Suppression des contrats aidés : le témoignage de la commune de Sainte-Croix

Volet 3 de la trilogie sur les impacts de la suppression des contrats aidés dans notre vallée

par David Chénier.
Mis à jour le mardi 5 décembre 2017

Rappel des épisodes précédents : c’est par ici pour les impacts sur des associations, et par là pour les impacts sur les personnes.

En collaboration avec Corinne Morel-Darleux, élue régionale.

Sainte-Croix dans les couleurs automnales et la brume matinale. Le charme du territoire rural drômois.
Pourtant, ces derniers mois ont été bien mouvementés. Le 26 août, la municipalité apprend par courrier que les deux contrats aidés dont elle bénéficiait ne seront pas renouvelés. La claque à quelques jours de la rentrée.
Ces deux postes permettaient d’assurer la garderie des enfants le matin et le soir, l’accompagnement aux repas du midi, et l’accompagnement dans la classe qui compte 17 élèves dont la moitié de moins de 7 ans. Deux postes qui ont aussi permis à ses deux bénéficiaires de se former et de gagner en qualification.

Baisse programmée et continue des dotations de l’Etat, contraintes horaires liées à la réforme des rythmes scolaires, besoins de garderie étendus liés au ramassage scolaire... pour cette école qui accueille les enfants de Sainte-Croix, Pontaix et Vachères-en-Quint, une équation difficile. Alors avec les deux contrats aidés en moins, comment faire ?
Hé bien, résister. Sainte-Croix qui veut sauver son école, voilà un exemple inspirant : mobilisation des parents, des élus, des habitants ; blocage de l’école pendant trois semaines, où tout le monde s’organise pour s’occuper des enfants ; action « coup de poing » sur le rond-point et alerte dans les médias ; pourparlers avec les responsables politiques du territoire, où l’accueil est parfois bienveillant, parfois glacial... Ces vidéos de témoignage nous donnent bien le ton, résolu et positif :

https://vimeo.com/244306620
https://vimeo.com/244308552

Sainte-Croix a pu renouveler ses contrats, mais reste toujours dans l’incertitude sur les modalités. Pas d’information écrite pour le moment. Et pour l’an prochain, c’est l’inconnu.

D’un côté des besoins forts des communes, des habitants, de l’autre tant de personnes sans emploi ou travailleurs pauvres. A l’heure des Paradise Papers et d’une fiscalité complaisante envers les plus riches, tout cela pose question. La mobilisation à Sainte-Croix a favorisé le lien entre les habitants, a contribué à l’histoire de cette commune, et c’est une bonne nouvelle.
Mais d’un autre côté, franchement, quelle est donc cette société où il faut déployer toute cette énergie pour se faire entendre, où il faut remuer ciel et terre pour que la réalité du terrain soit prise en compte ?

Photo prise pendant le blocage de l’école de Sainte-Croix en septembre 2017

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft