La police a menti, Cédric a été tué par la police à Paris !

Janvier 2020 : Nouveau mort inacceptable causé par le régime autoritaire macroniste et sa police barbare

mardi 7 janvier 2020, par Camille Z.

⚫⚫JUSTICE POUR CEDRIC⚫⚫

Le mensonge n’a pas pu tenir très longtemps. Après les vidéos diffusées ce matin par Médiapart, c’est au tour de l’autopsie de révéler l’horreur de la réalité de la mort de Cédric. L’autopsie révèle ainsi qu’il est décédé d’une hypoxie (manque d’oxygène) qui a entrainé un arrêt cardiaque et une mort cérébrale, le tout suite à une « fracture du larynx ».

(post et visuel de Cerveaux non Disponibles)

Cédric tué par la police à Paris par fracture du larynx suite à un étranglement !

LES AUTORITÉS ONT MENTI, LA POLICE A ÉTRANGLÉ CÉDRIC

- "Les policiers se sont acharnés sur un homme à terre, sans raison" -

Vendredi, Cédric C. était interpellé par la police à Paris. Lors de son arrestation, le père de famille fait un arrêt cardiaque. Transporté à l’hôpital, il mourra deux jours plus tard, laissant derrière lui 5 enfants.

Les autorités ont prétendu que les policiers s’étaient défendus face à un homme au comportement agressif. Mediapart révèle des images et des témoignages qui prouvent que la police a menti. Trois agents le plaquent au sol et se maintiennent sur lui malgré les signes d’épuisement. L’un des policiers a même procédé à une clé d’étranglement.

Selon un témoin, Cédric « n’était pas violent. Il filmait seulement les policiers. […] Puis l’un d’entre eux est passé par derrière et lui a fait une clef avec son bras autour de son cou, il est alors tombé au sol. Et là, ils se sont mis à trois sur lui alors qu’il était sur le ventre. C’était violent et incompréhensible. » Un autre déclare : « Je l’ai vu filmer le contrôle qu’il subissait des policiers et j’ai trouvé cela courageux de sa part. C’est pour cela que j’ai commencé à le filmer sans savoir ce qui allait lui arriver. […] C’est choquant parce que les policiers se sont acharnés sur un homme à terre, sans raison », explique-t-il.

Cédric est mort :

- parce que les policiers n’ont pas aimé qu’il sorte son téléphone pour filmer

- parce qu’ils se sont mis à trois sur lui alors qu’il était au sol

- parce qu’il s’est débattu pour respirer

- parce que cette violence est impunie

(post et montage photo de Nantes Révoltée)

- Source, vidéo et article complet sur Mediapart : Décès de Cédric Chouviat : des vidéos témoignent de la violence de l’interpellation policière - Interpellé le 3 janvier, à Paris, lors d’un contrôle de police, Cédric Chouviat est décédé des suites d’un arrêt cardiaque. Sur des vidéos obtenues par Mediapart, on voit trois policiers plaquer au sol Cédric qui, sur le ventre et encore casqué, montre des signes d’épuisement. Ces images démentent la première version des forces de l’ordre, qui omet la violence de l’interpellation.

extrait :

À la tête de l’entreprise familiale de livraison, Christian est alerté par le GPS du scooter de son fils Cédric, resté immobilisé plus d’une heure puis conduit au commissariat du VIIe arrondissement de Paris. Il envoie alors un livreur auquel les policiers signalent que Cédric n’est pas présent dans leurs locaux. « Nous ne savions pas où était mon fils. Nous avons alors appelé les hôpitaux. N’étant pas admis aux urgences mais directement en réanimation, nous n’avons pas eu de ses nouvelles. Son épouse a dû se rendre à deux reprises au commissariat, les menaçant d’y dresser un piquet de grève, avant de savoir, à 16 heures, soit six heures après son interpellation, qu’il était à l’hôpital. Pourquoi avoir gardé sous silence son état ? », s’interroge-t-il.

« J’ai besoin de savoir aujourd’hui pourquoi ils ont tué mon fils. Comment vais-je l’expliquer à ses enfants ? », confie Christian Chouviat, qui avoue une haine pour ces trois policiers qui ont interpellé son enfant, celle d’un père meurtri, prêt à affronter la « responsabilité de l’État ». « On a tué mon fils, peut-être involontairement, mais on l’a fait et on laisse cinq orphelins. Une veuve, et des parents dévastés. Je défends mon fils et cela ne peut pas rester impuni », conclut-il.

La police a menti, Cédire a été tué par la police à Paris !

- voir aussi :

  • Mort de Cédric suite à une interpellation policière : des vidéos qui mettent en doute l’hypothèse du simple « malaise cardiaque » - Cédric Chouviat, 42 ans, est mort dans la nuit de samedi à dimanche. Son pronostic vital était engagé alors qu’il venait de se faire arrêté par une patrouille de police en plein Paris. La verbalisation se transforme en interpellation durant laquelle Cédric perd connaissance.
    La « version officielle » évoque un « malaise cardiaque ». Mais des vidéos filmées par des témoins de la scène pourraient contredire cette hypothèse : elles témoignent de la violence de l’interpellation. Cédric est plaqué au sol, au moins trois policiers sur lui. Il semble se débattre. Sur une autre vidéo filmée quelques moments plus tard, ses jambes ne bougent plus. La famille a décidé de porter plainte.
  • Cédric Chouviat est mort parce qu’il a filmé des policiers. Un terrible fait-divers qui intervient quelques jours après qu’un sénateur ait voulu interdire de filmer les forces de l’ordre. - Ce ne sont pas des bavures, c’est une doctrine - Zyed et Bouna, Malik Oussekine, Amine Bentounsi, Rémi Fraisse, Adama Traoré, Steve Maia Caniço, Zineb Redouane. Pour ne citer que les plus tristement célèbres. Ajoutons désormais Cédric Chouviat. La France n’en a-t-elle pas marre de ces listes de noms égrainées marche après marche, de ces gens morts sous les menaces, intimidations et autres coups des « forces de l’ordre » ? Marre de ces violences policières ? Oui, car il s’agit bel et bien de violences policières, plus que de bavures, désormais. À partir de combien de morts ces pratiques font-elles système ?

sans commentaire

Pas de flics dans nos cortèges - La police a encore tué en Franc, elle continue à mutiler, insulter, humilier

La police a encore tué en France

Elle continue a mutiler, insulter, humilier. En toute impunité. Avec la bénédiction du pouvoir, si ce ne sont ses encouragements . A chaque crime, la même carte blanche. L’igpn qui blanchit, la justice qui acquitte.

Face à cette horreur, nous refusons jeudi de manifester avec des policiers qui encercleraient le cortège avec une nasse mobile, avec leur arme de guerre et leurs menaces permanentes. Car depuis plusieurs semaines, la préfecture de Paris utilise cette technique qui consiste à entourer totalement le cortège de tête (ou des manif Gilets Jaunes) de cordons policiers sur-armés.

Or, ces personnes ont tué et meurtri trop des nôtres pour marcher à leur côté. Car ce sont ces mêmes policiers qui ont tué Cédric, Steve, Adama ou Zineb, qui ont éborgné et blessé des milliers manifestants. Il n’y a pas de bavures. Il n’y a pas de mauvais policier. Il y a un système qui encourage l’ultra violence et la terreur.

Une seule réponse face à cela : jeudi, si des policiers se mettent à encercler une partie du cortège, refusons d’avancer et manifestons notre rejet de cette police qui tue en toute impunité. Par respect pour tous les morts et les blessés. Par respect pour la vie et la liberté.

(post de visuel de Cerveaux non disponibles)


2 Messages

  • La police a menti, Cédric a été tué par la police à Paris ! Le 11 janvier à 19:57, par Camille Z

    Rassemblement en hommage à Cédric Chouviat : Tout aurait pu être différent - Une marche blanche en hommage à Cédric Chouviat, « qui n’aurait pas dû mourir », se tiendra à dimanche 12 janvier 2020 à 14h30 au départ de l’Hôtel de Ville de Levallois-Perret.

    Répondre à ce message

  • La police a menti, Cédric a été tué par la police à Paris ! Le 7 janvier à 20:38, par Camille Pierrette

    Hallucinant : plus que jamais, n’importe qui peut se faire tuer par la police !, pour rien, pour un pet travers, parce qu’ils veulent tout réprimer brutalement, tout contrôler. Les flics sont devenus des bandes armées, des milices avec leurs propres « lois ».

    Le pouvoir a permis et encouragé ce genre de mort terrible en laissant libre cours et impunité aux flics. Le régime macroniste, ses ministres, ses députés et ses soutiens sont donc responsables de cette mort, comme ils sont responsables des précédentes (notamment dans les banlieues), des mutilations et des éborgnés dans la rue.
    Nous n’oublierons jamais.

    Le gouvernement, le régime macron, est une bande de mercenaires extrémistes, de tueurs à gage au service du Capital et des plus riches, il est hélas pas étonnant que sa police se comporte de la même manière.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft