France : retour du travail forcé et de l’ancien régime ?

De nouvelles contre-réformes et mesures anti-sociales sont annoncées par le Pouvoir

mardi 15 novembre 2022, par Jaune citron acide.

« Travaille, obéit, consomme, et ferme ta gueule », ce saint credo du régime, décrié par de nombreux gilets jaunes révoltés dans les rues de Valence, est plus que jamais d’actualité.
Les attaques contre les maigres conquis sociaux qui restent se multiplient.
C’est le retour possible d’une forme de « travail forcé » pour les bénéficiaires du RSA (expérimentation prévue en Ardèche) ou des droits au chômage, tandis que les travailleurs sans papiers sont instrumentalisés et que le retour de la contre-réforme retraite est annoncée.

Pendant ce temps, le CAC 40 et les ultra-riches se gavent à outrance, tandis que le capitalisme trace son sillon sanglant toujours plus profondément dans nos corps et dans les chairs de la planète en souffrance.
Acceptez avec gratitude quelques pourcentages d’augmentation de salaire inférieurs à l’inflation, et silence, et n’oubliez pas de consommer pour que les revenus des plus riches puissent continuer à croître via les joyeux mécanismes capitalistes du ruissellement vers le haut.

- On continue à se laisser faire ou on s’organise pour passer à l’offensive générale ?

France : retour du travail forcé et de l’ancien régime ?
Du salariat « esclavagisé » au travail forcé, il n’y a qu’un pas, que le capitalisme veut franchir

🇫🇷 « TRAVAIL FORCÉ » : LE RETOUR DE L’ANCIENGIME

Le clan au pouvoir continue son travail de sape. La guerre sociale que nous vivons est d’une rare violence. Le nouveau mantra du pouvoir en place : remettre de force les gens au travail. Attaque délibérée contre le RSA et le droit au chômage, nouvelle loi raciste visant à aggraver l’exploitation des travailleurs exilés, les élites politiques pratiquent une véritable thérapie de choc. Une fuite en avant pour en finir avec le maigre système de redistribution des richesses, la sécurité sociale et organiser le retour du travail forcé au profit du grand patronat :

🔴 UN RSA CONTRE DES HEURES TRAVAILLÉES OBLIGATOIRES

Ce qui devrait être un droit inaliénable, garantir un « revenu de subsistance », en réalité une aumône de 565,34 €/mois pour les personnes sans emploi ni ressources, est en passe de se transformer en un salaire misérable. Macron l’avait annoncé lors de la campagne présidentielle : « conditionner le versement du RSA à un minimum d’activité de 15 ou 20 heures par semaine ». Cela avait fait bondir la gauche à l’époque. Les autorités sont prêtes à expérimenter ce dispositif anti-social. Des départements annoncent fièrement être candidats à l’expérimentation « RSA activité ». Un travail hebdomadaire, obligatoire et gratuit, sans cotisations ni droit de se syndiquer. Un attaque digne de l’ancien régime, avec des travailleurs privés de droits, qui n’ont d’autre choix que d’effectuer des tâches ingrates, payées moins que le salaire minimum pour un travail équivalent à mi-temps. L’État prévoit de conditionner le RSA dans 10 « bassins d’emploi ». Les départements du Nord, de l’Essonne et des Bouches-du-Rhône sont concernés. Le dispositif devrait être généralisée à l’ensemble du territoire d’ici 2024.

🔴 VERS UNE SUPPRESSION DU DROIT AUX CHÔMAGE ?

L’annonce paraît incroyable, car c’est un recul social sans précédent. Les sénateurs ont voté en catimini un projet de loi visant à supprimer les allocations chômage en cas de refus de CDI. En gros, deux refus d’un CDI dans une entreprise pour les travailleurs intérimaires ou en contrat à durée déterminée entraîneraient, de manière automatique, la perte des allocations chômage et la suppression totale des indemnités de précarité. Entre d’autres termes : travaille ou crève ! Qui pourra se permettre de refuser un job sous-payé avec des conditions de travail monstrueuses si le patron vous propose plusieurs fois un CDI ? Avec la menace de perdre toute allocation chômage en cas de refus ? C’est un choix entre subir un travail forcé ou plonger dans l’extrême pauvreté. La loi a été portée par le Sénat, dont la majorité est très à droite. Le texte doit revenir en commission mixte paritaire, où députés et sénateurs tenteront de s’accorder sur une version commune. Sans réponse de la rue et à la hauteur, ce projet d’un autre âge risque de passer tel quel d’ici la fin de l’année.

🔴 DES TITRES DEJOUR « TIERS EN TENSION » POUR LES TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS, MAIS SOUS LA MENACE PERMANENTE D’UNE EXPULSION

C’est une mesure soutenue par les organisations patronales. La création d’un titre de séjour « métiers en tension » pour les travailleurs étrangers en situation irrégulière dans les secteurs qui peinent à recruter. Le gouvernement présentera une nouvelle loi ’’asile et immigration’’ à partir de janvier 2023. Le 2 novembre, le ministre du Travail Olivier Dussopt et le ministre de l’Intérieur soutenaient cette mesure raciste et pro-patron. Il s’agit de permettre à un l’employeur d’engager un salarié étranger à bas coût et de le virer au moment où l’activité dans le secteur diminuera. Un acte banalisé de violence sociale du quotidien. La mesure confine à l’ignominie : une fois le secteur de métier « hors tension » c’est-à-dire avec peu ou aucune offre d’emploi dans le-dit secteur, le travailleur exilé qui se sera vu accorder un titre de séjour « métiers en tensions » se retrouvera sous la menace immédiate d’être expulsé du territoire. Des travailleurs immigrés sans droit, en insécurité permanente, dont les patrons font ce qu’ils veulent, peuvent baisser les salaires, pendant que l’État s’octroie toujours le droit d’expulser ces mêmes salariés s’ils ne sont plus jugés ’’utiles’’ pour les exploiteurs. Une loi raciste faite par et pour les riches. Les personnes migrantes se verront dans l’obligation d’accepter les boulots les plus merdiques.

Alors que les écosystèmes s’effondrent, qu’il faudrait repenser l’organisation du travail, déserter les tâches inutiles et nocives pour l’environnement et le bien commun, les néolibéraux organisent le retour des travaux forcés. C’est une offensive terrible pendant que notre camp social est tétanisé, apathique. Historiquement le combat de la gauche s’est articulé autour du recul du temps de travail, pour le temps libre et l’émancipation de la classe ouvrière, la sécurité de l’emploi et la solidarité internationale entre les travailleurs. Aujourd’hui les capitalistes, à rebours de l’histoire de cette émancipation sociale, veulent nous voir retourner à l’ancien régime.

(post de visuel de Contre Attaque)

- Voir aussi sur Ricochets :
Le régime macroniste confirme sa guerre totale contre la population française : L’Etat-capitalisme poursuit ses propres fins, dans ce cadre nous ne sommes que des moyens


Forum de l’article

  • France : retour du travail forcé et de l’ancien régime ? Le 15 novembre à 19:31, par simon

    A surveiller également, les manigances du gouvernement qui, sous prétexte d’inclusivité,d’insertion en milieu ordinaire, voudrait aussi mettre , à coût minoré, des handicapés à disposition du patronat... (et se débarrasser incidemment des structures adaptées) ; inclusion, insertion , ce sont des mots qui n’ont pas à susciter notre enthousiasme à priori et dont il faut bien examiner les intentions cachées.

    Répondre à ce message

    • France : retour du travail forcé et de l’ancien régime ? Le 16 novembre à 10:18, par simon

      P.S : j’oubliais aussi, la nouvelle réforme des contrats d’apprentissage où les apprentis devront passer plus de temps « en situation réelle », c’est à dire plus de temps sur les lieux de travail et moins en centre de formation. Encore du temps peu payé chez les employeurs !
      Finalement, il y a cohérence dans toutes ces dispositions ; celle de la droite libéraliste au combat contre les conquis sociaux
      rien ( et de moins en moins) aux classes modestes et tout pour les déjà bénéficiaires des privilégiés.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft