Nous sommes (presque) tous des macronistes zombies ?

Se plaindre de certaines conséquences tout en adhérant viscéralement à ce qui les cause ?

samedi 17 octobre 2020, par Camille Pierrette.

Je vais expliquer ce titre un peu provocateur, surtout qu’on pourrait se demander qui a encore envie d’être macroniste à part des ultra-riches et des bourgeois écervellés ?

Tout d’abord, c’est quoi un macroniste zombie ?

C’est une sorte de mort-vivant qui avance comme un robot sur la voie sans issue tracée par la civilisation industrielle et son capitalisme total.
Un macroniste zombie déhambule comme un automate sans cervelle, il suit fidèlement la propagande officielle et des lieux communs en les croyant disruptifs, modernes et innovants. En réalité, il poursuit juste la culture mortifère de la Civilisation.
Ce faisant, il perpétue la dévoration et le destruction du monde vivant.
Après le passage de la horde macroniste, c’est la ruine et le chaos.

En quoi plein de gens seraient des macronistes zombies ??!

Plein de gens détestent le macronisme, mais en réalité la plupart d’entre eux se limitent à ne pas aimer certaines conséquences de la politique gouvernementale, tandis qu’au fond ils adhèrent (sans le savoir ou en fermant les yeux) à la plupart des dogmes du macronisme.

Les macronistes zombies croient :

  • que la France est malgré tout une démocratie
  • qu’il n’y a pas d’alternatives possibles au monde capitaliste
  • que l’économie capitaliste dite « réelle » est globalement une bonne chose
  • que la civilisation industrielle est une bonne chose, qu’il faudrait juste corriger et améliorer pour la rendre socialement supportable et écologiquement soutenable
  • que de nouvelles technologies (et/ou un nouveau gouvernement) permettront cette amélioration
  • que le progrès technologique et l’accumulation de biens sont une bonne chose
  • que la croissance économique et la création d’emplois sont une chose primordiale et globalement positive
  • que notre mode de vie occidentale n’est pas (ou peu) négociable
  • que l’existence de disparités importantes entre riches et pauvres n’est pas un problème en soi si il y a une certaine redistribution et des aides sociales adaptées
  • que la méritocratie par les études et l’assiduité au travail est une bonne chose

Et vous, êtes-vous un macroniste zombie qui s’ignore ?

Ces dogmes implicites du macronisme zombie s’inscrivent en fait dans les soubassements culturels de quasi tous les membres de la civilisation.

Le macronisme zombie n’est qu’une version caricaturale et revendiquée de ce qui anime tous les zombies de la civilisation, annihilés de gré ou de force dans ses carcans et sa domination totalitaire.

Il y a un grand choix de zombies, rôles à la carte

Dans la civilisation il existe bien sûr toute sorte de zombies, des gentils et des méchants, des affamés et des sobres, des cigales et des fourmis, des heureux et des malheureux, des esclaves et des maîtres, des réformateurs et des contestataires...

Mais tous ces zombies participent consciemment ou inconsciemment, de gré ou de force, à la perpétuation de la même civilisation délétère, ce système culturel qui s’est transformé en civilisation industrielle, avec ses Etats et son capitalisme totalitaires.

Comme on baigne jusqu’à l’os et au dernier neurone dans cette culture écocidaire, on est toutes et tous un peu zombie, on essaie parfois de se soigner, mais c’est difficilement curable, surtout dans un environnement socio-politique qui ne veut surtout pas qu’on se « dé-zombifie » et qui fait au contraire tout pour qu’on se zombifie davantage.

Fiction : des zombies libérateurs qui bouffent les très riches, les grands patrons et gras bourgeois

- Séquence distration :
Sur Ricochets, on trouve cette fiction hilarante, qui donne un autre rôle et une autre essence aux zombies :
- Des zombies attaquent les puissants, la contagion s’étend... - Interviews croisées de morts-vivants et d’oligarques - Fiction d’anticipation

Conclusion, pour arrêter de mordre à mauvais escient

Plutôt que poursuivre docilement notre rôle de mort-vivant suppôt de fait du macronisme (de la civilisation industrielle de droite ou de gauche ou ni de droite ni de gauche mais bien fasciste), plutôt que mordre nos frères et soeurs et de suivre les parcours fléchés sous GPS, plutôt que vaguement survivre par le biais d’applis, de couvre-feux sécuritaire/sanitaire, de sous-vie sous surveillance H24, de vide sous cloche, d’état d’urgence anti-terroriste-anti-microbes, peut-être qu’on se décidera à renaître, à sortir de nos tombes personnalisées tout confort façonnées par l’Etat et les GAFA, à utiliser notre rage obstinée d’avoir été tant soumis et tant floué pour démolir la civilisation et essayer d’être libres ?

Le plus tôt sera le mieux, car qu’arrive-il aux zombies comme aux vampires une fois qu’ils ont tout bouffé ?
Ils s’entredévorent et ils crèvent, salement.


2 Messages

  • Nous sommes (presque) tous des macronistes zombies ? Le 23 octobre à 00:33, par Camille Pierrette

    Protéger la vie ou l’économie ? Pris en étau dans ce dilemme, nous ne cherchons que des individus responsables : macron, le régime, les fêtards, les travailleurs, les écoliers...
    - Lire : Couvre-feu : le message brouillé - Post-scriptum à De virus illustribus

    Accuser le cynisme des dirigeants, c’est oublier qu’ils ont été élus exactement pour remplir cette mission. Ceux, donc, qui dénoncent le couvre-feu au nom du refus « de voir un pervers présidentiel jouir obscènement de nous serrer la vis » (dixit le collectif des Cerveaux non disponibles) persistent à personnifier la situation de manière infantile. Les mêmes qui affirment que « tout gouvernement n’a de principal souci que le contrôle de la population » ne veulent rien savoir de la nature fondamentale du mandat politique, quel que soit la couleur du gouvernement, et qui est de préserver l’économie quoi qu’il en coûte, sans quoi aucune des promesses de l’État moderne ne tient cinq minutes. Il n’y a évidemment ni sécurité publique, ni santé publique, ni éducation publique, ni routes publiques, et certainement pas des masques et des tests gratuits si l’économie s’effondre. Emmanuel Macron est bien conscient de la gravité de la situation (économique). Mais pas plus lui que ses critiques de gauche ne sont prêts à nommer et dépasser le dilemme dans lequel le système capitaliste nous tient en étau. Peut-être ne sont-ils pas prêts à renoncer à ses promesses en toc : plein-emploi, villa, bagnole, vacances pour tous… Tous préfèrent se réfugier dans le discours régressif consistant à chercher à qui la faute d’une telle situation générale, certains désignant les jeunes fêtards ou les réunions de famille, les autres désignant le soi-disant pervers qui nous dirige. De telles cristallisations constituent un terrain favorable aux grands mouvements anti-élite et conspirationnistes de tous bords qui fleurissent en ce moment et jettent le monde dans une barbarisation intellectuelle aussi dramatique que la barbarisation économique : c’est un feu croisé d’incriminations ciblées qui évitent de remettre en cause les catégories fondamentales d’un système auquel chacun participe à des places différentes.

    Répondre à ce message

  • Nous sommes (presque) tous des macronistes zombies ? Le 20 octobre à 10:10, par Bernard Bruyat

    Je pense que c’est encore un discours « en vertu des grands principes »Guy Beard du militantisme que nous voyons suite a cet assassinat .
    C’est toujours triste et tragique quand un Homme en tue un autre quel que soit les pretextes (religions, guerre croyance de toutes sortes...)
    Toutes ces réactions de « contre qui laisse supposer que le pour pourrait avoir raison » ILLICH ne nous amènent toujours pas a réfléchir dans le temps qu’il nous reste avant que « le dernier qui s’en va éteigne la lumière » JORION comment faire SECESSION pour devenir des TERRESTRES RESPONSABLES .
    Dans le cadre de L’OPDLM et de son Université du pas de côté
    j’ai beaucoup travaillé principalement en milieu rural sur l’Ecole « LIEU DE VIE » dans un souci de« Métissage culturel des âges »
    Il me semble comme j’ai pu le constater dans des rencontres lors d’un voyages dans certains Pays de l’EST nouveau rentrés dans l’EU que l’école doit appartenir et être ouverte à tous les habitants des Villes, villages ou elles sont installées .
    Sauver notre Terre Nourriciere ce n’est pas sauver la corporation des agriculteurs .
    Sauver nos écoles ce n’est pas sauver la corporation des enseignants.
    En ce qui concerne cet horrible assassinat je dirais simplement dans le secteur ou il a eu lieu, qu’il est peut être temps dans un souci de « métissage culturel des Ages » d’ inviter à parler les CHIBANIS quel que soit leur origine (même ardéchois comme moi) afin que l’on explique à ces jeunes générations pourquoi nous défendons l’endroit ou nous avons les pieds posés .
    Je crois comme écrivait E.FILGZERALD « on devait comprendre que les choses sont sans espoir et cependant être décidé a les vouloir changer »

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft