La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ?

Le monde capitaliste n’a que des solutions désastreuses en guise de remèdes

mercredi 24 juin 2020, par Camille Pierrette.

De nombreux experts confirment ce dont on se doute intuitivement : la crise économique post covid-19 sera pire que la très grave crise de 1929 !

- 2020 : les prévisions les plus sombres et incertaines de tous les temps - Il n’y a plus de doute : 2020 sera pire que 1929. Banque de France, Trésor, OCDE, Fed : toutes les prévisions le confirment. La fin de la crise serait pour quand ? Trop tôt pour le dire. La crise, pour qui sera-t-elle la pire ? Ça, on le sait. Revue des prévisions publiées cette semaine, entre hypothèses, risques et certitudes. (...) La crise de 1929 sera même dépassée. 2020 sera pire, dans l’ampleur de la récession qui vient, mais aussi parce qu’aucun pays du monde n’est épargné. (...) Les jeunes vont être touchés de façon disproportionnée, parce qu’ils travaillent souvent dans la restauration, les loisirs, l’accueil du public, et que ces secteurs sont les plus affectés. Plus largement, c’est tous ceux et celles qui n’ont pas encore eu accès à un travail de qualité qui souffriront le plus. Ce qui peut engendrer des tensions sociales. Il ne faut pas que cette crise laisse des cicatrices aux jeunes pour leur vie entière. Laurence Boone, l’économiste en chef de l’OCDE. (...) L’Organisation Internationale du Travail s’alarme aussi dans ses rapports récents, pour les 267 millions de jeunes de 15-24 ans, soit un cinquième des jeunes dans le monde qui étaient déjà non scolarisés, sans emploi ni formation avant la covid-19. Et le FMI tient des graphiques détaillés, sur les mouvements sociaux dans certaines parties du monde… et la courbe elle est exponentiellement ascendante.

1933 : manifestation de la faim, marche de chômeurs du nord de la France à Paris

Le fort ralentissement économique du aux confinements et aux restrictions de déplacement aura donc des graves conséquences.
Dans le cadre économique capitaliste, cet automne et l’année prochaine les licenciements et les non embauches vont se multiplier, le chômage et la précarité vont augmenter, et les déjà précaires verront leur situation financière s’aggraver.
En temps de crise économique dans la civilisation capitaliste, on sait que ce sont les pauvres et les déjà exclus/laminés qui ramassent le plus.

Que font les Etats ? Ils donnent ou prêtent des milliards aux grosses entreprises, ils essaient de retarder et d’étaler le tsunami de licenciements, ils appellent à travailler plus en gagnant moins (ce permettent légalement les lois « Travaille ! » de Macron et Hollande passées en force les années précédentes).
Peut-être que comme en Grèce après la crise de 2008 les salaires et pensions de retraite vont baisser, les privatisations s’accroître....

Bref, sous le joug de la gestion étatiste et capitaliste, rien de bon ne peut survenir.
On oscillera entre des problèmes d’appauvrissement, de détresse sociale et des relances économiques faramineuses pour limiter le chômage et doper la fameuse « reprise » en dérégulant, ce qui ne fera qu’aggraver et accélérer les catastrophes climatiques et les destructions du vivant déjà bien engagées.
Si les peuples ne se révoltent pas profondément, ils ne pourront que subir les désastres et voir s’approfondir le pouvoir tentaculaire des Etats et des multinationales « trop grosses pour chuter ».
Le système policier accentuera sa domination autoritaire et sa répression pour mater les moments de soulèvements et de grèves, à l’aide de balles réelles, de drones tueurs et de flics privés s’il le faut. Toujours, les puissants et les blocs bourgeois s’efforceront de protéger leurs intérêts matériels et leur pouvoir politique/merdiatique, ils s’opposeront par la force à tout changement réel.
Tant qu’on ne lutte pas pour sortir du cadre de la civilisation capitaliste, pour s’émanciper de la tutelle étatique, on ne pourra pas construire un avenir enviable, vivable, soutenable, où ce type de crise n’existent plus.

Les capitalistes « verts » qui peut-être plus tard arriveront à lancer un « green new deal », une relance de l’économie capitaliste via des investissements « verts » massifs, ne porteront qu’une illusion de plus, une continuation du désastre maquillée autrement, un sursis très court avant d’autres chutes de plus en plus dures.

Au lieu de simplement subir les crises de l’économie capitaliste en pleine poire, au lieu de renforcer l’économie totalitaire en place et ses Etats autoritaires via la quête partagée de la Croissance et de l’emploi, on pourrait se saisir de l’occasion pour lutter et s’auto-organiser autrement.
Au lieu d’accentuer notre dépendance à la méga-machine étatiste/capitaliste par les crédits et les aides sociales, on pourrait en profiter pour accentuer sa destruction et construire notre autonomie.
Au lieu de manifester pour réclamer du fric à l’Etat, au lieu de faire grève pour réclamer plus d’emplois aux entreprises, on pourrait virer à la fois les patrons et les oligarques technocratiques pour autogérer nous mêmes nos vies, dans la sobriété, le partage et la solidarité, hors du système marchand, de l’Etat et de la civilisation industrielle.

Il n’existe pas de solutions satisfaisantes à l’intérieur de la grande « prison » de la civilisation capitaliste/étatiste, la seule issue est de s’évader, de construire d’autres mondes, de faire exploser les murs et les miradors, de faire s’écrouler les bâtiments d’administration, de destituer tous les gouvernements, de démolir les camps de travail et d’internement, de se libérer des casernes de tout poil.

Utopies ? sans doute, mais comprenons bien que le choix sera les utopies de ce type ou les très très graves et irrémédiables désastres socio/climato/écologiques.
Nous avons encore moins le choix qu’avant : utopies radicales ou désastres toujours pires.
Les utopistes irresponsables et rêveurs, criminels et irréalistes, se situent en fait du côté de ceux qui continuent à vouloir poursuivre le délire destructeur de la Croissance et du développement économique, et le soutien à la gestion étatiste.


4 Messages

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 8 juillet à 18:36, par Camille Pierrette

    Emplois : CARNAGE A VENIR

    7585 chez Air France, 4600 chez Renault, 1000 chez Sanofi...
    Après la crise du covid, la crise sociale ? De grandes entreprises annoncent des plans sociaux massifs sous prétexte de devoir licencier pour sauver leur peau (tout en demandant des aides de l’état). Premières victimes ? Les travailleurs les plus précaires. Les patrons et les actionnaires, eux, sont biens tranquilles.
    (post et VIDEO CHOC sur Cerveaux non Disponibles)

    + Nokia : mobilisation massive à Lannion, une nouvelle manifestation le 8 juillet à Paris - Après que l’entreprise ait annoncé un plan de licenciement massif au détour d’une réunion de comité social et économique central (CSEC) à la mi-juin, les salariés ont commencé par répondre massivement à Lannion ce samedi 4 juillet. Une première réponse d’ampleur qui se poursuit à Paris pour une journée nationale de mobilisation le 8 juillet pour se battre pour la conservation des 1 233 postes menacés.

    Les lobbys capitalistes se contrefoutent des emplois, les grosses boites s’efforcent toujours de licencier un maximum pour garder et maximiser les profits.

    Un jour, qui sait, peut-être que les travailleurs lutteront pour reprendre la main sur l’économie et transformer complètement les activités de production au lieu de lutter simplement pour la conservation des emplois existants au sein de l’économie productiviste existante ?
    Ce qui permettrait de concilier (et de tendre pour de bon vers) les objectifs écolos de « décroissance », de sobriété (et donc de forte diminution de la production et du temps de travail), avec la nécessité de vivre dignement sans fin de mois galère.
    Seule une sortie du capitalisme, désirée et poussée directement par les travailleurs et autres motivé.e.s, permettrait de vivre toustes dignement, dans la qualité plutôt que la qualité, et sans flinguer le climat et le vivant.
    Donc, les travailleureuses vont-ils s’affranchir de l’hyper individualisme, des dogmes du capitalisme, de la peur de lutter par la grève dure et longue des secteurs clés de l’économie ? Vont-iels retrouver la solidarité et l’entraide coopérative par delà les classes et catégories multipliées à l’infini par le capitalisme totalitaire pour mieux régner sans partage grâce à la division atomisée ?
    Vont-iels sortir de l’appel sempiternel à l’Etat (l’autre mâchoire du monstre de la civilisation industrielle) pour s’en sortir ? Et donc vont-iels s’auto-organiser en marge de l’étatisme et des grosses centrales syndicales devenues trop timides et trop réformistes (à l’image du reste) ?

    Au lieu de demander en vain de l’argent et des emplois à un système oligarchique criminel qui ne veut ni ne peut en donner, imposons plutôt l’autogestion politique et économique. Avec la solidarité, la sobriété et le partage, la démocratie directe partout, il y aurait moyen de faire mieux que la continuation des désastres sociaux et écologiques en pire promise par le « monde d’après ».

    Répondre à ce message

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 5 juillet à 23:43, par Camille Pierrette

    Emploi : vers la suppression de 800 000 postes ces prochains mois, selon Le Maire
    On fait quoi face à ça ? On subit et on réclame en vain des sous et des emplois ?
    ou alors on profite de l’affaiblissement temporaire de l’économie capitaliste pour l’attaquer sur ses bases et amorcer une bifurcation radicale ?

    On se contente de manifs et de grèves sectorielles épisodiques, ou on prépare des grèves massives dures et longues des secteurs clés de l’économie appuyées par diverses formes d’actions percutantes ?

    Préparons-nous. Lançons des caisses de grève, remplissons les caisses antirep, stockons de la nourriture, allions-nous avec les paysans, améliorons notre autonomie matérielle et communicationnelle, etc.

    Répondre à ce message

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 30 juin à 01:05, par Camille Pierrette

    Cet article invite à faire grève, à se dérober, à tout arrêter plutôt que lutter frontalement ou singer l’agitation du système en place :
    - Koutouzov : pour une stratégie destituante aujourd’hui - Contre la profusion vertigineuse de discours décrétant l’urgence de l’action.
    "Ceux-là même qui dénoncent l’état d’exception permanent, n’hésitent pas à répéter les mêmes slogans, les mêmes appels que les « décideurs », qui œuvrent, sans vergogne et sans paravent désormais, pour la « Grande Restauration »..."
    Or, "Être à la hauteur de l’événement aujourd’hui, dans ce monde humain que nous savons désormais déjà fini, n’est-ce pas plutôt ne rien faire, radicaliser notre inactivité imposée ?"
    (...)
    Nous avions appelé à une « grève Charlot » quand le mouvement social a explosé en France avant l’épidémie. Nous croyons à la grève comme geste d’arrêt total, arrêt du système, de sa machine et machinerie. Il y a encore une leçon à tirer de ces mois passés (décidément, l’inaction se révèle riche de savoirs) : cette machine soi-disant incontrôlable peut cesser de se mouvoir, il suffit de le vouloir. Le confinement n’a-t-il pas réaffirmé indirectement la puissance politique de la grève, à laquelle peu croyaient encore ?
    Continuer à ne rien faire, après l’épidémie, veut dire continuer cette grève, la radicaliser, car cette fois-ci l’événement concerne véritablement tout le monde. Au lieu de crier au scandale pour la perte de notre chère liberté, nous devons saisir l’occasion, saisir le temps. « Temps et patience ». C’est cela une pensée stratégique. Nous devons transformer le confinement en une grève. En sachant que seule une grève – arrêt total de tout, arrêt d’un monde – peut nous sauver. Toute activité est désormais inutile, voire criminelle.
    (...)

    Répondre à ce message

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 28 juin à 18:42, par Rogntudjuuu !

    Un des piliers du système c’est le fric !
    Voilà plusieurs fois que je tente de faire comprendre de dé bancariser où de retirer du cash tous en même temps.
    Eh bien ça ne prend pas !
    Ce n’est évidemment pas la seule solution, mais la plus grande partie ne pense qu’à la rue, alors je ne sais plus trop ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft