Primitifs, Barbares et hommes civilisés

Se glorifier de la civilisation et du progrès ?

mardi 29 juin 2021, par Nemesio.

Beaucoup vont être très déçus, absolument scandalisés d’être aussi violemment remis en cause dans leurs plus profondes convictions et inquiets de se sentir vaciller sur leur piédestal, mais je dois à la vérité historique et à l’honnêteté qui caractérisent toute étude philosophique ou scientifique ce que je vais tenter de développer dans les lignes qui suivent. Depuis des siècles et des siècles, si ce n’est même depuis la première apparition de l’espèce Homo sur Terre, nous nous glorifions de ce que, au fil des temps, nous avons nommé la Civilisation et son corollaire obligé le Progrès... Nous n’aurions vraiment pas de quoi en faire autant à leur sujet, d’autant que nous nous trompons sur la personne... En effet, pour un observateur le plus impartial et honnête possible de notre Histoire et de ses tristes péripéties, les hommes dits « civilisés » et nos « Civilisations » ne tiennent pas vraiment les plus beaux rôles, bien au contraire. Si l’on fait le décompte de toutes les horreurs, de toutes les inventions sophistiquées, rien qu’en matière de machines, armes de guerre et d’instruments et méthodes de torture, il est clair que seule la colonne concernant notre chère Civilisation est fournie, les primitifs et autres barbares étant étrangement plus épargnés...

On peut très facilement citer une énième fois quelques-unes des périodes les plus horriblement emblématiques de l’Histoire humaine : Inquisition, Croisades, conquête du Nouveau Monde par les Conquistadors (puis par les premiers colons , futurs Américains...), Troisième Reich, Stalinisme, Maoïsme (d’ailleurs étrangement on peut dire que les différentes Révolutions de notre histoire figurent toujours parmi les plus grandes catastrophes in fine et se révèlent être les sources des plus grands assassinats de masse, des système concentrationnaires et des plus meurtrières guerres et répressions de notre histoire... Mais ceci est peut-être un autre sujet...). Toutes ces périodes, tous ces régimes totalitaires et leurs cortèges d’horreurs et d’ignominies, ces centaines de millions de morts, de déportés, de bagnards, de torturés, de fusillés, de gazés, nous les devons aux hommes dits « civilisés »...

Primitifs, Barbares et hommes civilisés

Certes, les Barbares sont eux aussi contaminés dans leurs formes civilisationnelles par certaines sanglantes aberrations (même si, comme pour les anarchistes, la signification de leur nom a été déformée, étant devenue synonyme de pratiques particulièrement cruelles et inhumaines, l’anarchie , elle, représentant l’absence totale d’ordre et de discipline, le « foutoir », et non pas ce qu’elle est réellement, c’est-à-dire bien au contraire le système politique le plus exigeant qui soit en matière de responsabilité individuelle...) mais en cela ils sont victimes d’un mal propre à notre espèce humaine qui, depuis les révolutions bien connues du Néolithique, a fait de la cruauté et de l’assassinat et de certaines formes de sadisme sa marque de fabrique (car le propre de l’Homme n’est pas hélas le rire, mais bien cette cruauté gratuite et surtout ses appétits de pouvoir ravageurs dont il est visiblement totalement incapable de se débarrasser...). Le Pouvoir, la « Volonté de Puissance », l’hégémonie, le désir de dominer toujours plus d’hommes et de territoires, voilà les pires fléaux de l’Humanité, ceux qui ont toujours sali et tenté de détruire nos aspirations les plus nobles, ceux qui ont étouffé, tué tous les gênants, ceux qui tentaient de faire triompher la Vérité et/ou la Justice dans quelque domaine que ce soit, scientifique, philosophique, religieux. Ceux qui gênaient, qui opposaient la moindre résistance, qui n’emboîtaient pas le pas des masses, ne courbaient sagement ni la tête ni l’échine et refusaient de vivre à genoux, ont toujours payé très cher face aux puissants qui pourtant étaient censés faire partie des hommes « civilisés », appartenant à des civilisations européennes multi-centenaires...
L’Homme étant peut-être l’être vivant le plus pétri de paradoxes et aussi le plus grand adepte des extrêmes du fait de son « Ubris » pathologiquement démesurée, se trouve « naturellement » l’auteur de ces horreurs. Il faut admettre que notre état naturel (qui était peut-être assez loin de celui des « bons sauvages de l’état de Nature » de Rousseau...), notre partie animale, ont étés dénaturés par ce qui nous a, au fil de notre évolution, totalement séparés et différenciés du reste du monde animal. Je veux parler ici principalement des extensions territoriales et du nombres d’individus peuplant ces nouveaux territoires, en passant des quelques centaines de mètres carrés nécessaires à bon nombre d’ autres espèces et à la nôtre à ses débuts, à la superficie atteinte par les nations et les Empires...

C’est ce changement fabuleux d’échelle qui à dénaturé des comportement naturels et instinctifs normaux et même absolument vitaux, propres à n’importe quel animal, qu’il soit social ou non . Bon nombre de peuples autochtones aujourd’hui, enfin ce qu’il en subsiste, nous offrent l’exemple contraire et positif, quand ils n’ont pas encore été gagnés par la volonté de puissance. L’étude de leur « science » de la chasse, de leurs connaissances en matière d’alimentation, de pharmacopée la richesse étonnante de leurs mythes et autres constructions spirituelles tels que les multiples rites initiatiques ou de passage, de communication entre vivants et morts, humains et animaux ou éléments naturels force vraiment l’admiration. Eux au moins sont en phase avec la Terre...
Or, certains d’entre eux, il y a encore moins d’un siècle, n’étaient pas considérés comme des êtres humains ; on les chassait comme des bêtes sauvages en Australie, on les montrait dans des « zoos humains », quatre à cinq siècles après le même déni d’humanité opposé aux Amérindiens.. On sait jusqu’où le concept de race et notamment la prétendue existence de races inférieures et même nuisibles, agités par les nazis au cœur d’une des nations les plus « civilisées » de l’Europe nous a menés...

Quant au « progrès », il nous aura aussi coûté très cher...Certes, nous ne pouvons nier les immenses améliorations matérielles de nos conditions de vie...Mais le progrès scientifique et technique a souvent rendu les guerres plus meurtrières, au fur et à mesure qu’elles s’industrialisaient, jusqu’à l’apocalypse d’Hiroshima et de Nagasaki...
Quant aux conséquences des révolutions techniques qui ont suivi la « révolution industrielle », on sait aujourd’hui où elles nous ont menés : à la menace bien réelle de destruction du vivant sur notre planète...

Est-il encore temps de nous défaire de notre « ubris » et de changer de cap ? Saurons-nous enfin tirer les leçons de l’Histoire et écouter les discours de sagesse rejetés, ignorés, étouffés et méprisés ? Ne nous laissons surtout pas convaincre que nous sommes seuls à vouloir ce changement. Seule une volonté politique forte au niveau de la planète entière nous permettra de trouver le chemin. A nous de réinventer une autre vie, un autre avenir pour notre espèce et peut-être ainsi donner ou redonner leurs sens originel aux termes d’Hommes civilisés, de Civilisation et de Progrès...
Réagissons et battons nous, pour la Vie...


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft