Je me souviens

Le souvenir de mai 68 est caché quelque part

dimanche 26 juin 2022, par duclary.

A la façon de Georges Pérec qui écrivit « Je me souviens », propositions à propos de mai 68 :

Je me souviens
Aujourd’hui, derrière les vitres de la maison, les flocons voltigent et fondent en arrivant au sol. Le souvenir de mai 68 est caché quelque part, intemporel mais secret.
Je me souviens d’un jour où, après un cours à la Sorbonne, j’ai assisté aux premiers heurts. Tout naturellement, j’étais disponible comme les autres, des milliers d’autres jeunes.
La pulsation de la rue qui se remplit et se vide est la respiration même de la vie.
Pour une fois, le dedans et le dehors correspondent à la perfection. Le tumulte, l’enthousiasme et la confusion : nous les retrouvons matérialisés à l’extérieur tels qu’en nous-mêmes. C’est pour ça qu’il n’ y a pas d’hésitation, pas de doute.
Je me souviens qu’on était prêt. Discuter, marcher, créer le monde , se dessaisir du lourd, de l’inutile, de l’inopérant. Dans les rues déjà vides de voitures, et combien pleines de rêves qui semblaient à portée de main de chacun.
Je me souviens que nous marchions sans fatigue, léger.e.s, planant dans une autre dimension qui nous mettait à l’abri du danger, gentiment amusé.e.s des préoccupations matérielles.
Je me souviens que quand les jeunes des banlieues se sont joints aux cortèges, curieux, exaltés, désorientés, je me suis sentie aussi étrangère, marginale, inconnue, mais parmi eux, avec eux, pareille à eux. C’est moi qui leur ai montré le chemin du Quartier latin que je connaissais depuis peu, et nous avons avancé parmi les arbres coupés et incendiés, risibles barricades, nous avons fui, moi qui, comme eux, venait de loin.
Je me souviens qu’un jour, l’autre partie a parlé plus fort, les voitures ont commencé à rouler, la rue a été aspirée. Je ne veux pas me souvenir d’un grand désenchantement.

A poursuivre avec la mémoire d’autres luttes, pas pour les enterrer mais pour libérer notre imagination.


1 Message

  • Je me souviens Le 26 juin à 13:52, par michel galy

    Au printemps de mai 68, l’air était si léger et sucré
    et de grandes espérances nous étaient données
    pour un baiser au vent.

    Aujourd’hui le ciel se fait lourd…
    au secours ! je suis cerné.

    Bon , je préfère aller me coucher , prévenez moi quand la révolution sera faite.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft