Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ?

24 janvier à 19h, Aouste-sur-Sye

mercredi 3 janvier 2024, par Air Faux.

Ce spectacle mêle géopolitique, histoire et autobiographie, pour comprendre ce monde fait de storytelling et de propagande.

voir affiche jointe :

Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ?
conf gesticulée 24 janvier « moi, juif, arabe »

Forum de l’article

  • Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ? Le 8 janvier à 10:46, par Simone

    Pas d’équivalent en français ? Mais bien au contraire des dizaines pourvu qu’on rebranche les neurones anesthésiés par Big brother, dont on est ou non le complice : tu veux des équivalents" mise en récit, fantasmisation, mythification, racontage, conformation, scénarisation, forçage conceptuel, dramatisation, psycho-conformage … autrement dit « storytelling.

    PS : je ne m’étends pas sur la dynamique de la "sémantisation" d’un terme (ou comment le consensus des locuteurs convient d’accorder telle signification à tel mot : autrement dit un mot n’est pas d’abord chargé de telle signification, c’est l’usage qui le lui confère. Il n’y a pas plus de race fixe que de significations fixes. Un mot n’est pas l’équivalent d’un autre : il le devient. Mais désormais, depuis les années 80, la politique c’est la classe de maternelle. D’où les projections ineptes de certains qui n’ont pas d’autres argument que leur sang bleu ou leur supposée ascendance rouge, et qui oublient que le populo est aussi d’extrême droite. Politique au ras de la bouse.

    Tu n’est pas créatif ? C’est ainsi que le système te veux : collabo. On courbe ou non la nuque. Ici, il y a de l’air au dessus.

    • Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ? Le 8 janvier à 12:57, par Heska

      Simone, tes insultes (collabo, brancher ses neurones), tes suppositions de proximité avec le RN vis à vis de tes interlocuteurs, ne dégradent que toi !
      L’anglais est bourré de « francicisme », les langues se parlent sous la contrainte ou par proximité culturelle.

      Et tu n’as pas répondu à ma question : d’où parles-tu ? Quel parti, quel orga, quel philosophe, quel métier, quelle origine sociale... ont ainsi structuré ta pensée ?

      • Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ? Le 9 janvier à 07:57, par Simone

        Celui-là grimpé sur ses ergots n’a toujours rien compris qui mérite au plus haut point ces qualificatifs. A quoi il faut ajouter le déni de réalité - comment ne pas voir ce qu’il en train de se passer : gauche embourgeoisée ayant déserté les classes populaires (c’est pas de moi, c’est de Stiegler) : positions proches entre extrême gauche et extrême droite lors du Covid, lors de l’invasion de l’Ukraine (ah, les vilains américains, vive le gentil dictateur Poutine) manifestation commune à Valence etc ? Quant à la dynamique de l’évolution du langage, on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. Relevons le délicieux « L’anglais est bourré de « francicisme » les langues se parlent sous la contrainte ou par proximité culturelle. ». L’anglais est bourré de gallicismes suite à l’invasion de Guilaume le Conquérant. Merci de confirmer l’aspect guerrier et invasif de cette gallicisation. Vive l’agression, vive Poutine, vive l’oncle Sam. « Les langues se parlent sous la contrainte ou par proximité culturelle » : confirmation bienvenue. Révélateur ! On résiste ou on se plie.

        Pour vos autres questions ras les pâquerettes quant à mon identité sociale, je ne vois pas le rapport avec le sujet, sinon une échappatoire pour l’éviter et aussi le résultat d’oiseuses projections : tu es de la police, mytho ?

  • Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ? Le 3 janvier à 20:48, par Simone

    Bonjour,

    Pourriez-vous m’expliquer ce que veut dire « storytelling » ? Tout le monde, surtout dans les classes populaires, ne parle pas anglais et par ailleurs je trouve étrange et dérangeant que la FI s’aligne sur les USA en matière de langue. Je serais franche : pour moi, si on emploie des anglicismes, c’est qu’on est déjà sur les USA et vous n’avez pas ma confiance.

    • Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ? Le 5 janvier à 14:52, par Heska

      Il faut à mon avis comprendre l’expression « storytelling et propagande » comme une critique du système faite en lui renvoyant le vide grotesque de ses propres concepts.
      Par ailleurs, il n’y a pas vraiment d’équivalent en un seul mot en français. Les québécois parle bien de « communication narrative » mais je doute que ce soit plus clair pour le plus grand nombre...

      • Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ? Le 6 janvier à 09:58, par Simone

        La question que je posais je l’adressais à l’auteur.e de ce tract, pas un exégète tiers - si la penséee est claire, pas besoin d’exégèse, encore moins tierce – tiers qui montre également qu’il ne sait pas (« à mon avis ») ce que le terme « storytelling » signifie ou encore - c’est très intéressant - qu’il n’y aurait pas d’EQUIVALENT en français. J’aimerais bien savoir ce que le rédacteur-trice du tract (et pas « flyer » !) lui même ou elle-même, a dans la tête. Car en général quand on emploie un mot anglais, c’est justement parce qu’on ne sait pas trop ce qu’il a dans le ventre et que par facilité, on emploie un mot-valise ( qui a l’avange justement d’être flou) en espérant que ça fera son effet : on emploie un mot à spectre très général en espérant que ça tombe plus ou moins juste, en espérant communiquer vaguement le truc flou qu’on a dans la tête. On croit penser : on brasse du vent.

        Voilà un beau résultat de la forge capitalo-électronique des esprits en cours depuis les années 1980, voire 1949 : persuader le colonisé qu’il est incapable de penser – et donc parler – par lui-même. Ne voyez-vous pas que la pensée philosophique (Latour, wokisme en sont de bons exemples) et politique sont importées des USA. J’en reviens donc à ma première conclusion : où bien l’on résiste (comme les Québecois,) et l’on maintient la langue vivante, où l’on se plie à la propagande (mise en récit, fantasmisation, mythification, racontage, conformation, scénarisation, forçage conceptuel, psycho-conformage … autrement dit « storytelling ») en abandonnant création de la langue et à terme autonomie et liberté, où bien l’on collabore. Et cette collaboration quasi générale est bien ce que l’on constate, notamment à gauche, y inclus l’extrême gauche et les anars d’opérette libertariens, cette gauche qui a abandonné les classes populaires et les jette par réaction dans les bras opposés.

        • Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ? Le 6 janvier à 17:34, par Heska

          Extraordinaire de se montrer aussi insultante envers quelqu’un qui ne souhaitait que vous donner un coup de main. Je sais parfaitement ce que signifie « storytelling » mais je ne peux que supposer ce que l’auteur veut lui faire dire, même si je suis quasi certain de mon hypothèse, celle d’une ironie de l’auteur. Bref je découvre une sorte de « sandrine » bis qui confond les anars et les libertariens. Et les classes populaires j’en suis, par naissance et par niveau de vie, probablement bien que vous Simone soit dit en passant (encore une de mes intuitions). Forçage conceptuel !!! LOL Moi j’aimerais savoir politiquement et socialemet de quel endroit vous parlez ? De quelle gauche et de quelle classe vous vous réclamez ?

        • Conférence Gesticulée "Moi, Français-juif-arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme ? Le 7 janvier à 20:14, par Air Faux

          Bonjour Simone,
          je n’ai fait que relayer l’invitation à cette conférence gesticulée, qui me semble intéressante pour tenter d’éclaircir notre sombre époque.
          Ainsi je ne suis pas l’auteur de ce tract moi non plus et je ne sais si mon avis vous intéresse.
          J’indique quand même que si je peux rejoindre votre méfiance quant à l’emploi à tout va d’anglicismes, je rejoins Heska sur le fait qu’il ne me semble pas qu’il n’y ait d’équivalent de « storytelling » français en un seul terme : c’est le propre de chaque langue d’avoir des concepts qui ne sont propres qu’à elles, même l’anglais qui (nous) colonise largement. Ainsi, tout n’est pas traductible, même s’il est bon de s’y efforcer.
          Sans faire de wikipédia une référence absolue, il nous propose : « le storytelling, également appelé mise en récit en France ou accroche narrative au Québec, est une méthode de communication fondée sur une structure narrative du discours qui s’apparente à celle des contes et des récits ». Peut-être aurait-il été opportun de lier « storytelling » et « mise en récit » (que vous employez d’ailleurs) ?
          Je ne sais donc pas comment interpréter votre jugement « Car en général [...] » et l’exégèse qui suit (dont je rejoins pourtant une partie du propos, mais me semblant ici hors-propos).
          Je termine ma contribution en indiquant que je ne goûte que très peu les polémiques en ligne, celles-ci m’apparaissant comme une caisse de résonance de la fragmentation/communautarisation de notre société... dont les classes populaires pâtissent largement aussi. Essayons de nous dire les choses en face, lors de cette conférence ou une autre occasion.

Partagez la page

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft