Emeutes à Bruxelles : début d’un cycle de révoltes ? Que feront les gauches ?

Le feu couve partout, et les étincelles ne manquent pas...

jeudi 14 janvier 2021, par Auteurs divers.

Des émeutes rebelles ont eu lieu à Bruxelles mercredi soir. Début d’un nouveau cycle ? Qu’en pense les gauches et que vont-elles faire ?
L’ascension résistible du néo-fascisme capitaliste et gouvernemental sera-t-elle stoppée ?

🔥BRUXELLES EXPLOSE🔥

Situation très tendue ce soir à Bruxelles suite a la mort d’Ibrahima, 23 ans, décédé après avoir été interpellé pour avoir filmé un contrôle de police sur le respect du couvre feu. Un commissariat a été incendié et de nombreux affrontements avec la police sont signalés.

(post et vidéo sur Cerveaux non disponibles)

Emeutes à Bruxelles : le début d’un nouveau cycle de révoltes ?

🔴 BRUXELLES SE SOULÈVE

Suite à la mort d’Ibrahima, 23 ans, après un contrôle de police, la capitale belge s’est soulevée hier soir contre les crimes policiers. La manifestation demandant justice et vérité a rassemblée des centaines de personnes.
Plusieurs heures ou les manifestant.e.s ont tenu comme il le pouvait la police à distance.
Le commissariat Koban Brabant a été incendié et la voiture du Roi de Belgique qui passait à proximité des lieux de révolte a été prise pour cible.
On compte plusieurs dizaines d’interpellation. Au moins 80, ainsi que de nombreux blessés suite aux charges et tirs de la police.

Partout, la police tue, partout la feu de la révolte couve.
Pas de justice, pas de paix.

(post de Lille Insurgée)

Emeutes à Bruxelles : le début d’un cycle de révoltes ?
Commissariat en feu

🔴⚫️ Justice pour Ibrahima Barrie : l’inéluctable colère des bruxellois.e 🔴⚫️

« Mercredi 13 janvier, environ 700 personnes se sont rassemblées devant le commissariat de la rue de Brabant à Saint-Josse-ten-Noode, à Bruxelles. C’est là que, trois jours plus tôt, Ibrahima Barrie, 23 ans, ressortait en ambulance, inanimé. Interpellé alors qu’il filmait une arrestation avec son téléphone, il est embarqué au poste, il y aurait fait un malaise. Le jeune homme succombe d’un arrêt cardiaque aux alentours de 20h22, à l’Hôpital Saint-Jean. Ce n’est qu’à 2h30 que la famille est avertie de son décès. Sur les raisons de ce malaise, les policiers parlent d’un matériel de réanimation défectueux, ou encore du fait qu’Ibrahima aurait ingéré de la drogue avant son interpellation. Versions remises en doute voire totalement réfutées par la famille et les médecins ayant pratiqué l’autopsie. »

(post de La Meute)
- Plus d’infos, avec récit de la manifestation libre et émeutière

Que répondront les gauches ?


La situation sociale dans de nombreux pays était déjà tendue avant la pandémie mondiale, mais à présent les motifs de révoltes se sont démultiplés.

Lois sécuritaires, décisions autoritaires centralisées, incompétences, mensonges, priorité donnée aux riches et grosses entreprises, chômage et précarité accrue, contrôles, surveillances, ras le bol des étudiants, du monde de la culture et de la restauration, les projets et lois anti-écologiques et antisociales qui continuent, police partout, mesures absurdes et humiliantes, etc., etc.

Va t-on seulement observer des émeutes sporadiques, de brefs coups de colère, ou ça va durer plus longtemps comme aux USA l’année dernière après l’assassinat de Georges Floyd ?
Les émeutiers vont-ils avoir d’autres perspectives qu’affronter la police et brûler quelques magasins et véhicules policiers ? Vont-ils développer des actions furtives ciblant des infrastrutures plus cruciales pour le système ?
D’autres forces rebelles apparentées à la gauche vont-elles se joindre aux émeutiers, vont-elles ajouter d’autres modes d’actions aux émeutes, destructions et pillages ? Comme par exemple les grèves, blocages, désobéissances, manifestations et occupations massives ?
Les gauches plus institutionnelles vont-t-elles être solidaires de ces émeutes et révoltes, ou vont-elles répéter les éléments de langage désapprobateur des pouvoirs et merdias ? Ces gauches vont-elles appeler à amplifier le rapport de force en ajoutant leurs actions aux émeutes ?
Vont-elles tenter de pacifier les révoltes et/ou de les récupérer, ou vont-elles considérer qu’elles doivent rester libres et autonomes, et qu’elles sont tout aussi légitimes que les gauches institutionnelles ?
Ces gauches vont-elles enfin dire haut et fort que les oligarchies électives en place sont appelées à tort des démocraties ? Et qu’une démocratie n’est guère possible dans des Etats centralisés ni dans un système capitaliste ?
Davantage de monde va-t-il désirer la fin de la civilisation industrielle ? et s’investir activement pour y parvenir et construire des mondes vivables ?

Des réponses à ces questions dépendra en grande partie la capacité des forces contestataires à stopper le totalitarisme étatique et capitaliste, et à porter une rupture radicale vers l’écologie, la justice sociale, le partage et la démocratie, ...et à éviter le néo-fascisme résistible qui monte.

- En attendant, de nombreux appels à rassemblements et manifs circulent pour samedi 16 janvier, contre les lois sécuritaires, contre le régime et son monde.


9 Messages

|

  • Emeutes à Bruxelles : début d’un cycle de révoltes ? Que feront les gauches ? Le 16 février à 16:18, par Auteur divers

    🇭🇹 HAÏTI : SOULÈVEMENT MASSIF CONTRE LE POUVOIR}

    Haïti est une République des Antilles, un pays issu de la première Révolution Noire victorieuse contre les colons français et les esclavagistes en 1804. Depuis, ce petit pays appauvri subit la domination des différentes puissances voisines, et une série de dictatures féroces. Aujourd’hui, Haïti est secouée par de nouvelles révoltes populaires. Un appel à une marche blanche était annoncée pour le 14 février dans la capitale et les grandes villes du pays sur les réseaux sociaux après plusieurs semaines de mobilisation. Ce dimanche, plus d’une centaine de milliers de personnes ont déferlé à Port-au-Prince contre les velléités de dictature du président en place, Jovenel Moïse, qui refuse de quitter le pouvoir malgré la fin de son mandat. Depuis le début de son investiture, sur fond de scandales de détournements d’argent et d’un règne présidentiel placé sous l’égide de l’impérialisme américain, le gouvernement est contesté dans les rues. Les dernières réformes consistant à renforcer son pouvoir, ont mis le l’huile sur le feu, dans un climat de défiance extrême du mouvement ouvrier et de la jeunesse à l’égard d’un pouvoir corrompu. Ces derniers jours, grève générale, manifestations massives et affrontements ont émaillé l’actualité, et mis en mouvement des milliers de protestataires dans la capitale et dans d’autres villes. Face à la brutalité policière qui ne cesse de s’intensifier, des barricades et des voitures sont régulièrement incendiées. Des jets de projectiles répondent aux tirs à balles réelles et à l’usage massif de gaz lacrymogène des militaires. Des journalistes ont été pris pour cible par des tirs de balles en caoutchouc. Depuis le début de l’année, plusieurs manifestants ont été tués. La presse fait aussi état de nombreux blessés.

    Dans une situation difficile, le Régime en place qui compte plus que jamais sur l’armée pour se maintenir au pouvoir s’est assuré de son soutien. L’opposition tente de canaliser la contestation en dialoguant avec les autorités, et jouant le rôle de subordonné du pouvoir pour défendre en dernière instance le Régime. Face à la répression croissante, il y a urgence pour les masses populaires et la jeunesse à développer des organes d’auto-organisation pour décider en toute autonomie de la suite à donner à la mobilisation et espérer une éventuelle victoire.

    Texte de Nantes Révoltée

    Répondre à ce message

  • Emeutes à Bruxelles : début d’un cycle de révoltes ? Que feront les gauches ? Le 3 février à 11:32, par Selim

    NOUVELLES DU LIBAN

    La déclaration qui suit nous parvient d’un membre du groupe activiste libanais « Kafeh » traduite de l’anglais.

    " Les manifestations se poursuivent. Des affrontements ont eu lieu dans le nord du Liban et la municipalité de Tripoli a été brûlée.
    La classe moyenne, représentée par certains groupes et les médias ont dépeint les participants à ces actions comme des extrémistes et des terroristes.
    C’est pour cette raison que 60 jeunes hommes ont été arrêtés à leur domicile aujourd’hui (2/2/2021)

    Des manifestations réclamant la libération des détenus se déroulent à Beyrouth et dans les villes de Tripoli et d’autres, tandis que de multiples affiches appelant à des manifestations sont diffusées dans toutes les grandes villes.
    Quelques jours après que Tripoli ait choisi d’affronter ses oppresseurs, quelques jours après la chute de deux martyrs par les balles de tyrans, l’autorité avec son entourage de lèche-bottes et de professionnels des médias, durcissent leur attaque médiatique contre toute une région et sa population, sous prétexte de faire la lumière sur ce qu’elle appelle le « terrorisme ».
    L’autorité criminelle tremble, craignant son destin inévitable aux mains des travailleurs. Aujourd’hui, les chiens de sécurité ont été envoyés pour intimider et arrêter plus de 60 jeunes hommes, issus de régions et de milieux différents mais réunis par les conditions pénibles et les options limitées.

    Des jeunes hommes qui ne voyaient qu’un seul ennemi à l’origine de leur détresse - ceux qui représentent l’autorité et son entourage, ceux de la classe corrompue qui se nourrissent de la fatigue des travailleurs quotidiens et de tous les groupes marginalisés, dont on ne se souvient que les jours d’élection et pour les mouvements populistes.

    2500 LL, c’est le prix du pain, qui est absent des tables de beaucoup, depuis que les prix ont grimpé de plus de 67% - transformant le plus basique des aliments de base en un luxe pour de nombreux ménages.
    ( Le prix du pain a pratiquement triplé en peu de temps )
    Que signifie l’incendie d’un bâtiment vide face à ceux qui maintiennent les gens chez eux sans aucune alternative ? Et lorsque des mesures ont été prises pour refléter cette peur, les chiens ont ouvert le feu directement sur les personnes sans défense.
    Au milieu du silence des autres villes et d’aucune action directe témoignant d’une véritable solidarité, nous voyons les chiens autoritaires faire des raids dans les maisons des personnes et les criminaliser * sous l’accusation de faim * afin de semer l’intimidation et la peur.

    Il est clair que cette autorité terroriste n’hésitera pas à utiliser toutes ses capacités pour dissuader les gens de s’exprimer. Elle se nourrira plutôt du silence des autres villes pour renforcer la désintégration des rangs des marginaux et des travailleurs.
    Il est nécessaire de souligner avec cette bataille, une bataille qui est une lutte de classe. Et que la normalisation de l’atmosphère politique qui prévaut n’est rien d’autre qu’un obstacle à la capacité du peuple à atteindre ses objectifs.

    Nous sommes main dans la main, face à la criminalité de cette autorité et de ses moutons représentés par les forces de sécurité d’abord, les médias dirigés par l’État et les capitalistes ensuite, et les flics fascistes en troisième lieu, avec tous leurs services secrets. Nous sommes solidaires de tous ceux qui ont décidé de rejeter l’injustice de l’autorité.

    Peu importe la force des voix des idolâtres et des tyrans quand la faim frappe, les sanctuaires brûleront."

    source : post CND

    Répondre à ce message

  • Emeutes à Bruxelles : début d’un cycle de révoltes ? Que feront les gauches ? Le 29 janvier à 12:31, par Auteur Divers

    LIBAN & TUNISIE : LA RUE S’EMBRASE CONTRE LES RESTRICTIONS SANITAIRES

    L’armée envoyée contre les manifestants, des munitions françaises utilisées

    Ambiance insurrectionnelle à Tripoli, deuxième du Liban, et l’une des plus pauvres du pays. La population y est excédées par les restrictions sanitaires et frappées par la crise sociale. Des émeutes très dures ont lieux depuis 3 nuits. Hier, c’est le bâtiment de la municipalité qui a été entièrement brûlé, les caméras brisées, des barricades allumées, et les maisons des dirigeants politiques qui ont été ciblés. « Nous ciblons les foyers des politiciens parce qu’ils sont responsables de la situation dans laquelle le Liban se retrouve aujourd’hui [...] Nos dirigeants sont les mêmes depuis 30 ans. Ils ont gâché l’avenir de notre jeunesse et conduit notre pays à la ruine. »

    En trois nuits, la police a tué un homme par balles, et blessé plusieurs centaines de personnes, dont des dizaines gravement. provoquant un violent incendie, selon l’agence de presse nationale. « Nous voulons incendier leur maison comme ils nous ont brûlé le cœur ». C’est l’armée avec des chars d’assaut qui patrouille dans les villes, parfois équipée de lanceurs de grenades français, tirant des munitions fabriquées dans notre pays. Les associations s’alarment de l’usage intensif et meurtrier des armes de répression françaises.

    Plusieurs milliers de kilomètres à l’Ouest, en Tunisie, d’importantes révoltes ont aussi lieu contre la gestion gouvernementale de la pandémie qui aggrave la crise sociale. Après plusieurs nuits d’émeutes, l’armée a été déployée et des centaines de personnes arrêtées. Il y a deux jours, c’est dans la capitale, Tunis, qu’une manifestation a été empêchée de rejoindre l’esplanade du Bardo - lieu de rassemblement régulier des protestations à proximité du Parlement - par des blindés légers, et survolée par des drones. Le gouvernement a été remanié. De Tripoli à Barcelone, de Tunis à Eindhoven, la crise sanitaire et sociale débouche sur des révoltes de plus en plus fortes.

    - photos sur Nantes Révoltée

    Répondre à ce message

  • Emeutes à Bruxelles : début d’un cycle de révoltes ? Que feront les gauches ? Le 29 janvier à 01:08, par Auteur divers

    🔥AU BORD DE L’INSURRECTION🔥
    Au Liban, le 4e soir de révolte face aux restrictions sanitaires, la pauvreté et la corruption a marqué un tournant insurrectionnel. A Tripoli, la mairie a été totalement incendiée. De nombreux affrontements avec les forces de l’ordre ont fait au moins deux morts. Situation toujours en cours.

    (post de CND avec VIDEO)

    Répondre à ce message

  • Emeutes à Bruxelles : début d’un cycle de révoltes ? Que feront les gauches ? Le 27 janvier à 21:23, par Auteur Divers

    Deuxième nuit de révolte également à Tripoli, l’une des villes les plus pauvres du Liban, où les manifestants dénoncent les restrictions sanitaires et la corruption en pleine crise économique et financière pour le pays.
    Ps : pas la peine de nous dire que Tripoli est en Libye. Il s’agit bien d’une autre ville du même nom, mais au Liban !

    (post de CND + une vidéo)

    Répondre à ce message

|

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft