Médias de masse et gouvernement protègent la campagne de Marine Le Pen

Assassiné par des néo-nazis pour s’être opposé au racisme : silence du pouvoir

dimanche 27 mars 2022, par Auteurs divers.

ASSASSINÉ PAR DES NÉO-NAZIS POUR S’ÊTRE OPPOSÉ AU RACISME

– Silence complice du gouvernement et de la classe politique –

Émotion et recueillement aux obsèques de Federico Martin Aramburu, hier, samedi 26 mars. L’ex rugbyman argentin a été assassiné par balle il y a une semaine à Paris par un néo-nazi. Il a été inhumé à Biarritz en présence d’un millier de personnes venues lui rendre hommage.

Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, Aramburu passe la soirée avec un ami à Paris. Dans un bar, les rugbymans prennent la défense d’un jeune homme attaqué par deux militants d’extrême droite sur des bases racistes. Le Monde évoque une : « une histoire de cigarette, le tout sur un fond ’’nauséabond’’, selon une source proche de l’enquête : quelqu’un leur aurait lancé "Je suis d’ici moi, je suis français de France". » D’autres propos sont rapportés par Le Point : « vous n’êtes pas d’ici », « on est chez nous ».

Médias de masse et gouvernement protègent la campagne de Marine Le Pen
Silence du gouvernement et des mass médias : ils veulent Le Pen au second tour

Les agresseurs sont des néo-nazis du GUD, qui paradent depuis des années sur les réseaux sociaux avec des armes lourdes. L’un d’eux, Loïk Le Priol, est poursuivi pour des actes de torture. C’est un ancien militaire qui se vante d’avoir « buté plus d’un mec ». Lors de son passage à l’armée, il avait frappé et étranglé une femme à Djibouti. Les néo-nazis, sont donc repoussés par les deux rugbymans. Vexés, ils reviennent se venger, armés. Loïk Le Priol surgit de sa jeep, arrive dans le dos de Federico Martin Aramburu, et lui tire 6 balles dessus. Une exécution barbare, d’une infinie lâcheté, en plein Paris, pour un motif raciste. Gravement touché, le père de famille décède peu après dans les bras de son ami.

Depuis une semaine, le silence de la classe médiatique est assourdissant. Aramburu a été tué par des néo-nazis armés et dangereux parce qu’il a dit non au racisme. Pourquoi une telle omerta ? Pourquoi pas un seul membre du gouvernement n’a fait la moindre déclaration sur ces actes ? Pourquoi les principaux candidats gardent le silence ? Pourquoi n’y a-t-il pas de débat médiatique sur la violence d’extrême droite ? La circulation des armes en France ? L’impunité des fascistes ? Pourquoi aucun hommage au courage de ce joueur de rugby ? L’affaire fait pourtant la « une » des médias nationaux en Argentine, pays d’origine du défunt, à l’autre bout du monde !

Plus troublant encore, le tueur et ses amis étaient proches du cercle rapproché de Marine Le Pen. La candidate du RN est entourée d’ancien du GUD, qui ont notamment payé la caution des mis en cause précédemment mis en examen pour avoir commis des actes de torture. Personne ne le souligne. Cet « oubli » délibéré des liens entre l’assassin et le clan Le Pen n’a qu’un but : protéger sa campagne. Pour le gouvernement et les médias, il FAUT que Marine Le Pen soit au second tour. Pour eux, il est hors de question de troubler la campagne de l’extrême droite.

N’oublions pas Federico Martin Aramburu, mort pour avoir eu un geste courageux. N’oublions jamais que l’extrême droite tue. N’oublions pas non plus la complicité des médias et du gouvernement pour que cette extrême droite arrive aux portes du pouvoir.

Post de Nantes Révoltée

L’indignation et la morale à géométrie variable

Si les assassins avaient été des terroristes se réclamant de l’islam ou des militants de gauche, alors là les médias des milliardaires et le gouvernement se seraient déchaînés pendant des jours, avec des unes et des directs à n’en plus finir.
Dans cette affaire comme dans celle des réfugiés ukrainiens (choyés à l’inverse des réfugiés du sud qui eux sont pourchassés et expulsés), on voit bien que les pouvoirs n’agitent la morale et les droits humains que quand ça les arrange, le reste du temps ils s’assoient dessus.
Leur cynisme n’a d’équivalent que leurs manipulations.

Médias de masse et gouvernement protègent la campagne de Marine Le Pen

📺 FASCISME : LESDIAS DES MILLIARDAIRES ONT CHOISI LEUR CAMP


Il ne fallait pas allumer la télévision ce dimanche si vous vouliez éviter la nausée. Sur les différentes chaînes d’information, en direct, le même meeting, le même discours : celui du candidat pétainiste Eric Zemmour.

Cette semaine, le candidat a proposé de déporter un million de personnes s’il était élu, à l’aide d’un « ministère de la remigration ». En langage clair, il s’agit d’épuration ethnique. Cette semaine également, un néo-nazi a assassiné par balles un rugbyman à Paris, et un commando d’extrême droite était jugé pour avoir tenté de tuer deux adolescents à Nantes. Les médias n’en ont quasiment pas parlé. Enfin, à la veille du meeting, l’équipe d’Eric Zemmour a envoyé une « décharge de responsabilité » aux journalistes accrédités en cas de « blessures, accidents, vols ou dommages matériels ». Du jamais vu. Une menace à peine voilée contre les journalistes. Mais tout cela n’a pas dissuadé les médias laquais d’organiser cette nouvelle promotion triomphale à Zemmour.

Ce dimanche, deux semaines avant le vote, pas moins de 4 candidats organisaient des meetings. Mélenchon qui a réuni des dizaines de milliers de personnes à Marseille, Jadot, Roussel et Zemmour. Pourtant, les « chaînes d’information » ont décidé de n’en diffuser qu’un seul. Qu’est-ce qui justifie cette promotion triomphale, alors que le candidat de l’extrême droite radicale est donné perdant au premier tour ? Rien. À part le choix idéologique des rédactions. Plus grave encore, ces chaînes ont retransmis directement le film réalisé par l’équipe de « Reconquête ». Une petite mention « images fournies par le candidat » était visible sur les écrans. En d’autres termes, il ne s’agit pas de journalisme, mais de propagande pure et simple. La propagande d’un individu condamné pour « provocation à la haine raciale » retransmise en direct et en intégralité sur les chaînes en continu, simultanément. Et cela n’a même pas empêché le candidat de faire huer et insulter les journalistes durant tout son discours. Comment les personnes qui travaillent dans ces médias font-elles pour ne pas mourir de honte ?

Les choses sont parfaitement claires. Les riches mettent tous leurs moyens et toutes leurs forces pour permettre aux idées fascistes d’accéder au 2e tour. « Plutôt Hitler que le Front Populaire ». Banalisation des propos d’extrême droite, omerta sur tout ce qui pourrait contrarier leur campagne, transmission en direct de leurs meetings, boycott des meetings des autres candidats. Les médias des milliardaires ont choisi leur camp : celui du fascisme. Cette stratégie a des conséquences réelles : multiplication des agressions d’extrême droite, groupuscules qui s’arment, discours de haine, explosion du racisme. Ces médias assumeront-ils leurs choix ? Paieront-ils un jour le prix du sang et des larmes ?

Post de Nantes Révoltée

Médias de masse et gouvernement protègent la campagne de Marine Le Pen

1. En Guadeloupe, Marine Le Pen n’a pas même été touchée.
2. Emmanuel Macron ne condamne pas le meurtre de Federico Martin Aramburu par un néonazi en plein Paris il y a quelques jours. Il n’a rien à dire à ce sujet.

post de N Casaux

Portfolio

Médias de masse et gouvernement protègent la campagne de Marine Le (...)

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft