L’immonde d’après se déploie, quelques exemples ici et ailleurs

Rassemblements et manifs toujours interdits, tabassage policier d’un ado, pression contre des journalistes, censure sur Youtube, pressions pour une banderole, Air France financé et ménagé...

jeudi 28 mai 2020, par Auteurs divers.

Sans luttes, résistances et rebellions consistantes et acharnées, le "monde d’après" s’étale sans entraves. C’est juste le monde d’avant, en pire. Quelques exemples tout récent.

  • Affaire Legay : la police des polices traque les sources de Mediapart - La journaliste de Mediapart Pascale Pascariello, qui avait permis de démontrer les mensonges du président de la République dans une affaire de violences policières, a été entendue comme suspecte, mardi 26 mai, par l’IGPN. C’est la quatrième fois en moins de 18 mois que la justice essaye de s’en prendre aux sources de Mediapart à la suite d’enquêtes embarrassantes pour l’exécutif. (...) Toutes ces atteintes à la liberté d’informer ont un point commun : elles visent des enquêtes journalistiques qui ont mis en cause le pouvoir exécutif.
  • Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant - Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant -
    Pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, le gouvernement va accorder 7 milliards d’euros d’aides à Air France. En échange, la compagnie est censée devenir « plus respectueuse de la planète ». Mais les conditions environnementales posées ne sont ni ambitieuses ni contraignantes.
  • Infirmier en colère, nassé puis verbalisé - manifestation devant hôpital Robert Debré (21/05/2020)
  • Halte au délitement de nos libertés : l’appli Stopcovid, c’est Non ! - 26 MAI 2020 PAR MINGA FAIRE ENSEMBLE BLOG : MINGA - FAIRE ENSEMBLE - Le vote de principe par l’Assemblée nationale et le Sénat le mercredi 27 mai 2020 à propos de l’application stopcovid va bien au-delà de l’enjeu sanitaire. Communiqué et lien pour interpeller vos député·es. (bien entendu, Sénat et Assemblée ont voté POUR...)
  • Cerveaux non disponibles (VIDEO) : 60 SDF verbalisés à Lyon... pour non respect du confinement ! - Qu’on se le dise, le pouvoir et sa police ne luttent pas contre le Covid mais contre les pauvres. L’immonde d’après est déjà là.
  • Annonce du gouvernement ce 27 juin : Mais cette liberté retrouvée implique des contraintes qui sont en quelque sorte des contreparties. La limitation des regroupements à 10 personnes dans l’espace public est maintenue.

🔴 GABRIEL, 14 ANS : TABASSÉ AU SOL PAR LA POLICE, IL RISQUE DE PERDRE UN ŒIL

- « J’ai cru que j’allais mourir en garde à vue »

Dans la nuit du 25 au 26 mai, Gabriel, un ado de 14 ans est arrêté par la police de Bondy, soupçonné d’avoir tenté de commettre un vol. Le lendemain, il ressort défiguré, gravement blessé, avec 30 jours d’ITT, et un œil très abîmé.

Comment Gabriel, pesant une quarantaine de kilos et mesurant à peine plus d’un mètre 70 s’est-il retrouvé dans cet état ?

Il raconte le déferlement de violences : « Ils m’ont plaqué au sol, ils ont mis un genou sur ma tête, un genou sur mes épaules, ils m’ont mis les menottes. La femme qui est blonde tenait mes chevilles pendant qu’un agent barbu, assez gros, me donnait des coups de bottes derrière la tête et au visage ».

Le choc aurait été tel qu’il aurait perdu connaissance. Il se réveille à l’hôpital, défiguré. Il saigne à la bouche, la partie gauche de son visage est complètement tuméfiée et ses incisives ont sauté. Le scanner décèle des lésions encore plus graves : une fracture de la zone orbitale, et le risque de perdre son œil.

Le médecin de l’unité médico-judiciaire lui a prescrit 30 jours d’incapacité totale de travail. La mère de Gabriel, elle, ne comprend pas que les agents du commissariat de Bondy aient pu faire ça à son fils alors qu’ils n’ont rien fait quelques semaines plus tôt quand elle a été menacée à son domicile. Une plainte a été déposée.

Quoi qu’il ait pu faire, quelle est la dose de sadisme pour tabasser au sol un enfant ? Quel est le degré d’inhumanité, pour immobiliser un garçon au sol et lui shooter la tête à coup de pied alors qu’il est arrêté ?

(post de Nantes Révoltée - Source )

Gabriel, 14 ans : tabassé au sol par la police, il risque de perdre un œil
Le gouvernement ne maintient qu’une interdiction : celle les rassemblements

📢LE GOUVERNEMENT NE MAINTIENT QUUNE INTERDICTION : CELLE LES RASSEMBLEMENTS

« Les rassemblements resteront limités à 10 personnes », Edouard Philippe le 28 mai

Si vous avez loupé les annonces d’Édouard Philippe, c’est très simple. En résumé : quasiment tout est autorisé à partir du 2 juin, collèges, lycées, parcs d’attraction, grands magasins, déplacements, travail etc...

Tout, SAUF les rassemblements de plus de 10 personnes !

Le foutage de gueule autoritaire est assumé. Le slogan "travaille, consomme et ferme ta gueule" n’a jamais été aussi pertinent.

(post et visuel de Nantes Révoltée)

TRIOMPHE DUMOUVEMENT POUR LE CLIMAT’ : LE DOCUMENTAIRE DE JEFF GIBBS ET MICHAEL MOORE EST CENSURÉ PAR YOUTUBE

Un écolo (de la branche principale du mouvement écologiste, enfin, plutôt, du « mouvement pour le climat », ou encore mouvement « pour la justice climatique », la branche « vive-les-panneaux-solaires-photovoltaïques-et-les-éoliennes-industrielles-pour-alimenter-nos-appareils-électro-techniques-eux-aussi-fabriqués-dans-les-usines-du-technocapitalisme-vert ») a réussi à faire retirer de YouTube le documentaire de Jeff Gibbs et Michael Moore (qui avaient décidé de prolonger sa disponibilité en visionnage gratuit sur la plateforme). Au motif qu’il utilise 24 secondes (en accéléré, soit 4 secondes réelles dans le film) d’une vidéo dont les réalisateurs n’ont pas acheté les droits. Dans un tel documentaire, d’après le principe du fair use, cela devrait pourtant être largement toléré. Notre version avec sous-titres français est toujours en ligne (on touche du bois). Aux USA, depuis que le film est sorti, les appels à l’interdire, à le censurer, émanant dudit mouvement, sont très nombreux, et très virulents. Ces imbéciles ont (momentanément, du moins) réussi. Un petit geste qui en dit long sur la stupidité hargneuse et frénétique de ce mouvement, ou a minima d’une large partie de ses principales figures (aux USA, mais lesdites figures, Bill McKibben, Naomi Klein, etc., ont de l’influence ici aussi, en France, leurs organisations, disposant de moyens financiers leur ayant permis de s’internationaliser, possèdent leurs déclinaisons locales). Un petit geste qui en dit long sur leur refus total du débat, leur allergie à toute réflexivité.
S’il a jamais vécu, le mouvement écologiste est mort quelques années après sa naissance. Il était censé appréhender, selon la définition du mot écologie, l’ensemble des « relations entre les êtres vivants et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent », dans l’idée de parvenir à la meilleure situation possible pour tous, pour tout ce qui vit. C’est-à-dire que l’écologie ne s’intéresse pas qu’à l’environnement, mais à tout, à la vie dans son ensemble, aux « fondamentaux ». Qu’est-ce qu’une vie bonne ? Comment devrions-nous nous comporter vis-à-vis des autres êtres vivants ? Vis-à-vis des communautés biotiques qu’ils forment ? Quel genre de rapport devrions-nous entretenir entre nous, humains, enfants, femmes et hommes ? Comment faire société tout en respectant les êtres, les milieux, les lieux, et les relations qui constituent la vie sur Terre ? Des humains se posent ces questions, ou des questions relativement proches, depuis des millénaires. Le mouvement écologiste tentait de s’appuyer sur leurs questionnements et leurs réponses. Aujourd’hui, non.
Seulement : « comment faire pour continuer à produire de l’énergie pour alimenter ces appareils et ces dynamiques de développement, ce progrès technoscientifique, et plus généralement cet ensemble sociotechnique que l’on nous a appris à prendre pour l’important, pour l’essentiel, pour la chose à préserver, à rendre durable, à faire durer ? » Les iniquités sociales, la dépossession politique (l’impuissance) généralisée, l’entrexploitation des humains par les humains, le mouvement « pour la justice climatique » (à l’instar de la gauche) peut bien prétendre vouloir lutter contre, il milite ardemment en faveur de ce qui ne peut que les perpétuer. On ne compte plus les soi-disant « anticapitalistes » qui soutiennent vertement la production de panneaux solaires photovoltaïques, d’éoliennes industrielles, la construction de barrages, de centrales à biomasse, etc., toutes choses uniquement rendues possibles grâce à la servitude salariale généralisée, l’obligation de travailler, de vendre sa vie en échange d’un salaire, la dépossession et l’aliénation, les structures sociales hiérarchiques et coercitives qu’impose actuellement le capitalisme technologique. Dissonance cognitive, bêtise pure et dure, malhonnêteté pathologique ? Qui sait. Le souci des autres formes de vie, des autres êtres vivants, des communautés biotiques existantes, a presque totalement disparu (en gros : « on peut bien recouvrir les déserts de panneaux solaires, ils ne servent à rien, rien n’y vit » ; « oui, d’accord, c’est toujours un peu délétère, mais c’est mieux que le charbon [pour nous en tout cas, vu que ça devrait pouvoir nous permettre d’enrayer le réchauffement climatique qui menace la perpétuation de notre société techno-industrielle], et il faut bien produire de l’énergie, fabriquer des machines », etc.).
Un « jeune militant écolo, anti-capitaliste et en études sup’ de science » (c’est dire s’il sait ce qu’il dit, étant actuellement formé par une institution scolaire… du capitalisme), affirme par exemple dans un commentaire sur YouTube que le documentaire est mensonger, pour tout plein de raisons qu’il ne détaillera pas (zut alors, on aurait voulu savoir) mais surtout parce qu’il utilise des données dépassées, qui ont plus de 10 ans (la principale chose que la gogauche reproche au film) : aujourd’hui, les usines du technocapitalisme produisent des éoliennes et des panneaux solaires photovoltaïques bien plus efficients, et de plus en plus efficients ! Alors tout va pour le mieux dans le monde merveilleux de l’écologie anticapitaliste. Tant d’absurdité, à l’image de cette culture-machine/société-machine mondialisée, en perdition, de l’idiocratie qui s’étend (« la plus grande démocratie du monde » est tout de même dirigée par le plus grand crétin du monde).
La machine et les machinistes se sont emballés, leur idéologie du développement, du Progrès technique, leur délire technocratique dominent même ce qui passe encore parfois pour une sorte de mouvement écologiste, ils ne veulent surtout pas se poser de question. Il ne faut surtout pas se poser de question. Il faut censurer. Il n’existe plus vraiment de contestation de l’idéologie et des dynamiques dominantes. Il faut continuer à développer et améliorer les technologies de production d’énergie dite « verte ». Vive « l’industrialisme, sous une forme ou une autre, […] La machinerie pour nous emmener tous en enfer. […] Au nom de la Science, du Progrès et du bonheur humain ! Amen, et allons-y plein gaz. » (Aldous Huxley, Contrepoint)

(post de Nicolas Casaux)

L’immonde d’après se déploie, quelques exemples ici et ailleurs
A Crest, la mairie de Mariton et les gendarmes font pression pour censurer une banderole de balcon

Nouvelle pression anti-banderole dans la vallée de la Drôme, à Crest :

Il en est qui ne doutent vraiment de rien dans la Ville de Crest...

J’ai été entendu ce jour à la Gendarmerie suite à une « infraction » relevée par la PM pour « apposition de banderole incompatible avec le périmètre protégé de la TOUR de CREST »...

Après avoir rappelé le Droit concernant la liberté d’expression sur un balcon associé au domaine privé, j’ai égrené les nombreux exemples de façades privées, devantures commerciales et calicots municipaux susceptibles de rentrer dans le même cadre...

Où est la cohérence et surtout que masque cette infraction sortie de derrière les fagots Hervé Mariton ?

Suite quand le Procureur aura récupéré ce dossier hautement prioritaire par les temps qui courent 🤪

(post de Yvon Thomas Le Guillerm)

- Sur les censures de banderoles dans la région, voici aussi :


8 Messages

|

|

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft