Fin du récit de la caravane à vélo vers Madrid

lundi 27 septembre 2021, par Un autre monde existe déjà.

Suite et fin du récit de la caravane à vélo partie de Mirabel et Blacons mi-juillet et qui est arrivée à Madrid le 12 août pour le grand rassemblement convoqué sur place.

3e semaine avec la caravane à vélo

De Anères à Tabuenca...

Tabuenca. Un village à la tranquillité saisissante quand on arrive des pleine agricoles de l’Erbre.

Un peu plus haut dans les reliefs arides, les gens du village nous indiquent un petit coin de paradis pour envisager notre journée de repos. Après 50 km sous une chaleur écrasante d’un mois d’aout espagnol, nous trouvons de quoi nous ébahir : Une fontaine d’eau fraîche, une « casita blanca » autour de laquelle nous nous installons, et une réserve d’eau gigantesque qui sera la piscine de nos rêves !

Un jour de repos dans telles conditions est le bienvenu. Nos muscles et nos articulations nous le font remarquer : nos yeux qui tombent devant les plus beaux ciels nous le confirment.

Aujourd’hui, 6 août, 423 km nous séparent du village d’Anères. Autant de reliefs et cols nous séparent de la France. Et pourtant, mille émotions et vécus communs nous relient à celles et ceux qui ont partagé ce périple, à celles et ceux qui ont dû s’arrêter à la frontière ou changer de cap.

Et non sans larmes et cœurs serrés : c’est accompagné de leurs énergies que l’on continue ce voyage avec force et détermination . La puissance du « gang » est sans limite !

Nous coups de pédales nous rapprochent toujours un peu plus de Madrid. Nous imaginons notre arrivée sans la précipiter. Nous sentons le besoin de nous raconter nos rêves, ceux qu’un voyage comme le notre font émerger. Nos utopies et nos imaginaires se façonnent tout autant que notre confiance et complicité.

Nous pétillons quand nous apprenons, au compte goutte, ce que nous réserve Madrid. Nous jubilons à l’annonce des compagnon.es qui nous rejoignent. Nous rêvons à ce qu’une telle aventure provoquera

Le gang est né ! Vive le Gang !

Une quatrième et dernière semaine avec la caravane à vélo.

De Tabuenca à Marid

Le voyage et la destination ont été les enjeux de notre dernière semaine. Le voyage nous amenait de bivouac en bivouac, nous faisait parcourir les paysages et les kilomètres, dans la douce continuité des premières semaines. Pour dormir, nous passions d’un verger en bord de rivière à un terrain de foot au centre d’un village, de l’abord d’une piste cyclable à un champ récemment fauché. Pour manger, nous alternions entre la facilité réconfortante de tapas servis à toute heure, et les pique-niques les pieds dans la fontaine. L’ambiance des places de village nous donnait un aperçu de la vie locale. Le voyage était bien là, dans nos surprises comme dans nos habitudes.
La destination, elle, donnait un sens aux itinéraires choisis et aux coups de pédales fournis par jour. Elle était un des liants qui nous réunissait, mais aussi une source d’opinions variées, car elle était étroitement liée à la programmation du rassemblement. Le flou de son organisation alimentait nos divergences de point de vue, et ses temps fort réconfortaient nos déterminations. La destination colorait tous les jours un peu plus la réalité du voyage. Nous sentions parfois que notre empressement vers la destination chahutait la tranquillité du voyage. A juste titre, nous étions sur le point de clore une si belle aventure, pour rejoindre l’émergence d’une autre, bien plus grande que nous ; celle d’une traversée pour la vie.

Et c’est après une rude étape, le 11 août, à l’approche de Madrid, entre pollution et soleil impitoyable, que nous sommes arrivés au cœur de la capitale Espagnole. Comment célébrer notre arrivée, après 1519 km parcourus ? Se plonger dans les prémices du rassemblement, ou trinquer nos verres et nos amitiés ; Atteindre la destination, dans l’émulation zappatiste, ou faire vibrer le voyage une dernière fois... A chacun.e sa préférence, nous avons pu finalement faire les deux.

Les trois jours qui ont suivi on été investi différemment selon les envies de chacun.e ; de l’envie de repos, après des semaines de voyage, à celle de l’engagement qu’un tel événement suscitait. Du bénévolat en cuisine pour certain.es, un passage chez le coiffeur pour d’autres, une concert pour tous.tes et des discussions ateliers pour quelqu’un.es. Finalement, une manifestation, seul moment « partagé » avec l’Escadron 421 ; dont ses membres ont pu alternativement évoquer le contexte de leur présence ou non-présence, les raisons de leurs luttes et des nôtres, nourrissant les imaginaires et déterminations collectives et amorçant dans la dure époque covidienne, l’évidence de cette rencontre, sa nécessité, on devenir.

Peu à peu, le gang s’est dispersé, au gré des trains, des bus, et des vélos. La distance parcourue ensemble sera toujours plus grande que celle qui nous sépare. Car un rien nous réunira de nouveau pour de nouvelles lutes à pédales.
Le vécu commun est le fruit d’un espoir : celui de croire en de nouveaux espaces de vie et de luttes possibles. En notre capacité à les créer, les vivre et les faire vivre dans nos réalités quotidiennes comme dans nos imaginaires collectifs.

La lucha sigue, con Bici !

En complément à ce récit, quelques vidéos du rassemblement qui a eu lieu à Madrid dans la semaine du 13 août :

Apenas 500 años después | Escuadrón Marítimo Zapatista / En voz de Lupita (5/7)

Apenas 500 años después | Escuadrón Marítimo Zapatista / En voz de Lupita (5/7) from ¡Compas Arriba ! on Vimeo.

Apenas 500 años después | Escuadrón Marítimo Zapatista / En voz de Yuli (6/7)

Apenas 500 años después | Escuadrón Marítimo Zapatista / En voz de Yuli (6/7) from ¡Compas Arriba ! on Vimeo.

No nos conquistaron / Madrid 13-08-2021 Medios libres

No nos conquistaron / Madrid 13-08-2021 Medios libres from ¡Compas Arriba ! on Vimeo.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft