Ni Macron ni Le Pen pour le second tour : abstention, rage brute et stratégies subtiles

A un moment, va falloir arrêter folklore gentil, manifestives, happenings décoratifs, rebellion de style, marches des canards boiteux...

mardi 12 avril 2022, par Sanglier plume.

On le savait déjà, et ces énièmes calamiteuses élections le confirment, des changements radicaux vers des sociétés vivables et souhaitables ne viendront que très très peu des urnes de la tyrannie totalitaire en vigueur et des actions réformistes étalées sur des années.
C’est quand il y a des soulèvements, des grèves générales fortes et des insurrections, à défaut d’un basculement révolutionnaire « irréversible », qu’il peut y avoir éventuellement des effets positifs avec écho amorti au niveau institutionnel.

Avec le hochet du vote pour des élus représentants de l’Etat et du Capital, on ne fait que s’enliser davantage, on se retrouve haletant à guetter les miettes que les puissants nous jettent parfois du haut de leurs trônes avec un petit rictus, si on est sage et qu’ils ont besoin de nos aboiements pour égayer leurs palais de marbre ou conforter leur mission sociale déléguée.

A un moment, faut bien se rendre compte qu’il va falloir arrêter le folklore gentil, les manifestives, les happenings décoratifs, la rebellion de style, les marches des canards boiteux, la répétition des impasses et l’individualisme total.
Ca amuse et ça excite les tyrans et leurs robots-flics, mais ça nous enferme surtout dans l’impuissance et la bonne conscience suicidaire.
A un moment, va falloir être plus nombreux et nombreuses à lutter franchement, à s’organiser d’une manière non autoritaire.

Ajouter aux soulèvements spontanés type gilets jaunes des grèves générales insurectionnelles, des blocages et autres actions directes. Pas besoin d’appareils pour se concerter et se coordonner.
Agglomérer la stratégie réfléchie à la spontanéité de la rage vivante.
Mélanger la furtivité et la masse, la prudence et l’impudence.
Viser sans pitié les coeurs du monstre au lieu de gratouiller sa cuirrasse blindée. Détruire ses entrailles au lieu de l’égailler et de le maintenir alerte avec des massages énergétiques et des petits tapotements.
Démolir la mégamachine au lieu de la « verdir » et de la transformer pour qu’elle dure.
Jouer de la subtilité et du rapport de force brut.
Assumer les dégâts sans assurance de vaincre.
Etre partout et être insaisissables.
Additionner les frappes millimétrées aux incendies géants.
Laisser parler sans peur la légitime colère sans limite orientée par des tactiques éprouvées.

Je ne voterai pas Marine Macron le 24, je me batterai, seul, en meute ou avec des multitudes.
Je me batterai comme je pourrai. Et je ferai en sorte de pouvoir.
Car être libre ou se reposer, il faut choisir.


Forum de l’article

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft