La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ?

Le monde capitaliste n’a que des solutions désastreuses en guise de remèdes

mercredi 24 juin 2020, par Camille Pierrette.

De nombreux experts confirment ce dont on se doute intuitivement : la crise économique post covid-19 sera pire que la très grave crise de 1929 !

- 2020 : les prévisions les plus sombres et incertaines de tous les temps - Il n’y a plus de doute : 2020 sera pire que 1929. Banque de France, Trésor, OCDE, Fed : toutes les prévisions le confirment. La fin de la crise serait pour quand ? Trop tôt pour le dire. La crise, pour qui sera-t-elle la pire ? Ça, on le sait. Revue des prévisions publiées cette semaine, entre hypothèses, risques et certitudes. (...) La crise de 1929 sera même dépassée. 2020 sera pire, dans l’ampleur de la récession qui vient, mais aussi parce qu’aucun pays du monde n’est épargné. (...) Les jeunes vont être touchés de façon disproportionnée, parce qu’ils travaillent souvent dans la restauration, les loisirs, l’accueil du public, et que ces secteurs sont les plus affectés. Plus largement, c’est tous ceux et celles qui n’ont pas encore eu accès à un travail de qualité qui souffriront le plus. Ce qui peut engendrer des tensions sociales. Il ne faut pas que cette crise laisse des cicatrices aux jeunes pour leur vie entière. Laurence Boone, l’économiste en chef de l’OCDE. (...) L’Organisation Internationale du Travail s’alarme aussi dans ses rapports récents, pour les 267 millions de jeunes de 15-24 ans, soit un cinquième des jeunes dans le monde qui étaient déjà non scolarisés, sans emploi ni formation avant la covid-19. Et le FMI tient des graphiques détaillés, sur les mouvements sociaux dans certaines parties du monde… et la courbe elle est exponentiellement ascendante.

1933 : manifestation de la faim, marche de chômeurs du nord de la France à Paris

Le fort ralentissement économique du aux confinements et aux restrictions de déplacement aura donc des graves conséquences.
Dans le cadre économique capitaliste, cet automne et l’année prochaine les licenciements et les non embauches vont se multiplier, le chômage et la précarité vont augmenter, et les déjà précaires verront leur situation financière s’aggraver.
En temps de crise économique dans la civilisation capitaliste, on sait que ce sont les pauvres et les déjà exclus/laminés qui ramassent le plus.

Que font les Etats ? Ils donnent ou prêtent des milliards aux grosses entreprises, ils essaient de retarder et d’étaler le tsunami de licenciements, ils appellent à travailler plus en gagnant moins (ce que permettent légalement les lois « Travaille ! » de Macron et Hollande passées en force les années précédentes).
Peut-être que comme en Grèce après la crise de 2008 les salaires et pensions de retraite vont baisser, les privatisations s’accroître....

Bref, sous le joug de la gestion étatiste et capitaliste, rien de bon ne peut survenir.
On oscillera entre des problèmes d’appauvrissement, de détresse sociale et des relances économiques faramineuses pour limiter le chômage et doper la fameuse « reprise » en dérégulant, ce qui ne fera qu’aggraver et accélérer les catastrophes climatiques et les destructions du vivant déjà bien engagées.
Si les peuples ne se révoltent pas profondément, ils ne pourront que subir les désastres et voir s’approfondir le pouvoir tentaculaire des Etats et des multinationales « trop grosses pour chuter ».
Le système policier accentuera sa domination autoritaire et sa répression pour mater les moments de soulèvements et de grèves, à l’aide de balles réelles, de drones tueurs et de flics privés s’il le faut. Toujours, les puissants et les blocs bourgeois s’efforceront de protéger leurs intérêts matériels et leur pouvoir politique/merdiatique, ils s’opposeront par la force à tout changement réel.
Tant qu’on ne lutte pas pour sortir du cadre de la civilisation capitaliste, pour s’émanciper de la tutelle étatique, on ne pourra pas construire un avenir enviable, vivable, soutenable, où ce type de crise n’existent plus.

Les capitalistes « verts » qui peut-être plus tard arriveront à lancer un « green new deal », une relance de l’économie capitaliste via des investissements « verts » massifs, ne porteront qu’une illusion de plus, une continuation du désastre maquillée autrement, un sursis très court avant d’autres chutes de plus en plus dures.

Au lieu de simplement subir les crises de l’économie capitaliste en pleine poire, au lieu de renforcer l’économie totalitaire en place et ses Etats autoritaires via la quête partagée de la Croissance et de l’emploi, on pourrait se saisir de l’occasion pour lutter et s’auto-organiser autrement.
Au lieu d’accentuer notre dépendance à la méga-machine étatiste/capitaliste par les crédits et les aides sociales, on pourrait en profiter pour accentuer sa destruction et construire notre autonomie.
Au lieu de manifester pour réclamer du fric à l’Etat, au lieu de faire grève pour réclamer plus d’emplois aux entreprises, on pourrait virer à la fois les patrons et les oligarques technocratiques pour autogérer nous mêmes nos vies, dans la sobriété, le partage et la solidarité, hors du système marchand, de l’Etat et de la civilisation industrielle.

Il n’existe pas de solutions satisfaisantes à l’intérieur de la grande « prison » de la civilisation capitaliste/étatiste, la seule issue est de s’évader, de construire d’autres mondes, de faire exploser les murs et les miradors, de faire s’écrouler les bâtiments d’administration, de destituer tous les gouvernements, de démolir les camps de travail et d’internement, de se libérer des casernes de tout poil.

Utopies ? sans doute, mais comprenons bien que le choix sera les utopies de ce type ou les très très graves et irrémédiables désastres socio/climato/écologiques.
Nous avons encore moins le choix qu’avant : utopies radicales ou désastres toujours pires.
Les utopistes irresponsables et rêveurs, criminels et irréalistes, se situent en fait du côté de ceux qui continuent à vouloir poursuivre le délire destructeur de la Croissance et du développement économique, et le soutien à la gestion étatiste.

P.-S.

- Ajout de janvier 2021 (voir aussi commentaire plus bas) :

https://www.youtube.com/watch?v=nXZyzb3xJa4

9 Messages

|

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 6 janvier à 12:31, par Camille Pierrette

    🎩HOLD-UP EN BANDE ORGANISÉE

    - Les "assistés" sont en costards -
    C’est l’entreprise leader mondiale du pneu : Michelin, 24 milliards d’euros de chiffre d’affaire, en forte hausse en 2019, et comptant plusieurs usines dans l’Ouest. Michelin vient d’annoncer aujourd’hui la suppression de 2 300 postes dans ses usines. 2 300 familles qui vont se retrouver en difficulté, en plein désastre social. Pourtant :

    ➡️Michelin a touché 65 millions d’euros en CICE, le « Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi », un cadeau aux grandes entreprises en échange d’une promesse de créer des emplois et de ne pas licencier

    ➡️Michelin a bénéficié du chômage partiel pendant le confinement

    ➡️Michelin a versé 500 millions d’euros à ses actionnaires en pleine crise sanitaire

    ➡️Et malgré tout ça : Michelin supprime 2 300 postes
    C’est un exemple parmi d’autres du hold-up en bande organisée des plus riches à la faveur de la pandémie. Il n’y a pas de « crise économique » mais plutôt une guerre sociale qui s’intensifie.

    (post de Nantes Révoltée)

    Répondre à ce message

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 4 janvier à 12:37, par Camille Pierrette

    Un économiste démonte les mesures économiques du gouvernements :

    https://www.youtube.com/watch?v=nXZyzb3xJa4

    Il reste dans le cadre existant (capitalisme et civilisation), mais au moins, contrairement au macronisme, il se préoccupe de manière réaliste et empathique des pauvres, classes moyennes, étudiants, de tous les précaires, alors que le régime distribue scandaleusement les milliards aux grandes entreprises, aux actionnaires et aux plus riches.
    Il oublie de préciser que, même si par extraordinaire une « véritable » gauche parvenait au pouvoir en 2022, les puissants en place (bloc bourgeois, capitalistes, oligarques, merdias de milliardaires...) ne lui laisseront pas prendre de telles mesures sociales, il faudra que les peuples se battent de manière acharnée, dans la rue, dans la grève, il faudra accepter une période difficile de fortes tensions et de pénuries (voir analyses de Lordon à ce sujet).

    L’économiste Gilles Raveaud n’a pas tord quand il parle du risque d’une forte montée de l’extrême droite dans ce contexte.

    Les forces anticapitalistes et d’écologie radicale contre la civilisation étant encore trop faibles pour proposer et construire des changements radicaux (des sociétés vivables hors de la civilisation industrielle et de son capitalisme), le risque de néo-fascisme, de néo-dictature, est élevé.
    Il est donc primordial de proposer partout d’autres modèles, de commencer à les mettre en oeuvre autant que faire ce peut, de faire jouer à fond la solidarité avec les plus précaires.

    Répondre à ce message

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 27 décembre 2020 à 13:02, par Camille Pierrette

    CE N’EST PAS LA « CRISE » POUR TOUT LE MONDE !

    Deux informations qui entrent en résonance :

    ➡️DIVIDENDES ET PLANS SOCIAUX : « Les grandes entreprises qui demandent l’aide de l’Etat, ne peuvent pas, ne doivent pas verser de dividendes […] « Nous veillerons à ce que ce soit respecté. », avait décrété lors du premier confinement, le Ministre de l’économie, qui engageait des dizaines de milliards d’euros pour « aider » les entreprises pendant la crise sanitaire. Gros mensonge, un de plus. L’entreprise Verallia a maintenu le versement de ses dividendes – des profits versés aux actionnaires – en 2020, « au regard de sa bonne performance dans le monde », et malgré des licenciements. Carrefour décidait en mai de maintenir le versement de dividendes, avant de placer une quasiment tous ses salariés au chômage partiel. Capgemini a aussi eu recours au chômage partiel, alors que le groupe de services informatiques a maintenu le versement de son dividende. Danone avait intégralement maintenu le versement de son dividende en juillet avant d’annoncer un plan massif de suppression d’emplois. Selon les estimations d’un cabinet d’analyse financière, le montant total des dividendes versées en 2020 par les 97 plus grandes entreprises cotées françaises s’est finalement élevé à 31 milliards d’euros malgré les plans sociaux et les recours aux aides publiques. L’an prochain, le montant total des versements devrait être proche de 53 milliards. Concrètement, les grandes entreprises sont aidées par l’argent public pour licencier et verser des bonus à des parasites !
    https://www.lemonde.fr/emploi/article/2020/11/30/malgre-la-crise-le-robinet-des-dividendes-reste-ouvert_6061610_1698637.html

    ➡️ JEUNESSE EN CRISE SOCIALE : une enquête a été réalisée auprès des jeunes de 18 à 24 ans pour évaluer l’impact de la crise sanitaire et du confinement. C’est sur l’alimentaire que la privation est la plus forte : un jeune sur deux (48%) confie avoir réduit ses dépenses alimentaires ou dû sauter un repas au cours des six derniers mois. Certains parents ont aidé leurs enfants mais ils sont aussi touchés par la crise et n’ont plus les moyens de le faire. Une grande partie de cette classe d’age est contrainte de se restreindre, de puiser dans leurs réserves, ou de se faire prêter de l’argent pour boucler les fins de mois. Un quart des jeunes avouent rencontrer des difficultés pour régler les factures d’électricité ou de gaz (26%), de communication (26%) ou pour payer le loyer (25%). Un tiers des personnes interrogées (36%) a renoncé ou retardé des soins de santé pour des raisons financières. La moitié ont retardé leurs projets personnels et professionnels, et 6 sur 10 parlent d’une période de grande angoisse et d’isolement.
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/crise-du-covid-19-la-jeunesse-francaise-est-inquiete-mais-reste-optimiste-pour-son-avenir-selon-un-sondage_4213153.html

    En d’autres termes, la « crise » – ce mot répété de façon abstraite encore et encore – n’existe pas dans la réalité. Pendant qu’une minorité continue de s’empiffrer et d’accumuler des richesses inimaginable, même en période de pandémie, et avec l’aide de l’argent public, des millions de personnes jeunes, précaires, isolées, sont frappées de plein fouet par la misère, et n’arrivent plus à assurer leurs besoins vitaux. C’est une guerre sociale, et non une crise. Jusqu’à quand ?

    Post de Nantes Révoltée

    Répondre à ce message

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 2 décembre 2020 à 19:18, par Camille Pierrette

    La crise économique dantesque comment à se préciser :

    La France frappée par la vague des licenciements (...)
    Si les professionnels de l’accompagnement des entreprises craignent une explosion des licenciements et des défaillances en 2021, ils observent aussi avec inquiétude le plongeon du moral des chefs d’entreprise. Le redoutable triptyque « DDD » (dépôt de bilan, divorce, dépression) guette les commerçants, hôteliers ou petits patrons épuisés par une annus horribilis, commencée avec les manifestations contre la réforme des retraites et qui devrait s’achever entre jauge de clientèle, protocole sanitaire et couvre-feu. « Il y aura aussi de la casse de ce côté-là », prédit Raymond Dorge.

    + En France, l’activité se contractera de 9 % en 2020, maintient l’Insee

    Les merdias et le gouvernement n’osent pas encore trop parler de l’ampleur de la crise en court qui d’abord touche et touchera les pauvres et les déjà précaires, pour ne pas affoler et attiser les révoltes.
    Mais ils ne pourront pas cacher ni contenir tout ça longtemps.

    Quel que soit le bout par lequel on l’observe, le capitalisme et son monde techno-industriel n’apportent que la violence et la misère aux peuples, plus tôt on y met fin mieux ce sera.

    Et en attendant :

    💰IL N’Y A PAS D’ARGENT MAGIQUE💰

    La crise ? Pas pour tout le monde ! Avec un bond de plus de 20 %, l’indice phare de la place parisienne a réalisé en novembre sa meilleure performance mensuelle depuis février 1988, peu après sa création. Toutes les sociétés membres de l’indice ont terminé le mois dans le vert. Et pourtant, on sait que 2021 sera une catastrophe en terme de plans sociaux et de licenciements massifs. Soit disant à cause de la crise sanitaire. La vérité, c’est que cette crise permet aux multinationales de précariser encore plus l’emploi afin de maximiser les bénéfices et donc les dividendes des actionnaires. Plus que jamais... Nous sommes donc en guerre !

    (post de Cerveaux non disponibles)

    Répondre à ce message

  • La crise économique post-covid de 2020-2021 pire que 1929 ? Le 1er octobre 2020 à 13:40, par Camille Pierrette

    🔴EXPLOSION DE LA MISÈRE EN FRANCE : « NOUS N’AVONS JAMAISCU DE SITUATION PAREILLE DEPUIS LA SECONDE GUERRE MONDIALE »

    Le Secours Populaire tire la sonnette d’alarme, et constate une explosion de la misère en France depuis le début de la pandémie, et à la suite du confinement :

    ➡️En deux mois seulement, 1,3 million de personnes ont sollicité l’aide du Secours populaire, dont 45 % étaient jusque-là inconnues de l’association. Il n’y en avait « que » 3,3 millions sur toute l’année 2019. L’année 2020 dans son ensemble va exploser les records.

    ➡️ Pour la secrétaire générale de l’association, c’est « un chiffre absolument énorme, mais j’ai bien peur que ce soit encore en train d’augmenter ». Elle ajoute : « beaucoup n’avaient jamais demandé d’aide à personne. Et là, non seulement ils n’ont plus de quoi se nourrir, mais ils ne peuvent plus payer leur loyer ni l’électricité ». 500 000 enfants auraient aussi décroché scolairement, notamment à cause de l’inégalité de l’accès au numérique

    ➡️ Pour le Secours Populaire, « nous n’avons jamais vécu de situation pareille depuis la seconde guerre mondiale. Par ailleurs, 1 Français sur 4 se limite de manger, l’Unedic attend entre 800 000 et 900 000 nouveaux chômeurs supplémentaires, sans compter les nouvelles mesures de restrictions sanitaires

    ➡️ Dans le monde, la pandémie de Covid-19 pourrait faire basculer plus de 130 millions de personnes supplémentaires dans la faim chronique d’ici à la fin de l’année
    La misère sociale atteint un niveau terrible en France, pire que les mois précédent le mouvement des Gilets Jaunes. Et cette misère se conjugue avec l’opulence et l’arrogance des puissants, et des dépenses pharaoniques pour « aider » les patrons et acheter toujours plus d’arsenal répressif haut de gamme. Intenable.

    post de Nantes Révoltée
    source : Le Monde

    Répondre à ce message

|

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft