Macron se prend une baffe en Drôme - Non je ne condamne pas toutes les violences

Il n’est pas étonnant qu’un système violent, extrémiste, bloqué et anti-démocratique appelle des résistances de diverses natures

mardi 8 juin 2021, par Bouffon du Roy.

Les réseaux dits sociaux bruissent, le monarque Macron s’est pris une tarte en pleine poire mardi 8 juin à Tain-l’Hermitage dans la Drôme lors de sa tournée électorale d’auto-promotion effectuée à nos frais.

Beaucoup se réjouisse secrètement ou ouvertement de voir Macron subir une petite humiliation, d’autres condamnent « toutes les violences » en choeur avec le Pouvoir.

Macron se prend une baffe en Drôme - Non je ne condamne pas toutes les violences
Tain-l’Hermitage, Drôme, mardi 8 juin 2021 : Le monarque Macron se prend une baffe par un royaliste

On entend déjà les médias du pouvoir et des milliardaires s’indigner, la classe politique être unanime : « le symbole de la France et de la démocratie agressé », « en France il n’y a plus de respect », « ça commence par une baffe ça finit terroriste », « à force de critiquer violemment vous excitez les violents », « ce présent article attise la haine », « il faut que la justice punisse sévèrement tous ces ultras qui veulent renverser la-démocratie », « notre vivre ensemble est menacé », etc.

- Voici d’ailleurs en guise de résumé archétypique les propos du sinistre Castex ce jour : « Jean Castex s’exprimait devant les députés lors de la séance des questions au gouvernement ce mardi après-midi. »La politique ça ne peut en aucun cas être la violence, l’agression verbale, et encore moins l’agression physique. J’en appelle à un sursaut républicain, nous sommes tous concernés, il en va des fondements de notre démocratie".

J’adore l’hypocrisie et le mensonge de tous ces gens. Ils font constamment mine de croire qu’on est en démocratie, ils oublient : que le système qu’ils défendent becs et ongles est hyper-violent au quotidien pour un nombre croissant de gens (notamment pour les quartiers populaires et les exilé.e.s), qu’il détruit le monde vivant et des humains partout dans le monde, que leurs flics (à plus de 50% portés à l’extrême droite) défendent ce système à coup de matraque et de LBD dans la gueule, qu’ils appliquent et attisent les idées d’extrême droite racistes et réellement violentes pour le coup, qu’on subit l’impuissance politique et la répression policière et bureaucratique tous les jours, que le système policier se mue comme toujours en terrorisme d’Etat, que les inégalités sociales sont inévitablement croissantes dans le techno-capitalisme, que l’Etat et le centralisme est incompatible avec la démocratie tout comme l’économie de marché, que Macron a enchaîné souvent les petites phrases provocatrices violentes et humiliantes à l’égard des pauvres et dominés, etc.
Et donc, ils oublient tout ça et s’effraient d’un type (un royaliste apparemment, beurk, il devrait pourtant adorer le Roy Macron, bizarre contradiction) qui met une petite gifle au sociopathe qui est à la tête symbolique de tout ce merdier.

Dans cette non-démocratie, ce système autoritaire anti-démocratique, la violence, légale, institutionnelle, généralisée, où le pouvoir est outrancièrement personnalisé et centralisé, la violence est pourtant le mode de fonctionnement habituel, il n’est donc pas si étonnant que de temps en temps un dirigeant s’en prenne une éclaboussure dans la tronche, sous forme de gifle ou autre.
Si on était en démocratie, sans capitalisme, avec des rapports sociaux égalitaires, alors là oui on pourrait espérer régler les conflits sans s’écharper physiquement et trouver des solutions collectivement aux problèmes. Hélas on en est très loin.
- Et ce sont hélas plutôt les violences de masse, autrement plus tragiques que quelques gifles, qui risquent de survenir un jour ou l’autre.

Quand un salarié déchire la chemise d’un cadre c’est le drame national, mais quand des ouvrier du BTP, du bûcheronnage ou du transport routier meurent au travail, là ce n’est pas l’alarme nationale, pas de médailles pour eux ni de diatribes indignées contre le capitalisme qui impose des cadences infernales sans protection, silence radio, juste des chiffres pour les statistiques.

J’adore ces politicards et capitalistes qui nous chient sur la gueule et nous mentent à longueur de temps nous enjoindre avec menaces au respect de leur fonction.

Ce qui est étonnant, ce n’est pas que le Roy Macron se prenne une petite baffe, ce qui est surprenant c’est qu’il n’y ait pas chaque semaine des centaines de personnes qui essaient de lui coller une tarte ou de lui foutre un bon coup de pied au cul.
Même dans le désespoir, curieusement, les humains restent souvent bien gentils et bien sages. La peur justifiée de la répression sans doute (Exemple : à Valence ce jour plusieurs personnes sont en garde à vue pour avoir chanté et crié, pourtant pacifiquement, non loin du Roy).

Dans ce système injuste, pyramidal, violent, extrémiste, méprisant, inégalitaire, destructeur et mensonger que les oligarques de droite de gauche ou d’extrême droite osent encore impudemment nommer démocratie ou république, il n’est pas étonnant que les chefs les plus en vue servent de punching ball, leur rôle officiel porte à ça.
Pendant ce temps, pendant qu’on s’énerve sur un des chefs, le système continue à faire ses petites affaires, et si le chef fait chier ou est trop mal vu on le change, lors d’une élection ou d’un remaniement ministériel.

Macron est le sommet identifié de l’iceberg géant du totalitarisme du capitalisme et de l’Etat, Macron est la pointe avancé de l’ultra-capitalisme dévastateur et de l’Etat autoritaire, il paraît pourtant logique qu’il soit vu par certains comme une cible non ?, il est payé pour ça, pour servir de dérivatif et de défoulement.
C’est comme les militaires engagés qui meurent au front, leur mort est triste, mais c’est les risques du métier.

D’ailleurs, si le système en place assumait jusqu’au bout son mode de fonctionnement pyramidal, médiatisé à outrance et grotesque, il existerait périodiquement des séances officielles de défoulement public, où les mécontents pourraient jeter des tomates, des oeufs pourris et des glaviots aux chefs d’Etat livrés à poil sans protections à la foule en colère.
Au sein de cette « politique » spectacle, ça permettrait de laisser croire habilement à une « justice », et les mécontents, soulagés du défoulement, penseraient moins à faire la révolution.

Donc, je ne condamne pas la baffe que s’est pris Macron, mais je ne l’encourage pas ni ne l’approuve non plus.
En effet, même si baffer les guignols dangereux qui sont au pouvoir serait amplement mérité et serait un acte très doux au regard de leur participation à de nombreux méfaits criminels, ça ne ferait que renforcer leur noire aura en mode « je suis une pôvre victime, mais je reste courageusement au front pour défendre la-démocratie », et puis ça n’arrête en rien le système autoritaire en place, ses structures et ses agents.

Et si je dois être solidaire, ce ne sera pas de Macron, mais plutôt de toutes ses victimes, des morts et désespoirs que son action politique au service de l’Etat et du capitalisme a causé.

Au lieu des baffes, il serait sans doute plus pertinent de faire comme en Inde en ce moment ?, où les paysans révoltés et leurs alliés empêchent juste, en les bloquant, les membres politiques du parti d’extrême droite au pouvoir de se mouvoir, de tenir des meetings, ou de s’exprimer en public, tout en menant des grèves et des blocages géants.

Plus généralement, je ne condamne pas « toutes les violences », car malheureusement, le système en place a choisit d’obliger les résistances émancipatrices à user parfois de contre-violence d’auto-défense, d’illégalismes et de désobéissances civiles, toutes choses bien entendu très vite considérées comme violentes par le Pouvoir et réprimées brutalement. D’autre part, le terme « violence » est par nature subjectif, culturel, contextuel, et ne veut souvent pas dire grand chose dans le contexte de ce système asymétrique où une violence structurelle énorme s’abat en permanence sur des personnes démunies et désarmées qui résistent comme elles peuvent dans l’adversité quotidienne.


6 Messages

|

  • Macron se prend une baffe en Drôme - Non je ne condamne pas toutes les violences Le 9 juin à 12:36, par Quelle violence ?

    https://www.youtube.com/watch?v=keNLt14AmZw

    Pas mal, sauf que c’est encore pire que ça parce qu’on est pas en démocratie, mais en démocrature, en oligarchie élective.

    Les merdias et les oligarques disent que les français sont fébriles à cause de la période covid, qu’ils auraient besoin de décompensations, mon cul. Toujours cette manière vicieuse d’occulter la révolte, de psychologiser la contestation pour la nier, de réduire les protestations à des mouvements d’humeur irrrationels des masses écervelées et primitives qui ont peur (« on va vous expliquer, vous rassurer » disent-ils dans un surcroit de mépris)
    Les français ont pour la plupart bien compris comment le système capitaliste et les gouvernements détruisaient leurs conditions d’existence par tous les bouts.
    La folie et l’irrationalité sont du côté des dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Macron se prend une baffe en Drôme - Non je ne condamne pas toutes les violences Le 8 juin à 22:31, par Bouffon du Roy

    Le retour du « front républicain »

    Gifle d’un royaliste : aucun front commun avec Macron pour lutter contre l’extrême droite ! - Après la gifle infligée par un homme qui semble être un militant royaliste à Emmanuel Macron, l’ensemble de la classe politique y compris Mélenchon à gauche s’est empressé de lui apporter son soutien. Une aubaine pour Macron qui profite dune occasion pour ressusciter derrière lui un « front républicain » contre l’extrême-droite. Un leurre dans lequel il ne faut pas tomber en oubliant que c’est la politique autoritaire et raciste menée par son propre gouvernement qui a ouvert un boulevard à l’extrême-droite.
    (...)

    Répondre à ce message

  • Macron se prend une baffe en Drôme - Non je ne condamne pas toutes les violences Le 8 juin à 22:19, par Entarteur non pro

    👏TARTE UP NATION

    Trois réflexions sur la claquounette donnée à Macron par un homme probablement royaliste, ayant crié « Montjoie Saint-Denis » au moment de frapper le président. (CND)

    Via Nantes Révoltée
    ➡️ Ingratitude : Macron a tout donné à l’extrême droite. Il a nommé un ministre de l’Intérieur issu de l’Action Française, il a mené une politique d’extrême droite à la fois autoritaire et raciste, il a voté avec le RN les lois les plus dures depuis la Libération contre les exilés, réprimé à peu près toutes les mobilisations sociales ou vaguement de gauche, renforcé l’Etat policier. En plus de cette violence tous azimuts, Macron a affiché son amitié pour le politicien d’extrême droite Philippe De Villiers et fait des cadeaux à son Puy du Fou, copiné avec le journal réactionnaire Valeurs Actuelles, soutenu Eric Zemmour et passé sous silence à peu près toutes les violences d’extrême droite depuis 4 ans. Et malgré ça, il reçoit une baffe par un individu d’extrême droite. La revanche du destin.

    ➡️ Vulnérabilité : une tradition bien française s’est installée depuis Nicolas Sarkozy, les responsables politiques ne se déplacent plus sans une armée de CRS et de gardes du corps suréquipés. Le summum étant atteint par Macron, qui, même au fin fond de la France profonde, est accompagné de dizaines de forces de l’ordre. Mais même avec une garde prétorienne, aucun puissant n’est invulnérable. Cette gifle en est un exemple, mais aussi, il y a quelques jours dans un village du Lot, quand des habitants lui ont crié « tu n’en as plus pour longtemps Macron », et « où est Steve ? ». Vu le climat de tension politique qui règne, il est d’ailleurs probable qu’il ne s’agisse pas du dernier incident.

    ➡️ Union sacrée : suite à cette gifle, toute la classe politique apporte son « soutien » à Emmanuel Macron et « condamne » l’acte. Une sorte de remake du « Front Républicain », une façon de faire bloc derrière le président. Un concert d’hypocrisie. Qui n’a jamais rêvé de claquer un président de la République ? Qui n’a jamais imaginé exprimer sa colère en face de Macron ? Qu’est-ce qu’une bousculade au regard de quatre années de mutilations, de crimes policiers, de violence sociale, d’insultes ? Quant à la dénonciation de l’extrême droite, il est indigne d’utiliser cette gifle pour tenter de parler d’antifascisme aux gens qui font monter méthodiquement Marine Le Pen. Des violences d’extrême droite, des attaques de mosquées, des agressions racistes, des militants violentés, il y en a chaque semaine dans une indifférence mortifère. Aucun soutien pour les complices du fascisme.

    Répondre à ce message

  • Macron se prend une baffe en Drôme - Non je ne condamne pas toutes les violences Le 8 juin à 19:52, par Paysan du dimanche

    Moi je suis plus indigné de la répression contre des paysans que par rapport à la giffle que qu’a eu Macron :

    💥SOUTIEN DE LA CONFEDERATION PAYSANNE DE L’ARDECHE AUX PAYSANS DRÔMOIS EN GARDE A VUE !!!!

    😡 Six paysans de la Confédération Paysanne de la Drôme ont manifesté pacifiquement à #Valence, sans entrave à la circulation, à l’occasion du déplacement du chef de l’Etat dans la #Drôme ce mardi, à l’image de paysans du Lot mercredi dernier.

    👍 Ils sont venus, eux-aussi, rappeler au Président de la République NOTRE DEMANDE DE RENDEZ-VOUS et porter nos revendications pour une #PAC favorable à des paysan.nes nombreux !

    😡 Munis de quelques drapeaux, trois paysans ont été rapidement encerclés et trois autres délogés du toit d’un abribus à l’aide d’une grue !

    Plaqués au sol, ils ont été menottés et conduits au commissariat. Ils viennent d’être placés en garde à vue.
    ✊ La Confédération Paysanne s’indigne de ces mises en garde à vue contre des paysans qui demandent, SANS AUCUNE VIOLENCE ni agressivité, à ce que la Confédération paysanne soit reçue par le Président de la République, en personne, sur la PAC.

    Cette réponse violente, totalement disproportionnée et choquante, constitue une nouvelle entrave à la liberté syndicale de manifester.

    un post de Confédération Paysanne Ardèche

    Répondre à ce message

  • Macron se prend une baffe en Drôme - Non je ne condamne pas toutes les violences Le 8 juin à 19:46, par Visiteur

    Un peu de #schadenfreude

    Or doncques Notre Fringant Gâte-Sauce faisait la tournée des popotes, dans le pays de la Pogne, en faisant des vers de mirliton. Après avoir visité une eschole où l’on apprenait l’art de Vatel, Sa Grande Gourmandise se dirigea tout droit vers la foule des manants, lesquels, croyait-il, lui avaient apporté des friandises en guise de dessert. Il ne fut point déçu. Il reçut une tarte dont la recette passa à la postérité sous le nom de « tarte à Tain », du nom du village où s’était passé l’événement.

    Las ! D’aucuns racontèrent de l’affaire une tout autre version : le Roy s’était en réalité pris un copieux soufflet par la main d’un partisan de la Fleur de Lys - à moins que ce ne fût un simple admirateur d’Hubert de Montmirail, au cri de « MontJoie Saint Denis ! ». D’autres quolibets peu amènes furent également proférés.

    Le monde de la Gazette fut en émoi. Celui des ducs et des barons tout autant. Gracchus Mélenchonus exprima toute sa compassion. On l’acccusa aussitôt de vouloir faire diversion. Certains murmurèrent qu’il avait concocté lui-même la recette de ce soufflet. Le Premier Grand Chambellan, le bon baron du Cachesex, qui s’était quelque peu fait prier pour blâmer l’aimable pantomime du Haineux Papolardon, en appela aussitôt à l’union sacrée autour de la personne du Roy.

    Selon que vous étiez à la Dextre ou à la Sénestre, votre vie ne valait pas le même chose.

    un message facebouk de Julie d’Aiglemont

    Répondre à ce message

|

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft