Violences policières : ensauvagement des politiciens et des médias du pouvoir

mardi 15 septembre 2020, par Camille Z.

VIOLENCES POLICIÈRES : ENSAUVAGEMENT POLITIQUE

Une excellente vidéo de l’émission Datagueule, qui fait voler en éclat, avec des chiffres et des données concrètes, 20 ans de mensonges du pouvoir en dévoilant la militarisation de la police française et les dégâts irréparables qu’elle a causé.
A l’heure où les discours politiques sont chaque jour plus autoritaires et fascisants, ces 4 minutes sont à voir et à partager.

(post de Nantes Révoltée)

https://www.youtube.com/watch?v=5a2u2qHivFo

À peine installé à Matignon, le nouveau Premier Ministre Jean Castex faisait de la sécurité de ses concitoyennes et concitoyens l’une ses grandes priorités. Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur, lui a vite emboîté le pas, évoquant notamment une « crise d’autorité » et un dangereux « ensauvagement d’une certaine partie de la société ». En face, la question des violences policières, malgré de multiples manifestations, reste toujours sans réponse claire. Il faut dire que cette bonne vieille insécurité fait bien plus recette lorsqu’il s’agit de communication politique. Mais regardons de plus près ce que produit la réponse sécuritaire qui l’accompagne depuis près de 20 ans. Et si l’étendard sécuritaire agité si énergiquement cachait une profonde incapacité à se saisir collectivement de questions avant tout sociales ?

Violences policières : ensauvagement des politiciens et des médias du pouvoir

Notes :

L’action sécuritaire est indispensable (et rentable) dans ce système politique autoritaire non-démocratique imbriqué et inféodé à un système économique totalitaire.
Ce système oligarchique ne peut pas gouverner autrement à partir du moment où il se sait contesté et discrédité.

La propagande, la peur distillée (des exilé.e.s, des non-blancs, des gilets jaunes, des juifs, des terroristes, des virus...), la terreur d’Etat exercée par les flics et les tribunaux politiques, les menées fascisantes ne peuvent que s’accroître dans ce système de société inégalitaire, violent, extrémiste, suicidaire, destructeur dirigés par des sociopathes dangereux, minoritaires et jusqu’au boutistes.

Comme les tyrans d’autrefois, le capitalisme et ses marionnettes qui se gavent, l’étatisme et ses technocrates hallucinés voudront garder leur pouvoir quoiqu’il en coûte, jusqu’à tout brûler.
Ils sont prêts à jeter de nouvelles allumettes sur l’essence, voyez leur folie pro 5G, leur mantra inchangé de la croissance et du développement économique, leur aversion pathologique pour toute forme de décroissance choisie et de démocratie réelle.

Mais, comme le disaient des révolté.e.s à Hong Kong : si nous brûlons, vous brûlerez avec nous.

P.-S.

- Voir aussi :


3 Messages

  • Violences policières : ensauvagement des politiciens et des médias du pouvoir Le 24 septembre à 17:49, par Camille Z

    Villeneuve-La-Garenne : deux mineurs frappés par la police racontent leur garde à vue - A Villeneuve-la-Garenne, deux mineurs déclarent avoir été violemment interpellés alors qu’ils se trouvaient place Charles de Gaulle, jeudi 23 juillet. Ils racontent avoir été frappés. Les policiers les accusent d’avoir tiré des mortiers. Une habitante de la ville qui a assisté à la scène, a tenté de comprendre pourquoi cette arrestation a eu lieu. En vain. Le BB a recueilli son témoignage ainsi que celui des deux adolescents et de leurs familles.

    Répondre à ce message

  • Violences policières : ensauvagement des politiciens et des médias du pouvoir Le 23 septembre à 22:59, par Albert to

    ⚠️ IL AVAIT BAISSÉ UN LBD BRAQUÉSUR LUI : UN GILET JAUNE CONDAMNÉ

    Les faits remontent à février 2019. Un Gilet Jaune du Mans, David, était braqué à très courte distance par le canon d’un LBD. Il baissé « d’un geste rapide » cette arme pointée vers lui. Le tribunal a estimé ce mercredi qu’il s’agissait d’un « geste violent » et l’a condamné.
    David écope de 6 mois de prison avec sursis et d’un somme de 250 euros à verser au policier qui le braquait ! De son côté, David dit avoir été violenté par les policiers au moment de son interpellation, il a porté plainte et attend que l’affaire avance.

    Nous en sommes là. Il faut accepter d’être menacé de mort par un policier sans bouger, sans dire un mot. Car il s’agit bien d’une menace de mort, à cette distance, un tir de balle en caoutchouc peut tuer. Et si on a le malheur de réagir, la justice considère cela comme de la « violence » ! L’inversion dépasse l’entendement.

    N’oublions pas que si la répression est aussi terrible dans les rues, c’est parce que la justice et ses magistrats, depuis leurs bureaux feutrés, couvrent les pires exactions et écrasent la moindre résistance de façon impitoyable.

    (source

    (post de Nantes Révoltée)

    Répondre à ce message

  • Violences policières : ensauvagement des politiciens et des médias du pouvoir Le 22 septembre à 10:16, par Camille Z

    🟥VIOL, VIOLENCE ET HOMOPHOBIE POLICIERE 🟥

    Arrêté deux fois le 12 septembre pour s’être rendu à la manifestation parisienne des Gilets Jaunes puis avoir participé à un sitting organisé par Extinction Rébellion devant l’Élysée, Alexandre explique comment, la semaine suivante, la police l’a tabassé... puis violé ! C’était samedi dernier (19 septembre), sur une action d’XR. La BRAV a dispersé très violemment le rassemblement. Alexandre n’a pas réussi à s’échapper et a été attrapé par plusieurs policiers. « Ils nous sont tombés dessus, mes camarades ont réussi à s’enfuir, mais pas moi. Et je me suis fait défoncer, c’est à dire que là j’ai une côte pétée. J’ai encore mon pantalon de l’hôpital. Je me suis fait éclater. Et ils m’ont enfoncé un tonfa dans le cul. ». Il a par la suite été protégé par les pompiers puis le personnel hospitalier alors que les forces de police tentaient de l’arrêter puis de l’entendre.
    Alexandre a décidé de médiatiser son cas et de porter la situation devant les tribunaux. Il dit avoir identifié le commissaire en charge de cette opération, compte porter plainte contre les policiers mais aussi l’institution policière pour violences volontaires, viol et injures à caractère homophobe.

    (post et VIDEO sur Cerveaux non Disponibles)

    Mais heureusement, comme toute l’oligarchie répète que nous avons l’état de droit républicain et "la-démocratie" qui a inventé les droits de l’homme, tout va bien.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft