Traitement médiatique de la colonisation menée par l’Etat d’Israël : exemple typique de manipulation du langage

5 techniques de manipulation du langage au service des dominants

jeudi 13 mai 2021, par Auteurs divers.

Avec l’exemple caricatural de la colonisation des territoires palestiniens par l’Etat d’Israël, un article faire ressortir les techniques de manipulation du langage qui servent en toute occasion aux dominants pour inverser la réalité et masquer leurs crimes :

- « Affrontements entre Israël et Palestine » : 5 techniques de manipulation du langage au service des dominants
Il y a peu d’exemples aussi frappants du rôle du langage dans la déformation d’une réalité que celle de l’entreprise d’apartheid de l’Etat colonialiste d’Israël, pardon, du « conflit israélo-palestinien ». Que s’est-il passé ces dix derniers jours au Proche-Orient ? Un quartier de Jérusalem est en train d’être vidé de ses habitants palestiniens au profit de colons israéliens, énième épisode d’un État colonial dirigé en ce moment par un gouvernement d’extrême-droite. Les protestations des Palestiniens ont été violemment réprimées par la police israélienne. En représailles, des roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza, cette prison à ciel ouvert coupée du monde par un blocus israélien depuis plus de dix ans, et où la situation des habitants est devenue, aux dires de l’ONU, « invivable ». L’armée israélienne a répliqué par des bombardements, pardon, des « frappes » (plus précises, ciblées et plus « pro »).

Cet épisode d’une guerre coloniale que beaucoup d’entre nous ont toujours connu n’est pourtant pas décrit en ces termes. A lire la presse cette semaine, il y aurait à Jérusalem « des affrontements », des « heurts », une « escalade de la violence » entre deux peuples ennemis. Qu’importe qu’il y ait d’un côté des manifestants et de l’autre la police armée, d’un côté la bande de Gaza et de l’autre une puissance nucléaire. A entendre nos médias, on est dans une guerre à armes égales, voire avec un côté plus légitime que d’autre… Exemples : « International : pluie mortelle de roquettes sur Tel-Aviv, frappes musclées d’Israël sur Gaza », titrent Challenges, la Provence ou Nice Matin, reprenant une dépêche AFP. La mort d’un côté, les muscles de l’autre : la sacro-sainte « neutralité journalistique » en pleine action. Et sur France Info, on pouvait entendre que « l’aviation a mené des raids à Gaza et les groupes armés palestiniens bombardent Israël ». Vous avez dit « journalisme militant » ?

Par le miracle des mots, la répression menée par un Etat colonialiste ayant instauré un régime d’Apartheid devient la réaction légitime et courageuse (« musclée ») d’un pays exposé à la barbarie de terroristes assoiffés de sang.

Hélas, le traitement médiatique de ce qu’il se passe en Israël et Palestine n’est qu’une illustration de plus de la faculté de notre classe dominante à déformer la réalité vue et vécue à son profit, en invisibilisant sa domination illégitime et en inversant la responsabilité de ses actions. Petit guide des procédés les plus répandus en la matière :
(...)
Ces cinq techniques de négation des rapports de domination sont à l’œuvre pour justifier l’épisode actuelle de répression de la résistance palestinienne par le régime d’apartheid israélien, mais elles le sont aussi pour justifier le patriarcat, la domination bourgeoise, l’exploitation au travail ou le racisme structurel en France. Pour ne pas rester prisonnier de ces procédés, il faut les connaître et appliquer une vigilance constante des discours que nous tenons et qui nous sont diffusés. Et utiliser nos propres mots, ceux qui décrivent la réalité telle qu’elle est : traversée par des rapports de domination que l’on peut renverser et détruire.
(...)

Traitement médiatique de la colonisation menée par l’Etat d’Israël : exemple typique de manipulation du langage

En France, on a vu souvent à l’oeuvre ces procédés de manipulation du langage par les médias militants du pouvoir et des grands capitalistes.

Les contestataires sont systématiquement dénigrés par les pouvoirs et leurs médias dès qu’ils dérangent, ils seront comparés à des sortes d’animaux pulsionnels et irrationnels, des pauvres hères manipulés par des partis politiques ou par des militants aguerris, des factieux anti-démocrates dès qu’ils veulent la démocratie, des terroristes, des violents, des vecteurs de simples colères qui-n-ont-pas-compris-on-va-mieux-vous-expliquer-nos-super-réformes, des délinquants sans idéaux mus uniquement par l’appât du gain et de la destruction, des bêtes assoiffées de sang, des ennemis sanguinaires, des imbéciles utiles manipulés par des forces étrangères, des mercenaires vénaux...
En gros, il s’agit toujours de déshumaniser les révolté.e.s, de les réduire à des foules irrationnelles, et de leur refuser toute légitimité politique.
Comme dans les guerres militaires, en réduisant l’ennemi à une sorte de non-humain et à un simple agresseur assoiffé de sang alors que « nous » on est gentil, c’est plus facile moralement d’écraser ensuite les gens en utilisant les formes les plus brutales.

Souvenez-vous des attaques multiples contre les gilets jaunes (factieux, extrême droite, ultra-jaunes, foules haineuses...), les expressions telles que « grogne sociale » pour qualifier les mouvements de protestations sociales, les grèves qualifiées de « prise d’otage », les militants politiques adeptes de la destruction de biens matériels capitalistes qualifiés de « casseurs », de délinquants ou de policiers, et toujours l’expression récurrente « affrontements avec la police » ou « heurs entre policiers et manifestants » pour parler des agressions policières en manifestation et des éventuelles répliques d’auto-défense, etc.

Il est donc primordial de toujours dénoncer et boycotter les médias des pouvoirs et des capitalistes, et de faire grandir des médias de contre pouvoir, des auto-médias, des médias militants pour les opprimés et pour leur libération, et des médias libres.

- Acrimed, l’observatoire critique des médias, peut aider à comprendre les ressorts des médias militants des dominants
- Frustration Magazine fait aussi assez souvent des articles pour aider à décrypter le langage des puissants et leurs manipulations


2 Messages

  • Traitement médiatique de la colonisation menée par l’Etat d’Israël : exemple typique de manipulation du langage Le 14 mai à 12:17, par Auteur divers

    Pour une lutte populaire

    160 attaques de l’aviation israélienne sur Gaza, ne visant que des populations civiles, une des zones les plus densément peuplée au monde.
    Ce n’est pas pour laver le Hamas, qui n’est pas un mouvement de libération nationale, mais une organisation islamiste réactionnaire qui fait la paire avec l’extrême-droite juive dont Netanyahou fait actuellement le jeu pour échapper à son procès pour corruption. De fait Hamas et extrême droite juive sont complices, un peu comme ici Macron et le RN sont de fait complices. D’ailleurs la direction de l’Autorité Palestinienne et le Hamas sont largement décrédibilisés dans la population palestinienne et n’ont en outre à peu près aucune influence à Jérusalem et chez les Palestiniens d’Israël. À Sheikh Jarrah, c’est plutôt le milieu associatif, la « société civile » qui prend en charge les mobilisations, avec une très forte présence de la jeunesse et un usage massif — et réussi — des réseaux sociaux.
    En montrant les muscles et ses roquettes tirées au hasard sur des civils israeliens, le Hamas tente de se poser en héraut de la résistance face à Israël. C’est un classique de cette organisation, qui joue depuis 15 ans le jeu des institutions créées par les accords d’Oslo (participation aux élections, gestion de « ministères », etc.) mais qui depuis, de temps en temps, fait semblant d’être intransigeante au moyen de démonstrations militaires, surtout pour empêcher que les peuples eux-même s’emparent de cette lutte car il ne peut y avoir de réelle lutte de libération nationale populaire sans cesser les divisions inter-communautaires ou inter-ethniques.

    Post de Jacques Chastaing

    Répondre à ce message

  • Traitement médiatique de la colonisation menée par l’Etat d’Israël : exemple typique de manipulation du langage Le 14 mai à 12:14, par Auteur divers

    Bilan : En direct de Gaza

    Il est 9h à Gaza ce vendredi 14 mai 2021
    Bilan provisoire
    450 raids en deux heures
    Le génocide se poursuit !
    Cinquième jour de l’agression israélienne contre la bande de Gaza
    Une nuit terrible et meurtrière
    450 raids israéliens menés par 160 avions militaires en deux heures au nord de la bande de Gaza.
    Horrible !
    Une population civile horrifiée et terrorisée
    2000 habitants sans- abri après la destruction de leurs maisons et immeubles.
    Bilan provisoire ce vendredi 14 mai 2021 à 9h
    120 palestiniens assassinés dont trente enfants , quinze femmes et cinq personnes âgées jusqu’à présent.
    630 blessés parmi eux 150 enfants , 60 femmes, et cinq journalistes
    Et ça continue !
    Le génocide se poursuit !
    Destruction massive partout dans la bande de Gaza
    Infrastructure civile visée et endommagée
    Cinq grands immeubles détruits totalement
    Cent maisons détruites
    Vingt bâtiments publics détruits
    Dix écoles bombardées et endommagées
    Deux universités touchées
    six usines détruites
    Trois municipalités visées
    Cinq stations électriques endommagées
    Neuf cliniques et centre médicaux visés
    Dix-huit agences de presse détruites
    Trois banques détruites
    Dix-sept associations bombardées
    Deux marchés publics visés
    Trente magasins détruits
    Dix routes endommagées
    Cinq coopératives agricoles touchées
    Sept terrains agricoles endommagés
    Deux stades visés
    Huit mosquées touchées
    Quatorze puits d’eau détruits
    Fermeture totale de tous les passages
    Fermeture de l’espace de pèche par ordre militaire israélien

    La Palestine occupée résiste !
    Gaza l’agressée résiste, persiste et existe !
    La lutte continue !
    Vive la solidarité !
    La Palestine vivra !
    La justice triomphera

    post de Ziad Medoukh

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft