Résister : penser et s’organiser stratégiquement en fonction des objectifs et des forces disponibles

Chacun.e peut trouver sa place dans la résistance

mardi 10 mai 2022, par Stratégie & co.

La situation générale paraît désespérée malgré des victoires locales ou des avancées partielles. Le macronisme, les extrêmes droites, l’étatisme, le capitalisme, l’industrialisme, le culte du progrès technologique et l’attachement à la délivrance... s’étalent partout. Et les minorités déterminées en lutte sont trop petites pour peser et changer la donne ?
Raison de plus pour penser et agir stratégiquement, pour cultiver la résistance et passer à l’offensive, pour être réaliste et éviter de (se) perdre
.
L’article ci-dessous fait le point de manière simple et pragmatique :

- Contre l’épuisement militant : Penser stratégiquement
En tant que militant-es en mal de succès, il est tentant de se donner un but accessible à la symbolique forte pour pouvoir crier victoire lorsque celui-ci est atteint. Nous assistons donc à des « marches historiques » et des blocages font la une des journaux. Objectif atteint donc ?
Nous le savons par expérience : être nombreux dans une manifestation ou bloquer un siège social n’est pas efficace en soi. Si une manifestation a de fortes chances de rencontrer un succès (entendre ici « être nombreux »), mais que le succès de la manifestation n’a aucun impact plus global (par exemple, qu’elle n’influence aucunement les dirigeants), alors la tactique n’a aucun intérêt, qu’elle soit couronnée de succès ou non.
Nous avons tendance à penser « à l’envers » : nous envisageons d’abord les actions que nous pourrions mener, puis le plan plus global dans lequel elles pourraient s’inscrire.
Cet article tire des leçons déjà appliquées en stratégie militaire comme en marketing. C’est une tentative de rappel : il nous faut plutôt partir du contexte extérieur imposé, pour revenir vers le local, puis l’individu, l’échelle où nous pouvons agir.
Concrètement, les étapes de la réflexion sont assez simples, même si la mise en place est souvent plus ardue.
(...)

(article complet ci-dessous)

Résister : penser et s’organiser stratégiquement en fonction des objectifs et des forces disponibles
Chacun.e peut trouver sa place dans la résistance

🎯 CONTRE L’ÉPUISEMENT MILITANT : PENSER STRATÉGIQUEMENT

En tant que militant-es en mal de succès, il est tentant de se donner un but accessible à la symbolique forte pour pouvoir crier victoire lorsque celui-ci est atteint. Nous assistons donc à des « marches historiques » et des blocages font la une des journaux. Objectif atteint donc ?

Nous le savons par expérience : être nombreux dans une manifestation ou bloquer un siège social n’est pas efficace en soi. Si une manifestation a de fortes chances de rencontrer un succès (entendre ici « être nombreux »), mais que le succès de la manifestation n’a aucun impact plus global (par exemple, qu’elle n’influence aucunement les dirigeants), alors la tactique n’a aucun intérêt, qu’elle soit couronnée de succès ou non.

Nous avons tendance à penser « à l’envers » : nous envisageons d’abord les actions que nous pourrions mener, puis le plan plus global dans lequel elles pourraient s’inscrire.

Cet article tire des leçons déjà appliquées en stratégie militaire comme en marketing. C’est une tentative de rappel : il nous faut plutôt partir du contexte extérieur imposé, pour revenir vers le local, puis l’individu, l’échelle où nous pouvons agir.

Concrètement, les étapes de la réflexion sont assez simples, même si la mise en place est souvent plus ardue.

Comment procéder ?

- 1️. Choisir un problème auquel on veut s’attaquer

Bien entendu, la réflexion doit commencer par un ou plusieurs problèmes :
– extinction de masse
– dérèglement climatique
– exploitation industrielle du vivant
– contrôle croissant de nos vies par la technologie
– je vous laisse le soin de compléter la liste…

- 2️. Identifier leur cause principale

Ici, nous considérerons que le système technologique industriel est une des principales causes des problèmes sus-cités. Sans argumenter en longueur, le réseau mondial de machines et d’usines produit de l’énergie en exploitant la planète et l’utilise pour croitre au détriment du vivant. Cette méthodologie pourrait cependant être utilisée pour d’autres luttes, ou pour les mêmes luttes, mais avec d’autres causes identifiées.

- 3️. Définir un ou plusieurs objectifs

Il faut définir des objectifs globaux et en lien direct avec la cause. Une fois listés, les objectifs doivent être hiérarchisés pour garder l’essentiel.

Dans notre cas, nous aurions deux objectifs :

  1. Stopper matériellement le système qui détruit la planète
  2. Promouvoir culturellement la construction de nouvelles sociétés désirables

- 4️. Définir une stratégie

Une stratégie, c’est un plan de long terme ; qui prend en compte les moyens à disposition (humains, matériels), et qui permet d’atteindre l’objectif.

Autant analyser honnêtement la situation :
– nous sommes minoritaires à être prêt à agir pour un changement radical de société
– nous sommes pauvres (les riches n’ont pas d’intérêt immédiat à changer de société)
– nous avons peu de temps
– nous pouvons nous organiser en commun pour augmenter notre puissance
– nous sommes différents (physiquement, culturellement) : cela peut être une force si l’on sait en faire des complémentarités plutôt que de vouloir faire rentrer tout le monde dans le même moule/mouvement

Une stratégie qui requiert un changement de comportement de la majorité de la population mondiale dans les 3 prochaines années ne prend pas en compte les contraintes matérielles ni la psychologie humaine. De la même manière, une stratégie fonctionnelle, mais qui nécessite une centaine d’années pour être menée à terme ne prend pas en compte le réel : elle est donc inutile.
Une stratégie qui fonctionne devra donc prendre en compte l’inégalité de ressources (nous faisons face à plus puissant) ainsi que l’urgence de la situation. Être réaliste ne signifie pas être défaitiste. À l’inverse, selon nous, seule une évaluation réaliste de la situation permet d’arrêter de perdre nos luttes.

- 5️. Définir des tactiques

C’est après l’identification des causes et la définition d’une stratégie que se pose une tactique. Les tactiques possibles sont très nombreuses : écrire un livre, faire un blog, organiser une manifestation ou un sabotage, tout cela sont des tactiques.

On peut schématiquement les répartir en trois catégories :

  1. penser : théoriser, écrire, diffuser, organiser la stratégie et anticiper les mouvements de l’adversaire
  2. attaquer : violemment ou non, le rôle de l’attaque est de priver efficacement l’adversaire de sa capacité à détruire
  3. construire : faire des réseaux humains, des lieux alternatifs, créer une autonomie collective au service de la résistance, tester de nouvelles formes sociales pour fédérer derrière la résistance

- 6️. Répartir les tactiques entre différents groupes

Tout le monde ne peut pas tout faire. Dans certaines situations, il est même vital que les rôles soient bien séparés. La pluralité humaine fait que chacun-e trouvera son compte dans une partie de l’action.

Les tactiques peuvent donc être réparties entre groupes, mais il est nécessaire que les différentes « branches » soient alignées sur les objectifs et la stratégie globale.
– penser : Livres & intellectuels présents ou passés, blog, journaux (Éditions libres, Floraison, Vert-résistance…)
– attaquer : Désobéissance civile, manifestation, blocage, sabotage (par exemple Gilets Jaunes, Extinction Rebellion, groupes secrets)
– construire : fermes autonomes, centre de soin autogéré, villages… toute création participant à l’autonomisation du mouvement de résistance global vis-à-vis de l’adversaire

- 7️. Recommencer

Comme une tactique, une stratégie se doit d’être dynamique pour répondre aux mouvements de l’adversaire et du contexte (plus ou moins de ressources, plus ou moins de succès).
Par exemple, les manifestations et blocages d’usine ont permis d’obtenir des droits sociaux dont nous bénéficions encore. À l’inverse, les manifestations ont été complètement inefficaces pour la défense de la Nature : cela devrait nous mener à revoir la stratégie qui sous-tend ces actions ou la réalisation de la tactique.
Il est donc nécessaire de réévaluer en permanence le résultat de ses actions et de revoir les différents échelons

- 8️. Combattre la résignation

De tout temps, l’histoire a été modifiée par des hommes et des femmes courageuses qui se sont battus pour la liberté et l’égalité. Ce n’est pas parce que la tâche paraît immense que nous devons détourner les yeux, chacun peut trouver sa place dans la résistance.

Diffusez ce message, pensez stratégie, organisez-vous efficacement.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft