Expression, manifestation, blocages de Lycées : le gouvernement réprime brutalement les jeunes

La litanie de la répression s’aggrave et s’étend chaque semaine - Garde à vue de mineurs pour de simples provocations

vendredi 6 novembre 2020, par Auteurs divers.

Comme d’habitude, comme pour tous les sujets, le régime macroniste ne connaît que la répression et la brutalité policière, les poursuites judiciaires et la propagande en guise de démocratie et de mesures sociales.
Nouveaux exemples avec des lycéens réprimés et de jeunes mineurs pourchassés en Garde à vue pour avoir "approuvé" le terrorisme ou n’avoir pas respecté la minute de silence en mémoire de Samuel Paty.

🔴 SAINT-NAZAIRE : DÉLUGE DE GRENADES LACRYMO, UN LYCÉEN BLESSÉ

Pour la troisième journée consécutive, les lycéens et lycéennes de Saint-Nazaire protestent contre la gestion autoritaire et désastreuse du confinement par le gouvernement. Ce matin, à nouveau, forte répression policière. Les forces de l’ordre ont tiré de très importantes salves de grenades lacrymogènes sur les jeunes.
Au moins un lycéen mineur a été durement blessé à la poitrine par le tir tendu d’une munition. Il a été exfiltré par les pompiers.
La manifestation est toujours en cours à 12H30.

(post et VIDEO sur Nantes Révoltée)

🔴 SAINT-NAZAIRE : UN LYCÉEN DE 17 ANS BLESSÉ PAR UN TIR POLICIER CE MATIN

Les faits ont eu lieu ce matin, vendredi 6 novembre, à Saint-Nazaire. Comme les jours précédents, les lycéens manifestaient pour réclamer de meilleures conditions sanitaires et protester contre la gestion gouvernementale. Face au cortège de jeunes mineurs, les policiers ont envoyé de très nombreuses grenades lacrymogènes, et d’autres minutions. N., un lycéen de 17 ans, a été touché à la poitrine par un tir très douloureux.
Il raconte : « les force de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes et par la suite des Flash-Ball [Lanceurs de Balles de Défense]. Je me suis pris une des ces balles dans le thorax alors que je manifestais. La police a été très lâche, elle m’a clairement visé et tiré dessus à très courte distance [environ 5 mètres selon le jeune blessé]. J’ai un très gros hématome au niveau du cœur et je n’ai pas encore les diagnostics des médecins. » Il a été évacué par les pompiers à midi.
En plein confinement, non seulement le gouvernement ne protège pas la jeunesse, mais il la met en danger, et la réprime brutalement quand elle prend la parole. Aujourd’hui, la police de Loire-Atlantique a une nouvelle fois tiré sur des adolescents

(post de Nantes Révoltée])

(des scènes de répression similaire ont eu lieu depuis mardi devant divers établissements, avec parfois des gardes à vue pour des lycéens)

- Quelques articles :

  • Répression : des enfants de 8, 9 et 12 ans signalés à la Justice suite à l’hommage à Samuel Paty - Deux jours après l’hommage national à Samuel Paty dans l’Éducation Nationale, une enquête pour « apologie du terrorisme » vient de s’ouvrir concernant deux enfants de 12 ans de l’agglomération strasbourgeoise, tandis que deux enfants de 8 et 9 ans ont également été signalés à la Justice… Des mesures répressives contre des enfants inscrites dans le renforcement autoritaire du gouvernement sous couvert de lutte contre l’épidémie et le terrorisme. (...) Une gestion répressive contre des mineurs qui fait froid dans le dos, mais qui s’inscrit parfaitement dans les outrances sécuritaires du gouvernement. A l’heure où l’urgence serait de réinstaurer un dialogue avec les élèves au sein même des établissements, et de permettre aux professeurs d’échanger entre eux pour faire face au mieux à une situation parfois tendue, le gouvernement préfère supprimer les deux heures de concertation entre professeurs qui devaient précéder l’hommage, et traîner des élèves de 12ans devant le procureur.
  • Des mineurs en garde à vue pour apologie de terrorisme : pourquoi la mesure divise le monde judiciaire - Depuis les incidents en marge de l’hommage à Samuel Paty, 14 enquêtes pour apologie de terrorisme ont été ouvertes contre des adolescents. Plusieurs ont été placés en garde à vue. Des mesures fortes qui divisent les professionnels du droit.
  • Blanquer signale 400 violations de l’hommage à Samuel Paty lundi, dont 150 apologies du terrorisme

La jeunesse a toujours fait de la désobéissance, de la provocation (gratuite, stupide ou politique et argumentée), c’est dans son énergie d’être remuante, encore heureux qu’on y observe un peu d’agitation avant l’éteignoir produit par les établissements scolaires, les écrans partout et l’emploi ou sa quête.
Mais l’oligarchie tyrannique au pouvoir ne l’entend pas ainsi, elle veut réprimer tout ce qui dépasse, tout le monde doit marcher en rang et se tenir sage, y compris les élèves de collège ou de primaire.
Dès l’âge de 3 ans, la discipline et le casernement scolaire de l’Etat et du capitalisme veulent s’exercer sans limites ni contestations. Comme un SNU permanent.

Travaille, consomme, vote, et ferme ta gueule !

- Mardi 10 novembre, une journée de grève et de manifestation semble prévue dans l’éducation nationale...

Portfolio

Expression, manifestation, blocages de Lycées : le gouvernement réprime (...)

2 Messages

  • Expression, manifestation, blocages de Lycées : le gouvernement réprime brutalement les jeunes Le 11 novembre à 18:10, par Auteurs divers

    Communiqué de lycéen.nes de Saint-Exupéry sur la répression de jeudi dernier - « Les lycéen.nes interpellé.es se retrouvent assis.es par terre et menotté.es, un.e des deux élèves est giflé.e et son téléphone lui est confisqué. Un.e des élèves interpellé.es se fait cogner la tête contre les murs à plusieurs reprises par la police »

    Répondre à ce message

  • Expression, manifestation, blocages de Lycées : le gouvernement réprime brutalement les jeunes Le 7 novembre à 19:09, par Auteur Divers

    Aujourd’hui, samedi 7 novembre, je lis en 2° page du Dauphiné Libéré que des enfants de dix ans ont été arrêtés à Alberville, Savoie, pour « apologie du terrorisme ». Quel enfant de dix ans conprend le sens des mots « apologie » et « terrorisme » ? Peut-être ont-ils repris des propos tenus à la maison sans en maîtriser le sens ? Si c’était le cas, ça devrait se régler au sein de l’école, en présence des parents, non ?
    Ca n’est pas le cas ! La police cagoulée à l’école primaire ! Comment qualifier un gouvernement qui donne de telle consignes aux policiers ? Sécuritaire ? Fasciste ? Comment en est-on arrivé là ?
    Pour donner du poids à mon indignation je reproduis des extraits de l’article du D.L. signé « J.P. »

    « ....des parents franco-turcs ont décidé de témoigner : » vers 7h15, notre fille de 13 ans a ouvert aux policiers. Certains étaient armés et cagoulés. Notre fils dormait. Ils sont rentrés dans sa chambre. Je ne comprenais pas ce qui ce passait. Nous sommes une famille sans histoires. ..« nous n’avons jamais abordé le sujet en famille (l’hommage au professeur décapité). Nous sommes évidemment contre le terrorisme, mais nous n’avons pas à avoir honte d’être musulmans ». Les parents regrettent en amont de n’avoir pas été prévenus par l’établissement scolaire"....
    Toujours dans le même article : « A quelques mètres de là, une autre famille : »Nous sommes très choqués, indique la maman de la jeune fille interpellée. Nous avons eu très peur lorsque les policiers ont frappés à la porte, je pensais qu’il y avait un incendie dans l’immeuble.
    Je n’aurais jamais imaginé que l’on arrêterait ma fille de 10 ans pour apologie du terrorisme. Lundi , elle a dit à son enseignant : « Je suis déçue pour le professeur (elle parlait de Samuel Paty) mais ça aurait été bien qu’il ne montre pas les caricatures ». Elle n’a rien dit d’autre.
    C’est tout !! Comme le fait dire Cabrel au taureau dans l’arène : « Est-ce que ce monde est sérieux ? » sauf qu’ici, le taureau, c’est nous !

    (post FB)

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft