La ville de Crest arrose des espaces verts alors que l’arrêté préfectoral sécheresse niveau crise l’interdit formellement

Lundi 25 juillet, les règles d’économie d’eau toujours pas respectées par la mairie de Crest

mardi 26 juillet 2022, par Les Potins de la Vallée.

Lundi 25 vers 17h, un crestois a constaté que la ville de Crest arrosait de gros massifs de fleurs alors que l’arrêté préfectoral sécheresse niveau crise du 20 juillet interdit expressément aux collectivités et entreprises l’arrosage des pelouses, des espaces verts et des ronds points.

La photo ci-dessous en atteste. Elle a été prise près du Pont Mistral à côté de la Caisse d’Epargne (ça n’est pas le seul endroit concerné). Vue les coûlures au sol, cet arrosage a eu lieu en pleine journée (alors que même avant le 20 juillet, quand on était au stade « alerte renforcée », ce type d’arrosage était interdit de 7h à 23h depuis le 25 mai !).

Donc, la ville de Crest ne respectait pas les horaires durant l’alerte sécheresse renforcée, et à présent elle arrose encore des espaces verts alors que c’est carrément interdit.

La ville de Crest arrose des espaces verts alors que l’arrêté préfectoral sécheresse niveau crise l’interdit formellement
Arrosage le 25 juillet en journée à côté de la Caisse d’Epargne

- A priori, des pots et massifs de fleurs décoratives c’est assimilé à des espaces verts.
- Même constat d’arrosages interdits par la ville de Crest autour du parking rue Aristide Dumont, concernant les fleurs et arbustes, ou pour les énormes cascades fleuries du kiosque quai des Maronnniers. Mardi 26 juillet au matin, les bacs à fleur étaient humides, signe d’un arrosage récent.
- Sans doute même irrégularité le long du parking de la gare, à l’entrée ville côté Casino, et à d’autres endroits ?

La ville de Crest arrose des espaces verts alors que l’arrêté préfectoral sécheresse niveau crise l’interdit formellement
Extrait de l’arrêté préfectoral du 20 juillet 2022, interdiction d’arrosage des espaces verts

- La mairie de Crest et sa police, toujours prompte à reprendre/réprimer les gens pour les moindes broutilles hors les clous, semble moins diligente quand il s’agit de respecter les arrêtés préfectoraux elle-même.

Les règles étaient plutôt strictes concernant le Covid-19, avec des policiers et gendarmes en chasse des musiciens non masqués sur les marchés, mais là pour l’eau c’est le laxisme total.
On se souvient aussi des injonctions de la préfecture envers la ville de Crest concernant la réfection (non effectuée depuis des lustres) des réseaux d’eaux usées et pluviaux, qui polluent régulièrement la rivière, notamment lors des fortes pluies.

Il faut dire que malgré les blablas superficiels ridicules récents (voir par exemple l’édito hallucinant du journal municipal « Crest le lien » de l’été 2022), l’écologie (mot tabou) et les questions environnementales ça n’a jamais été le fort de Mr Mariton et de ses obligés.

L’équipe Mariton à Crest semble très forte pour la com et les évenements festifs standards, mais quand il s’agit de se préoccuper vraiment de la santé des gens et de la nature, ça coince (plomb dans l’eau potable, rivière polluée par les égoûts, Crad’eau qui gaspille de l’eau potable et arrosages d’espaces verts alors que c’est interdit, étalement urbain...)

Amende en vue pour Crest ? - L’arrêté préfectoral du 20 juillet stipule :

Tout contrevenant aux restrictions prévues par les arrêtés préfectoraux « sécheresse », s’expose à une contravention de 5e classe (jusqu’à 1500 €).

La police municipale de Crest va-t-elle verbaliser la mairie de Crest ?
Les gendarmes ou une éventuelle police de l’eau vont-ils sévir en cas de défaillance de la police ?

Décidément, après le gros couac de la fête de la Crad’eau qui arrosait le stade avec des m3 d’eau potable en plein cagnard, là aussi c’était interdit, la mairie semble à la ramasse question respect des règles d’économie de l’eau.

Pas grave, quand l’eau potable manquera pour de bon, des livraisons de bouteilles en plastiques se feront, ou des camions viendront apporter de l’eau d’ailleurs pour alimenter les piscines des riches, des résidences secondaires et des touristes ?

Le réchauffement climatique global provoqué par le capitalisme et le système industriel entraîne des tas de problèmes, et ce n’est que le début, surtout si on ne fait rien pour arrêter l’économie de marché (entre autre), qui est condamnée par ses règles de fonctionnement de base à foncer toujours plus vite dans le mur, et nous, les fleurs, les rivières, les oiseaux, avec. Les éventuels « air-bag » ne suffiront pas à amortir le choc.

Végétaliser oui, mais comment, avec qui, pour quoi ?

C’est sûr que les fleurs annuelles en bacs ou en massifs c’est déco, ça agrémente les rues et les bords de routes aussi pour les touristes, mais hélas obligé de les laisser se dessécher ces temps ci. Ca fera peut-être réfléchir aux causes structurelles de la sécheresse en cours certains passants et visiteurs.

Va falloir multiplier des types de végétalisations (nourricier aussi, pas que décoration/protection) et d’aménagements urbains adaptés (casser du béton et du goudron dans les rues, pergolas, voilages, plantes grimpantes aux murs...) qui peuvent supporter des sécheresses et pas (ou peu) d’arrosages...
Vignes ? Figuiers ? Cactus ?
Plutôt des plantes vivaces costeaudes que des annuelles fragiles, avec des méthodes type permaculture (bonne couche d’humus, protections contre le cagnard, étagements...). Trop compliqué et pas assez déco pour la ville de Crest ?
La mairie se vante de faire de la « végétalisation » dans les écoles (les subventions y poussent), on va voir à quoi ça ressemble... Et ailleurs ? Des massifs faméliques comme autour du parking du kiosque, des parkings en plus, des « massifs » en béton comme sur le Joubernon ? Quand au pseudo « verger municipal » au parc du Bosquet, il est à l’abandon et crève...
Ok y a quelques plantes d’installées dans des rues côté ouest par exemple, rue Sadi Carnot et Laurent Mognat, c’est toujours ça.
Pour ce qui est du projet d’aménagrement autour de la gare, ça se prépare en catimini entre élus de la majorité et cabinets d’étude, à quoi ça va ressembler au final on sait pas.

Evidemment les plus riches se moquent de tout ça, ils vivent à part dans des villas modernes avec piscine, ils mettent la clim ou ils vont vivre ailleurs en temps de canicule.
Si vous ne voulez pas faire des changements d’aménagements urbains radicaux pour le bien vivre des classes moyennes et pauvres qui étouffent dans des apparts non isolés surplombants des rues minérales en surchauffe, alors faites le au moins pour l’aggrément du touriste, qui appréciera de fraiches rues piétonnes végétalisées où il pourra cueillir quelques raisins !

Va falloir passer rapidos à la vitesse très supérieure dans tous les domaines, à Crest et partout ; arranger des cours d’école c’est juste du saupoudrage.
Pour ça, il ne faut pas compter sur les autorités, les entreprises et les élus, sinon on est « mort ».


2 Messages

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft