les dirigeants libéraux ne veulent même plus du paravent démocratique d’antan, ils veulent un régime d’experts, un machin « pragmatique » moderne, une start-up nation au service de l’économie (et donc des riches capitalistes), un facilitateur du progressisme technologique, une courroie de transmission des multinationales et autres lobbys puissants.
Pour les macronistes and co, la démocratie, même factice, c’est obsolète, c’est has been, c’est pas assez réactif dans un monde qui bouge, alors place à la technocratie autoritaire, au technocapitalisme, au néo-fascisme décoré de quelques droits envers les méritants et les lèche culs empressés, le tout défendu avec zèle (« on obéit aux ordres ») par les milices assermentées de la technopolice, lesquelles seront bientôt remplacées et complétées par des agents privés aux pouvoirs croissants, en attendant les véritables robots.

A force de ménager la chèvre et le chou, de faire le jeu du pouvoir, la gauche réformiste n’aura ni l’un ni l’autre, et on aura les pires problèmes politiques-sociaux-écologiques-climatiques. Merci !
Et même en renonçant aux libertés par peur d’un virus, du terrorisme ou des martiens, on n’aura pas du tout la sécurité

France : enfin la fin du mensonge de la-démocratie et du dérivatif de la liberté d’expression
Les brumes se dissipent, le jour va peut-être pouvoir s’embraser

Puisque les brumes de l’illusion d’être en démocratie se dissipent, puisque les mirages doucereux des effets de l’expression et des actions symboliques partent en fumées bien noires, peut-être qu’on va pouvoir passer aux choses sérieuses ?

Quand on comprend la portée très limitée de toutes les expressions, de toutes les démonstrations symboliques, de toutes les manifestations, quand on sait que les doléances, les pétitions et les suppliques aux tyrans ne mènent à rien, alors on peut enfin passer à l’action.

Soufflons sur ces brumes autant que sur les braises ardentes, partout, en toute occasion.

L’hiver, quand les brumes se dissipent et libèrent le ciel, le sol reste un temps gelé, les êtres restent figés, immobiles, puis la vie s’embale, tout s’embrase, tout s’embrasse, brille et se réfléchit avec le soleil brûlant.


3 Messages

  • France : enfin la fin de l’illusion de démocratie et du dérivatif de la liberté d’expression ! Le 20 novembre à 17:28, par Camille Pierrette

    « Quand ils sont venus chercher les journalistes », par Aude Lancelin
    (...) Seulement voilà, il est minuit moins le quart pour les libertés publiques dans ce pays, et le soleil de la démocratie véritable, celle qui écoute la voix sacrée du peuple, est déjà couché, lui, et pour longtemps. Sous les postures pour la galerie, tout le monde sait que cette loi va passer. Tout le monde sait que reprendre le contrôle d’une situation politiquement aussi dégradée ne sera pas chose aisée, et que sauf changement de régime majeur en 2022, cette glissade sans fin ne connaîtra plus d’autre terme que le pire.

    Répondre à ce message

  • France : enfin la fin de l’illusion de démocratie et du dérivatif de la liberté d’expression ! Le 19 novembre à 11:28, par Camille Pierrette

    ⚫ L’ÉTAT EST UNE MAFIA QUI A RÉUSSI

    « C’est la police, la gendarmerie, les forces de l’ordre qui font la loi dans notre pays »
    Gérald Darmanin, 16 aout 2020
    « Si les journalistes couvrent des manifestations […] ils doivent se rapprocher des autorités, en l’occurrence du préfet […] pour être protégés »
    Gérald Darmanin, 18 novembre 2020

    ➡️ Ces deux déclarations sont faites par un ministre de l’Intérieur à quelques semaines d’écart. La première cet été devant des gendarmes de Saint-Dizier. La deuxième après que plusieurs journalistes aient été tabassés, arrêtés et intimidés lors d’une manifestation à Paris.

    ➡️ Ces mots sont limpides : l’Etat français assume au grand jour son caractère mafieux. Le gouvernement ne fait même plus semblant, il ne s’embarrasse plus des apparences d’une fiction de « République » ou de « démocratie ». Lorsqu’un ministre affirme que les journalistes doivent « se rapprocher des autorités » pour ne pas être tabassés, c’est un chantage pur et simple. Des policiers terrorisent quelques journalistes, puis leur chef couvre leurs actes, et prévient que si les journaliste ne restent pas dociles, ils subiront tous le même sort.

    ➡️ Notez bien l’usage du mot « protégé », il est important et lourd de sous-entendus, comme lorsque la mafia rackette des habitants en échange d’une « protection ». De même, quand ce ministre affirme que la police « fait la loi » dans le pays, c’est la reconnaissance sans aucune ambiguïté du Régime policier en vigueur. Et tout ça se passe en France, en 2020, à la vue de tous.

    ➡️ Guy Debord écrivait fort justement en 1988 : « on se trompe chaque fois que l’on veut expliquer quelque chose en opposant la Mafia à l’État : ils ne sont jamais en rivalité. La Mafia n’est pas étrangère dans ce monde ; elle y est parfaitement chez elle. » Nous y sommes. Un clan monopolise le pouvoir, protégé par une milice privée qui a carte blanche.

    post de Nantes Révoltée

    Répondre à ce message

  • France : enfin la fin de l’illusion de démocratie et du dérivatif de la liberté d’expression ! Le 18 novembre à 19:35, par Camille Pierrette

    « Dernière sommation pour les journalistes, vous quittez les lieux avec votre carte de presse ou on vous interpelle. » Tranquillement, la police musele la presse qui couvre un rassemblement pour la liberté de la presse... Le tout en sachant qu’ils sont filmés. La loi n’est même pas passé que la France est déjà dans un pays totalitaire. Et on a du mal à voir comment la tendance pourrait s’inverser. Ni les pétitions, ni les manifs, ni l’ONU ne pourront stopper la dérive fascisante.

    post et vidéo sur Cerveaux non disponibles

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft