Surveillance et répression partout en guise de démocratie et de justice sociale & écologique

Sécurité globale, continuum de sécurité..., le régime policier étend son emprise totalitaire sur nos vies avec une proposition de loi

lundi 19 octobre 2020, par Enquêtes libres.

Le coktail détonnant "covid-19 / attentat terroriste" permet à la planification industrielle du sécuritaire-autoritaire de franchir plus rapidement de nouveaux paliers dans l’ignominie et le liberticide à tous les étages.

Nouvel exemple avec la proposition de loi déposée par LREM le 15 octobre 2020. Une députée de la Drôme LREM Alice Thourot est dans le coup.
Nul doute qu’après l’horrible assassinat d’un professeur, ces projets sécuritaires qui s’inscrivent dans la fascisation générale passeront comme une couleuvre à la Poste, agrémentée d’amendements de circonstance pour la durcir encore.

Surveillance et répression : sécurité globale - continuum de sécurité

Les députés Alice Thourot Jean-Michel Fauvergue ont de la suite dans les idées :
Next INpact diffuse ci-dessous la proposition de loi sur la Sécurité globale déposée par Jean-Michel Fauvergue, Christophe Castaner et l’ensemble des députés La République en Marche et Agir Ensemble. Il comprend un volet « vidéoprotection » et captation d’images par les drones.

Légalisation des drones policiers et extension de leurs usages, interdiction de diffuser des images où des flics seraient reconnaissables, préparation à l’expérimentation et à la légalisation de la reconnaissance faciale automatisée avec IA, extensions du rôle et des pouvoirs des polices municipales et privées, etc.
Tout ce qui était en germe dans le rapport parlementaire va se réaliser, en pire.

- Next Inpact diffuse le projet de loi en cours d’élaboration déposé ce 15 octobre

- Extrait :
La proposition de loi reprend pour cela les conclusions du rapport de la mission parlementaireremis au Premier ministre par les députés Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue en septembre2018. Elle les enrichit de nouvelles propositions qui partagent la même finalité d’une sécurité plus efficace, en traitant également la question du recours à de nouveaux moyens technologiques pour les forces, et en simplifiant leur cadre d’intervention en matière de sécurité des transports et de sécurité routière.

https://www.youtube.com/watch?v=7RE1mVptgqM

En Marche vers la Chine !

En France, de plus en plus vite, le système policier, la technopolice, se rapproche de la dictature chinoise.
Regardez, le documentaire de Arte à voir absolument, « Tous surveillés - 7 milliards de suspects » :

https://www.youtube.com/watch?v=s65_heahVXE

- Cette proposition de nouvelles lois sécuritaires liberticides a été préparée par la députée Thourot et son acolyte, relisez notre enquête : La députée LREM drômoise Alice Thourot adepte de la répression policière et des entreprises de sécurité privée - Surveillance et répression policière : davantage de pouvoirs et de business pour la sécurité privée !

En France, en l’absence de démocratie, on subit l’ultra-capitalisme et l’Etat de plein fouet. Il est donc logique que la répression, la technopolice, la surveillance et les mesures liberticides remplacent la vie démocratique, les décisions collectives prises directement par les peuples là où ils vivent.
Ca a toujours fonctionné comme ça.
Quand les peuples se rebiffent et/ou que le système de la civilisation industrielle a une faiblesse, la répression et le système policier augmentent.
Tant qu’on est sages et obéissants : la carotte mitée. Quand on se révolte pour la justice sociale, la justice écologique, la démocratie réelle, la fin de la tyrannie oligarchique : la matraque.
Mais bien sûr cette matraque se pare hypocritement du gant ouaté de la défense de « la-démocratie ».

Cruelle ironie, l’Etat et les capitalistes, leur répression, veulent toujours détruire les mouvements qui luttent pour ce que la répression prétend défendre...!

De même, l’Etat et le monde capitaliste sont connus comme les pires des terroristes, mais voilà qu’ils se posent à chaque attentat en remparts sacrés contre le terrorisme, ...en prenant des mesures liberticides qui renforceront encore leur pouvoir de nuisance (mais qui permettront de maintenir le système en place et d’accroître les business bien lucratifs de « la-sécurité »).

C’est comme l’école publique, un très bon système de conformation et de dressage par la propagande, les structures et les méthodes, du casernement qui fabrique en série des moutons et des loups pour le bien de l’Etat et du capitalisme, mais qui prétend encore oeuvrer pour l’émancipation et la liberté pour le bien du populaire !
C’est sûr que des profs (idem pour les soignant.e.s) se battent encore courageusement à contre courant, mais c’est pas le cas de l’institution, et encore moins des gouvernements.

Bref, l’inversion des réalités et les mensonges attteignent des sommets, on va pouvoir adhérer au « trumpisme » en tant que membres d’honneur.

- En complément :

Surveillance et répression en guise de démocratie et de justice sociale & écologique

🎁LA POLICE COUVERTE DE CADEAUX

A quelques heures d’un couvre feu qui va donner les pleins pouvoirs à la police de 21H à 6H du matin dans la plupart des grandes villes du pays, le gouvernement a encore fait une série de cadeaux à ses forces de l’ordre.

➡️« HAUSSE HISTORIQUE » : Gérald Darmanin annonçait il y a deux jours une hausse du budget de la police de 325 millions d’euros ! Une augmentation « historique » selon le ministère de l’Intérieur, obtenue dans le cadre du budget 2021 et du plan France Relance. Cette somme doit « permettre d’augmenter les budgets en matériel, immobilier, action sociale, équipements numériques et automobile des forces de police. » On vous laisse calculer combien de postes de soignants et lits de réanimation que cela représente.

➡️ PRIMES : Le ministre a aussi annoncé que 15 millions d’euros seront affectés à une prime destinée aux 22 000 policiers travaillant de nuit. 25 millions d’euros vont permettre « un avancement semi-automatique » des grades chez les policiers. Les heures supplémentaires seront, elles aussi, « revalorisées ». Finalement, l’argent qui n’était pas disponible pour payer décemment les profs et des infirmières est bien redistribué !

➡️FLOUTAGE : Macron recevait les syndicats policiers cette semaine. A leur sortie, les représentants syndicaux ont déclaré être « satisfaits ». Ce sont bien les seuls syndicats écoutés par le gouvernement … En effet, les députés de la majorité ont déposé jeudi une proposition de loi pour « protéger davantage les forces de l’ordre ». Le projet est piloté par Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du Raid. Parmi les propositions, l’interdiction d’exploiter pour « un usage malveillant » de l’image des forces de sécurité. Autrement dit, l’interdiction de diffuser des images de violences policières ou d’agents non floutés, sous peine de censure. Seul un « usage bienveillant » de l’image de la police serait alors toléré, bienvenue dans le meilleur des monde ! Le projet de loi prévoit aussi un durcissement des peines pour les personnes accusées de s’en prendre à la police.
C’est noël avant l’heure chez les forces de l’ordre.

post de Nantes Révoltées

Surveillance et répression partout en guise de démocratie et de justice sociale & écologique
Loi Sécurité globale, vers l’impunité totale des forces de l’ordre, vers toujours plus de répression et de surveillance

🎖️RÉGIME AUTORITAIRE : PALMARÈS DE L’ABSURDE

Les autorités se surpassent dans la surenchère liberticide aussi stupide qu’absurde :

➡️Il y a deux semaines, le Préfet du Morbihan publiait un arrêté interdisant le transport d’instruments de musique ! Évidemment, empêcher les joueurs de biniou de faire des répétitions est une priorité pour endiguer le COVID.

➡️Le même préfet vient de prendre une autre mesure : interdire l’accès aux plages et aux sentiers côtiers entre 21H et 6H du matin. C’est sur,, dans ce département qui n’est pas concerné par les mesures de couvre-feu, les plages seraient le premier vecteur de pandémie en pleine nuit au mois d’octobre !

➡️ « Les fêtes privées sont interdites partout ». Comment appliquer une telle mesure ? Mettre des flics dans chaque salon, dans chaque famille ? Qu’est ce qui peut justifier l’interdiction de faire la fête mais pas d’aller s’entasser dans les transports en commun et les entreprises ?

➡️ Un titre surréaliste dans la presse locale : « les gendarmes entrent dans un bar et découvrent des clients sans masque ». Quand les forces de l’ordre découvrent qu’il faut enlever son masque pour boire un verre...

Les autorités risquent de se surpasser encore d’avantage dans les jours qui viennent. Affaire à suivre !

post de Nantes Révoltées


7 Messages

|

  • Surveillance et répression partout en guise de démocratie et de justice sociale & écologique Le 24 novembre à 18:49, par Enquêtes libres

    🛑 LA LOICURITÉ GLOBALE ADOPTÉE À L’ASSEMBLÉE 🛑

    Malgré les évènements d’hier soir, où la police s’est défoulée place de la République contre des exilé.e.s qui ne demandaient rien d’autre que des conditions de vie dignes, malgré les innombrables vidéos relatant ce déferlement de violence envers des journalistes, des élu.es, des avocat.e.s, des exilé.e.s.
    Malgré les débats qui ont eu lieu avant le vote à l’assemblée, dénonçant quasi-unanimement les évènements d’hier.

    La loi sécurité globale vient d’être adoptée dans son intégralité en première lecture à l’assemblée, accentuant de manière exponentielle les pouvoirs des polices municipales, nationale et privées.
    Ainsi que la vidéosurveillance.
    Des caméras piétons aux drônes.
    Du jardin public au hall d’immeuble privé.
    Tout ceci combiné avec l’usage de la reconnaissance faciale.
    C’est bien un pas de plus que le gouvernement fait vers l’état policier et l’état de surveillance.

    Une seule chose à faire, répondre à la hauteur de l’attaque.

    Soyons des dizaines de milliers samedi, 14h, place de la République.
    (et partout ailleurs !)

    post de CND

    Répondre à ce message

  • Surveillance et répression partout en guise de démocratie et de justice sociale & écologique Le 16 novembre à 12:47, par Enquêtes Libres

    Le régime se révèle au grand jour.
    Espérons que, comme les vampires, il finisse par crâmer :

    ☠️ « LOI DECURITÉ GLOBALE » : UN PROJET MACRO-LEPÉNISTE

    ➡️ A partir de demain mardi, la « Loi de sécurité globale » sera débattue à l’Assemblée Nationale. C’est l’un des projets les plus liberticides depuis plusieurs décennies, qui limiterait drastiquement la possibilité de filmer les violences policières d’un côté, et qui permettrait le déploiement massif de drones et le fichage par reconnaissance faciale de tous les opposants de l’autre. Une police encore plus en roue libre, et toute contestation quasiment impossible.

    ➡️ Derrière ce projet pré-dictatorial, le gouvernement Macron et l’extrême droite font bloc ensemble. Le ministre de l’Intérieur mène campagne en répétant partout que sa loi vise à « protéger ceux qui nous protègent ». Et en même temps Marine Le Pen affirme à la télé : « Je ne pense pas du tout que ça puisse encourager les violences policières […] je pense que tout ce qui peut contribuer à protéger nos policiers est une bonne chose. » Le pouvoir en place comme l’extrême droite dépendent tous les deux de forces de répression militarisées, racistes et violentes.

    ➡️ La convergence Macro-Lepéniste ne date pas d’aujourd’hui. Le RN et En Marche ont voté ensemble des lois extrêmement dures contre les exilés dès le début du mandat de Macron, puis le gouvernement a réprimé les luttes sociales et anti-racistes tout en laissant les mains libres aux groupes fascistes. Récemment le gouvernement a repris mot pour mot les idées de l’extrême droite à l’égard des musulmans, des étrangers, des universitaires … Ce pouvoir élu grâce au chantage du « barrage au FN » ne cache même plus vraiment son appartenance à l’extrême droite, et l’extrême droite partage avec le pouvoir un projet de société inégalitaire, et autoritaire.

    Un post de Nantes Révoltée

    Répondre à ce message

  • Surveillance et répression partout en guise de démocratie et de justice sociale & écologique Le 13 novembre à 12:40, par Enquêtes libres

    TORTURE AU COMMISSARIAT

    Attention, descriptions choquantes

    Nos confrères de StreetPress ont réalisé une enquête détaillée sur l’extrême violence pratiquée au sein du commissariat du 19e arrondissement de Paris. Racisme, tabassages, humiliations, et des cas qui s’apparentent à des scènes de torture. Extraits :

    - « J’étais menotté, les bras écartés et ils tapaient, tapaient. C’est de la torture. » Moha, 37 ans a été violemment tabassé par des policiers du 19e arrondissement de Paris, dans la nuit du 7 au 8 juillet 2020. « Je n’ai jamais reçu autant de coups et d’insultes. Pourtant j’en ai fait des gardes à vue, mais celle-là c’était violent », soupire-t-il. […] Un policier m’a dit : “Quand j’aurai fini de m’occuper de toi, ta mère ne te reconnaîtra pas”. » Selon lui, huit policiers l’ont frappé. […] Un des agents lui attache sa main gauche avec une seconde paire de menottes. Il se retrouve donc assis, les bras écartés en position christique. C’est à ce moment que débute son véritable calvaire, dit-il. « Je me suis pris des coups de pied en plein dans le ventre et dans le thorax ».
    - Parmi les policiers, deux d’entre eux, faisaient partie de l’équipage de la BAC qui, le 26 mars 2017, a été impliqué dans la mort de Liu Shaoyao Un père de famille abattu chez lui alors qu’il coupait du poisson dans sa cuisine sous les yeux de deux de ses filles, Nathalie et Isabelle.

    - « Je me prends un violent coup de pied dans les côtes. Des coups de matraque à plusieurs reprises. Des coups de poing au visage, une strangulation. J’ai essayé de me relever à plusieurs reprises mais son coéquipier me mettait des coups de matraque sur les doigts, car j’ai essayé de me relever en empoignant la porte. » Pierre entend le bruit des coups et les cris de douleur. Des insultes racistes aussi, complète François. « Plusieurs flics ont fait des allers-retours pour aller le taper. Certains se lavaient les mains au gel hydroalcoolique en revenant. Pendant ce temps, les autres jouaient au Uno, comme si de rien n’était. »
    - Les deux hommes aperçoivent dans l’une des pièces attenantes un homme à terre, en grande partie dénudé. Il a la jambe couverte d’un grand bandage ensanglanté et les mains menottées au serflex. « Ses doigts et ses poignets avaient enflé », explique le dernier arrivé : « Ça les faisait marrer. Le mec pleurait et gémissait en arabe. Et on a compris par les commentaires des flics qu’il s’était chié dessus. »

    - Pascal appelle la police parce qu’un de ses invités refuse de quitter l’appartement. Il est embarqué et tabassé au commissariat. Pascal est noir. « Il ne comprend pas bien pourquoi il a atterri là. Il veut porter plainte, mais finit par être menotté. Le ton monte. Ils voulaient que lui aussi se soumette. Qu’il reconnaisse “qui est le chef”. » L’homme refuse selon les autres gardés à vue. Ils l’auraient alors mis à genoux de force, les mains menottées dans le dos, pour ensuite le passer à tabac méthodiquement. « Ils l’ont massacré. Ça a duré plus d’une heure ». « Il devait avoir la mâchoire pétée. » Il décrit les grands coups au torse, aussi. « Il disait qu’il avait des côtes cassées, eux ça les faisait rire. » Autre scène rapportée par Pierre. Un policier sort une bombe d’AirWick et arrose la victime :
    « tu pues. Tu pues l’négro Pascal. » [...] Pierre décrit : « Un moment on l’entend vraiment se faire étrangler et manquer d’air une première fois. Lorsqu’il est lâché et reprend son souffle, le bruit est indescriptible […] les flics qui disent : “Bah alors Pascal, on se réveille !”. Reprise de respiration soudaine et difficile. »

    - Été 2020, vers 1h du matin, la police interrompt une soirée d’anniversaire qui se tient dans un appartement voisin des Buttes-Chaumont : tapage nocturne. Les jeunes fêtards sortent de l’appartement. La seule personne noire de la soirée se fait embarquer le premier pour outrage, sans que le reste de la troupe ne sache pourquoi. « Ils étaient sans matricules, sans caméras et super énervés […] un policier passe derrière Christophe, le menotte et l’embarque à son tour » Dans le camion qui amène Christophe et ses amis au poste, des bleus les menacent : « Vous allez voir, on va vous le faire payer ». Ils se font traiter de « pédés », « fils de pute » et « bobos de merde »« Un policier met un gant noir et me lance : “T’as jamais connu la peur de mourir” », se rappelle-t-il. S’ensuit, dit-il, un véritable passage à tabac. Un policier aurait fait une balayette à Christophe. Une fois par terre, les trois agents lui auraient mis des coups de pied puis l’auraient relevé en l’étranglant. « Ils me font nettoyer mon sang avec du gel hydroalcoolique et du papier. Ils m’ont dit de nettoyer, que ça devait être propre et que ce n’était pas à la femme de ménage de le faire. »

    - En 2013, déjà, StreetPress racontait le passage à tabac d’un collégien dans ce même commissariat. Il avait eu le bras cassé. Au fil des années, plusieurs autres articles de presse ont documenté les violences de certains fonctionnaires de cet arrondissement. Et en 2018, deux policiers (identifiés grâce à des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux) ont été condamnés pour des violences commises sur des lycéens de Bergson.

    post de Nantes Révoltée
    - Article complet : https://www.streetpress.com/sujet/1605124303-police-actes-torture-commissariat-19eme-paris

    Répondre à ce message

  • Surveillance et répression partout en guise de démocratie et de justice sociale & écologique Le 10 novembre à 19:02, par Enquêtes libres

    Au vu de la manipulation des images représentant des visages de policiers dans le cadre d’une exposition prévue puis annulée au Fresnoy grâce à l’aimable collaboration de son directeur, Alain Flescher

    Au vu de la diffusion d’images montrant deux policiers, suite à un contrôle routier, à califourchon sur le corps d’un homme jeté au sol et ce, jusqu’à la mort de celui-ci

    Au vu de la révélation de l’identité d’un homme se faisant passer pour un policier et accusé d’agresser des manifestants place de la Contrescarpe à Paris et étant en fait le garde du corps du Président

    Au vu de l’émoi provoqué par l’arrestation de cent cinquante et un adolescents mis à genoux mains sur la tête dans un terrain vague de Mantes-la-Jolie

    Au vu de l’accusation de meurtre proféré à l’encontre d’un policier ayant tiré une grenade lacrymogène dans un appartement du deuxième étage d’un immeuble à Marseille

    Au vu de la circulation d’images sur les réseaux sociaux témoignant de dix-huit blessures à la main, vingt-huit blessures au dos, soixante-quinze blessures aux membres supérieurs, cent-trente-et une blessures aux membres inférieurs, quatre blessures aux parties génitales, trois-cent quatorze blessures à la tête, vingt-quatre éborgnements et cinq mutilations totales ou partielles de la main ayant eu lieu dans le cadre d’opérations de police à l’hiver 2018-2019

    Au vu de la publicité des faits concernant une charge de police sur les quais de Loire à Nantes ayant entraîné la disparition puis la mort par noyade d’un jeune homme

    Au vu des désordres engendrés par l’affaire relative à l’arrestation et au viol allégué d’un jeune homme de vingt-deux ans dans le quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois

    Au vu des méfaits nombreux et graves imputés aux policiers et intentant à l’intégrité physique et psychique de personnes marchant ou courant, de jour ou de nuit, seules ou en groupe

    Étant donné les risques encourus par les policiers de se voir identifiés par leur hiérarchie et ainsi accusés de n’avoir pas commis leurs méfaits en toute discrétion et les troubles à l’ordre public qui en résultent

    Étant donné les milliers de personnes qui ne se sentent plus en sécurité face à la police et la défiance généralisée quant au recours à celle-ci

    Étant donné le slogan désormais célèbre « tout le monde déteste la police » et les manifestations régulières et répétées contre celle-ci
    Étant donnée l’intervention du Président rappelant que dans un État de Droit il ne saurait y avoir de « violences policières »

    Étant donné la nécessité de rétablir la confiance des citoyens vis-à-vis de la police

    Il convient de soumettre une proposition de Loi relative à la sécurité globale qui vise à punir d’un an d’emprisonnement et de quarante-cinq mille euros d’amende le fait de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son honneur, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police.

    post de Cerveaux non disponibles

    Répondre à ce message

  • Surveillance et répression partout en guise de démocratie et de justice sociale & écologique Le 6 novembre à 18:04, par Enquêtes Libres

    - La proposition de loi relative à la sécurité globale durcie en commission

    Le 19 octobre, nous annoncions déjà dans le présent article que cette proposition de loi serait encore durcie.
    Ca n’a pas manqué, et ce n’est sans doute pas fini.
    Drônes partout, accès étendue à la vidéosurveillance, "les images d’agents des forces de l’ordre ne pourront être diffusées, si l’intention est de porter atteinte à l’« intégrité physique ou psychique » des agents", agraver les peines lors d’atteinte à des agents...

    Répondre à ce message

|

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft