Valence 16 juin : manifestation contre les violences policières et le racisme

Des rues rebaptisées du nom de personnes tuées par la police, avec Hawa Traoré

mercredi 17 juin 2020, par Suivi d’actions, manifestations, événements....

Mardi 16 juin 2020, environ 150-200 personnes ont défilé spontanément dans le centre de Valence contre les violences policières, contre le racisme du système policier.
Plusieurs rues du centre ville ont été renommées par les manifestant.e.s du nom de victimes de la police : Adama Traoré, Lamine Dieng, Rémi Fraisse et Zineb Redouane.
Hawa Traoré a posé celle du nom de son frère Adama Traoré à la place du nom de rue Général Farre, un militaire qui a participé à la colonisation de l’Algérie et de la Tunisie.

- Un rassemblement et manif avaient déjà eu lieu la semaine dernière

Il y a eu une plaque Zineb Redouane sur la plaque de la place Napoléon Bonaparte, un empereur bien connu pour ses divers crimes.

Valence 16 juin 2020 : rue rebaptisée Zineb Rédouane à la place de Napoléon Bonaparte

Après un crochet jusqu’à la préfecture, le cortège est passé devant le commissariat, où un policier à fait un doigt d’honneur au groupe depuis son camion.
Une plaque Adama Traoré a aussi été posée sur la façade de l’hôtel de police, ou Hawa Traoré a fait un discours, et où les manifestant.e.s ont rappelé les crimes de la police.

Valence 16 juin 2020 : discours d’Hawa Traoré devant le commissariat

- Devant le commissariat et tout au long du parcours, on pouvait entendre entre autre :

  • Zyed, Bouna, Théo et Adama, on n’oublie pas, on ne pardonne pas.
  • Justice pour Adama
  • Pas de justice pas de paix
  • On est là, même si la police veut pas nous on est là
  • On est là, même si les racistes veulent pas nous on est là
  • Tout le monde déteste la police
  • La police déteste tout le monde
  • Abolition de la police
  • Il n’y a pas de bons flics
  • Napoléon, aux chiottes avec Macron
  • Police nationale, milice du capital
  • La police mutile, la police assassine
  • Police partout justice nulle part
  • Police partout démocratie nulle part
Valence 16 juin : manifestation contre les violences policières et le racisme
Du corona aux commissariats, ce monde est irrespirable

La colère est le ras le bol sont palpables, et ne sont pas prêts de retomber car le système policier est bien installé, car la police est indispensable au maintien du régime autoritaire politique et capitaliste, et donc l’impunité des flics est quasi totale, ils sont couverts et soutenus par la hiérarchie et par Castaner malgré les éléments de communication concédés du bout des lèvres pour faire bien et tenter d’endormir les gens.
On a vu encore hier et récemment comment se comporte la police.

Dans ce système anti-démocratique, autoritaire, policier, structurellement inégalitaire qui tourne au totalitarisme, il ne peut pas exister de véritable justice ni de paix.
Cette civilisation capitaliste et cette gestion étatiste sont en guerre contre les peuples et le vivant, les brutes et les criminels seront donc toujours d’abord ce système et ceux qui le servent.

Valence 16 juin : manifestation contre les violences policières et le racisme
Valence 16 juin 2020 manifestation contre le racisme et les violences policieres
Valence 16 juin 2020 : retour à l’anormal ?
Valence 16 juin 2020 manifestation : le virus c’est le système
Valence 16 juin 2020 manifestation contre racisme et violences policieres 21 w
Valence 16 juin 2020 : rassemblement autour de la fontaine monumentale
Valence 16 juin : manifestation contre les violences policières et le racisme
Valence 16 juin 2020 : déclaration de Hawa Traoré, justice pour Adama
Valence 16 juin 2020 : rue rebaptisée Zineb Rédouane au centre ville
Valence 16 juin 2020 : rue rebaptisée Rémi Fraisse au centre ville
Valence 16 juin 2020 : une plaque au nom d’Adama Traoré sur le commissariat
Valence 16 juin 2020 : rue rebaptisée Lamine Dieng au centre ville

P.-S.

- Complément :

  • « Checker les privilèges » ou renverser l’ordre ?
  • Une analyse anarchiste de la Théorie du Privilège - Le but de ce texte est de présenter une analyse anarchiste et de lutte des classes de la Théorie du Privilège. Nous sommes nombreux à penser que le terme “privilège” est utile pour parler de l’oppression liée à la classe économique. Mais il peut aussi nous aider à comprendre comment diverses oppressions affectent nos relations sociales et le croisement de nos luttes au sein du prolétariat. Cette analyse est le fruit du travail de l’assemblée des femmes de la Fédération Anarchiste (du Royaume-uni). Ce texte ne représente pas tous nos points de vue et fait partie d’une discussion en cours au sein de la FA.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft