Réflexions sur l’abolition de la police, l’insécurité, l’auto-défense populaire

Sans la police

samedi 29 août 2020, par Auteurs divers.

Réflexions sur l’abolition de la police, l’auto-défense populaire, en prenant en compte les problèmes d’insécurité réelle ou ressentie.

- Sans la police - Ce texte est la version complète d’un texte publiée sur Lille Insurgée concernant l’offensive policière que subit le quartier Moulins à Lille suite à l’agression d’une femme fin juillet.
(avec des liens utiles indiqués, voir ici en PS)

- extraits :

À Lille, Martine Aubry mate depuis des années les quartiers populaires dans un but de gentrification, à grand renfort de bleus. À Rouen, sous prétexte de lutte contre les violences faites aux femmes, un arsenal de nouvelles technologies va être déployé dans les bus de la métropole « socialiste ». L’augmentation de l’insécurité brandite chaque année vient une nouvelle fois légitimer l’installation d’un dispositif de surveillance dernier cri. Et que dire de Nantes, où Johanna Rolland, la Maire PS, enchaîne les politiques sécuritaires, comme le démontre régulièrement le média indépendant local Nantes Révoltée.
Le reste de l’échiquier politique se mure dans un silence assourdissant. La « gauche radicale » n’est pourtant pas incapable de produire un discours sur les questions de sécurité, mais elle se fait battre quasi-systématiquement sur le plan temporel. « Les récupérateurs » proposent des solutions de court terme, pratiques et cadrées, qui semblent efficaces au premier regard, répondant aux attentes directes d’une société noyée dans la peur épidermique d’une population alimentée par le rejet de l’autre à grands coups de Unes délétères : Valeurs actuelles titre le 23 juillet sa Une « le racisme anti français tue ».
Nous n’avons rien à proposer dans l’immédiat, ou si peu.

Alors que depuis 30 ans, nos villes et nos flics ont été équipés de tout l’arsenal possible sous prétexte de lutter contre l’insécurité, depuis 30 ans, les chiffres des violences
physiques et des homicides sont stables voire en baisse, et ce en partie liée à la décrue de la violence politique et du grand banditisme.⁵
Le spectre que l’on nous brandit d’une France à feu et à sang ne permet que de légitimer l’utilisation de la force sur les habitant.e.s des quartiers. Pour autant, les agressions et le sentiment d’insécurité que les habitant.e.s ressentent dans certains quartiers sont des réalités auxquelles nous devons collectivement répondre.

Au gouvernement, on nage dans le paradigme répressif comme un extasié nagerait dans son trip. L’offensive sécuritaire est spectaculaire.
Les déplacements, de commissariat en commissariat pour annoncer des moyens et des effectifs se multiplient depuis l’arrivée du nouveau gouvernement.

À chaque nouvelle violence policière, bon nombre de personnes se posent la question de la police, de son rôle et de son utilité. Les évènements médiatisés comme le décès d’Axelle sont ces moments où certain.e.s de nos ami.e.s doutent. Se demandent si la police, la prison, finalement…

Non, c’est justement dans ces moments qu’il faut penser l’abolition. De la prison, de la justice punitive et de la police. De tout ce qui est policier. De la gestion étatique de nos existences. Il faut penser l’abolition non pas d’une institution, mais d’un monde.

« Abolir réellement la police, cela suppose d’abolir tout ce qui est policier, et donc s’extraire de la société qui la nécessite et la génère. Aucune loi ne peut l’obtenir, cela s’obtient de fait.
Seule la commune, en répartissant les tâches de l’administration à un corps de citoyens révocables faisant la médiation nécessaire, peut abolir toute la police et libérer la société humaine.
 » extrait de "La meilleure des polices", Cerveaux non disponibles.

Le recours systématique à la police découle inéluctablement du fonctionnement systémique de nos sociétés occidentales basées notamment sur l’individualisme.
À l’heure où plus personne n’est dupe sur la question des violences policières (à l’exception de quelques zigotos comme Castaner, Darmanin, ou les guignols de génération identitaire), nous devons nous demander si faire appel aux policiers pour gérer systématiquement ces conflits serait faire preuve de tolérance et cautionner une logique de domination sociale, raciste et hétéropatriarcale.
Il ne s’agit pas ici de pointer du doigt celles et ceux qui ont recours aux policier.e.s pour tout un tas de raison, mais de réussir à se poser des questions : dans qu’elle situation ai-je réellement besoin de la police ? Pourra-t-elle réellement m’aider si… ? Comment pourrait-on gérer cette situation autrement. Collectivement.

P.-S.

Nous vous invitons vivement à poursuivre la lecture via les références notées ci-dessous.

1. La tentation du fichage génétique de masse :
https://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2006/09/25/la-tentation-du-fichage-genetique-de-masse_816576_3208.html

2. Entretien avec Gwenola Ricordeau
https://www.bastamag.net/Abolition-prison-police-abolitionnisme-feminisme-violences-sexistes-Entretien-Gwenola-Ricordeau-Femmes-contre-la-prison

3. Pourquoi le projet de loi antiterroriste menace les libertés fondamentales
https://www.lesinrocks.com/2017/09/26/actualite/actualite/projet-de-loi-antiterroriste-les-libertes-menacees/

4. Agression d’une femme à Lille-Moulins : “C’est l’enfer pour les gens” selon Martine Aubry, qui en appelle à l’Etat
https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille/agression-femme-lille-moulins-c-est-enfer-gens-martine-aubry-qui-appelle-etat-1855628.html

5. Sept idées reçues sur l’évolution de la France « depuis trente ans »
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/02/28/sept-idees-recues-sur-l-evolution-de-la-france-depuis-trente-ans_5429436_4355770.html

6. La meilleure des polices
https://cerveauxnondisponibles.net/author/admin1591/

7. Tout le monde peut se passer de la police.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft