CNNR & GREEN NEW DEAL : évitons de refaire les erreurs d’avant

+ Agir contre la réintoxication du monde : appel à bifurquer le 17 juin

mercredi 20 mai 2020, par Les Indiens du Futur.

CNNR ET GREEN NEW DEAL : PERPÉTUER LES ERREURS DU PASSÉ

Le CNR (Conseil national de la résistance) n’avait pas pour but de nous libérer de la double tyrannie de l’État et du capitalisme, d’en finir avec l’aliénation nationale (le mythe de la nation), mais au contraire de restaurer ou d’instaurer une digne servitude moderne, une aliénation (nationale) heureuse, avec congés payés et abondance en magasin, « c’était le compromis fordiste intégrant les travailleurs dans la consommation pour tous et la culture de masse marchandisée », c’était l’idéal des « Trente Glorieuses », trente années de désastres socio-écologiques maquillées en Progrès, d’où le merdier actuel (pour plus de détails, lire : http://www.palim-psao.fr/article-la-misere-d-hier-et-d-aujourd-hui-des-jours-heureux-du-conseil-national-de-la-resistance-l-altermondialisme-en-question-51388174.htm). Les instigateurs de ce CNNR proposent des choses du même ordre, c’est grotesque, mais ça plaît.
De la même manière, le New Deal de Roosevelt a « sauvé le système capitaliste de lui-même » (Michael Ignatieff, recteur de l’Université d’Europe centrale de Budapest). C’est-à-dire qu’il a sauvé la civilisation industrielle d’elle-même. Ce que se propose de faire, à son tour, le Green New Deal. Sauver la civilisation industrielle d’elle-même, quel bel objectif. S’assurer que cette formidable entreprise d’asservissement total des êtres humains et du monde naturel plus généralement puisse perdurer.
La gauche, du moins, cette gauche, du CNNR et du Green New Deal (ou New Deal Vert), qui ne comprend pas quels sont les problèmes actuels, qui se propose donc, pour l’essentiel, de les préserver, c’est tout de même une sacrée blague.

(post de Nicolas Casaux)

CNNR & GREEN NEW DEAL : évitons de refaire les erreurs d’avant
+ Agir contre la réintoxication du monde : appel à bifurquer le 17 juin (Illustration : Alessandro Pignocchi)

Lire aussi :

Méfions nous des écologies de synthèse !

Les appels à faire front commun pour le climat sans proposition de fonds sont un danger même pour l’écologie. Plus qu’un coup de peinture verte, un tournant radical doit être pris.

Depuis près de deux ans désormais, la question écologique est devenue centrale dans le débat public citoyen en France. Auparavant simple cheval de bataille d’une partie de la gauche, elle s’est fait peu à peu une place centrale dans le débat politique de tous bords, jusqu’à presque devenir un incontournable dans chaque discours ou dans chaque programme. D’aucuns y voient ici la reconnaissance tant attendue, celle pour laquelle ont œuvré pendant tant d’années les mouvements et partis écologistes, mais la réalité ressemble plutôt à s’y méprendre à un enterrement en bande organisée.

L’on voit depuis quelques semaines sortir çà et là tribunes et autres appels à se rassembler, à faire front commun derrière l’écologie, en sortant des clivages politiques et des doctrines de partis. Outre le fait que tous ces grands manifestes sont toujours signés par des « célébrités », et jamais le reflet de la volonté collective, ils présentent un grand danger, car si la forme peut séduire, le fond reste introuvable, et le lyrisme de façade peine à cacher les ambitions qui se trouvent derrière, comme la ligne de mire de 2022. Si l’union d’une partie du spectre politique peut sembler intéressante pour certaines valeurs ou certains combats, un rassemblement au nom de l’écologie ne peut se faire au prix d’aucun sacrifice, ni aucun compromis.

L’écologie a souffert pendant trop d’années de la vision apolitique qu’on lui associait, de son côté absolument déconnecté des enjeux économiques et sociaux. Aujourd’hui, dans la crise que nous traversons et face à celles qui nous attendent, il est indéniable que l’écologie et la justice climatique ne sont pas de douces utopies, mais bien le liant nécessaire à l’articulation de toutes les composantes de notre société, une ligne de conduite organisatrice des nébuleuses politiques qui l’entourent. Aussi, c’est un système entier qui doit changer et s’adapter à un mode de vie résilient, et non pas l’écologie qui doit se conformer à des logiques économiques libérales, comme on a pu l’entendre à droite et à gauche (et malheureusement à gauche).

Dans la période cruciale que nous vivons, à un moment où le tournant écologique doit être pris plus que jamais, et de façon radicale, il serait destructeur que de se ranger derrière celles et ceux qui nous promettent pouvoir insérer la question écologique dans l’agenda politique actuel. Comment croire que des intérêts si puissants qui sont précisément la cause de ce contre quoi l’écologie se bat pourraient subitement s’adapter à elle ? Non, une écologie libérale n’existe pas. Non, une écologie apolitique n’est pas possible. Non, une écologie dans le système actuel ne sera jamais une écologie aboutie. Et toutes celles et ceux qui prétendent le contraire cachent derrière cela des intérêts incompatibles avec le combat pour une justice climatique. Car cette justice climatique est indissociable de la justice sociale, fondamentalement entravée par le système libéral-économique, et qu’une écologie des privilèges n’est plus de l’écologie.

L’écologie aujourd’hui ne peut plus se permettre le luxe de n’être qu’un argument à une table de négociations, qu’une part de marché qui donne un droit d’entrée dans un gouvernement. L’écologie aujourd’hui ne peut être que populaire, sociale et radicale. L’écologie aujourd’hui n’a plus le droit de fricoter avec le système qui la tue. Et si certain·es tentent de la déposséder de ses valeurs fondamentales, pour s’en faire un tremplin personnel, refusons leurs avances, et continuons de construire ensemble notre écologie, celle qui n’accepte pas de se faire piétiner et récupérer.

Méfions-nous alors des écologies de synthèse, des politiques environnementales diluées et vaines, qui ne seront qu’un maigre coup de peinture verte sur un système corrompu jusqu’à la moelle. Ne tombons pas dans le piège de celles et ceux qui ont intérêt à nous faire croire que l’écologie doit être faite de compromis, et qu’elle doit savoir s’intégrer au système libéral hégémonique. Refusons qu’elle soit arborée partout comme un engagement sincère de longue date, quand elle ne sert que des intérêts politiques temporels. Affranchissons-nous enfin des grands projets et des grandes ambitions qui nous viennent d’en haut, pour construire à plusieurs l’écologie que nous voulons mener, la vraie, celle qui vient d’en bas, celle qui n’a pas été négociée dans les hautes sphères, celle qui ne sera rien d’autre que populaire, celle qui ne cédera pas.

Noé Gauchard étudiant en sciences sociales, jeune militant pour le climat (sur liberation.fr et Désobéissance écolo Paris)

- Mieux que les tribunes de Nicolas Hulot and co ou autre voeux pieux, cet appel :
Agir contre la réintoxication du monde - Écologistes, ZAD et syndicalistes appellent à bifurquer le 17 juin

- Voir aussi : L’importance de distinguer effondrement de la civilisation industrielle et fin du monde - Nous n’avons pas le temps de continuer à considérer ce que l’on nomme « effondrement » comme étant fondamentalement une catastrophe.


3 Messages

  • CNNR & GREEN NEW DEAL : évitons de refaire les erreurs d’avant Le 21 mai à 09:25, par Bernard Bruyat

    Bon article qui dépeint assez bien ce que represente aujourd’hui tous ces mouvements de résistances et l’Ecologie que ce soit Partis , associations ou collectfs ...
    Comme chercheur indépendant sécessionniste je pense que nous ne pourrons devenir des « TERRESTRES RESPONSABLES » tant que nous adresserons aux mêmes MAITRES que nous nous sommes inventé et que nous favorisons dans« le contre qui laisse supposer que le pour pourrait avoir raison » avec le soucis dans cette pandemie cmme dans le Guepard de visconti « QUE TOUT CHANGE POUR QUE RIEN NE CHANGE »
    Localement et mondialement votre
    Bernard Bruyat
    www.lepasdecote.info

    Répondre à ce message

  • CNNR & GREEN NEW DEAL : évitons de refaire les erreurs d’avant Le 21 mai à 00:15, par krizzo

    Le CNNR ne semble pas tenir compte de toutes celles et ceux qui ont déjà essayé de se bouger et de créer de tels conseils (comme il existe le cnr). Il semble constitué essentiellement d’intellectuel-les et pas trop de premièr-es de corvées. Il se répend sur les réseaux sociaux des GAFAM malgré la présence d’un membre de la quadrature du net. La mixité de genre ne semble pas acquise et le discours féministe et féminisé dans les vidéos est un peu absent. Cette résistance me semble faiblarde !

    Répondre à ce message

  • CNNR & GREEN NEW DEAL : évitons de refaire les erreurs d’avant Le 20 mai à 12:23, par Nina

    Bon message entre autre à notre petite génération de lycéens pas très critiques qui hissons des pancartes et des banderoles au nom du climat (qui lui n’a cessé de changer depuis le début de la planète Terre), sans vouloir réellement se priver du confort occidental qui lui pollue nos eaux, nos terres et nos airs, et sans vouloir comprendre que le véritable problème n’est pas le petit peuple.
    ’’Non, une écologie libérale n’existe pas. Non, une écologie apolitique n’est pas possible. Non, une écologie dans le système actuel ne sera jamais une écologie aboutie.’’ Inspirant, merci.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft