Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre

Des journalistes interpellés et placés en GAV, et la liberté de manifester suspendue

dimanche 13 septembre 2020, par Auteurs divers.

En France, 12 septembre 2020, des journalistes aussi sont la cible de la répression, de la terreur d’Etat planifiée, dans le silence des pantoufles ?

📷 REPORTERS SANS LIBERTÉS 📷

Triste journée pour la liberté de la presse hier à Paris. Au moins trois journalistes ont été interpellés et placés en GAV. Un autre a été frappé sans raison. Si on ajoute à cela un streetmedic blessé, des citoyens verbalisés pour un autocollant d’un parti politique... Ou encore les plus de 200 interpellations... On se dit qu’on est plus à deux doigts d’un régime autoritaire. Le plus inquiétant dans tout cela, ce n’est pas le bruit des bottes qu’on entend depuis des mois... Mais le silence complice de tous ceux qui devraient s’indigner et s’opposer à cette escalade autoritaire. On pense notamment à tous les médias et syndicats de journalistes. A toutes les assos et collectifs qui défendent les libertés. A tous les partis d’opposition..
Bref, il devrait y avoir des millions de personnes à s’indigner de ce qu’il s’est passé hier à Paris. Mais non. La terreur est entrée dans nos demeures sans qu’on tente de s’y opposer...

(post de Cerveaux non disponibles)

Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre {JPEG}Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre {JPEG}Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre {JPEG}

Répression à Paris le 12 septembre 2020

Terribles images de la répression en Biéloru... de la police à Hong Kon... des violentes forces de l’ordre américai... Hem. Non. Toutes ces images ont été prises ce samedi 12 septembre au coeur de Paris.
Bilan, près de 300 arrestations, des dizaines de blessés et la liberté de manifester suspendue.

(post et VIDEO sur Nantes Révoltée)

- voir aussi : Malgré la répression, des milliers de Gilets jaunes défilent à Paris - S’il est, pour l’heure, impossible de quantifier le nombre de manifestants ce 12 septembre à Paris, il est certain que les Gilets jaunes sont nombreux dans la capitale, et ce malgré une répression intense, à coup de gaz lacrymogènes et d’interpellations.

Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre

4 Messages

  • Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre Le 19 septembre à 09:03, par Christian Debruille

    Je suis moi aussi très inquiet du silence généralisé est-ce la peur ? La peur de choper le virus ? la peur de la répression ?J’ai envoyé un courrier au parti communiste (drome) aucune réponse. J’ai envoyé un courrier à François Ruffin aucune réponse. J’ai envoyé un courrier à la FI et le lendemain les ai appelé. Ma demande était pourtant simple je leur demandais quelle est leur position au vu des décisions « sanitaires » ou soyons plus exacte politiques prises .La FI m’a répondu « il est trop tôt pour nous positionner. »C’est quoi cette réponse un calcul politique donc la peur de se tromper. Il y a pourtant tellement de sources qui démontre la mascarade. J’ai donc décidé de me mettre en retrait de ses gens qui ne savent quoi faire devant l’évidence alors que c’est maintenant que leur esprit critique,politique est le plus attendu Je me pose donc cette question "Mais qu’auraient-ils fait s’ils étaient aux manettes, auraient-ils pris les mêmes décisions ?. Je dis bien en retrait de ces gens perdus. Je ne suis pas dans l’attentisme et continue d’agir avec les moyens qui me restent donc discussion,partage, etc...Je suis intermittent et l’inverse des partis politiques, des syndicats des associations quand je suis devant le public je ne peux me taire, et là je me rend compte par la rhétorique de la majorité silencieuse qui m’entoure et qui n’attend qu’un petit coup de pouce pour oser se positionner car il connaissent la réalité. Oui alors où sont passés les politiques, les syndicats, les associations...

    Répondre à ce message

  • Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre Le 18 septembre à 23:11, par Auteur XXX

    ⚠️DES JOURNALISTES ACCREDITES POUR LES MANIFS ?📷

    Toujours plus loin dans l’autoristarisme, le gouvernement va autoriser des pratiques totalement illégales et pourtant largement répandues depuis quelques années en France. Dans le nouveau schéma de maintien de l’ordre, le ministère de l’intérieur insiste sur l’accompagnement des journalistes, officiellement pour les aider à couvrir au mieux les manifestations. Sauf que cela s’adresse aux journalistes ayant une carte de presse. Pire, le texte évoque des journalistes « accrédités par les autorités » ! Le ministère va aussi développer des formations voir des exercices conjoints
    Il rappelle que le délit d’attroupement s’applique aux journalistes et aux ONG, confirmant ainsi les éléments justifiants des interpellations voir GAV pour des journalistes ou observateurs. En une semaine et deux manif sur Paris, plusieurs journalistes ont ainsi passé de nombreuses heures en GAV, certains ayant même eu du matériel confisqué (voir des cartes mémoires effacées).

    (post de Cerveaux non disponibles)
    (source)

    « Concomitamment, il sera proposé aux journalistes des sensibilisations au cadre juridique des manifestations, aux cas d’emploi de la force et notamment aux conduites à tenir lorsque les sommations sont prononcées, ainsi qu’aux dispositions du SNMO. Il importe à cet égard de rappeler que le délit constitué par le fait de se maintenir dans un attroupement après sommation ne comporte aucune exception, y compris au profit des journalistes ou de membres d’associations. Dès lors qu’ils sont au cœur d’un attroupement, ils doivent comme n’importe quel citoyen obtempérer aux injonctions des représentants des forces de l’ordre en se positionnant en dehors des manifestants appelés à se disperser. » En clair, les journalistes et les observateurs des différentes ONG pourraient ainsi être interpellés et poursuivis, faisant fi de leurs impératifs professionnels.

    En outre, les ONG avaient réclamé la nécessaire reconnaissance par les autorités d’un statut d’observateur lors des manifestations, garanti selon elles par les engagements internationaux de la France. Une fois de plus, leurs recommandations n’ont pas été prises en compte, comme le déplore Anne-Sophie Simpere : « Ce texte est le produit de dix-huit mois de travail. Or, le résultat est précisément tout l’inverse de ce que nous avions demandé ! s’étonne-t-elle. Le rôle des observateurs est justement d’observer l’usage de la force. Ça n’a aucun sens de demander qu’ils soient dispersés au moment des sommations ! »

    Répondre à ce message

  • Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre Le 18 septembre à 17:08, par Auteur XXX

    📷PARIS : LE JOURNALISTE GASPARD GLANZ ARRÊTÉ, ENFERMÉ, FOUILLÉ, ET SES IMAGES EFFACÉES📷

    Hier, c’était manif syndicale dans toutes les villes de France. Comme souvent, le journaliste indépendant Gaspard Glanz est allé dans le cortège parisien pour y faire un reportage. A la fin de la manifestation, alors qu’il quitte les lieux, 4 fourgons s’arrêtent, il est contrôlé par une grosse bande de policiers, puis arrêté et placé en garde à vue.

    Il sera transféré dans 2 commissariats, subira deux fouilles à nu humiliantes, et tout son matériel sera saisi … il découvrira plus tard que le contenu des cartes SD a été effacé !

    Face au grotesque de la situation, le parquet de Paris finira par relâcher le reporter sans poursuite au bout de 5 heures. Si le journaliste avait déjà été arrêté, c’est la première fois que la police efface son travail : une atteinte claire à la liberté de la presse. Gaspard Glanz ironise : « j’arrive même pas à comprendre POURQUOI ils ont effacés ça… Ça n’a aucun intérêt de faire un truc aussi grave, pour des images aussi nulles ». En effet, la manif était particulièrement calme et monotone, et il n’avait pris aucune image particulière.
    S’agit-il du harcèlement ordinaire de policiers dont toutes les brides ont été lâchées ? De consignes de la hiérarchie contre un journaliste indépendant ? Quoiqu’il en soit, l’arrestation d’un journaliste, sa mise à nu et le vol de ses images est une nouvelle démonstration de la mutation brutale du régime en place.

    Cet événement inquiétant a lieu au lendemain du procès d’un autre journaliste indépendant : Jules Pannetier, qui contribue à l’excellent média Le Poing, à Montpellier.
    Il est clair que les autorités veulent imposer leur récit des mouvements sociaux et supprimer tous les contre-discours. L’information indépendante est désormais vitale, soutenez là !

    (post de Nantes Révoltée)

    PARIS 12 SEPT : LE JOURNALISTE GASPARD GLANZ ARRÊTÉ, ENFERMÉ, FOUILLÉ, ET SES IMAGES EFFACÉES
    « Quand ils viendront vous chercher, il n’y aura plus personne pour vous défendre »

    Répondre à ce message

  • Triste journée pour la liberté de la presse à Paris le 12 septembre Le 15 septembre à 11:52, par Auteurxxx

    Des journalistes empêchés de travailler pendant la manifestation des Gilets jaunes

    Evidemment, les médias du pouvoir et les merdias de milliardaires se gardent bien de soutenir les journalistes des médias contestataires.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft