Le sucre industriel, un poison à toutes les étapes de la fabrication, du transport et de la consommation

Cultures industrielles, travail harassant sous payé, anti-écologique, mal-bouffe, addictions, maladies... Dans le sucre rien n’est bon, surtout pour les pauvres

vendredi 28 mai 2021, par Les Indiens du Futur.

La chaîne de fabrication, de distribution et de vente du sucre dans l’agro-industrie, un bon exemple de la toxicité mortelle du capitalisme et de la civilisation industrielle.
L’industrie du sucre n’est pas soluble dans l’écologie.

Le sucre industriel, un poison à toutes les étapes de la fabrication, du transport et de la consommation
Le sucre, une sorte de drogue légale très profitable

Les travailleuses et travailleurs des plantations de canne à sucre

- Un documentaire sur des coupeuses de canne en Inde :

https://www.youtube.com/watch?v=_O0SI8N9_Vc

Le sucre favorise l’obésité partout dans le monde

- voir ce documentaire d’Arte : Un monde obèse
En 2030, on estime que la moitié de la planète sera obèse ou en surpoids, entraînant une explosion du diabète, des maladies cardio-vasculaires et de certains cancers. Enquête sur un fléau planétaire.
Alors que l’obésité charrie son lot de clichés, des gènes tout-puissants aux volontés individuelles défaillantes, et que les industriels comme les autorités publiques continuent de pointer du doigt le manque d’activité physique (« Manger moins, bouger plus »), ce fléau ne serait-il pas le fruit d’un échec collectif mitonné dans nos assiettes ?
Puis des voix s’élèvent pour dénoncer les conséquences funestes de cette révolution, les multinationales de l’agroalimentaire, jamais rassasiées, dépensent des milliards en lobbying pour préserver leur pré carré, tout en répandant le poison de la malbouffe et des boissons sucrées à travers le globe.

Il faut des citoyens engagés pour dresser un état des lieux édifiant de cette épidémie planétaire, qui constitue le problème de santé le plus grave au monde. Mais si les constats, étayés de chiffres, se révèlent effrayants, le documentaire en expose les causes de manière limpide, et explore des solutions pour stopper cette bombe à retardement.

- Voir aussi : Guerre à la science : une stratégie de l’industrie du sucre

Sur les ravages écologiques de l’agro-industrie sucrière :

  • L’impact méconnu du sucre sur l’environnement - Le sucre est devenu une denrée incontournable de nos cuisines. Les industriels se l’arrachent, et il est utilisé dans de nombreux plats. Sa présence devient si naturelle que certains ne le remarquent même plus. Et pourtant, véritable fléau pour notre organisme, le sucre ne cause pas uniquement du tort au corps humain. Sa culture peut devenir un cauchemar pour les habitats naturels alentours et notre planète bleue. Quel est donc l’impact du sucre sur l’environnement ?
  • Amazonie : En plus de la déforestation, la canne à sucre
  • Le sucre, une douceur amère pour l’environnement
  • Consommer du sucre a-t-il un impact sur l’environnement ? (...) Cultivé sur des immenses terrains, principalement au Brésil, en Inde et en Chine, le sucre détruit énormément d’habitats riches en vie animale et végétale, mais a aussi un réel impact sur les insectes. Ainsi, selon une étude de l’organisation internationale WWF (World Wildlife Fund), le sucre est l’une des cultures les plus nocives et serait la plantation qui détruit le plus de biodiversité au monde. D’autre part, comme toute culture de masse, la culture de la canne à sucre demande énormément d’apports en eau et beaucoup d’entreprises utilisent également des engrais ou pesticides à outrance pour accélérer la production.

« La liberté de choix », une illusion et un mensonge assénée à tout bout de champ par les adeptes du capitalisme pour faire taire toute contestation de leur idéologie délétère

Le « choix » est longuement façonné par les cultures, les publicités, les modes, les films, et surtout par ce qui est proposé dans les magasins, les fast food, les distributeurs automatiques, les supermarchés, les hard discount....
Le système industriel et capitaliste fabrique en série volontairement des sortes de drogués pour faire des profits en vendant des produits ultra-transformés et de la malbouffe, et ensuite les représentants du dit système s’étonnent de leur dépendance, voir reprochent aux gens de mal consommer, de se négliger.

Alors ? Vous reprendrez bien une petite cuillère de sucre ? Juste une petite gorgée de soda et le monde sera plus rose ?

L’Etat justifie son existence par la protection qu’il est censé accorder aux peuples (un peu comme la protection « proposée » par la mafia). Sauf que les autorités se contentent de messages de prévention et d’information sur les produits (mangez-bougez, attention aux aliments trop sucrés trop salés écrit en tout petit, étiquetages, pourcentages de sucres...), mais il n’y a rien ou pas grand chose pour empêcher ces produits néfastes d’exister.
La production (du sucre, des « aliments » agro-industriels et autres saloperies) et la pub continuent. C’est aux acheteurs de se démerder, tant pis pour eux s’ils sont pauvres ou que leur classe sociale et culturelle les amène à consommer les pires saloperies.
Si on était en démocratie, non seulement les décisions politiques seraient prises par les gens après divers débats approfondis, mais les choix de production et de distribution également.
Si en plus on fait le choix de s’éloigner radicalement du capitalisme, du productivisme et de la civilisation industrielle, les choix collectifs iront de plus en plus vers le « bien vivre » et la préservation des communs.

Mais on est face au problème de la poule et de l’oeuf, lequel crée l’autre ?!
La mise en place démocraties et une sortie du capitalisme entraînent des choix positifs, ou des choix « pertinents » font naître la démocratie et portent la fin du capitalisme ?
L’autre problème, c’est que les riches et les puissants ne veulent surtout pas de la démocratie et veulent maintenir à tout prix la civilisation industrielle et son capitalisme...


2 Messages

  • Le sucre industriel, un poison à toutes les étapes de la fabrication, du transport et de la consommation Le 30 juin à 20:55, par Les Indiens du Futur

    - Alimentation : L’obésité, une maladie environnementale non reconnue de plus en plus répandue - 8,5 millions de personnes souffrent d’obésité en France, révèlent les chiffres dévoilés ce mercredi 30 juin par la Ligue contre l’obésité. La prévalence de cette épidémie dont la cause est aussi environnementale a doublé en 23 ans. Pourtant, l’État et la majorité du personnel médical limitent encore leur action à des messages nutritionnels.

    L’Etat, nombre de médecins, et bien sûr l’industrie agro-alimentaire, continuent de culpabiliser les obèses et personnes en surpoids sur le mode mangez-mieux-bouger-plus au lieu de s’attaquer aux causes structuelles de cette maladie de civilisation multi-factorielles, à savoir la civilisation industrielle, ses productions chimiques, son mode de vie, ses polluants, ses pesticides, ses perturbateurs endocriniens, sa nourriture industrielle dangereuse en vente libre (le sucre en est un bon exemple.
    L’Etat et les capitalistes préfèrent sacrifier volontairement une grosse partie de la population qui subie des maladies chroniques engendrées par le monde de l’économie techno-capitaliste, notamment les classes populaires (ouvriers, employés, chômeurs), plutôt que s’attaquer aux causes de ces graves problèmes de santé publique.
    Forcément, il leur faudrait se saborder et disparaître, alors ils ne vont pas le faire et laissent donc les plus pauvres et les plus fragiles crever prématurément.

    Et vous pensez toujours que l’Etat peut ou/veut nous protéger ?!
    A l’aide de ses polices, l’Etat protège d’abord les intérêts des classe possédantes et capitalistes, qui sont les mêmes que les siens.

    Répondre à ce message

  • Le sucre industriel, un poison à toutes les étapes de la fabrication, du transport et de la consommation Le 16 juin à 17:55, par anti-industrialisation

    Pauvreté, obésité : youpi, nous sommes tous Américains  !

    - Pauvreté, obésité : youpi, nous sommes tous Américains  !
    Les médias ne cessent de parler d’insécurité. Mais notre plat surgelé est une menace bien plus grave pour notre intégrité physique que l’hypothétique agression dans la rue dont l’immense majorité d’entre nous ne seront, heureusement, jamais victimes.
    (...)
    Au vu du triste fonctionnement des grands médias, il est probable que l’idée que l’insécurité et la violence soient des causes majeures de décès est dans de nombreuses têtes. Or c’est loin, très loin, très très loin même, d’être le cas.
    (...)

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft