Méga-bassine : 29/30 octobre 2022 - stoppons le chantier de Sainte-Soline (79)

Grande manifestation en vue contre la poursuite de l’agro-industrie et de ses ravages - Communiqué

mercredi 5 octobre 2022, par Echo des luttes écolo-sociales.

C’est parti ! Ils tentent de passer en force. Les travaux de la méga-bassine de Sainte-soline (79) ont commencé. Le compte à rebours a démarré jusqu’à la méga-manif du 28/29 octobre pour les arrêter ! Nous vous invitons à relayer cet appel dès aujourd’hui partout et dans vos divers réseaux, à le co-signer avec avec vos orgas et collectifs, à organiser des soirées de mobilisation chez vous, à nous demander des tracts et affiches ! Tous/toutes à Sainte-Soline. No Bassaran !

// Pas une bassine de plus !!!

## 29/30 octobre 2022 - stoppons le chantier de Sainte-Soline (79) ##
** Grande Manifestation – Rdv samedi 29 - 10h **

Méga-bassine : 29/30 octobre 2022 - stoppons le chantier de Sainte-Soline (79)

Face au mouvement populaire de défense et de partage de l’eau, le gouvernement et le lobby agro-industriel n’ont pour l’instant qu’une seule réponse : le passage en force. Ils viennent de donner le coup d’envoi du chantier de la méga-bassine de Sainte-Soline, la plus grosse en projet actuellement, en entourant de grillages les 16ha des "terres rouges", dans les Deux-Sèvres. Nous appelons donc à converger massivement les 29 et 30 octobre, de partout en France et au-delà, pour une mobilisation plurielle qui se donne comme objectif de mettre fin à ce chantier.

Symbole national de l’accaparement de l’eau au profit d’une minorité et du maintien d’un modèle agricole aussi toxique qu’anachronique, les méga-bassines se sont vues projetées cet été au coeur de l’actualité. La sécheresse historique et systémique que nous venons de vivre, ne fait que révéler encore plus brutalement l’inadaptation intrinsèque d’une certaine agriculture aveuglée par le productivisme. Celle-ci vise aujourd’hui à démultiplier les bassines pour se maintenir coûte que coûte, malgré la crise climatique que ce modèle agro-industriel participe amplement à aggraver. Naturalistes, riverain.es, paysan.nes et scientifiques n’ont pourtant eu de cesse de démontrer l’impact délétère de ces bassines et du pompage accru dans les nappes - y compris en hiver - sur des réseaux hydrologiques extrêmement fragilisés et sur les milieux naturels qui en dépendent.

# Un mouvement de résistance en pleine expansion et des manifs qui font mouche

Au vu de la contestation, le chantier test de Mauzé-sur-le-Mignon - 1re d’une nouvelle série de bassines - a été durant l’année passée un calvaire pour ses promoteurs, que ce soit pour l’État ou pour les irrigants organisés en société anonyme. Face aux diverses actions menées - rendez-vous hebdomadaires, envahissement du chantier, désarmement de plusieurs engins, mobilisations répétées de milliers de personnes - les difficultés de réalisation et les coûts de surveillance se sont démultipliés. Les irrigant.es et la préfecture sont-ils vraiment prêts à voir ces coûts se reproduire à chaque nouveau chantier ? On peut en douter, d’autant que la présence et la pression policière qu’ils engendrent pèsent lourdement sur les riverain.es, qui constatent jour après jour, l’assèchement de leurs cours d’eau.

Pour le mouvement de contestation contre les mégabassines, ce premier chantier a plutôt été un catalyseur qui n’a fait qu’amplifier et fortifier sa détermination. Ce mouvement assume aujourd’hui la nécessité de la désobéissance civile quand les crimes contre l’eau et les terres sont appuyés par le gouvernement. Il a pris une dimension nationale avec la défense et le partage du commun emblématique qu’est l’eau. Il travaille localement à d’autres projets de territoire alternatifs compatibles avec les enjeux climatiques.

C’est l’antagonisme entre deux visions de l’agriculture et in fine du vivant qui s’est clarifié. L’une, agro-industrielle, dopée aux intrants chimiques, qui achève la privatisation des ressources communes dans une logique de court terme. L’autre, paysanne, guidée par l’urgence absolue de prendre soin du vivant, de le mettre en partage et d’en maintenir la diversité et la fertilité.

# Un risque de méga-bassines sur l’ensemble du pays et un moment charnière

Dans les Deux-sèvres, les lobbys pro-bassines se sont vu récemment infliger un désaveu réaffirmé. La cour d’appel a décidé après plus de 10 ans de procédures de ratifier l’illégalité - du fait de leur impact environnemental - des 5 bassines mises en œuvre par l’ASA des Roches. Des opposant.es avaient pris les devants ces derniers mois. Deux de ces bassines avaient été préventivement démantelées, dont une le 6 novembre dernier par plusieurs milliers de personnes, tandis que la confédération paysanne revendiquait le démontage de sa pompe.

Mais le clan des pro-bassines, en plein déni de réalité, s’entête encore. Des mégabassines continuent, à être planifiées partout dans le pays. Nous sommes à un moment charnière où nous devons unir nos forces à l’échelle nationale et internationale pour leur faire comprendre que chaque nouveau chantier aura un coût politique et économique ingérable. Puisque le gouvernement – cul et chemise avec l’agro-industrie et la FNSEA - malgré tous les effets d’annonce sur une éventuelle « planification écologique », reste incapable de prendre la décision - a minima - d’un moratoire, nous le mettrons en œuvre nous-mêmes.

# La bataille de Sainte-Soline est engagée ! Il est décisif de la gagner !

Le premier chantier à succéder à celui de Mauzé-sur-le-Mignon est celui de la méga-bassine de Sainte-Soline. Avec ses 720 000 m3, elle est la plus grosse des méga-bassines en projet, au beau milieu d’un site classé en zone natura 2000 pour les oiseaux de plaine - Busard cendré, Oedicnème criard - et constitue un enjeu vital pour la sauvegarde de l’Outarde canepetière. Depuis le 28 septembre, le site est encerclé par des grilles. Il risque d’ être progressivement excavé par une cohorte de tractopelles et verra ses environs quadrillés de réseaux de pompage et tuyauteries (+18 km de canalisations et 615m3/heure pompé pendant 45 jours 24h/24). Mais nous pouvons encore leur faire faire machine arrière !

Nous nous rassemblerons pour mettre fin au chantier le week-end des 29/30 octobre, et plus si nécessaire. Nous y parviendrons avec une pluralité de formes d’interventions et de présences créatives, à l’image de la diversité du mouvement, avec la présence conjuguée de ses forces écologistes, syndicales et paysannes, de personnes de tous âges et de toutes conditions physiques.

# Infos pratiques

Au cours du week-end, des espaces d’accueil permettront de camper, se restaurer et débattre d’autres modèles de partage de l’eau. Des balades naturalistes seront proposées. Comme à chaque mobilisation du mouvement, la fête sera aussi au rendez-vous avec de nombreuses interventions de groupes et artistes venus en soutien.

Des soirées de mobilisation, bus et covoiturages s’organisent au 4 coins du pays et au-delà. Vous pouvez y contribuer ! Pour les co-voiturages : https://www.mobicoop.fr/covoiturages-evenements/1904/Pas-une-bassine-de-plus

Entrons en résistance pour l’eau et son partage ! No bassaran !

Pour plus d’infos pratiques et s’organiser. Pour recevoir des tracts, affiches, autocollants : https://lessoulevementsdelaterre.org/
fb – https://www.facebook.com/bassine.nonmerci.5 –twitter/instafb -#lesSoulevementsdelaTerre

Pour tous contacts et propositions : bassinesnonmerci.contact chez framalistes.org

Premiers signataires de l’appel

(orgas, collectifs et syndicats sont grandements invités à le co-signer en écrivant à : bassinesnonmerci.contact chez framalistes.org )

• Action Antifasciste 79
• Action Antifasciste La Rochelle
• Action Antifasciste Nantes
• Action Antifasciste Paris-Banlieue
• Alerte Pesticides Haute
Gironde
ARDAN
• Attac 17
• Attac 44
• Attac 85
• Attac 86
• Beaumont en Commun
• Cerveaux Non Disponibles
• Collectif Bassines Non Merci 16
• Collectif Bassines Non Merci 79
• Collectif Bassines Non Merci 86
• Collectif Bassines Non Merci Berry
CGT Nationale
• Colère Citoyenne 79
• Collectif Bordeaux En Lutte
• Collectif Bretagne contre les fermes-usines
• Collectif Eau 88
• Eco Avenir
EELV 86
. EELV 17
. EELV 79
• Extinction Rebellion Bordeaux
• Extinction Rebellion
La Rochelle
• Extinction Rebellion Nantes
• Extinction Rebellion Poitiers
• Fondation Pas Cap
• Génération.s 86
GIGNV (ANV-Cop21 Nantes)
GPIE 85
• Greenpeace Poitiers
• Groupe d’Action France Insoumise Marennes Bourcefranc
• Des Habitant.es et paysan.nes de la ZAD de Notre Dame des Landes
• Il est Encore Temps Bordeaux (IEET)
• La clef des champs
• La France Insoumise 85
• La France Insoumise 79
• L’Antivol
• L’Eau qui mord
• Le Collectif Alsace des luttes paysannes et citoyennes
• Le Jardin l’Ephémère
• Les Amis de la Confédération Paysanne d’Alsace
• Les amis de la Terre – Poitou
• Les braises (Saint Emilion)
• Les désobéissants
• Les Soulèvements de la Terre
• NatürliF Prod
. NDDL Poursuivre Ensemble
NPA 79
 : NUPES 17-01
NUPES 17- 02
NUPES 79 - 01 et 02
NUPES 86 - 02
NUPES 85-05 et 03
• Parti de Gauche 79
• Parti de Gauche 37
• Parti Communiste Français 79
PEPS (Pour l’Ecologie Populaire et Sociale)
POI 79
• Rendez-nous la mer / Ar mor·Bro An Oriant
• Scientifiques en rébellion
Bordeaux
• Syndicat de la Montagne Limousine
• Terres et rivières 85
• Union Populaire Charente Nord/Est
• Union départementale Solidaires 79
. Union Solidaires Vendée
• Union Solidaires Nationale
• Vienne Insoumise 86
• Youth for Climate
Angers
• Youth for Climate Nantes

Méga-bassine : 29/30 octobre 2022 - stoppons le chantier de Sainte-Soline (79)

💧 MÉGABASSINES : LA GUERRE DE L’EAU AURA BIEN LIEU

– Grande mobilisation à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres, les 29 et 30 octobre

Dans le marais Poitevin des « méga-bassines », sortes de lacs artificiels couverts de bâches en plastique, sont creusées pour irriguer l’agriculture industrielle, polluante et gourmande en eau. Ces « bassines » pompent l’eau de la nappe phréatique pour des champs de monoculture productivistes bourrés de pesticides. C’est la captation d’un bien commun au profit d’une minorité et au détriment de petits paysans. Avec les épisodes de canicules et de sécheresse historiques que nous venons de traverser, cet accaparement de l’eau n’est pas seulement absurde : il est criminel.

Depuis plusieurs mois, des riverains, paysans, syndicalistes, écologiste et des anticapitalistes se mobilisent contre ces mégabassines. En mars dernier, 7000 personnes se réunissaient dans les Deux-Sèvres pour dénoncer le creusement d’une gigantesque bassine de 220.000 m3 et 7 hectares. Auparavant, plusieurs actions ont eu lieu, notamment des sabotages. Mais les autorités et les lobbys de l’agriculture productivistes s’entêtent : ils veulent passer en force.

Sur la commune de Sainte-Soline, au Sud de Poitiers, malgré les oppositions les travaux pour une future bassine d’une superficie de seize hectares visant à collecter de 750.000 m3 d’eau vont démarrer. Ce jeudi, des grilles sont apparues sur le site, signe d’un démarrage imminent du saccage. Dimanche 2 octobre, une cinquantaine de membres du collectif « Bassines non merci » organisaient un pique-nique sur la zone, pour rappeler leur opposition au projet. Un événement anodin qui a déclenché une répression délirante.

Plus de 60 gendarmes armés, plus nombreux que les manifestants, ont empêché le pique-nique et chargé le barbecue avant de repousser sans ménagement les personnes présentes. Au mégaphone, un manifestant expliquait : « L’État a décidé de faire la guerre de l’eau, a fait le choix de donner la primauté à l’agro-industrie au dépit de l’eau pour tous, de la biodiversité, des paysans qui essaient de cultiver autrement et de respecter les éléments du milieu. Dans la semaine, tout un système de sécurité sera installé et le bal des pelleteuses, des engins destructeurs de milieux rentrera en jeu. » Après plusieurs autres incursions repoussées manu militari par les gendarmes, les opposants à la bassine se sont réunis et ont appelé à la résistance.
Dans un premier temps, la liste des responsables sera rendue publique : agro-industriels, entreprises qui creusent des bassines, mairies complices... Dans un second temps, une grande mobilisation aura lieu trois semaines après le début des travaux. Une mise en garde émise depuis plusieurs mois par le mouvement. Une manifestation aura donc lieu à Sainte-Soline derrière le slogan : « Pas une bassine », elle est fixée pour le week-end des 29 et 30 octobre. La guerre de l’eau ne fait que commencer.

- Pour en savoir plus :
Bassines Non Merci Aume Couture
Les soulèvements de la terre

(post de Contre Attaque)


Forum de l’article

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft