Est-il opportun d’avoir un parti écologique ?

L’attitude de Jadot pose question

mardi 26 avril 2022, par Roger Poulet.

Est-il opportun d’avoir un parti écologiste ?

Pendant cette campagne qui n’en était pas une, deux programmes se sont détachés sur les questions écologiques : celui de Jadot et celui de Mélenchon qui est plus complet et plus logique, même si on peut le trouver encore insuffisant.
Chez les autres c’était « silence radio ». Le roitelet, lui, vient d’avoir une révélation après le premier tour : il aimerait nous faire croire que c’est lui qui va résoudre les problèmes écologiques. On va bien sûr se précipiter pour voter pour ce nouveau converti !

L’attitude de Jadot pose question : l’agressivité a été systématique contre Mélenchon
alors qu’il aurait pu faire en sorte que l’écologie soit inscrite au programme et surtout
que la peste brune soit éliminée dès le premier tour.
Il m’est venu une intuition, partagée par certains : Jadot ayant peu de chance d’être ministre de Mélenchon, ne viserait-il pas d’être celui de Macron ? Dans ce parti, qui bat des records en matière de batailles d’égo, la chose ne serait pas vraiment étonnante.
Réponse très bientôt !
On va me dire : « oui, mais le nucléaire » !
Mais la môme Pompili s’accommode bien d’être ministre de l’écologie dans un gouvernement qui veut construire 14 EPR et truffer le territoire de mini-centrales.
Il suffit d’exclure le nucléaire du champ de l’écologie et de confier sa gestion à un autre ministère.

Est-il opportun d’avoir un parti écologique ?

L’écologie transpartisane ?
Tout parti digne de ce nom devrait mettre les questions écologiques en tête de ses préoccupations. Alors à quoi bon un parti qui prend en quelque sorte l’écologie en otage et qui se proclame seul à même de trouver des solutions à ces problèmes ?
Bien sûr, il y a au sein d’EELV des personnes qui font du bon boulot : Michèle Rivasi,
quo-créatrice de la CRII-RAD, est tout à fait crédible en lanceuse d’alerte au Parlement Européen. Mais les rares avancées dans les domaines écologiques se font surtout dans des associations et par l’action de citoyens.

Peut-il y avoir une écologie d’extrême-droite ?
L’idéologie nazie prône un culte de la nature. Il y a aussi «  la terre ne ment pas  » de Pétain.
Mais peut-on réellement parler de pensée écologique ?
Ce qui est sûr, c’est que la propagande a été terriblement efficace. Les films de Léni Riffensthal sont, au delà des innovations techniques, très beaux esthétiquement.
Il n’empêche qu’elle était une authentique nazie fanatique.
De l’autre côté, Eisenstein assumait de faire des films de propagande. Prokofiev ou Chostakovitch étaient aussi de la partie. On avait affaire à de vrais talents.
Aujourd’hui le parti lepéniste ou le groupuscule zemmourien en sont réduits à recycler des vieux symboles moisis. Pas de talents… et c’est tant mieux.
Leurs votes sont plutôt des votes de rancœur plus que des votes d’adhésion enthousiaste.
Alors, il est clair que chez l’extrême-droite française les préoccupation écologiques sont la quatorzième roue de la charrette.
On peut en conclure que les avancées ne se feront pas dans les urnes, mais que les citoyens conscients on intérêt à se mobiliser de la façon la plus ferme possible contre les atteintes intolérables au vivant.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft