Vélorution ou cyclofascisme ?

Suite à l’événement vélo à Die des 4-5 février 2022

vendredi 11 février 2022, par Auteurs divers.

Dans les murailles séculaires de la capitale du Diois, un nouvel événement est venu secouer les habitants de leur torpeur hivernale : le très officiel collectif « Collectif vélo diois » y a tenu deux jours d’agapes et de démonstration de sa force d’influence, dans le but de sauver l’humanité et d’imposer le vélo partout.

À les entendre, nos rues tortueuses et pavées de bonnes intentions seraient bien trop dangereuses pour leurs déplacements éco-responsables. La conduite sociopathe des plus fortunés que nous ne sommes pas mettraient en péril leurs frêles engins extraits des mines aux quatre coins du globe sans abimer la planète – ou si peu... Il faudrait ainsi, après quelques décennies de tyrannie de la bagnole, faire de même pour leurs deux roues dopés à l’électricité avec force batteries au lithium.


Outre cette myopie écologique, à aucun moment, semble-t-il, ce « collectif » ne se pose la question du commun, de l’espace public, du politique – appelez-le comme bon vous semble... Continuer la ségrégation des voies de circulation qui oblige chacun à rester dans son rang, perpétuer cette logique de flux qui vide les villes de leur sève depuis bien trop longtemps, imposer la sécurité comme dogme absolu de la République Française, renforcer encore l’arsenal de loi, de règles et de normes qui accablent le peu qui nous reste de liberté d’occupation de la rue... La prétendue « vélorution » ressemble plutôt à un conservatisme rance qui s’appuie sur des méthodes réactionnaires.

Ainsi, tels les lobbies les plus éculés, ces gens déplorables paraissent prêts à tout pour imposer leur vision égoïste et s’accaparer les dernières friches sauvages afin de les dédier à leur moyen de transport adopté, en moyenne, par deux pour cent de la population, à peine, si l’on en croit les dernières statistiques. Imposer de manière totalitaire un tel mode de déplacement, qui n’est compatible qu’avec une catégorie de travail hautement privilégiée, n’importune pas ces proclamés défenseurs de l’humanité et de la planète. Cette classe bourgeoise a ainsi trouvé un nouveau moyen d’étendre son contrôle à un ultime aspect de la sphère publique qui lui échappait encore, juste entre le goudron omniprésent des routes – tout de nos déchets constitués – et le béton des trottoirs obligatoires – qui finit de piller les dernières ressources de sable disponible –, en jouant, au passage, sur la culpabilité de la destruction, bien réelle, évidemment, de la planète.

Mais l’humanité aurait beau devenir végétarienne et ne se déplacer qu’en vélo, le sort de celle-ci ne s’en trouverait pas amélioré d’un iota si l’organisation capitaliste de la société n’était pas radicalement et simultanément remise en cause. Et il ne semble pas que cette préoccupation soit réellement partagée par ce groupe séparatiste. Avec son indécrottable aplomb et sa charité légendaire, ces fondus du deux roues proposent même, pour éviter le drame à leurs congénères qui n’auraient pas les moyens d’investir 3000 balles dans un vélo dernier cri, de rendre obligatoire le port du casque... pour les piétons !

G.

Vélorution ou cyclofascisme ?
Mine de lithium pour batteries électriques (pour vélos, voitures...)

Forum de l’article

|

  • Vélorution ou cyclofascisme ? Le 3 mars à 18:05, par VIRAT Jean-Louis

    Si ça vous fait plaisir, c’est votre droit de dire n’importe quoi. Si ça vous fait plaisir de foutre la merde c’est votre droit. Pas sur, d’ailleurs, que vous y parveniez.
    Mais au bout du compte, à quoi ça sert ?

    Répondre à ce message

  • Vélorution ou cyclofascisme ? Le 16 février à 13:56, par Collectif Vélo Diois

    Pour ceux qui s’intéressent (vraiment) à nos actions, n’hésitez pas à consulter notre site internet (https://collectifvelodiois.jimdofree.com) ou à nous contacter en direct.

    Et rassurez-vous, nous ne prônons pas le port du casque pour piétons :)) ou autres balivernes inventées par l’anonyme « G ».

    Le Conseil d’administration du Collectif Vélo Diois

    Répondre à ce message

  • Vélorution ou cyclofascisme ? Le 16 février à 13:33, par michel galy

    Aie ! ça y est les fascismes sont parmi nous ...
    Au Cambodge sous Pol Pot il pouvait suffire de porter des lunettes pour être déclaré « intellectuel petit bourgeois révisionniste », et d’être envoyé au bagne...
    A noter que l’auteur de l’article dénonce aussi « une appropriation de l’espace urbain par (horreur ) ... les BOURGEOIS ! Bref toujours la même salade rhétorique qui permet à faibles d’esprit de tenter de s’imposer -qui disait dans ce journal que la »radicalité" n’est jamais loin du totalitarisme ?

    Répondre à ce message

  • Vélorution ou cyclofascisme ? Le 16 février à 11:32, par Paul Breynat

    Vélorution ou cyclofascisme ?
    Voila bien un papier, sans fondement, sans réalité de terrain, méconnaissant totalement les luttes dioises. Le vélo n’a jamais tué personne et l’électrique permet aux personnes âgées de toujours maintenir leur forme et de ne pas polluer, si chargé au solaire bien sûr !La révolution ont la fait tous les jours, on n’attends pas les professionnels du grand soir... qui ne viendra surement pas d’eux !

    Répondre à ce message

  • Vélorution ou cyclofascisme ? Le 12 février à 20:47, par

    Bof. Pour en connaître quelques uns, les gens du collectif vélo ne roulent pas toustes avec assistance électrique.. et ne sont pas toustes des gens ayant 3000 euros à mettre dans un deux roues... et ne sont sûrement pas toustes non plus d’affreux bobos en collusion avec le pouvoir pour green washer notre bon Diois où vivent des gens aussi radicaux et engagés que vous. J’en connais même qui se sont assez efficacement mis au service d’autres luttes. Mais bref, gageons qu’un peu de mauvaise foi et de généralités ne font pas de mal et permettent de donner un peu plus de structure et de cohérence à une argumentation faiblarde. Comme vous pourrez le constater en suivant, je ne vais pas non plus m’en priver. Je roule dans Die et autour depuis trois ans avec mon vieux vélo pourri qui fait kling kling et dont la chaine saute au passage de vitesse et qui avance uniquement à la force de mes jambes, parce que j’ai pas vraiment les moyens de la voiture, parce que c’est bon pour rester en forme et parce que tant qu’à devoir s’adapter à une civilisation qui déclare que 1/4 d’heure en voiture c’est pas loin, je préfère être obligé de le faire sur mon biclou récupéré en métal extrait des mines qu’en voiture aussi extraite des mines mais qui en plus relâche des gaz qui me crament les poumons à chaque feu rouge, effraie les animaux, les enfants et les vieux avec leurs vrombissements, leurs klaxons et leur vitesse à deux chiffres. Moi ce qui m’énerve à Die c’est pas les agissements de ce collectif qui seraient à vous lire les Elon Musk du deux roues, mais bien toutes ces bagnoles qui s’enfilent la rue principale à 20 km/h, et où tout le monde, passants, chiens, poussettes, cyclistes doit s’écarter lors de leurs passages. Moi ce qui m’inquiète c’est pas cette soit disant proposition de casque pour piéton, mais bien de voir que du 1er Juin au 15 Septembre c’est une file ininterrompue de voitures qui traversent Die au ralenti en polluant massivement. Ce qui m’inquiète c’est que pour loger les gens parce qu’il faut bien pallier à l’aberration des quelques 40% de résidences secondaires occupées par des propriétaires de (grosses) voitures qui s’y rendent avec leurs (grosses) voitures, la ville de Die va construire des centaines de nouveaux logements qui ne vont pas accueillir que des ayatollah du vélo mais bien des automobilistes, et donc autant à deux fois plus de voitures, puisque comme chacun sait, il faut bien deux salaires dans un foyer pour vivre et donc deux voitures pour aller le gagner et déposer en passant les enfants chez la nounou, qui elle aussi a une voiture. Ce qui m’inquiète c’est de voir qu’à Die le Meyros qui est le plus grand parking de la ville est constamment plein, et que l’été c’est pire, et que ça donne une bonne indication sur le nombre de bagnoles en circulation et sur leur augmentation constante puisqu’à entendre les Diois, comme les parisiens, les lyonnais et tous les autres habitants des villes du monde, c’est de plus en plus difficile de se garer. Ce qui m’inquiète c’est de me dire qu’en cohérence de cette augmentation on verra surgir de nouveaux parking, en béton et en sable. Ce qui m’inquiète c’est pas les quelques pélos du collectif qui tentent de prêcher pour leur chapelle certes, mais bien l’invasion tous les week ends de motards et de camping caristes et autres amoureux du Vercors, mais au volant et à 80 km/h, c’est le trafic de poids lourds en augmentation lui aussi entre le col de Cabre et Valence, c’est les pointes de vitesse à 110 ou 120 sur la ligne droite avant Recoubeau, autant de nuisances infâmes qui ne me laissent pas d’autre choix que de me jeter dans le fossé ou de me faire tailler un short quand je suis en goguette, à la force de mes jambes et sur mon vélo à 20 euros. Ce qui m’inquiète c’est pas les quelques voies vélos négociées par le collectif, c’est de me dire que pour satisfaire tous ces conducteurs à moteur, tôt ou tard s’imposera à nouveau la question du contournement de Die et la bétonisation de nouveaux espaces. Ce qui m’inquiète c’est pas les bobos ou le possible green-washing de quelques individus à l’échelle d’une ville de 5000 habitants, mais c’est de subir de temps à autre des queues de poissons de la part d’automobilistes pressés, comme il se doit, dans l’avenue partagée qui remonte de la gare. Ce qui m’inquiète c’est de voir que des milliers de personnes viennent en voiture polluante pour venir respirer l’air pur du Diois à vélo pendant la Drômoise et que tout le monde semble se réjouir de cette absurdité. Et ce qui m’inquiète c’est les gens qui pensent que c’est opportun d’écrire un article à charge sur des gens qui représentent effectivement 2% de la population... parce que les 98 autres pourcent se déplacent avec des moteurs et non à pieds, comme on pourrait s’en douter. Je propose donc pour rester en cohérence avec l’anticapitalisme que vous affichez qu’on s’occupe de ces 98% et de cette civilisation de la voiture dans laquelle on vit toustes plutôt que de se préoccuper des angoisses d’une pseudo dictature de la civilisation du vélo à venir, qui n’arrivera jamais. Feu aux bagnoles, motos et camping car et vive le vélo (sans lithium), en attendant le retour de la marche à pieds...

    Répondre à ce message

|

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft