Lettre d’un prévenu à huis clos pour son père

samedi 20 juin 2020, par Stéphano.

Papa,

Jeudi 4 juin, comme de nombreux.ses proches, tu as fait le déplacement à la Cour d’appel de Grenoble pour assister à mon procès en appel (et à celui de Tom). Un appel qui faisait suite à un premier procès qui m’avait condamné à 18 mois de prison, dont 12 fermes, et à 3 ans d’interdiction de manifester. Le motif : violences en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique lors d’un rassemblement des Gilets Jaunes à Valence. L’affaire avait pris le nom de l’affaire des 4 de Valence (quelques liens ici : https://ricochets.cc/Proces-en-appel-de-2-Gilets-Jaunes-lourdement-condamnes-en-decembre-2018-a-Valence.html).

Depuis le début de cette histoire, tu as toujours été là, dès que tu as été informé de mon arrestation en décembre 2018, sur place au moment du premier procès, au moment de la première date d’appel en février 2020 (repoussée pour cause de grève des avocat.es), mais aussi à distance, en t’impliquant dans quelques unes des nombreuses activités liées à notre procès. Je le sais, tu as été très touché par ce qui nous est arrivé et tu n’as pas hésité à donner de ton temps et de ton énergie pour me soutenir, m’aider, m’accompagner.

Ce jeudi 4 juin, après avoir parcouru en train les 830 km qui te séparent de Grenoble, tu étais donc là, à nos côtés, pensant pouvoir assister au procès de ton fils, pensant pouvoir m’accompagner dans ce moment stressant, déstabilisant, pensant pouvoir m’adresser un regard, un geste réconfortant durant l’audience, pensant pouvoir partager avec moi ce moment si difficile. Il n’en a rien été puisque tu as été refoulé à l’entrée du tribunal de manière froide et définitive : procès à huis clos, circulez, y a rien à voir. Nos avocat.es ont bien essayé d’obtenir ta présence dans cette grande salle d’audience mais seule ma compagne a été acceptée au milieu des sièges vides, réservés au public.

Sous prétexte du Covid, on nous impose cette justice loin du regard public, alors que les centres commerciaux, les parcs d’attraction, les usines fonctionnent à plein régime, nos dirigeant.es politiques imposent une justice dans l’ombre qui fait fi de l’humain, de la solidarité, du partage, de coopération, des valeurs que vous m’avez transmises toi et maman. Des valeurs battues en brèche par le pouvoir en place qui laisse les ancien.nes mourir seul.es éloignées de leurs proches, qui envoie les enfants, dont ta petite fille, dans des écoles aseptisées selon un protocole déshumanisant ou la méfiance et la distanciation de l’autre sont la norme. Un pouvoir qui a l’habitude de détruire toute tentative de solidarité y compris dans les prisons, comme j’ai pu le constater durant les jours de détention que j’ai vécus à Valence, quand on refuse qu’un pain non consommé par un détenu puisse revenir à un autre qui a faim.

De cette société là papa, je n’en veux pas, je n’en veux plus, je ne l’accepte plus et tu sais que tu peux compter sur moi pour œuvrer de tout mon être, de toute mon énergie à la construction d’autres mondes basés sur l’être et pas sur l’avoir, sur la solidarité et pas sur la compétitivité, basés sur l’entraide et pas sur l’individualisme. On y arrivera papa, j’en suis convaincu quand je constate l’élan de joie, d’envie, d’amour, de fraternité, de créativité, d’indocilité qui se dégage partout et que j’ai, par exemple, pu ressentir lors du rassemblement de soutien auquel tu as participé devant le tribunal.

Le 2 juillet aura lieu le rendu du délibéré de notre procès en appel. Avec Tom, on s’y rendra remplis de toute cette énergie en se disant que quoiqu’il se passera, on sera debout et fiers d’amener notre pierre à cet autre avenir qui se construit sur les ruines de ce vieux monde à l’agonie.
Et là aussi, je sais, papa, que je pourrai compter sur toi.

Vive la vie, vive l’amour, vive la solidarité !


3 Messages

  • Lettre d’un prévenu à huis clos pour son père Le 23 juin à 22:21, par Philippe Astruc

    Comment le pouvoir politique en est arrivé là, corrompu, menteur, comment peut il se regarder dans une glace, pendant qu’il enferme et assassine ceux qui se révoltent contre l’injustice, l’oprétion, la discrimination, le racisme.
    Ils sont responsable de ce monde de violence dans lequel on vit mais ce qui est sur c’est qu’ils devront un jour rendre des comptes.
    Ne rien lâcher, les coudes serrés on viendra à bout de ce monde en décrépitude.

    Répondre à ce message

  • Lettre d’un prévenu à huis clos pour son père Le 20 juin à 00:12, par Kenek

    Bravo ! Soyons fiers et n’ayons pas peur de ces pratiques d’intimidation et ces abus de pouvoir !
    On est là ! Gilets aux bout de mes rêves !
    On lâche rien on se serre les coudes et oui nous changerons le monde pour donner a nos enfants et nos anciens ces idéaux !
    Viva la Vida hasta la victoria

    Répondre à ce message

  • Lettre d’un prévenu à huis clos pour son père Le 19 juin à 21:33, par poulet

    On est dans un dévoiement scandaleux du huit clos.
    Celui-ci est en principe déclaré pour protéger les victimes.
    Le prétexte sanitaire est une sinistre farce.

    Mais tu sais que tu peux compter sur des soutiens déterminés
    qui ne lâcherons rien.

    Vive la vie contre ce monde à l’agonie !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft