Espenel : un tag rend hommage à la résistance de 39-45

« Contrôle mortifère, résistance fertile » en lettres rouges sur le mémorial de la résistance

vendredi 8 mai 2020, par Camille Z.

Espenel : un tag « Contrôle mortifère, résistance fertile » rend hommage à la résistance de 39-45
Drôme, mai 2020

- Un article d’un site militant reprend le texte d’un article de France bleue :
Les tags ont sans doute été peints dans la nuit de mardi à mercredi. Ils ont été découverts mercredi dans l’après-midi sur le monumental mémorial en hommage aux résistants et aux victimes des massacres de juillet 1944 sur le Vercors. Des tags qui heurtent à la veille du 8 mai. (...)

Espenel : un tag « Contrôle mortifère, résistance fertile » rend hommage à la résistance de 39-45
Drôme, mai 2020

Les autorités et la plupart des gens seront bien sûr très choqués. C’est comme quand une vitrine est cassée, c’est horrible, insoutenable, des processions merdiatisées en honneur des familles des vitrines sont organisées derechef pour bien marteler que la légalité-qui-tue-tout-le-temps-dans-les-grandes-largeurs doit être respectée quoi qu’il en coûte en vies humaines et en dégâts écologiques.

Ne choquez pas la morale commune ou la-légalité décidée unilatéralement par les oppresseurs, restez plutôt chez vous pour signer une pétition en ligne ou organisez une manifestation légaliste pacifiste quand elle sera autorisée à nouveau si l’état d’urgence le permet.

Pourtant, les résistants au régime nazi en 39-45 ont pris les armes, ils ont désobéis, ils ont secouru, tué et saboté illégalement, ils ont pris des risques parfois réprouvés par d’autres, notamment par la plupart des flics, magistrats et autorités de l’époque, qui eux avaient plutôt tendance à trop souvent collaborer avec les nazis, à obéir au régime de Pétain (« on obéit aux ordres c’est tout »).

Alors, finalement, ce tag irrévérencieux ne serait-t-il pas tout simplement un vibrant hommage à la résistance anti-nazis ? Cette inscription souvent honnie signifierait alors : bravo les résistants de la dernière guerre, on continue le combat ?
Elle invite aussi à rappeler que la résistance peut être fertile, porter des fruits, que les mauvais jours finiront peut-être.

Alors certains promettront des peines de prisons pour les profanateurs ou le pilori en place publique. Et des âmes plus sensibles diront : « ok, peut-être, mais faire ça sur un monument aux morts, ça craint, c’est n’importe quoi ». Peut-être que ça craint, mais le symbole est fort, la provocation porte quand le drapeau bleu-blanc-rouge symbole de colonialismes sanglants et de ventes d’armes à des dictatures meurtrières (Egypte, Arabie Saoudite...) flotte à Espenel (vallée de la Drôme) au dessus du monument d’hommage à la résistance .
Le message « Contrôle mortifère, résistance fertile » fait mouche malgré tout, surtout en ces temps de régime policier autoritaire décomplexé, avec l’Etat Big Brother qui récupère sans gêne les luttes passées (« les jours heureux ») et l’élan de solidarité contre la pandémie et la misère pour les incorporer à sa gestion liberticide et anti services publics (et anti sécurité sociale, retraites, allocations chômage...).
Peut-être que ça craint, mais en même temps, le président Macron n’a t-il pas récemment donné à plusieurs reprises des gages inquiétants à l’extrême droite, et encore plus à ses idées...!? (voir plus bas)

La 2e guerre mondiale est finie, mais la guerre économique fait rage, la guerre sans merci menée par la civilisation capitaliste tue tous les jours des humains et d’autres êtres vivants, chaque jour cette guerre sans nom dévaste les milieux naturels.

- Quelques liens pour étayer la droitisation autoritaire de Macron et les origines nazies du libéralisme économique moderne dont se réclame le macronisme et nombre de personnalités connues ou inconnues :

Alors, de nos jours, qui sont les résistants, qui sont les collabos ?
Qui sont les casseurs, qui sont les dégradeurs et les irrespectueux ?

- Et pour finir, un post récent de Nantes révoltée :

MACRON EST-IL D’EXTRÊME DROITE ?

Macron ne doit son pouvoir qu’à un sombre chantage : celui du « vote utile », du « barrage à l’extrême droite », du « moins pire ». Pourtant, ces derniers mois, il multiplie sans complexe les clins d’œils à l’extrême droite, le dernier étant son soutien affiché à Eric Zemmour. 4 exemples récents :

🔴 Le 30 octobre 2019 : Macron invite dans son avion personnel des journalistes d’extrême droite : il accorde à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles une interview exclusive. Lors de la discussion, il se lâche complètement, et sort des réflexions clairement Lepénistes. L’Élysée tente de rattraper le coup, mais les faits sont là : Macron reprend les idées de l’extrême droite, et choisit de leur offrir un coup de projecteur phénoménal.

🔴 Novembre 2019 : l’ancien dirigeant de l’Action Française Elie Hatem, nostalgique de Pétain et de la collaboration, adepte de Charles Maurras et de « l’antisémitisme d’Etat » est reçu en grande pompe à l’Elysée. Le militant pétainiste fait même un selfie avec le président et sa femme.

🔴 11 février 2020 : Macron intervient devant les députés de son parti. Il reprend les thématiques du Front National, « immigration », « insécurité », « séparatisme ». Pour appuyer la démonstration, il reprend à son compte une théorie de Charles Maurras, royaliste, pétainiste et dirigeant de l’Action Française : la distinction entre « pays légal » et « pays réel ». Une référence à peine voilée à l’extrême droite la plus réactionnaire.

🔴1er Mai 2020 : Macron appelle pendant 45 minutes le chroniqueur d’extrême droite Zemmour, auteur de multiples discours racistes et condamné pour « provocation à la haine raciale », pour le « soutenir ». Macron n’a jamais appelé un soignant malade du COVID faute de protection, ni une victime de violences policières, ni une personne subissant la brutalité de ses politiques. Non, le président choisit de « soutenir » un idéologue fasciste, parce qu’il a été insulté dans la rue.

Depuis 3 ans, Macron installe méthodiquement un régime policier et ultra-libéral. Par ses paroles, par ses actes, par ses soutiens, il s’inscrit même résolument dans une filiation et un référentiel d’extrême droite.

Macron n’était évidemment pas un « barrage » au fascisme : il en est le propagateur.

Macron est-il d’extrême droite ?

5 Messages

  • Espenel : un tag rend hommage à la résistance de 39-45 Le 13 mai à 09:46, par Paul Breynat

    si la guerre revient , vous serez parmi les délateurs et hystériques. Le contraire de la résistance
    Paul Breynat

    Répondre à ce message

    • Espenel : un tag rend hommage à la résistance de 39-45 Le 15 mai à 10:22, par poulet

      Je ne sait pas à qui s’adresse cette diatribe, mais elle s’apparente à un procès d’intention et a un caractère diffamatoire.

      Je suis très sensible aux faits de résistance car mon père a participé à la bataille de Gigors et ma ferme natale a caché des personnes qui étaient en danger.

      Pour autant le label « résistant » n’est pas une garantie absolue pour ce qui concerne les engagements suivants.
      Pour exemple : Charles Pasqua bien étiqueté résistant, ce qu’il a certainement été, cofondateur du Service d ’Action Civique de sinistre mémoire.
      Plus près de nous, Elie Denoix de Saint Marc, a qui on a eu l’idée saugrenue de donner le nom d’une rue à Crest, engagé par le général Massu pour les relations avec la presse et surtout pour justifier la torture en Algérie et condamné à 10 ans de prison pour sa participation au putsch des généraux à Alger.

      Autres temps, autres résistances. On est avec un état qui n’hésite pas à mutiler des personnes désarmées et à restreindre drastiquement les liberté publiques.

      La guerre est déjà la, même si elle est nommée « de basse intensité ».

      Répondre à ce message

  • Espenel : un tag rend hommage à la résistance de 39-45 Le 9 mai à 10:52, par Paul Breynat

    Quel honte cet accaparement de la mémoire par des voyous !
    Paul Breynat
    Ancien résistant
    la Chapelle en Vercors

    Répondre à ce message

  • Espenel : un tag rend hommage à la résistance de 39-45 Le 8 mai à 11:46, par Etienne Maillet

    Référence nazie ? Il en existe une, monstrueuse, énorme et évidente : « Les gens qui ne sont rien ». Car c’est bien parce que les Juif n’étaient rien, pas des humains, qu’ont les a envoyés sans états d’âme à la chambre à gaz.

    Les communistes cambodgiens ont tué par millions disant à leur victime : « Je te tue parce que tu n’as pas d’utilité sociale ». En Chine aujourd’hui, le régime considère comme pertes et profits le pour cent de citoyen refusant la dictature électronique.

    Pas des humains : de simples dégâts collatéraux.
    Dégâts collatéraux comme les « suicidés » par la fenêtre du management qui écrase l’humain comme rouleau compresseur.
    Même logique que pour le Big data, la surveillance électronique, l’intelligence artificielle : la personne n’est rien, juste une collection de données.

    Tout cela se tient, tout cela se touche.
    Citoyennes, citoyens, notre liberté est en danger. Comme nos soeurs et frères anti-nazis du Vercors, résistons !

    Répondre à ce message

  • Espenel : un tag rend hommage à la résistance de 39-45 Le 8 mai à 09:09, par Etienne Maillet

    A lire prochainement sur Ricochets : entretien avec Johan Chapoutot montrant les rapprochements profonds entre idéologie nazie et techno-progressisme macroniste. Vive nos frères et soeurs de la Résistance !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft